Version classiqueVersion mobile

Un nouvel ordre mondial made in China ?

 | 
Mamoudou Gazibo
, 
Roromme Chantal

Chapitre 6. La dimension politique de la stratégie chinoise

Texte intégral

1Un objectif central de la stratégie de puissance de la Chine consiste à promouvoir un environnement international stable pendant qu’elle cherche à modifier l’équilibre mondial de la puissance. Les précédents chapitres ont tenté d’expliciter la logique qui sous-tend le train de réformes économiques et militaires dans lequel la Chine s’est embarquée au cours des dernières années. Il s’agissait de démontrer que ces efforts multidimensionnels s’inscrivent dans le cadre d’une grande stratégie visant à maximiser la puissance relative de la Chine et, ultimement, à en faire une grande puissance.

2Il convient à présent de se demander dans quelle mesure cette stratégie s’accompagne d’une offensive politique sur la scène internationale. Autrement dit, y a-t-il lieu d’affirmer que, forte de ses atouts économiques et militaires, la Chine pense et agit actuellement comme une « puissance révisionniste » dans l’arène politique et diplomatique ?

3Afin de répondre à cette question, ce chapitre examine d’abord les contours de la politique extérieure chinoise.

4Il montre ensuite comment la Chine a entrepris d’instrumentaliser le multilatéralisme comme rempart contre l’hégémonie américaine et pour la défense de ses intérêts nationaux. Ce multilatéralisme est combiné avec le bilatéralisme, les deux mis au service d’une diplomatie de grande puissance. Enfin, la politique de Beijing vis-à-vis de certaines puissances moyennes et d’États plus faibles est brièvement évoquée, en guise d’illustration du réalisme guidant sa politique étrangère dans sa stratégie de conquête du tiers-monde.

L’expansionnisme chinois

  • 1 Andrew Scobell, « Chinese diplomacy goes global: Motives, methods, and mechanisms ». Témoignage de (...)

5Pour plusieurs analystes, la Chine remettra forcément en question la suprématie américaine, de sorte que la question est maintenant de savoir « quand » et non « si » les relations États-Unis-Chine deviendront hostiles, voire conflictuelles. En plus des conséquences économiques et militaires analysées précédemment, l’émergence de la Chine s’accompagne aussi d’une influence politique bien remarquée. La Chine est en train de bousculer sérieusement l’ordre mondial centré autour de la superpuissance américaine. Il est vrai que les relations diplomatiques de Beijing tendent à devenir extrêmement ambitieuses et globales par leur ampleur. Ce phénomène sans précédent dans l’histoire du pays n’échappe pas à vigilance de certains experts à Washington1 et constitue maintenant l’un des phénomènes les plus étudiés en relations internationales.

6Renseignés par l’histoire, de nombreux analystes réalistes proposent d’une manière générale une lecture plutôt pessimiste de l’avenir des relations sino-américaines. Il est en effet avéré que les puissances émergentes ont eu tendance à jouer les trouble-fête aux dépens de leurs rivales mieux nanties dans le système inter national, soucieuses qu’elles sont d’une meilleure répartition de la puissance mondiale. Cela a toujours été le cas, du point de vue réaliste, indépendamment du type de régime en place. C’est d’ailleurs ce constat qui inspire à John Mearsheimer le livre The Tragedy of Great Power Politics (2001). Ce fut aussi vrai dans le cas des États-Unis d’Amérique démocratique émergents que dans celui de l’Allemagne autocratique, constate-t-il.

  • 2 Cité dans Aaron L. Friedberg, op. cit., p. 19.

7Dans le même ordre d’idées, Samuel Huntington écrit : « L’expansionnisme de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Allemagne, du Japon, de l’Union soviétique et des États-Unis coïncidait avec des phases d’intense industrialisation et de développement économique2 ». Robert Gilpin, dans son ouvrage fondamental, War and Change in International Politics (1981), mentionne les principales raisons à cela. Selon lui, un État plus riche et plus puissant s’assignera un plus large éventail d’objectifs de sécurité et de bien-être que des États plus démunis et moins puissants.

8C’est que, théorisent les réalistes, les puissances émergentes ne se contentent pas uniquement de sécuriser leurs frontières mais aussi cherchent à se projeter au-delà, prenant des mesures en vue de créer des accès aux marchés, aux ressources matérielles et aux voies de transport ; afin de protéger leurs expatriés, défendre leurs amis et alliés étrangers et véhiculer leurs valeurs et, en général, pour avoir ce qu’elles considèrent comme étant leur légitime mot à dire dans les affaires régionales et plus largement mondiales.

  • 3 Ibid.

9C’est donc le fait de vouloir réclamer leur « place au soleil » qui conduira les puissances émergentes à croiser le chemin des puissances hégémoniques, architectes et principaux bénéficiaires de l’ordre mondial existant. Ainsi, analysant son économie en nette expansion et sa puissance militaire en transformation, la plupart des auteurs réalistes ne trouvent aucune raison de croire que la Chine innoverait et, donc, romprait avec cette tradition bien établie dans le monde de la realpolitik. Au contraire, juxtaposant sa croissance interne rapide et son expansion consécutive fulgurante, Huntington prédit que la Chine aussi « inévitablement prendra cette orientation dans les prochaines décennies3 ».

10Ces considérations tendent à invalider la thèse, âprement promue par Beijing, d’un développement pacifique de la Chine. Selon cette persective, la Chine, comme toutes les autres puissances hégémoniques potentielles avant elles, ne se privera pas, le moment venu, de jouir de ses prérogatives. Il serait en effet difficile d’imaginer que, parvenue au faîte de la puissance, même si elle n’avait aucune raison de se battre, la Chine renoncerait à l’opportunité de dominer le système international.

11Ils sont en effet bien rares, soutiennent les réalistes, les dirigeants politiques à se déclarer satisfaits de leur part de la puissance mondiale alors qu’ils auraient la capacité d’en obtenir davantage. À l’opposé, l’histoire regorge d’exemples tendant à montrer que les grandes puissances n’attendent que le moment favorable afin d’incliner la balance de la puissance en leur faveur. C’est aussi en cela que le comportement de la Chine, en apparence défensif, peut être trompeur pour les adeptes de la théorie de l’équilibre entre l’offensive et la défensive, pilier fondamental du réalisme défensif de Kenneth Waltz que nous avons déjà souligné plus haut.

12Cette attitude de repli de la Chine ne serait, pour ainsi dire, qu’une stratégie qui reflète davantage le rapport de force en présence pour le moment, que ses visées politiques à long terme, comme cela a souvent été le cas dans l’histoire de l’empire. Sans être nécessairement agressive, la Chine a suffisamment montré au cours de ces dernières années que la recherche de la maximisation de sa puissance était le fil directeur de sa politique intérieure comme de sa politique étrangère.

13La Chine est souvent considérée comme étant déjà régionalement hégémonique. Elle est en train de se faire une place confortable à la table mondiale de la puissance, à telle enseigne que la question est maintenant de savoir si elle poursuit une domination mondiale ou préfère jouer au bon enfant, commentent, ironiques, certains observateurs.

14Bon élève, la Chine l’a été jusqu’ici avec toutes les mentions d’excellence possibles à l’école de la realpolitik. Mais certainement pas bon enfant. Depuis la fin de la guerre froide, plusieurs éléments de sa politique étrangère indiqueraient qu’elle est loin d’être satisfaite de certains aspects de l’ordre mondial, en particulier l’unilatéralisme qui résulte de la suprématie américaine. Elle n’a d’ailleurs de cesse d’appeler à l’avènement d’un ordre multipolaire, percevant la politique étrangère américaine comme arbitraire, sans borne et contraignante. Une des principales appréhensions de ses stratèges est la volonté prêtée à Washington de déployer dans leur périphérie, les instruments de puissance dans le cadre de sa politique dite d’endiguement.

15En réponse, Beijing a adopté des mesures dont le but est d’accroître le rayonnement international du pays sans provoquer une réaction hostile à son ascension fulgurante. Sur le plan externe, la grande stratégie de la Chine renvoie à une politique extérieure dynamique et efficace, articulée autour de deux composantes essentielles qui feront l’objet des deux prochaines sections : l’adhésion tous azimuts de la Chine aux institutions multilatérales et l’établissement de divers partenariats bilatéraux stratégiques.

Le multilatéralisme comme rempart contre l’hégémonie américaine

  • 4 John J. Mearsheimer, « The false promise of international institutions », International Security, (...)

16Pour comprendre l’intérêt de la Chine pour le multilatéra lisme, il faut retourner aux auteurs réalistes qui soutiennent que les institutions sont essentiellement le reflet de la configuration de la puissance dans le monde. Elles résultent des calculs intéressés des grandes puissances et n’ont aucun effet indépendant sur le comportement d’un État4. Il n’est donc pas surprenant que la Chine ait abandonné subitement son mépris historique à l’égard des institutions multilatérales pour en faire l’un des piliers de sa stratégie d’affirmation de puissance dans l’ère postguerre froide.

  • 5 Kenneth Waltz, « Structural realism after the Cold War », International Security, vol. 25, no 1, p (...)

17Pour les réalistes en théorie des relations internationales, les organisations internationales (OI) ne demeurentelles pas une arène privilégiée où se pratique le jeu des puissances ? Celles-ci ne sont-elles pas toujours prêtes à sauter sur la moindre opportunité afin d’en tirer profit aux dépens des autres, la méfiance étant toujours de rigueur entre elles ? Les OI, ne reflètent-elles pas les intérêts des puissances dominantes de l’ordre mondial que cellesci ont contribué à mettre en place ? Quand les États agissent à travers les OI, ne tendent-ils pas à toujours s’en servir dans le dessein bien compris de les instrumentaliser au service de leurs intérêts nationaux ? Les institutions internationales, comme l’écrivait jadis le maître à penser du néoréalisme, Kenneth Waltz, servent plus les intérêts nationaux que les intérêts internationaux5.

  • 6 John J. Mearsheimer, « The false promise of international institutions, p. 5-49.

18Loin de l’invalider, les actions de la Chine semblent conforter la thèse des « fausses promesses des institutions internationales6 » de John Mearsheimer, qui veut que les États les plus puissants dans le système créent et influencent les institutions pour qu’ils puissent préserver leur part de la puissance mondiale, ou mieux l’accroître. On admet en effet de plus en plus aujourd’hui que le revirement spectaculaire de la Chine, s’agissant de sa participation active dans les OI, tient davantage au pragmatisme de la puissance mondiale qu’elle est en train de devenir qu’à toute autre chose.

  • 7 Andrew Scobell, op. cit., p. 5.

19Tardivement arrivée dans un système international dont elle n’a pas véritablement été au centre de la confection, la Chine émergente a néanmoins compris la nécessité de prendre le train en marche. Elle hâte même son adhésion à ce nouvel espace de puissance que symbolisent les OI. Pendant longtemps, Beijing jetait un regard assez suspicieux sur ces institutions multilatérales, accusées de faire partie du grand complot impérialiste afin d’asseoir l’hégémonie occidentale. En guise d’alternative, la Chine privilégiait les relations bilatérales qui lui servaient plus facilement de levier diplomatique. Il faudra attendre la décennie 1990 pour voir la Chine amorcer un virage crucial7, quoique, ce que Medeiros et Fravel désignent par China’s New Diplomacy ne date pas de la fin de la guerre froide.

20On met généralement à l’actif de Deng Xiaoping, l’architecte des politiques de réforme, la première grande transformation diplomatique initiée au tournant de la décennie 1970. En effet, l’ouverture dont a fait montre Deng tranchait avec le repli de Mao qui, arc-bouté sur sa doctrine marxiste-léniniste, enveloppait la Chine dans un isolationnisme idéologique. Son successeur lui, a conduit le pays dans une direction diamétralement opposée. Sous son règne, la Chine entre progressivement dans les rouages des institutions intergouvernementales et non gouvernementales, en particulier les institutions financières, améliorant ainsi son profil international. Cette évolution, certes significative, demeurait toutefois partielle.

  • 8 Lanxin Xiang, « China’s Eurasian experiment », Survival, vol. 46, no 2, 2004, p. 116.

21En revanche, vers le milieu de la décennie 1990, Beijing, convaincu des avantages de la diplomatie multilatérale pour son ascension, fera preuve d’un réalisme exemplaire. Les dirigeants mettent entre parenthèses la vision conservatrice de leurs prédécesseurs pour embrasser une approche plus pragmatique de la politique étrangère. « Il sera impossible pour la Chine de mettre en œuvre sa stratégie d’émergence pacifique au XXIe siècle sans une ouverture culturelle et politique sur le reste du monde. La Chine a besoin d’un environnement pacifique sur le double plan interne et externe8. »

  • 9 Evan S. Medeiros et M. Taylor Fravel, « China’s new diplomacy », Foreing Affairs, vol. 82, no 6, 2 (...)
  • 10 <http://english.peopledaily.com.cn>.

22Le multilatéralisme occupera dorénavant, une place prépondérante dans la stratégie chinoise d’affirmation de puissance. C’est ainsi que « le pays le plus peuplé au monde œuvre maintenant dans le cadre du système international. Il a embrassé la plupart de la constellation d’institutions, règles et normes internationales en guise de moyens de promouvoir ses intérêts nationaux9 ». Assez significative, à cet égard, est la déclaration de Jiang Zemin dans un rapport devant le 15e Congrès du Parti Communiste : « Nous devons participer activement aux activités diplomatiques multilatérales10. »

23Beijing réalise que l’adhésion aux organisations internationales lui offrirait l’opportunité d’influencer leurs règles afin de mieux asseoir ses intérêts nationaux. Voilà donc comment il convient de comprendre l’enthousiasme avec lequel Beijing s’est depuis jeté dans les bras du multilatéralisme. Dans Same Bed, Different Dreams : Managing U.S.-China Relations, Lampton revient sur cette espèce de romantisme cultivé par Beijing vis-à-vis du multilatéralisme :

  • 11 David L. Lampton, Same Bed, Different Dreams: Managing U.S.-China Relations, 1989-2000, Berkeley, (...)

Au cours de la dernière décennie, la Chine… a courtisé plusieurs institutions internationales importantes, incluant l’OMC (qu’elle a intégrée en 2001) et le régime de non prolifération nucléaire (qu’elle a joint en 1996). En outre, elle a commencé à jouer un rôle plus actif et prédominant aux Nations unies. En fait, l’adhésion de la RPC aux organisations formelles gouvernementales internationales a plus que doublé entre 1977 et 1997 (passant de 21 à 52), tandis que sa participation dans les organisations internationales non gouvernementales a explosé au cours de la même période, passant de 71 à 1 16311.

  • 12 Andrew Scobell, « Chinese diplomacy goes global », p. 1.

24Il en résulte que, comme en témoigne le document politique China’s 2006 Defense White Paper, « jamais avant la Chine n’a été si étroitement liée au reste du monde comme elle l’est aujourd’hui12 ». La Chine se retrouve même à exercer un leadership exceptionnel – ce que déconseillait Deng-très apprécié dans l’émergence du multilatéralisme régional en Asie.

  • 13 Robert G. Sutter, Chinese Foreign Relations: Power and Policy Since the Cold War, Lanham, Rowman a (...)

25En effet, c’est en Asie centrale que se sont d’abord manifestés les intentions de la Chine d’utiliser les OI afin de poursuivre ses intérêts nationaux dans ses périphéries après la guerre froide13. En témoigne l’initiative qu’elle a prise en 1996 de formuler l’Accord de Shanghai, lequel a réussi à rallier la Russie et les pays de l’Asie Centrale comme le Kazakhstan, le Kyrgyzstan et le Tajikistan afin d’explorer des pistes de coopération économique et en matière de sécurité.

  • 14 Vidya Nadkarni, « Strategic partnerships in Eurasia and Asia », présentation à l’Annual Convention (...)
  • 15 Vidya Nadkarni, Strategic Partnerships in Eurasia and Asia: Balancing Without Alliances, New York, (...)

26Comme le note un analyste à cet égard, cette démarche relève d’une volonté non déclarée mais manifeste de créer une organisation pour contrer l’influence grandissante des États-Unis et de l’OTAN dans des domaines précédemment contrôlés par l’Union soviétique14. Ce regroupement a été formalisé sous l’appellation d’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) avec la participation supplémentaire de l’Uzbekistan en octobre 2001. Lors du sommet de 2005, l’Inde, le Pakistan et l’Iran ont rejoint l’OCS comme membres observateurs15.

  • 16 Yuan-Kang Wang, « China’s grand strategy and U.S. primacy », p. 23.
  • 17 Avery Goldstein, Rising to the Challenge, p. 121.

27Selon les réalistes, l’irruption de Beijing au sein des OI ne constitue nullement, comme on tendrait à le croire, une socialisation aux normes et règles supranationales16. Tout d’abord, sa présence au sein des principaux organismes internationaux lui procure un nouvel argument en faveur du « peaceful development », en vertu duquel la Chine entend jouer un rôle constructif dans la préservation de la stabilité et de la paix dans ses régions périphériques17. Par ailleurs, comme le signale Goldstein, le multilatéralisme :

  • 18 Ibid., p. 127.

[…] est devenu pour Beijing l’un des outils permettant de faire face aux perceptions et suspicions hostiles [planant sur] la Chine qui ont caractérisé l’environnement stratégique dans la région. Par sa participation, la Chine entend prévenir la transformation des institutions multilatérales au profit des États-Unis et de leurs alliés en Asie Pacifique, et de préférence saisir les opportunités qu’elles offrent afin de contenir la menace qu’elle perçoit dans la primauté américaine en vue d’accélérer, à terme, la fin de l’ère unipolaire. À cette fin, la Chine a commencé à soutenir que l’éclosion de la diplomatie multilatérale a réduit le besoin pour d’autres de déployer des systèmes d’armements dans la région, (particulièrement les missiles balistiques de défense) et de s’appuyer sur des alliances militaires (spécialement avec les États-Unis)18.

  • 19 Evan S. Medeiros et M. Taylor Fravel, « China’s new diplomacy », op. cit., p. 34.
  • 20 Avery Goldstein, op. cit., p. 119.

28Il ne s’agit pas ici d’occulter l’attitude coopérative de Beijing dans les institutions internationales. Son influence grandissante a facilité l’avancement de dossiers cruciaux liés à la sécurité internationale. Son implication dans la gestion de la crise nord-coréenne relative au nucléaire est un cas de bonne pratique abondamment cité19. L’idée est plutôt de souligner que son activisme spontané relève de la realpolitik. Selon Avery Goldstein, Beijing a entrepris de s’ajuster afin de symboliser son nouveau statut comme acteur à part entière dans les organes de délibération d’importance régionale et globale20. Mais s’il y a lieu de saluer, d’un côté, des tendances encourageantes en matière de coopération, il faut, de l’autre, y voir des défis importants. Comme l’écrivait une analyste dont la réflexion vaut la peine d’être reprise ici intégralement :

  • 21 Evan S. Medeiros et M. Taylor Fravel, « China’s new diplomacy », op. cit.

Les Américains doivent toujours se rappeler… qu’alors même que la Chine devient de plus en plus engagée, elle [utilise] sa politique et relations étrangères au service de ses intérêts. La Chine d’aujourd’hui est certainement plus intelligente et sophistiquée – mais pas nécessairement plus tendre et gentille. Ses nouvelles qualifications tendent parfois à gêner les objectifs de Washington, à mesure qu’elle se positionne mieux afin de mettre à mal, et remettre en question politiquement, les stratégies des États-Unis et de leurs alliés. Ainsi sa dextérité à neutraliser les États-Unis à la Commission des Droits Humains des Nations unies a eu la valeur d’une sonnette d’alarme. Les décideurs et diplomates américains devraient se préparer à traiter avec une Chine plus efficace au sein des institutions internationales… Tandis qu’elle semble préparée à opérer dans le cadre des règles et normes internationales afin de défendre ses intérêts, elle se montre insatisfaite de certains aspects de ce système, tels la prédominance des États-Unis et particulièrement le statut de Taiwan. Washington ne doit pas perdre de vue ses frustrations et doit tisser des liens avec Beijing et ses voisins d’une façon qui tienne compte de la réalité de son rôle régional étendu21.

  • 22 Zhang Xiaoming, « The rise of China and community building in east Asia », Asian Perspective, vol. (...)
  • 23 Hugh De Santis, « The dragon and the tigers: China and Asian regionalism », World Policy Journal, (...)
  • 24 Voir le livre récent de Martin Jacques, When China Rules the World. The End of the Western World a (...)

29Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que les chercheurs chinois conçoivent le multilatéralisme davantage comme un moyen au service de leur pays22. Son adhésion au multilatéralisme participe par conséquent purement et simplement de tactiques afin d’arriver à un objectif stratégique de long-terme : parvenir à l’hégémonie régionale23. D’autres analystes se réfèrent à l’histoire chinoise, brièvement évoquée au chapitre 2, pour en relever les traits distinctifs qui, à leurs yeux, s’accomoderaient mal de la civilisation occidentale et des institutions qui lui servent de véhicule. Martin Jacques rappelle par exemple que la Chine n’est pas un État-nation, mais plutôt un Étatcivilisation. Ceci pour dire qu’elle tâchera de rester conséquente avec son passé alors qu’elle (ré-) émergera au rang de la puissance et que, ce faisant, et elle ne se soumettra pas aux diktats des institutions multilatérales24.

Le bilatéralisme au service d’une diplomatie de grande puissance

  • 25 Avery Goldstein, « The diplomatic face of China’s grand strategy », p. 846.

30Cultiver des partenariats fait aussi partie de la stratégie de la Chine afin de faire face aux défis posés par la puissance américaine dans l’ère post-guerre froide et en vue de hâter l’avènement d’un système international dans lequel les États-Unis ne seraient plus dominants25. Avec le multilatéralisme, le bilatéralisme constitue l’autre bras diplomatique qui équilibre sa politique extérieure.

  • 26 Andrew Scobell, « Chinese diplomacy goes global, op. cit., p. 5.

31La Chine a concentré ses efforts à forger des relations bila térales tout en embrassant le multilatéralisme26. Malgré son nouvel attrait marqué pour le multilatéralisme, elle ne s’est pas privée de cultiver des actions diplomatiques tous azimuts sous la forme de partenariats

  • 27 Avery Goldstein, Rising to the Challenge, p. 133-134.

32Depuis 1996, elle a établi des partenariats variés avec chacune des puissances mondiales. L’expression « strategic partnership » est de ce point de vue dédiée aux relations bilatérales avec les grandes puissances du système ayant une valeur particulièrement stratégique. Ces partenariats lui permettent de résoudre certains problèmes liés à l’hégémonie américaine sans qu’il soit nécessaire d’engager des conflits directs27. Depuis 1993, ces pays incluent le Brésil, la Russie, les États-Unis, l’Afrique du Sud, le Mexique, l’Égypte et l’Union Européenne (ainsi que les membres influents de cette dernière individuellement).

Chine-Russie : un « partenariat stratégique » anti-hégémonique

33Rien a priori dans l’histoire récente de leurs relations tumultueuses ne prédisposait ces deux pays à être des partenaires stratégiques. Mais les impératifs de la Realpolitk en ont décidé ainsi. Ancien et nouveau challenger des États-Unis dans la course à l’hégémonie, l’un comme l’autre est inconfortable avec l’interventionnisme américain dans ce qu’ils considèrent comme les « affaires internes de pays souverains ».

34L’illustration fournie par les cas du Kosovo et de l’Irak n’a été en rien pour les rassurer. Cette préoccupation parta gée leur sert donc de trait d’union. À la lumière de l’expansion de l’OTAN – à leurs yeux, instrument de l’hégémonisme américain –, et du renforcement des alliances des États-Unis en Eurasie, Moscou et Beijing ont tissé des liens bilatéraux exemplaires.

  • 28 A. Goldstein, Rising to the Challenge, p. 133-134.

35Ceux-ci se sont soldés en 1996 par la conclusion d’un « partenariat de coopération stratégique », baptisé par Beijing « nouvelles relations d’État-à-État » et qualifié de « premier en son genre28 ». Le partenariat stratégique de Beijing avec Moscou revêt, pour des raisons géostratégiques indiscutables, un caractère particulier – Moscou étant préoccupé au premier chef par l’expansionnisme américain en Eurasie. Il n’est donc pas surprenant qu’il mette l’accent sur la coopération comme levier permettant de « balancer » la puissance américaine.

  • 29 Phillip C. Saunders, « China’s global activism: Strategy, drivers, and tools », Washington, Nation (...)

36Ce partenariat se concrétise essentiellement par une vente conséquente d’armements de fabrication russe et le transfert de technologies russes. Cette relation revêt un caractère régional stratégique en matière de sécurité, comme en témoigne l’opération conjointe dénommée « Mission de Paix » d’août 200529. Les activités qui ont eu lieu dans ce cadre de même que les technologies militaires exhibées, à grand renfort de publicité, revêtaient à l’évidence, en ce qui concerne la Chine, une valeur dissuasive visant à convaincre les Américains des coûts élevés qu’impliquerait leur intervention dans tout conflit éventuel avec Taiwan. En contrepartie, les demandes massives chinoises en armements sophistiqués apportent une bouffée d’oxygène à une économie russe qui était au bord de l’asphyxie.

  • 30 Lanxin Xiang, « China’s Eurasian experiment », Survival, vol. 46, no 2, 2004, p. 112.
  • 31 Yuan-Kang Wang, op. cit., p. 25.

37Un auteur résume parfaitement le caractère donnantdonnant de la coopération sino-russe : « la Russie exporte ce dont la Chine a cruellement besoin – des équipements militaires et ressources énergétiques – tandis que la Chine fournit des investissements et produits manufacturiers à des prix compétitifs30 ». Une coopération mutuellement bénéfique mais qui, dans le cas de la Chine, lui a permis également d’atténuer considérablement les effets de l’embargo américain imposé sur son armement suite au massacre de Tienanmen. La Russie compte pour 85 % des importations totales d’armes de la Chine depuis le début des années 1990 et constitue le principal catalyseur de sa modernisation militaire31.

Chine-États-Unis : des relations de puissance

38Aujourd’hui, malgré des frictions diplomatiques persistantes, on est bien loin de l’ambiance diplomatique enflammée ayant suivi la crise de l’avion-espion américain abattu au-dessus du territoire chinois et les ventes d’armes à Taiwan qui ont provoqué l’ire de la Chine quelques mois après l’arrivée de Georges W. Bush à la Maison Blanche en 2000. Beijing et Washington ont rapidement trouvé les moyens de calmer ces hostilités et ainsi refermer ce nouvel épisode d’intenses tensions et de crises diplomatiques.

  • 32 Elizabeth Economy, « Changing course on China », Current History, vol. 102, no 665, 2003, p. 243.

39Les relations entre les deux pays ont connu depuis un réchauffement spectaculaire, à telle enseigne qu’une analyste observait que « la Chine et les États-Unis sont peut-être au mieux de leurs relations depuis 198932 ». Bref, la Chine n’est plus revêtue du manteau d’infamie que lui avaient taillé les États-Unis en signe de leurs divergences idéologiques. À quoi ce changement est-il dû ?

  • 33 Glenn H. Snyder, « Mearsheimer’s world – offensive realism and the struggle for security », Intern (...)

40Le réalisme offensif propose une explication plausible à ce phénomène. Diplomatiquement, un État peut choisir d’entretenir de bonnes relations avec un rival potentiel, dans l’espoir que cela détournerait l’attention belligérante de ce dernier vers un autre rival33.

  • 34 Jeremy Pressman, « Strategies of resistance and the road to balancing », présentation à la convent (...)

41Cette situation traduit, de ce point de vue, une gestion stratégique des relations avec Washington. Pour cause, les États-Unis sont le seul pays ayant la capacité et l’ambition d’exercer une primauté mondiale aujourd’hui et dans un futur lointain. Ce pays contrôle une plus grande part de puissance que ni la France napoléonienne, ni l’Allemagne nazie n’ont pu mobiliser en leur temps34. En outre, ils sont un partenaire commercial majeur pour la Chine et y exercent, tout comme dans sa périphérie, une influence importante.

  • 35 Yoram Evron, « Sino-American relations and the new administration », Strategic Assessment, vol. 11 (...)

42Cela signifie que les États-Unis (avec aussi la Russie) sont le pays qui exerce le plus de pression sur la Chine d’un point de vue stratégique. D’aucuns parlent d’un triangle stratégique, en référence aux relations entre la Chine, la Russie et les États-Unis35. C’est pourquoi quoique Taiwan demeure une pomme de discorde entre les deux pays, plusieurs considérations ont porté Beijing à pratiquer un double jeu alternant des aspects positifs et négatifs.

  • 36 Elizabeth Economy, « Changing course on China », p. 243.
  • 37 Avery Goldstein, Rising to the Challenge, p. 143.

43Il y a d’abord la nécessité d’entretenir un environnement international favorable au développement économique essentiel à son émergence. Ensuite – et ce n’est qu’un corollaire de ce qui précède –, le marché américain, première économie mondiale, est également la première source de capitaux et de technologies nécessaires à l’approvisionnement de l’économie chinoise. De là, cet aveu éloquent de Hu Jintao : « l’importance des États-Unis pour le développement économique de la Chine requiert une posture flexible et conciliante qui maintienne les relations sino-américaines au beau fixe36 ». Dans le même esprit, Avery Goldstein écrit qu’« une grande stratégie raisonnable devait munir la Chine d’une approche satisfaisante afin d’entretenir des relations avec la superpuissance du monde, des relations qui avaient été perturbées de façon récurrente depuis la fin de 198037 ».

  • 38 Andrew Scobell, « Chinese diplomacy goes global: Motives, methods, and mechanisms », p. 2.
  • 39 Avery Goldstein, op. cit.
  • 40 Jisi Wang, « China’s search for stability with america », Foreign Affairs, septembre-octobre 2005.
  • 41 Andrew Scobell, op. cit.

44Le maintien de bonnes relations avec la seule superpuissance est donc perçu comme crucial pour la pérennité du régime communiste, sa prospérité économique et, par conséquent, devient un impératif de sécurité nationale38. Ceci explique les efforts de Beijing en vue de conclure un second partenariat stratégique avec Washington39. Comme le rappelle un analyste, « un partenariat coopératif avec Washington est de première importance pour Beijing, où la prospérité économique et la stabilité sociale sont des préoccupations majeures40. » À cet égard, que Washington soit le siège de la plus importante mission diplomatique chinoise à l’étranger n’a rien d’étonnant. De même, le fait qu’au terme de son séjour diplomatique aux États-Unis, un ambassadeur chinois soit promu ministre des affaires étrangères de son pays41.

  • 42 Phillip C. Saunders, « China’s global activism: Strategy, drivers, and tools », op. cit., p. 6.

45Cela participe d’une série d’ajustements politiques faits afin de stabiliser les relations bilatérales avec les États-Unis42. Il en résulte des gains non moins importants comme le soutien indispensable de Washington pour l’entrée à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en 2001. En un mot, sa relation avec Washington est loin d’être un jeu à somme nulle pour Beijing qui continue de percevoir sa rivale à la fois en termes de menaces et d’opportunités. Par exemple, si la Chine a paru tolérer la coopération croissante des États-Unis avec Taiwan en matière de sécurité, remarque Saunders, ce fut notamment en raison de l’engagement sans équivoque de l’Administration Bush à œuvrer contre la déclaration d’indépendance de l’île.

  • 43 Elizabeth Economy, op. cit., p. 248.
  • 44 Robert G. Sutter, Chinese Foreign Relations: Power and Policy since the Cold War, p. 155.
  • 45 Yoram Evron, « Sino-American relations and the new administration », p. 35.

46Cela ne signifie pas que les différences entre les deux pays aient disparu ou que ce partenariat continuera indéfiniment à garantir ce niveau d’accommodement mutuel. Ainsi, il existe une conviction largement répandue en Chine selon laquelle les États-Unis constituent un obstacle au statut de puissance régionale ou mondiale43. Ainsi, des dossiers aussi divers que la sécurité, l’économie et la politique, entre autres, continuent-ils de rendre la relation bilatérale compliquée et difficile à gérer pour les deux pays44. L’ironie, comme l’observe un analyste, est qu’en dépit de désaccords de nature idéologique et diplomatique, la puissance grandissante de la Chine et son activisme sur la scène internationale en font un partenaire potentiel pour la conduite des relations internationales du point de vue des Américains45.

Chine-Europe : « entente stratégique » pour un nouvel ordre mondial

  • 46 À ce sujet, voir Kay Möller, « China and Europe since 1978: A European perspective », The China Qu (...)

47Le rapprochement entre la Chine et l’Europe a été qualifié de phénoménal dans les relations internationales au cours de ces dernières années. Parallèlement, la Chine noue des relations bilatérales privilégiées avec la plupart des grandes puissances européennes (telles l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne), dans le cadre d’une approche que celles-ci baptisent d’« engagement constructif46 ».

  • 47 David Shambaugh, « China and Europe: The emerging axis », Current History, vol. 103, no 674, 2004, (...)
  • 48 Robert G. Sutter, Chinese Foreign Relations: Power and Policy since the Cold War, p. 340.

48Depuis 1997, un sommet annuel Chine-UE se tient alternativement à Beijing et à Bruxelles ou dans la capitale de la présidence de l’Union. David Shambaugh analyse ainsi cette évolution : « l’ampleur et la profondeur des relations Chine-Europe sont impressionnantes, et l’importance globale de cette relation s’impose comme un axe émergeant dans les affaires mondiales47 ». Pour sa part, faisant référence à l’ampleur des contacts économiques et politiques entre la Chine et l’Europe, et en allusion à Shambaugh, Robert Sutter parle de l’UE en termes de « pièce maîtresse dans la politique extérieure chinoise48 ».

  • 49 Jean-Pierre Cabestan, « European Union-China relations and the United States », Asian Perspective, (...)

49Plus nuancé, Jean-Pierre Cabestan, préfère mettre l’accent sur les faiblesses et le manque de cohérence des approches européennes, notamment en matière de droits de l’homme. Néanmoins, son bémol ne minimise en rien l’importance grandissante des liens entre la Chine et l’Europe depuis la fin de la guerre froide49.

  • 50 Lanxin Xiang, « China’s Eurasian experiment », p. 116.

50Afin de saisir les tenants du couple Chine-Europe, et d’ainsi comprendre la realpolitik guidant cette coopération, il convient d’en interroger la pertinence de la stratégie chinoise pour la promotion d’un « développement pacifique ». Traduite en matière de politique extérieure, cette stratégie repose sur la théorie de la démocratisation des relations internationales comme principe50.

  • 51 Robert G. Sutter, Chinese Foreign Relations: Power and Policy since the Cold War, op. cit.

51Comme le souligne Sutter, au lendemain de la guerre froide, les relations entre les deux parties n’étaient pas de première importance. Celles, par contre, avec les États-Unis et le Japon, entre autres puissances périphériques à la Chine, continuaient de recevoir une attention soutenue de sa part51.

  • 52 Lanxin Xiang, « China and the emerging Euro-Asian strategic landscape », <www.saias.ecnu.edu.cn>.

52En plus des motifs économiques, l’aspiration commune à un monde multipolaire et la collaboration au sein d’organisations multilatérales a favorisé un rapide rapprochement entre Chinois et Européens. Lanxin Xiang résume cette stratégie en des termes simples : « La Chine se tourne vers le multilatéral dans ses relations, les États-Unis embrassent l’unilatéral… Dans ces conditions, la Chine se tourne vers l’Union Européenne52. »

53Dès lors, on comprend que cette perche tendue par la première puissance émergente asiatique rencontre l’adhésion empressée de ses pairs européens qui, depuis la fin de la guerre froide, se plaignent de l’arrogance, parfois humiliante, avec laquelle les États-Unis d’Amérique affichent leur supériorité sur la scène mondiale. Depuis la fin de la guerre froide, la France a milité en faveur de la création d’un système multipolaire dans lequel l’Europe serait un pôle important afin de balancer les États-Unis. Ainsi, les récentes démonstrations de l’hégémonie américaine, dont la doctrine dite « preventive and preemptive » de George Bush a marqué le paroxysme, n’ont fait qu’apporter de l’eau au moulin des relations Chine-Europe.

54L’invasion unilatérale de l’Irak par les États-Unis en 2002 a fourni un exemple de l’effort du soft balancing chinois contre l’hégémonisme américain, avec un fort appui européen. Comme le souligne T. V. Paul,

  • 53 T. V. Paul, « Soft balancing in the age of U.S. primacy », International Security, vol, 30, no 1, (...)

les États opposés sont engagés dans un « balancing » diplomatique intense à l’ONU, menaçant d’utiliser le veto contre toute résolution qui aurait autorisé l’usage de la force. Au bout du compte, les États-Unis ont lancé l’assaut sans la couverture d’une résolution de l’ONU et ainsi sans la légitimité internationale qu’ils cherchaient préalablement… la France, l’Allemagne et la Russie, auxquels s’est jointe la Chine, exigeaient plus de temps afin de permettre aux inspecteurs en armement de compléter leur travail53.

  • 54 Richard Louis Edmonds, « China and Europe since 1978: A European perspective », The China Quarterl (...)

55En un mot, l’UE est une direction vers laquelle se tourner quand il est difficile de traiter avec les États-Unis et, dans une certaine mesure, le Japon aussi54. Dans une excel lente analyse, Kay Moller retrace l’histoire des rapports entre l’Europe et la Chine. Jadis un rempart contre l’hégémonisme américain ou soviétique, la Chine perçoit désormais l’UE comme un élément majeur dans l’avènement d’un monde multipolaire. Elle a, par conséquent, une préférence marquée pour ses relations avec l’Union, plutôt qu’avec l’OTAN, par exemple.

  • 55 <www.fmprc.gov.cn>.

56La nature de ses relations avec l’Europe a poussé la Chine à élaborer en 2003 un paper policy, le premier en son genre55. L’UE y est reconnue comme « une force majeure du monde », mais ce document impose aussi une longue liste de conditions nécessaires si, comme dans le cas de la Russie, son alliance avec l’Union doit jouir du statut de strategic partnership. À certains égards, la démarche de Beijing ressemble même à une tentative d’amadouer l’UE, qui représente à ses yeux un pôle militaire, politique et économique mondial important. Comme le montre Cabestan :

  • 56 Jean-Pierre Cabestan, « European Union-China relations and the United States », p. 17.

Le document souligne les vues convergentes entre la Chine et l’UE, l’absence de conflits d’intérêts, ainsi qu’une volonté supposément partagée de lutter en faveur d’un monde plus démocratique et multipolaire – une démocratisation qui, cependant, doit s’estomper aux frontières de la Chine. Ici encore, la Chine semble croire que l’ensemble de l’UE épouse l’approche française – et pour être plus précis, au sein de la France, le point de vue néogaulliste promu par Jacques Chirac – dans les relations internationales avec les États-Unis56.

  • 57 David Shambaugh, « China’s new diplomacy in Asia », op. cit.

57Ce document trahit les véritables attentes de la Chine qui vont des questions liées à Taiwan et au Tibet à celles concernant les droits de l’homme, et la levée de l’embargo américain sur l’armement. Comme le prédit Shambaugh : « Le partenariat Chine-Europe continuera de croître et de se développer à un rythme accéléré. À terme, il deviendra un axe dans les affaires du monde et servira comme une source de stabilité dans un monde volatil57. »

À l’assaut du tiers-monde : le « Dragon » contre l’« Aigle »

58Il ressort de l’analyse qui précède que la Chine continue de mettre ses relations avec les grandes puissances et les pays de sa périphérie au centre de sa politique étrangère. Parallèlement, depuis la fin de la guerre froide, son irruption sur la scène mondiale, à travers des liens diplomatiques et économiques grandissants sur tous les continents, la situe dans la trajectoire de l’« Aigle » américain, en particulier dans le tiers-monde.

  • 58 Jean-Pierre Cabestan, « Chine, des armes pour quoi faire ? », Politique internationale, no 110, 20 (...)

59Ce que nous appellerons ici l’« offensive tiers-mondiste chinoise » fournit un exemple probant de sa stratégie pragmatique qui combine ses influences économiques et diplomatiques afin de faire échec à l’hégémonie occidentale. Dans ce cadre, note Cabestan, le leadership du PCC a promu depuis 2003 un discours international dans lequel il tend la perche à ses voisions et au reste du monde pour montrer que la Chine n’a aujourd’hui plus d’ennemis58. Au gré des circonstances, les expressions « d’émergence pacifique », de « développement pacifique » et, dernière en date, d’« harmonie interne et internationale » deviennent les concepts clés de la politique stratégique chinoise.

  • 59 Michal Meidan, « China’s policy: Business now, politics later », Asian Perspective, vol. 30, no 4, (...)

60Cependant, ce qui distingue véritablement le géant asiatique, c’est son approche dépourvue d’exigence en matière de droits humains, au grand dam des puissances occidentales : « Business now, politics later », est son principal crédo59. Comme l’observe Michal Meidan, il est clair que Beijing veut exporter son modèle socioéconomique et politique à d’autres pays en développement, juste comme les États-Unis se sont engagés historiquement – du moins dans la rhétorique – à propager la démocratie. Autrement dit, en termes d’idéologie, même si la Chine est en train de limiter la mesure de son modèle, elle affiche un désir constant de questionner le modèle occidental existant.

  • 60 « China: Relations with the Third World », <www.country-data.com>.

61Les relations économiques étroites que Beijing a entrepris de développer avec les pays autres que les grandes puissances doivent être replacées dans le cadre de sa stratégie globale afin de contrer l’hégémonie américaine en Afrique, en Asie et en Amérique Latine. En termes d’importance, ses relations avec le tiers-monde viennent immédiatement derrière celles avec les grandes puissances60. Cette campagne de Beijing a été couronnée de succès, si l’on en croit plusieurs analyses. Selon Joseph Tse-Hei Lee :

  • 61 Joseph Tse-Hei Lee, « The dragon and the eagle: China’s encounters with the United States in the t (...)

Quoique la Chine ne possède pas encore la puissance et les infrastructures pour être un État du premier-monde, elle possède néanmoins la capacité, les ressources et la volonté politique pour devenir un leader du tiers-monde… À l’instar de ses prédécesseurs, le président Hu Jintao conçoit le tiersmonde tant en termes idéologique que géopolitique. Il poursuit une plus grande stratégie qui vise la mise en place d’un ordre mondial multipolaire et anti-hégémonique, mais il est déterminé à combiner cette cause avec l’objectif de la Chine de rivaliser avec les États-Unis dans différentes régions du monde61.

62Certes, les réalités du nouvel ordre mondial vont pousser la Chine à faire preuve de pragmatisme dans sa quête de marchés, d’énergie et de matières premières, mais aussi d’influence politique comme puissance émergente. Mais au-delà des intérêts économiques qui les unissent, autant les leaders chinois ont toujours paru considérer les nations en développement des trois A (Asie, Afrique et Amérique Latine) comme une force majeure dans les affaires mondiales, autant celles-ci ont vu Beijing comme faisant partie intégrante du tiers-monde.

La Chine en Afrique : une stratégie de contournement de l’Occident

  • 62 Valérie Niquet, « La stratégie africaine de l’Afrique », <www.diplomatie.gouv.fr>. Niquet situe ce repli entre le début de</www> (...)

63« Il nous faut nous tourner vers l’Est, là où se lève le soleil. » C’est en ces termes que le président Robert Mugabe a célébré, à l’occasion du 25e anniversaire de l’indépendance du Zimbabwe, les retrouvailles entre l’Afrique et la Chine. C’est que, après ce qui est considéré comme une « période de repli relatif62 », depuis quelques années, Beijing manifeste un intérêt plus marqué pour l’Afrique. Pourtant, ses nouvelles motivations ne sont plus idéologiques comme ce fut le cas dans les années 1960 et 1970 quand elle se présentait comme une alternative aux États-Unis et à l’Union soviétique et fournissait un appui salutaire aux mouvements de libération africains.

  • 63 Philippe Richer, L’offensive chinoise en Afrique, préface par Jean-Luc Domenach, Paris, Karthala, (...)

64Sa nouvelle politique africaine recèle une dimension qui dépasse par ailleurs les ambitions strictement économiques qui caractérisaient ses relations avec les pays africains danscles années 1980. Autrement dit, ce que Philippe Richer nomme « l’offensive chinoise en Afrique » sur un continent considéré jadis comme une chasse-gardée de l’Occident, puise ses raisons dans la nouvelle « mutation de la puissance chinoise63 ».

  • 64 François Lafargue, « La Chine, une puissance africaine », Perspectives chinoises, juillet-août 200 (...)

65Peuvent en témoigner la série de visites en grande pompe de Hu Jintao dans une vingtaine de pays depuis 200464 et le fait que chaque année, en janvier, la Chine réserve ses premières sorties diplomatiques à l’Afrique. En retour, les dirigeants africains se succèdent à Beijing où ils sont accueillis avec un faste difficilement égalable. Pourtant, pris objectivement, peu de raisons plaideraient a priori en faveur de relations si intenses entre deux continents éloignés tant par leur géographie que leur langue et leur culture. Qu’en est-il donc exactement ?

  • 65 Voir « Relations sino-africaines », CEREMS, septembre 2005, <www.cerems-travail.fr>.

66En premier lieu, il est largement reconnu que la présence de la Chine en Afrique est motivée par un enjeu pétrolier, entre autres ressources nécessaires à son développement économique. Deuxième pays consommateur de pétrole du monde après les États-Unis, la Chine se doit impérativement de trouver de nouvelles zones productrices pour sécuriser ses approvisionnements65. Aujourd’hui, comme le note François Lafargue, si les flux commerciaux entre la Chine et l’Afrique restent limités, leur croissance est significative.

  • 66 François Lafargue, op. cit.
  • 67 J.-R. Chaponnière, « L’aide chinoise à l’Afrique : origines, modalités et enjeux », L’Économie Pol (...)

67La Chine figure parmi les premiers partenaires commerciaux de nombreux pays africains : deuxième client du Gabon après les États-Unis, deuxième fournisseur du Bénin, cinquième fournisseur de l’Afrique du Sud, sixième fournisseur de l’Algérie66. À cet égard, relève Jean-Raphaël Chaponnière, « entre 2000 et 2007, la multiplication par sept du commerce sino-africain – de 10 à 70 milliards de dollars – classe la Chine au premier rang des fournisseurs du continent et au second rang de ses partenaires commerciaux derrière les États-Unis. Cette progression spectaculaire a arrêté le processus de marginalisation de l’Afrique dans le commerce mondial qui avait débuté en 198067. »

  • 68 Voir Valérie Niquet, « La stratégie africaine de la Chine », op. cit. ; Jiang Chung-lian, « Pékin (...)
  • 69 Voir François Lafargue, op. cit., p. 2-10.

68En second lieu, il y a la question de Taiwan qui, toutefois, ne constitue plus l’élément principal de la politique africaine de la Chine68 puisqu’en dépit d’une politique de marginalisation diplomatique de Taipei, elle n’a pas réussi à le mettre totalement en quarantaine sur le continent africain. Parmi les États qui reconnaissent Taiwan, quatre sont des pays africains69.

  • 70 Kwesi Aning et Delphine Lecoutre, « China’s ventures in Africa », African Security Review, vol. 17 (...)

69En troisième lieu, vient aussi la dimension onusienne. Les pays africains représentent à eux seuls environ le tiers des effectifs de l’Organisation des Nations Unis (ONU). Ils s’imposent dès lors en alliés incontournables si Beijing veut damer le pion aux puissances occidentales dans la gestion de certains dossiers internationaux. Dans le même temps, « la dimension des Nations unies demeure centrale dans la mesure où Beijing peut offrir à ses partenaires africains un “paquet diplomatique” grâce à son double statut de pays en développement et de grande puissance à même de peser de tout son poids sur l’arène de la politique mondiale70 ».

  • 71 Valérie Niquet, op. cit. Pour approfondir le sujet, voir également : Jacques de Lisle, « Into Afri (...)

70Cependant, à elles seules, ces dimensions ne suffisent pas à expliquer la dynamique des relations sino-africaines au XXIe siècle. Les enjeux de la nouvelle politique africaine de la Chine dépassent de très loin ce continent, souligne Niquet. Selon elle, la politique africaine de la Chine s’inscrit également dans le cadre plus large d’une stratégie de contournement ou d’affaiblissement des puissances occidentales ou assimilées. Elle vise principalement les États-Unis, dans une situation internationale décrite par Pékin comme « complexe », c’est-à-dire, pour décoder la terminologie officielle, peu favorable à ses intérêts71.

  • 72 Cette coopération s’inspire essentiellement des mêmes principes relevés dans le discours prononcé (...)
  • 73 Philippe D. Rogers, « Dragon with a heart of darkness? Countering Chinese influence in Africa », J (...)

71Beijing mène en effet une stratégie de conquête politique sans précédent en Afrique. Dans ce contexte, la « nouvelle » politique africaine de la Chine, élaborée en 2006, pose les bases d’une coopération « mutuellement bénéfique », fondée sur la « non-ingérence »72. Au cours des dernières années, la diplomatie publique occidentale a fait des « États voyous » et autres « axes du mal » son point focal ; Beijing, en contraste, promeut une perspective bien différente. Par exemple, ses relations avec l’Angola, le Soudan et le Zimbabwe ont permis à ces pays d’ignorer royalement les pressions internationales et ont nui constamment à tout effort en vue de contraindre leurs dirigeants à réformer leur gouvernance interne73.

  • 74 Philippe Richer, L’offensive chinoise en Afrique, p. 159.
  • 75 Voir Ian Taylor, « Unpacking China’s resource diplomacy in Africa », <www.cctr.ust.hk>.

72L’Angola, décrit comme passant de l’« afro-stalinisme » au « pétro-diamant-dollar », est l’archétype des pays africains ayant la démocratie en horreur74. En déficit de crédibilité auprès des institutions internationales en raison de sa mauvaise gouvernance, Luanda s’est alors tourné vers l’Est. Beijing ne s’est pas fait prier pour délier les cordons de la bourse75.

  • 76 Ndumbe Anyu et J.-P. Afam Ifedi, « China’s ventures in Africa: Patterns, prospects, and implicatio (...)

73Avec le Soudan, selon certains, la Chine a scellé un partenariat à base « pétrole contre dictature ». « À certains égards, le cas du Soudan est unique : il est le prototype de la volonté de la Chine d’offrir un partenariat large – argent, technologies, infrastructures et protection politique contre les pressions internationales (Occident) sur les questions de droits humains76. »

  • 77 ISN Security Watch, « Influence anxiety: China’s role in Africa », <www.cfr.org>.

74Au Nigeria, pays qui a toutes les apparences d’une démo cratie (président élu, élections régulières, etc.), mais réputé pour ses violations répétées de droits de l’homme, la Chine a augmenté ses chances de profiter de concessions de contrats juteux en troquant la « diplomatie contre le pétrole’77.

  • 78 Paul Money, « China’s African safari », <http://yaleglobal.yale.edu>.

75Le Zimbabwe est un autre cas typique. Tandis que les Américains et les Européens se sont retirés, en raison d’une réforme agraire destructive et des violations des droits de l’homme, la Chine entretient d’excellentes relations avec cette nation africaine figurant sur la liste noire occidentale d’« États voyous78 ».

  • 79 Extrait de la préface de Jean-Luc Domenach, dans Philippe Richer, op. cit., p. 5.
  • 80 Philippe D. Rogers, op. cit.

76L’offensive que la Chine conduit depuis quelques années en Afrique – continent considéré jadis, nous l’avons dit, comme la chasse-gardée de l’Occident – est sans doute le signe le plus tangible que son statut mondial s’est transformé79. Tandis que les États-Unis sont empêtrés dans un bourbier avec la gestion de plusieurs défis globaux liés à leur sécurité depuis 2001, la Chine a utilisé ce qu’elle appelle une politique étrangère indépendante (en fait, un concept employé pour dénoter son indépendance de la puissance américaine) pour promouvoir une influence diplomatique, militaire et économique dans les nations africaines, en échange d’aide inconditionnelle, peu attentive à la situation des droits humains80.

  • 81 « French President Nicolas Sarkozy’s Speech at the Opening of the Fifteenth Ambassadors’ Conferenc (...)

77Face à cette montée spectaculaire de la Chine, le président Nicolas Sarkozy ne cache pas sa préoccupation : « La Chine est en train de transformer sa quête insatiable de ressources matérielles en une stratégie de contrôle, spécialement en Afrique81. » En février 2007, quand le président Hu Jintao a annoncé que le commerce entre la Chine et l’Afrique atteindrait 100 milliards de dollars en 2010 (une croissance effectivement réalisée de 50 % en quatre ans, après 40 % par an entre 2000 et 2007), il a du coup fait de la Chine le premier partenaire commercial de l’Afrique.

  • 82 Joseph Tse-Hei Lee, « The dragon and the eagle: China’s encounters with the United States in the t (...)

78Selon l’African Labour Research Network, « Après la fin de la guerre froide, la Chine a accordé une importance tant aux bénéfices politiques qu’économiques et s’est projetée comme un partenaire économique attrayant et un ami politique. Pour les gouvernements africains, cela a offert une alternative au “Consensus de Washington”, sous la forme du “Consensus de Beijing”, c’est-à-dire le soutien sans interférence dans les affaires internes. » De la sorte, l’Afrique est devenue de toutes les régions du monde, la plus récente frontière à l’expansionnisme chinois82.

L’Amérique latine : défier Washington dans son arrière-cour

  • 83 Dans ce texte, Amérique latine désigne l’Amérique du Sud, l’Amérique centrale, le Mexique et les C (...)
  • 84 Celle-ci a fait suite à une première tournée en 2001. En novembre 2008, le président Hu Jintao a e (...)

79Depuis la visite officielle de Hu Jintao en Amérique latine83 en 200484, la « fièvre chinoise » se propage très fortement à travers le sous-continent. Freiner sa contagion risque même de constituer, au début du XXIe siècle, le principal défi à la doctrine Monroe qui proclamait : l’Amérique aux Américains.

  • 85 Jane Bussey et Glenn Garvin, « China exerting regional influence, analysts warn of political, stra (...)

80En effet, depuis l’alliance stratégique de l’Union soviétique avec Cuba dans les années 1960, aucune autre puissance ne semble avoir autant convoité l’arrière-cour de la seule superpuissance au monde. Or, « discrètement mais résolument, dans des douzaines de régions du Chili à Cuba, la Chine est en train de gonfler ses muscles dans les étapes embryonnaires de ce qu’analystes militaires et des services de renseignement perçoivent comme étant un plan visant à défier les États-Unis politiquement et stratégiquement dans sa propre arrière-cour85 ».

  • 86 Depuis 1950, la Chine a activement participé au combat pour l’éman cipation de certains peuples su (...)

81En Amérique latine, la Chine évolue certes dans un environnement moins familier qu’en Afrique86, mais elle ne s’y retrouve pas non plus en territoire inconnu. Au cours de la décennie 1960, la Chine de Mao découvre, dans le contexte de la guerre froide, la révolution cubaine qui, emmenée par Fidel Castro, constituait une « entorse à la doctrine Monroe » telle que pratiquée depuis plus d’un siècle par les États-Unis. Mais absorbée par sa propre révolution culturelle, l’influence de la Chine ne consistera qu’en un soutien limité à des mouvements révolutionnaires latino-américains.

  • 87 Voir Frank O. Mora, « Sino-Latin American relations: Sources and consequences, 1977-1997 », Journa (...)
  • 88 He Li, « China’s growing interest in Latin America and its implications », The Journal of Strategi (...)
  • 89 Ibid.
  • 90 Informations extraites de Luis Arce, « China challenges US dominance in Latin America », <www.wsws.org>.
  • 91 Jean-Michel Caroit, « Pékin resserre ses liens avec les économies latino-américaines », Le Monde, (...)

82Depuis les années 1970, les relations diplomatiques et économiques sino-latino-américaines n’ont cessé de croître à un rythme significatif, en particulier dans les domaines du commerce, de l’investissement et de la coopération scientifique et technologique87. Au sortir de la guerre froide, tant l’Union soviétique que les États-Unis ont tourné le dos à l’Amérique latine dont la portée stratégique de « région-satellite » s’est considérablement dévaluée. En particulier, la désintégration de l’URSS induira un vacuum que cherchera dès lors à combler la principale puissance émergente. « La Chine a certainement mis à profit ce changement dans la configuration internationale de la puissance afin d’étendre son influence dans une région où elle a d’importants intérêts88. » Le sous-continent est ainsi devenu pour elle, une source vitale d’énergie, de matières premières et de produits alimentaires. « Elle est devenue un acteur “discret” mais de plus en plus important en Amérique latine89. » Aujourd’hui, le géant asiatique est le deuxième plus grand partenaire de la région, derrière seulement les États-Unis90. Le commerce avec l’Amérique latine a fortement augmenté depuis dix ans, atteignant 102 milliards de dollars en 200791. De quoi inquiéter Washington, peu enthousiaste de voir Beijing s’immiscer dans une région dont le contrôle tendait déjà à lui échapper. En effet :

  • 92 François Lafargue, « La Chine en Amérique latine : stratégies, objectifs et limites d’une présence (...)

En quelques années, après Hugo Chavez au Venezuela (1998) et Lula Da Silva au Brésil (2002), la plupart des pays d’Amérique latine ont élu un gouvernement de gauche populiste, aux positions souvent hostiles à la politique américaine, comme Nestor Kirchner en Argentine (2003), Tabaré Vazquez en Uruguay (2004), puis […] Evo Morales en Bolivie et Michelle Bachelet au Chili. Surtout, la victoire de Daniel Ortega au Nicaragua en novembre 2006 inquiète les États-Unis qui redoutent de voir se réduire leur emprise sur le continent latino-américain92.

83Si donc pendant un demi-siècle, elle n’a manifesté qu’un intérêt mitigé pour l’Amérique latine, cette époque d’indifférence est maintenant révolue. La Chine, écrit François Lafargue, multiplie les investissements du Rio Grande à la Terre de feu et figure parmi les premiers partenaires commerciaux du Brésil, de l’Argentine et du Chili. Elle achète du soja et du fer au Brésil, du cuivre au Chili, de l’étain à la Bolivie, du nickel à Cuba et du pétrole au Venezuela.

  • 93 Arnaud de La Grange, « L’intérêt croissant de Pékin pour l’Amérique latine », Le Figaro, 20 avril (...)

84Dans un contexte mondial de récession économique, où les fonds tendent à se raréfier pour les économies émergentes, comme en Afrique, elle n’hésite pas à jouer la carte de la diplomatie du carnet de chèque. « Les dirigeants chinois semblent vouloir profiter de la crise mondiale et des difficultés des pays occidentaux pour gagner du terrain dans les pays en développement, en se servant de leurs confortables finances », commente un article du Figaro93. Pékin vient ainsi de doubler la mise pour un fonds de développement au Venezuela à hauteur de 12 milliards de dollars ; a prêté 10 milliards de dollars à la compagnie nationale pétrolière du Brésil et a signé avec l’Argentine un accord d’échange de devises (swap) pour un montant de 10 milliards de dollars.

  • 94 Javier Santiso, « China: A helping hand for Latin America? » Introduction to The Visible Hand of C (...)
  • 95 <www.latinreporters.com>.

85Par ailleurs, « en 2003, les investissements de la Chine à l’étranger ont plus que doublé en une année (quoiqu’ils demeurent à un bas niveau) et l’Amérique latine a reçu un tiers des IDE chinois. L’année suivante, environ 50 % des IDE chinois ont été en Amérique latine (16 % en 2005, d’un montant total de 7 milliards investis à l’étranger)94. » Constatant le poids de la Chine dans les négociations entre l’OMC et l’Amérique latine, Pascal Lamy s’étonne que l’attraction de la Chine puisse à ce point avoir ébranlé des « équilibres politiques » que l’on croyait acquis95.

  • 96 Luis Arce, « China challenges US dominance in Latin America », op. cit.

86Cet activisme est loin d’être de la philanthropie cependant. « Avec les États-Unis au fond de sa pire crise financière depuis sept décennies, l’irruption de la Chine dans la région va bien au-delà de ses besoins immédiats de ressources matérielles afin d’alimenter sa croissance industrielle96. »

87David Rothkopf, spécialiste américain des questions stratégiques, s’interroge sur ses réelles intentions : « C’est ainsi que s’incline progressivement la balance de la puissance en temps de crise », déclare-t-il au New York Times. Les analystes se réfèrent généralement aux généreux prêts chinois en guise d’indication de sa puissance dans un monde changeant de direction, avec les Chinois devenant de plus en plus actifs. Il paraît évident que, sur le plan politique, la présence de la Chine en Amérique latine conduira à termes à l’érosion de l’influence de Washington dont l’isolement est déjà patent. Une telle thèse est d’autant plus crédible qu’au niveau du sous-continent, seuls le Nicaragua, le Honduras, la République dominicaine et le Salvador avaient répondu à l’appel afin de participer à la coalition formée par les États-Unis pour déloger Sadam Hussein.

  • 97 Albert Santoli, « China’s strategic reach into Latin America », <www.uscc.gov>.
  • 98 Arnaud de La Grange, « L’intérêt croissant de Pékin pour l’Amérique latine », Le Figaro, 20 avril (...)

88Témoignant devant le Congrès américain, Albert Santoli tire la sonnette d’alarme quant aux « velléités expansionnistes » de la Chine en Amérique latine97. Significative en cela est cette déclaration du fils spirituel de Fidel Castro, Hugo Chavez, en visite officielle dans la région asiatique. À la veille du sommet du G20 à Londres en avril 2009, le nouvel homme fort du sous-continent, bête noire des États-Unis, a tenu à faire le voyage en Chine pour, comme l’écrit Le Figaro, définitivement y « enterrer l’hégémonisme américain ». Celui qui dirige le premier pays producteur de pétrole en Amérique latine, a ainsi déclaré que le « centre de gravité du monde s’est désormais déplacé à Pékin98 ». Hugo Chavez, dont on connaît bien l’impétuosité, a peutêtre proclamé haut et fort ce qu’on est de plus en plus nombreux à penser tout bas dans la région et ailleurs.

89On le voit, à mesure que sa puissance économique et militaire s’accroît, Beijing revendique aussi une influence politique grandissante dans les affaires internationales. Ce désir se manifeste à travers des relations multilatérales et bilatérales traduites en liens stratégiques avec des puissances majeures du système et une offensive tous azimuts en direction des pays du tiers-monde. Partout, mais dans ces derniers en particulier, Beijing fait preuve d’originalité. Elle joue tour à tour les cartes de la diplomatie, du charme, de la communauté de destin et du carnet de chèque, tous des instruments alternatifs ou complémentaires au service de son ascension au sommet de la puissance.

Notes

1 Andrew Scobell, « Chinese diplomacy goes global: Motives, methods, and mechanisms ». Témoignage devant l’U.S.-China Economic and Security Review Commission, p. 6, <www.uscc.gov>.

2 Cité dans Aaron L. Friedberg, op. cit., p. 19.

3 Ibid.

4 John J. Mearsheimer, « The false promise of international institutions », International Security, vol. 19, no 3, 1994-1995, p. 7.

5 Kenneth Waltz, « Structural realism after the Cold War », International Security, vol. 25, no 1, p. 21.

6 John J. Mearsheimer, « The false promise of international institutions, p. 5-49.

7 Andrew Scobell, op. cit., p. 5.

8 Lanxin Xiang, « China’s Eurasian experiment », Survival, vol. 46, no 2, 2004, p. 116.

9 Evan S. Medeiros et M. Taylor Fravel, « China’s new diplomacy », Foreing Affairs, vol. 82, no 6, 2003, p. 22.

10 <http://english.peopledaily.com.cn>.

11 David L. Lampton, Same Bed, Different Dreams: Managing U.S.-China Relations, 1989-2000, Berkeley, University of California Press, 2001, p. 163.

12 Andrew Scobell, « Chinese diplomacy goes global », p. 1.

13 Robert G. Sutter, Chinese Foreign Relations: Power and Policy Since the Cold War, Lanham, Rowman and Littlefield, 2008, p. 313.

14 Vidya Nadkarni, « Strategic partnerships in Eurasia and Asia », présentation à l’Annual Convention of the International Studies Association, San Diego, 22-27 mars 2006, <www.allacademic.com>.

15 Vidya Nadkarni, Strategic Partnerships in Eurasia and Asia: Balancing Without Alliances, New York, Routledge, 2009.

16 Yuan-Kang Wang, « China’s grand strategy and U.S. primacy », p. 23.

17 Avery Goldstein, Rising to the Challenge, p. 121.

18 Ibid., p. 127.

19 Evan S. Medeiros et M. Taylor Fravel, « China’s new diplomacy », op. cit., p. 34.

20 Avery Goldstein, op. cit., p. 119.

21 Evan S. Medeiros et M. Taylor Fravel, « China’s new diplomacy », op. cit.

22 Zhang Xiaoming, « The rise of China and community building in east Asia », Asian Perspective, vol. 30, no 3, 2006, p. 146.

23 Hugh De Santis, « The dragon and the tigers: China and Asian regionalism », World Policy Journal, vol. 22, no 2, 2005, p. 23-36.

24 Voir le livre récent de Martin Jacques, When China Rules the World. The End of the Western World and the Birth of a New Global Order, Londres, Allen Lane, 2009.

25 Avery Goldstein, « The diplomatic face of China’s grand strategy », p. 846.

26 Andrew Scobell, « Chinese diplomacy goes global, op. cit., p. 5.

27 Avery Goldstein, Rising to the Challenge, p. 133-134.

28 A. Goldstein, Rising to the Challenge, p. 133-134.

29 Phillip C. Saunders, « China’s global activism: Strategy, drivers, and tools », Washington, National Defense University Press, 2006.

30 Lanxin Xiang, « China’s Eurasian experiment », Survival, vol. 46, no 2, 2004, p. 112.

31 Yuan-Kang Wang, op. cit., p. 25.

32 Elizabeth Economy, « Changing course on China », Current History, vol. 102, no 665, 2003, p. 243.

33 Glenn H. Snyder, « Mearsheimer’s world – offensive realism and the struggle for security », International Security, vol. 27, no 1, 2002, p. 1649.

34 Jeremy Pressman, « Strategies of resistance and the road to balancing », présentation à la convention annuelle de l’American Political Science Association, Chicago, 2-5 septembre 2004.

35 Yoram Evron, « Sino-American relations and the new administration », Strategic Assessment, vol. 11, no 3, 2009, p. 36.

36 Elizabeth Economy, « Changing course on China », p. 243.

37 Avery Goldstein, Rising to the Challenge, p. 143.

38 Andrew Scobell, « Chinese diplomacy goes global: Motives, methods, and mechanisms », p. 2.

39 Avery Goldstein, op. cit.

40 Jisi Wang, « China’s search for stability with america », Foreign Affairs, septembre-octobre 2005.

41 Andrew Scobell, op. cit.

42 Phillip C. Saunders, « China’s global activism: Strategy, drivers, and tools », op. cit., p. 6.

43 Elizabeth Economy, op. cit., p. 248.

44 Robert G. Sutter, Chinese Foreign Relations: Power and Policy since the Cold War, p. 155.

45 Yoram Evron, « Sino-American relations and the new administration », p. 35.

46 À ce sujet, voir Kay Möller, « China and Europe since 1978: A European perspective », The China Quarterly, no 169, 2002, p. 10-32. Pour une analyse plus factuelle et exhaustive des relations bilatérales sinoeuropéennes, voir Markus Taube, « Economic relations between the PRC and the states of Europe », The China Quarterly, no 169, 2002, p. 78-107.

47 David Shambaugh, « China and Europe: The emerging axis », Current History, vol. 103, no 674, 2004, p. 243-248.

48 Robert G. Sutter, Chinese Foreign Relations: Power and Policy since the Cold War, p. 340.

49 Jean-Pierre Cabestan, « European Union-China relations and the United States », Asian Perspective, vol. 30, no 4, 2006, p. 12.

50 Lanxin Xiang, « China’s Eurasian experiment », p. 116.

51 Robert G. Sutter, Chinese Foreign Relations: Power and Policy since the Cold War, op. cit.

52 Lanxin Xiang, « China and the emerging Euro-Asian strategic landscape », <www.saias.ecnu.edu.cn>.

53 T. V. Paul, « Soft balancing in the age of U.S. primacy », International Security, vol, 30, no 1, 2005, p. 66-70.

54 Richard Louis Edmonds, « China and Europe since 1978: A European perspective », The China Quarterly, no 169, 2002, p. 1-9.

55 <www.fmprc.gov.cn>.

56 Jean-Pierre Cabestan, « European Union-China relations and the United States », p. 17.

57 David Shambaugh, « China’s new diplomacy in Asia », op. cit.

58 Jean-Pierre Cabestan, « Chine, des armes pour quoi faire ? », Politique internationale, no 110, 2006, p. 7.

59 Michal Meidan, « China’s policy: Business now, politics later », Asian Perspective, vol. 30, no 4, 2006, p. 69-93.

60 « China: Relations with the Third World », <www.country-data.com>.

61 Joseph Tse-Hei Lee, « The dragon and the eagle: China’s encounters with the United States in the third world », Asia Journal of Global Studies, vol. 2, no 1, p. 2.

62 Valérie Niquet, « La stratégie africaine de l’Afrique », <www.diplomatie.gouv.fr>. Niquet situe ce repli entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990. Selon elle, ce retrait est dû essentiellement à une thématique bilatérale – la question de Taiwan.

63 Philippe Richer, L’offensive chinoise en Afrique, préface par Jean-Luc Domenach, Paris, Karthala, 2008.

64 François Lafargue, « La Chine, une puissance africaine », Perspectives chinoises, juillet-août 2005, <http://perspectiveschinoises.revues.org>.

65 Voir « Relations sino-africaines », CEREMS, septembre 2005, <www.cerems-travail.fr>.

66 François Lafargue, op. cit.

67 J.-R. Chaponnière, « L’aide chinoise à l’Afrique : origines, modalités et enjeux », L’Économie Politique, vol. 2, no 38, p. 8.

68 Voir Valérie Niquet, « La stratégie africaine de la Chine », op. cit. ; Jiang Chung-lian, « Pékin et Taïpeh : les enjeux africains », Géopolitique africaine, no 10, 2003, p. 239-254.

69 Voir François Lafargue, op. cit., p. 2-10.

70 Kwesi Aning et Delphine Lecoutre, « China’s ventures in Africa », African Security Review, vol. 17, no 1, 2008.

71 Valérie Niquet, op. cit. Pour approfondir le sujet, voir également : Jacques de Lisle, « Into Africa : China’s quest for resources and influence », février 2007, <www.fpri.org>.

72 Cette coopération s’inspire essentiellement des mêmes principes relevés dans le discours prononcé à Accra en 1964 par Zhou Enlai. Il énonça alors « huit principes » qui, à plusieurs égards, régissent encore aujourd’hui l’aide chinoise, même si leur interprétation a changé au cours du temps : l’égalité entre les partenaires, les bénéfices mutuels, le respect de la souveraineté, l’utilisation de dons ou de prêts sans intérêt et l’allégement des charges, le renforcement du bénéficiaire, le respect des obligations, l’égalité de traitement entre experts chinois et locaux. Voir J.-R. Chaponnière, « L’aide chinoise à l’Afrique », op. cit. p. 37.

73 Philippe D. Rogers, « Dragon with a heart of darkness? Countering Chinese influence in Africa », Joint Force Quaterly, 2007.

74 Philippe Richer, L’offensive chinoise en Afrique, p. 159.

75 Voir Ian Taylor, « Unpacking China’s resource diplomacy in Africa », <www.cctr.ust.hk>.

76 Ndumbe Anyu et J.-P. Afam Ifedi, « China’s ventures in Africa: Patterns, prospects, and implications for Africa’s development », Mediterranean Quarterly, vol. 19, no 4, 2008, p. 99.

77 ISN Security Watch, « Influence anxiety: China’s role in Africa », <www.cfr.org>.

78 Paul Money, « China’s African safari », <http://yaleglobal.yale.edu>.

79 Extrait de la préface de Jean-Luc Domenach, dans Philippe Richer, op. cit., p. 5.

80 Philippe D. Rogers, op. cit.

81 « French President Nicolas Sarkozy’s Speech at the Opening of the Fifteenth Ambassadors’ Conference », 27 août 2007, <www.ambafrance-uk.org>.

82 Joseph Tse-Hei Lee, « The dragon and the eagle: China’s encounters with the United States in the third world », p. 10.

83 Dans ce texte, Amérique latine désigne l’Amérique du Sud, l’Amérique centrale, le Mexique et les Caraïbes.

84 Celle-ci a fait suite à une première tournée en 2001. En novembre 2008, le président Hu Jintao a effectué un voyage au Costa Rica, à Cuba et au Pérou.

85 Jane Bussey et Glenn Garvin, « China exerting regional influence, analysts warn of political, strategic challenges to U.S. in Latin America », The Miami Herald, 15 avril 2001, p. A1, <www.latinamericanstudies.org>.

86 Depuis 1950, la Chine a activement participé au combat pour l’éman cipation de certains peuples sur le continent noir.

87 Voir Frank O. Mora, « Sino-Latin American relations: Sources and consequences, 1977-1997 », Journal of Interamerican Studies and World Affairs, vol. 41, no 2, 1999, p. vi-116.

88 He Li, « China’s growing interest in Latin America and its implications », The Journal of Strategic Studies, vol. 30, nos 4-5, 2007, p. 833.

89 Ibid.

90 Informations extraites de Luis Arce, « China challenges US dominance in Latin America », <www.wsws.org>.

91 Jean-Michel Caroit, « Pékin resserre ses liens avec les économies latino-américaines », Le Monde, 18 novembre 2008, <www.bilaterals.org>.

92 François Lafargue, « La Chine en Amérique latine : stratégies, objectifs et limites d’une présence », Perspectives Chinoises, no 97, 2006, p. 8.

93 Arnaud de La Grange, « L’intérêt croissant de Pékin pour l’Amérique latine », Le Figaro, 20 avril 2009, <www.lefigaro.fr>.

94 Javier Santiso, « China: A helping hand for Latin America? » Introduction to The Visible Hand of China in Latin America, <www.oecd.org>.

95 <www.latinreporters.com>.

96 Luis Arce, « China challenges US dominance in Latin America », op. cit.

97 Albert Santoli, « China’s strategic reach into Latin America », <www.uscc.gov>.

98 Arnaud de La Grange, « L’intérêt croissant de Pékin pour l’Amérique latine », Le Figaro, 20 avril 2009.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search