Version classiqueVersion mobile

Un nouvel ordre mondial made in China ?

 | 
Mamoudou Gazibo
, 
Roromme Chantal

Chapitre 1. L’ordre mondial bousculé

Texte intégral

  • 1 Cité dans Tanguy Struye de Swielande, « Les États-Unis et le nouvel ordre mondial émergent », Les (...)

1L’ascension de la Chine au rang de grande puissance bouscule à plusieurs égards l’ordre mondial centré sur la superpuissance américaine. Ce nouveau statut sur la scène internationale est le résultat de l’ingéniosité du peuple chinois, mais aussi et surtout de la stratégie de son leadership. Pour reprendre les termes du général Jean Salvan, la stratégie peut être définie comme « l’ensemble des méthodes et moyens permettant d’atteindre les fins exigées par le politique1 ».

  • 2 Christopher Layne, « From preponderance to offshore balancing », International Security, vol. 22, (...)

2En reprenant l’analyse de Christopher Layne, Tanguy Struye de Swielande définit la grande stratégie comme un processus en trois temps : détermination des intérêts sécuritaires vitaux d’un État ; identification des menaces qui pèsent sur ces intérêts ; allocation des ressources politiques, militaires et économiques de l’État nécessaires à leur protection2.

3La stratégie intégrale, prise dans cette acception, articulerait « la sécurité extérieure aux facteurs d’ordre interne que sont tant les ressources économiques et la capacité de production des acteurs que leur culture ou idéologie et les institutions politiques qui les expérimentent ». Dans ces circonstances, comme le souligne Swielande, « la grande stratégie d’un État représente donc une feuille de route délimitant les grands objectifs de la politique étrangère. Bien que cela lui soit difficile, il est donc fondamental pour un État d’établir une stratégie générale, une grille de lecture qui lui permette de définir ou de redéfinir ses priorités par rapport au monde. »

  • 3 Ben D. Mor, « Public diplomacy in grand strategy », Foreign Policy Analysis, vol. 2, no 2, 2006, p (...)

4Sur un plan plus opérationnel, la grande stratégie serait alors la combinaison particulière des moyens militaires, politiques et économiques par lesquels un État tente de faire prévaloir ses intérêts nationaux. Une telle approche implique une sorte d’équilibre entre soft et hard power dans la politique étrangère des États ; l’équilibre entre ces deux sources de l’influence nationale traduisant concrètement la grande stratégie de l’État3.

Une stratégie d’affirmation de puissance

  • 4 Michael D. Swaine et Ashley J. Tellis, Interpreting China’s Grand Strategy: Past, Present, and Fut (...)
  • 5 Avery Goldstein, Rising to the Challenge. China’s Grand Strategy and International Security, Stanf (...)

5Les analyses qui précèdent correspondent, croyons-nous, au comportement de la Chine sur la scène internationale au cours des dernières décennies. En effet, les observateurs sont de plus en plus nombreux à penser que la Chine, à l’instar de n’importe quel autre État, poursuit actuellement une grande stratégie dictée essentiellement par son expérience historique, ses intérêts politiques et son environnement géostratégique4. Avery Goldstein observe qu’au sortir de la guerre froide, période au cours de laquelle la Chine a fait face aux défis de l’unilatéralisme américain, un consensus s’est dégagé parmi ses leaders. Ce consensus constitue de facto une grande stratégie édictant les grandes lignes de sa politique étrangère5.

6Cette grande stratégie peut se définir comme la poursuite de ce que Beijing perçoit comme ses intérêts eu égard aux ressources dont elle dispose et au contexte contraignant dans lequel ces objectifs doivent être atteints. En analysant la portée de sa grande stratégie, on prête couramment à ce pays l’intention de se propulser au statut de grande puissance dans un contexte unipolaire dominé par la superpuissance américaine.

  • 6 Steven W. Mosher, « Does the PRC have a Grand strategy of hegemony? », Washingon, US House of Repr (...)

7Dans les milieux plus conservateurs en Occident, où les moindres faits et gestes de la Chine sont passés au peigne fin, les observateurs sont encore plus radicaux. En 2009, un spécialiste de l’Asie déclarait au Congrès américain : « Je partage l’opinion, nourrie par 25 ans d’études de la RPC, que le leadership du PCC a toujours eu une grande stratégie. En outre, il me semble évident [que les dirigeants chinois] continuent d’avoir une grande stratégie aujourd’hui. C’est une grande stratégie d’intimidation, d’expansion, d’affirmation et de domination sur le plan global. C’est une stratégie qui vise à rattraper, à surpasser et finalement à éclipser la superpuissance régnante, les États-Unis d’Amérique. En un mot, c’est une stratégie d’hégémonie6. »

8Bien entendu, la perspective officielle chinoise oppose à cette conception, jugée biaisée, la thèse du développement pacifique. À la tête de cette contre-offensive, le premier ministre Wen Jiabao a, depuis 2004, entrepris d’expliquer que la Chine « n’émergera au détriment d’aucun autre pays, ne se mettra en travers du chemin d’aucun autre pays, ni ne constituera une menace pour aucun autre pays ».

9Cela étant dit, dans son livre blanc sur la défense, Beijing formule des objectifs en matière de sécurité qui pourraient trahir ses véritables ambitions. Ceux-ci visent, entre autres, à mettre le pays à l’abri de menaces externes, à freiner le séparatisme, en prévénant en particulier une déclaration de jure d’indépendance de Taiwan, et à préserver l’ordre intérieur et la stabilité sociale. Discernant les implications de tels objectifs, sinologues et stratèges s’accordent généralement pour dire que la Chine se doit de développer des capacités politiques, militaires et économiques adéquates afin de protéger ses intérêts. Autrement dit, elle doit émerger.

Du potentiel latent à la puissance effective

10La Chine a généralement été une grande nation dans le système international : histoire de puissance plusieurs fois millénaire, grand territoire, vastes ressources et population immense. Après deux siècles de déclin, son poids est à présent sans cesse grandissant dans la balance de la politique mondiale. En effet, les réformes lancées en 1978 par Deng Xiaoping ont rapidement transformé un potentiel latent en puissance effective. Oubliant progressivement les vicissitudes de l’ère Mao, marquée par l’échec dramatique de la Révolution culturelle, la Chine a réussi en l’espace de quelques décennies ce qui est, à plusieurs égards, son vrai « Grand bond en avant ». Ce processus est important en raison de ses répercussions sur le système international, qu’il transformerait profondément s’il aboutissait.

  • 7 Cité dans Adama Gaye, « La nouvelle donne chinoise en Afrique », en ligne, Fondation Gabriel Péri, (...)

11Dès les années 1990, l’ascension de la Chine revenait au centre de l’attention du monde occidental. Mais l’ampleur du phénomène, souvent annoncé comme le plus important du XXIe siècle, semble aller au-delà de toutes attentes. Aujourd’hui, il ne serait pas exagéré de dire que Washington vit dans la crainte constante que cette Chine montante ne rattrape les États-Unis dans un avenir encore plus proche qu’on ne l’imaginait, voire ne l’évince, pour devenir la première puissance mondiale. Martin Wolf, reconnu comme l’un des plus brillants analystes de l’économie mondiale, n’hésite pas à écrire dans le Financial Times que « la Chine change le monde entier7 ».

12La guerre des pronostics prédisant que la Chine serait dans quelques années la première économie au monde a déjà commencé, tant, friande de records, elle fait pâlir même les plus optimistes des projections sur son évolution. Il en découle que son émergence n’est plus aujourd’hui une promesse, mais un fait. Il ne reste plus que quelques incrédules pour faire peu de cas qu’elle affiche la croissance la plus rapide au monde et qu’elle possède la deuxième réserve mondiale de devises étrangères, essentiellement des dollars.

13La Chine possède aussi la plus grande armée du monde (2,5 millions d’hommes) et le quatrième budget de défense, lequel connaît une croissance annuelle de l’ordre de 10 %. La question n’est pas de savoir si et quand elle rattrapera les États-Unis, mais plutôt de se préparer à composer avec elle sur la scène globale. De l’aveu même de l’ancien secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères, David Miliband, elle est en train de devenir la « nation indispensable du XXIe siècle », ce qui n’est pas sans rappeler que la même formule était jadis employée par Madeleine Albright et Bill Clinton à propos des États-Unis.

  • 8 Thomas S. Szayna, The Emergence of Peer Competitors: A Frame work for Analysis, Santa Monica, Rand (...)

14Il est par conséquent légitime d’affirmer que la Chine émerge comme un peer competitor des États-Unis, c’est-àdire, dans la définition donnée par les réalistes, comme un État ayant « la puissance et la motivation de confronter les États-Unis à une échelle internationale de façon soutenue et à un niveau susceptible de rendre l’issue d’un conflit incertaine même si les États-Unis emploient leurs ressources de façon effective et appropriée8 ».

S’affirmer sans claironner

15Dans sa fameuse stratégie des 24 caractères, le père du « socialisme aux caractéristiques chinoises », Deng Xiaoping, exhortait en ces termes ses concitoyens : « Observons calmement ; affinons notre position ; abordons les affaires calmement ; dissimulons nos capacités et attendons notre temps ; ingénions-nous à garder un profil bas et ne revendiquons jamais le leadership. »

16Dans leur comportement, les dirigeants chinois actuels restent, à plusieurs égards, fidèles à cette philosophie, en particulier en ce sens qu’ils n’ont jamais explicitement divulgué de « grande stratégie » détaillant leurs objectifs et les moyens dont ils disposeraient en vue de les atteindre. Mais, comme l’interprète le département américain de la Défense dans ses rapports annuels sur la puissance militaire chinoise, ce flou résulterait d’un effort délibéré pour dissimuler les véritables intentions et capacités du pays.

17Conscientes des remous provoqués par leur montée en force et de la perception consécutive, particulièrement en Occident, d’une menace, les autorités de Beijing ont entrepris d’apaiser l’atmosphère. Ils ont emballé leur grande stratégie dans le nouveau concept de « développement pacifique » (heping fazhan), qui résulte d’un débat académique en Chine sur le remplacement de l’expression « ascension pacifique » (heping jueqi) qu’avait introduite le théoricien Zheng Bijan lors du Forum pour la réforme de la Chine de 2003.

  • 9 Yong Deng et Fei-Ling Wang (dir.), China Rising: Power and Motivation in Chinese Foreign Policy, L (...)

18Le nouveau leadership chinois, sous Hu Jintao et le premier ministre Wen Jiabao, a ouvertement endossé la stratégie du développement pacifique. En décembre 2005, le Conseil d’État de la RPC a publié un livre blanc dans lequel sont précisées les grandes lignes de la Chine en matière de politique étrangère. Le titre du document, China’s Peaceful Development Road, n’est en rien anodin. « Paix » et « développement » y reviennent sous la forme des deux faces d’une même médaille quoique, relèvent certains analystes, « depuis la seconde moitié de 2004, le discours sur la diplomatie coopérative a été contrebalancé par celui qui met l’accent sur la difficulté de la lutte de la Chine pour prévenir la déclaration d’indépendance de Taiwan et protéger ses intérêts nationaux9 ».

19Il en ressort, du point de vue de Beijing, que le concept de développement pacifique n’implique nullement une acceptation de l’ordre mondial made in USA. À cet égard, la plupart des stratèges chinois font valoir non sans raison que leur pays, tout en étant le premier consommateur d’acier et le deuxième plus grand consommateur de pétrole dans le monde en 2003, n’influait pourtant que très faiblement sur les mécanismes internationaux de fixation des prix. Rien d’étonnant, par conséquent que la Chine affirme sa volonté de participer à la régulation, au contrôle et à la réforme du système économique international de même qu’à l’établissement d’un ordre économique international plus juste.

20Par conséquent, le discours (officiel) sur la politique étrangère et les comportements actuels de la Chine sur la scène internationale participeraient d’un effort concerté pour dissiper ce qu’il convient d’appeler le « dilemme de sécurité » généré par son accession au statut de grande puis sance. Force est de reconnaître également que la notion de développement pacifique contraste aussi bien avec les intentions perçues de la Chine qu’avec son application à développer ses capacités économiques, militaires, technologiques, etc.

  • 10 Voir Abanti Bhattacharya, « China’s foreign policy challenges and evolving strategy », Strategic A (...)
  • 11 Rapport du département américain de la Défense sur la puissance militaire chinoise, 2008, <www.defenselink.mil/pubs/pdfs>.

21La plus mordante critique vient de l’autre côté du détroit : le Taipei Times accuse ainsi Beijing de vouloir entretenir une « paix de façade » au sein de la communauté internationale. C’est peu dire que l’ascension pacifique n’a rien fait pour pacifier les relations entre la Chine communiste réunificatrice et l’île capitaliste indépendantiste10. Le Pentagone ne rate aucune occasion pour réitérer sa con viction que la nécessité « pour la Chine de se préparer de manière à parer adéquatement à toutes hostilités dans le détroit de Taiwan, lesquelles entraîneraient presqu’inévitablement une intervention des États-Unis, est la principale raison derrière l’entreprise de modernisation de sa puissance militaire11 ».

Réalisme et pragmatisme

  • 12 Voir Richard Rosecrance, « Power and international relations: The rise of China and its effects »,(...)
  • 13 Kenneth Waltz, Theory of International Politics, Reading, Addison Wesley, 1979.

22D’un point de vue théorique, on peut affirmer qu’il y a deux approches principales quant au rôle de la puissance dans les relations internationales12. La première, le réalisme défensif, est illustrée par les travaux de Kenneth Waltz13. Dégageant certaines régularités dans le comportement international des puissances, le réalisme défensif affirme que celles-ci ont tendance à « balancer » la puissance des autres États. Faute de le faire, elles risquent d’être éliminées du système.

  • 14 Voir John Mearsheimer, The Tragedy of Great Power Politics, New York, W. W. Norton, 2001.
  • 15 L’équilibrage, ou balancing, renvoie en théories des R. I. (réalistes, en particulier) au fait pou (...)
  • 16 Richard Rosecrance, op. cit.

23La seconde approche, celle du réalisme offensif, a été développée par John Mearsheimer14. S’inscrivant dans la lignée de Thucydide, Mearsheimer cherche à prédire le comportement des nations lorsqu’elles font face à des puissances rivales. Les nations qui éprouvent un sentiment d’agression, dit-il, opteront soit pour la stratégie du « balancing », soit pour le « buck-passing », mais jamais pour le « bandwagoning »15. Chaque puissance cherchera à dominer sa région et à devenir une puissance hégémonique régionale.16

24Il est évident que l’on ne se trouve pas aujourd’hui dans le cas d’un « équilibre des puissances », pierre angulaire du réalisme défensif imaginé par Kenneth Waltz, en tout cas pas au sens d’une parité dans les rapports des forces en présence. En plus de la configuration complexe caractéristique du système international émergent, les États ne choisissent pas la voie prédite par Waltz, qui consisterait, pour les puissances moyennes en particulier, à se ranger aux cotés du plus fort (bandwagoning) ou à rétablir l’équilibre des forces en se coalisant (balancing).

25La Chine n’a d’ailleurs jamais été au-delà de quelques déclarations d’intention en faveur d’un monde multipolaire pour éventuellement entreprendre de former une coalition rivale, hostile aux États-Unis. Si l’on tient compte des dimensions économique, militaire et politique de la grande stratégie de la Chine, nous pouvons affirmer en revanche que son émergence peut être analysée du point de vue du réalisme offensif. Selon cette théorie, les États qui augmentent leur puissance relative sont a priori préoccupés par la répartition des ressources matérielles. En particulier, ils essaient d’accumuler autant d’avantages que possible en termes de puissance sur leurs rivaux.

  • 17 John Mearsheimer, op. cit., p. 5 et 29.

26La théorie du réalisme offensif met par ailleurs l’accent sur les capacités militaires des grandes puissances. Mearsheimer souligne ainsi que « pour mériter la qualification de grande puissance, un État doit posséder des atouts militaires suffisants pour livrer une bataille sérieuse dans le cadre d’une guerre conventionnelle contre l’État le plus puissant au monde ». En outre, précise-t-il, si « les grandes puissances cherchent à devenir riches – en fait, plus riches que leurs rivales, [c’est] parce que la puissance militaire a un fondement économique17 ».

27Plusieurs éléments concourent à valider cette hypothèse. Un indicateur couramment cité est que la Chine met à profit sa croissance économique pour investir dans ses capacités militaires. À ce sujet, le département américain de la défense estime qu’elle dispose du plus grand potentiel pour affronter les États-Unis militairement et mettre en place des technologies militaires qui, à terme, pourraient dépouiller les États-Unis de leur avantage traditionnel en Asie.

  • 18 Wang Biqiang, « China’s foreign reserves: Which button to press? », Economic Observer, <www.eeo.com.cn/ens/>.

28Ses progrès sur le plan économique sont encore moins discutables. En 2008, elle a éclipsé la France comme quatrième économie mondiale et, en 2009, a ravi à l’Allemagne sa troisième place. En termes de volume, le commerce chinois arrive en deuxième position derrière les États-Unis, avec une réserve de devises étrangère évaluée à 1,95 billion de dollars18. La Chine représente le troisième plus grand récipiendaire d’investissements directs étrangers au monde après le Royaume-Uni et les États-Unis (attirant 72 milliards de dollars en 2005), tout en étant elle-même un grand investisseur à l’étranger (50 milliards annuellement). Cette performance spectaculaire amène certains analystes à projeter que, avec un taux de croissance avoisinant les 9 %, le PNB chinois peut dépasser celui des États-Unis d’ici 10 à 15 ans.

  • 19 Voir, par exemple, Aaron L. Friedberg « The future of U. S.-China relations: Is conflict inevitabl (...)

29Ces dernières années, les dirigeants chinois ont pu se permettre le luxe d’investissements massifs dans l’acquisition d’équipements militaires. Ils ont soit importé des armes sophistiquées de fournisseurs étrangers, en particulier de la Russie, soit développé les technologies nécessaires afin de monter leurs propres systèmes. Considérant le processus de modernisation accélérée de son armée, certains analystes croient que la Chine sera en mesure de développer et de construire des systèmes militaires ultraperformants dans les années à venir19.

30Cela dit, personne ne connaît aujourd’hui avec une certitude absolue l’état de sa puissance militaire conventionnelle, qui fait l’objet de toutes sortes de spéculations. D’un côté, obsédés par la « menace chinoise », certains milieux en Occident tendent parfois à en exagérer l’ampleur tandis que, de l’autre, Beijing, calculateur, s’emploie à l’évidence à dissimiler ses capacités réelles. Toutefois, quels que soient les progrès accomplis par une puissance émergente sur le plan de la modernisation militaire stricto sensu, ils ne seront vraisemblablement pas suffisants pour remettre radicalement en question la suprématie militaire des États-Unis dans un avenir proche, si l’on s’en tient aux standards conventionnels de la puissance militaire.

31Pour autant, loin d’être défaitistes, les officiels chinois ne renoncent pas à leur projet historique de modernisation militaire qui, seule, permettra le « retour à la grandeur » de l’« Empire du Milieu ». En effet, aucune analyse sérieuse de la montée en puissance de la Chine ne peut se faire sans un retour sur l’Histoire, qui montre que ce qu’on nomme la grande stratégie chinoise de puissance est un projet cohérent et inévitable à mesure que la Chine se développe. À défaut de pouvoir réaliser une « révolution dans les affaires militaires » à l’occidentale, les décideurs chinois s’ingénient à en promouvoir une version plus adaptée à leur réalité, c’est-à-dire, une « révolution militaire avec des caractéristiques chinoises ».

32En complément de leur entreprise de transformation accélérée de l’Armée populaire de libération (APL) en une force moderne, apte à mener des combats dans un environnement de hautes technologies, ils développent une stratégie de défense dite asymétrique. Inspirée de Mao et du stratège Sun Tzu, une telle stratégie vise essentiellement une combinaison efficace des technologies de l’information avec celles militaires conventionnelles afin de défier un « ennemi supérieur ».

33Les Chinois démontrent déjà une telle maîtrise dans l’« information warfare » (la guerre basée sur l’information) que l’issue d’une éventuelle bataille de ce type entre la Chine et les États-Unis paraît aujourd’hui de moins en moins certaine. En Occident, le génie chinois est redouté dans tous les compartiments de la puissance, mais l’est encore plus pour ce qui est de l’usage des technologies de l’information à des fins militaires dont aucune puissance – même pas les États-Unis – n’a le monopole en ce moment.

34Il en résulte que la question importante est maintenant de savoir ce que la Chine fera de sa puissance. L’histoire des relations internationales enseigne que les grandes puissances nourrissent la plupart du temps des intentions révisionnistes jusqu’à ce qu’elles parviennent à un certain degré de puissance sinon d’hégémonie mondiale. Dans cette perspective, affirment les réalistes, ce sont plutôt leurs capacités que leurs intentions qui comptent car les États ne peuvent pas deviner les intentions des autres. Les puissances montantes sont généralement surveillées par les plus grandes car elles tendent à bousculer l’ordre international existant et sont sont peu enclines à accepter les contraintes institutionnelles, les délimitations des frontières et les hiérarchies de prestige politique héritées d’une époque où elles étaient encore relativement faibles.

35Il ne manque pas d’exemples historiques qui prouvent que les puissances émergentes cherchent souvent à changer, voire parfois à chambarder le statu quo, et à établir de nouveaux arrangements qui reflètent plus adéquatement leur nouvelle conception d’eux-mêmes et de leurs préférences dans le monde. Ainsi, afin de rétablir l’équilibre du système, les puissances émergentes – dont la Chine – risquent-elles de se retrouver en porte-à-faux vis-à-vis des États-Unis. Leur objectif, en attendant l’hégémonie, est de créer un monde multipolaire qui affaiblirait la puissance américaine. Aussi, selon certains chercheurs, la question n’est pas de savoir si d’autres puissances chercheront à rétablir un équilibre, mais plutôt quand elles y parviendront.

  • 20 Yuan-Kang Wang, « China’s grand strategy and U. S. primacy: Is China balancing American power? », (...)

36Depuis la fin de la guerre froide, il n’y a pas eu de signe avéré d’un mouvement de hard balancing (utilisation de la force) contre les États-Unis. Néanmoins, certains internationalistes rejettent l’idée que les puissances montantes ont renoncé aux efforts visant à incliner la balance de la puissance en leur faveur, mais suggèrent qu’elles ont plutôt changé de stratégie en raison de la prédominance américaine. La Chine, comme l’explique par exemple un spécialiste, balance la puissance américaine « in a smart manner20 ».

37Si l’on revient brièvement aux précédentes considérations, de nature purement stratégique, cela signifie que pour parvenir à leur objectif ultime qui est l’hégémonie, les États disposeraient, entre autres options, du balancing (équilibrage) ou du buck-passing (transfert de responsabilité). Tandis que le buck-passing est la stratégie favorite des États dans un système multipolaire, ils lui préfèrent l’approche balancing dans un contexte bipolaire. La raison : dans ce second cas de figure, il est difficile de trouver un État désireux de jouer le rôle de buck-catcher (un État prêt à accepter la responsabilité de l’équilibrage).

38En dépit de la prééminence américaine, nous postulons ici que le système qui prévalait à l’ère de la guerre froide reste essentiellement le même dans le contexte actuel : il existe aujourd’hui une superpuissance, les États-Unis, et une superpuissance en devenir, la Chine. Certes, pourrait-on objecter, la Chine n’est pas l’URSS de la guerre froide, de même que de nos jours l’accent n’est plus placé sur la stricte compétition militaire. Il n’en demeure pas moins que les États continuent de rivaliser pour la puissance, dans d’autres domaines et sur d’autres valeurs.

39Cela revient à affirmer, de l’avis de plusieurs analystes, que nous vivons aujourd’hui au niveau systémique toujours dans un monde anarchique hobbesien ou en tout cas lockien, caractérisé par une relation de rivalité. Par conséquent, il importe peu que les États-Unis se considèrent ou non comme un empire, le risque est grand qu’ils soient perçus comme tel, et une telle perception de la surperpuissance américaine conditionne en retour la réaction de ses rivaux dans le monde.

40Le département américain de la Défense s’inquiète souvent de ce que la Chine serait en train de construire un arsenal offensif à même de répondre aux forces navales américaines, et qu’elle déploie des anti-missiles et des sous-marins de combat. C’est au point que, une fois le président George W. Bush arrivé à la Maison Blanche, la doctrine dite préventive est devenue une caractéristique dominante dans la conception de la politique étrangère des États-Unis. Mais la Chine ne se contente pas de se développer économiquement et militairement. Tandis qu’elle s’assure de pouvoir devenir la puissance hégémonique en Asie du Sud-Est, elle est aussi en train d’utiliser son soft power afin de déployer ses réseaux partout, au grand dam de Washington.

Une diplomatie centrée sur l’économie

  • 21 David Shambaugh, « The new strategic triangle: US and European reactions to China’s rise », The Wa (...)

41La Chine n’est certes pas le seul nouvel acteur important sur l’échiquier géopolitique de l’ère post-guerre froide. Parmi les aspirants au statut de grande puissance les plus couramment mentionnés figurent également l’Union européenne, l’Allemagne, le Japon et, dans un horizon plus lointain, la Russie, l’Inde ou le Brésil. Avec les États-Unis et l’Union européenne, la Chine forme toutefois ce qu’il est convenu d’appeler un « triangle stratégique » auquel analystes et décideurs sont de plus en plus attentifs. On estime en effet que ces trois puissances conti nentales possèdent de façon croissante l’essentiel de la puissance économique et militaire, et de l’influence politique et normative21.

  • 22 Voir Philippe Le Corre, « La Chine, nouvel acteur des relations internationales », SER-SA/Études 2 (...)

42Parmi les puissances émergentes, la Chine apparaît indéniablement comme le candidat qui se rapproche le plus du statut de grande puissance. Car, s’il est vrai que l’Union européenne, par exemple, est une puissance économique affirmée, elle reste un conglomérat d’États politiquement hésitant. La Chine, par contre, entend jouer un rôle moteur et n’entend pas se limiter à être une puissance dominante en Asie. Elle affiche aussi son ambition d’avoir une fonction stratégique, face à l’Europe, face à l’Amérique, seul vrai concurrent mondial aux yeux de Pékin, et face au reste du monde : Amérique latine, Afrique et Moyen-Orient. Autant de régions qui l’intéressent économiquement22.

  • 23 Joshua Kurlantick, « Cultural revolution: How China is changing global diplomacy », The New Republ (...)

43Analysant l’effet de sa montée en puissance sur la diplomatie globale, Joshua Kurlantzick écrit : « Pour la première fois depuis des siècles, la Chine est en train de devenir une puissance internationale, avec des ambitions de politique étrangère globales. En fait, la Chine peut devenir la première nation depuis la chute de l’Union soviétique qui pourrait sérieusement défier les États-Unis pour le contrôle du système international23. »

44Cette perspective est d’autant plus sérieuse qu’elle béné ficie d’une attention soutenue dans les milieux stratégiques occidentaux. Selon certains analystes, elle occupe même la première place sur l’agenda des priorités stratégiques à Washington, devant la guerre contre Al-Qaïda et le terrorisme. De toutes les puissances émergentes, la Chine est la seule à offrir une alternative idéologique pertinente aux États-Unis, son ascension s’érigeant contre le mythe fondateur même de l’Amérique hégémonique : il n’est pas indispensable d’être « politiquement démocratique » pour être « économiquement prospère ».

  • 24 George Soros, « A new world architecture », Project Syndicate, 2009, <www.project-syndicate.org>.

45Au cours de cette première décennie du XXIe siècle qui s’achève, et vingt ans après la chute du mur de Berlin et l’effondrement du communisme, la « nouvelle architecture internationale » reflète en effet une nouvelle division du monde caractérisée par deux idéologies contradictoires. Selon George Soros, célèbre financier américain et fin analyste du système international, le monde fait face à deux modèles d’organisation diamétralement opposés : « Le capitalisme international et le capitalisme d’État24 ». Sur les plans politique et économique, on parle d’« une guerre sans limite » entre les deux principaux géants de la planète pour décrocher la suprématie mondiale.

46Ce constat n’occulte nullement le fait que les deux puissances restent liées par une « interdépendance complexe » : les États-Unis, en proie à une balance commerciale déficitaire chronique vis-à-vis de la Chine, en ont besoin pour relancer leur économie ; la Chine a besoin des capitaux américains pour maintenir sa croissance. Mais après avoir utilisé l’économie comme principal levier pour se lancer vers les sommets de la puissance, la crainte est maintenant que Beijing n’agite au besoin le « spectre de la terreur financière » pour achever un adversaire déjà économiquement à genoux.

47Forte de son succès, elle est de plus en plus confiante sur la scène internationale. Après une période de suspicion vis-à-vis des instances multilatérales, elle les intègre tout en menant une diplomatie bilatérale des plus actives à travers des partenariats stratégiques avec les « puissances moyennes » et les « États faibles ».

48La politique étrangère de la Chine implique de lier le développement intérieur à l’ouverture sur le monde extérieur, en arrimant son développement à celui des autres parties du monde. À titre d’illustration, nous citerons son engagement accru en Afrique, comme en témoignent les fréquentes visites de hauts dignitaires sur le continent, qui ont captivé l’attention du monde ces dernières années.

49Le troisième Sommet Chine-Afrique tenu à Beijing en novembre 2006 avec la participation de dirigeants représentant pas moins de 48 nations africaines, ainsi que le quatrième sommet tenu en novembre 2009 au Caire, fournissent une preuve tangible de la vitalité des relations avec le continent.

  • 25 Bates Gill et James Reilly, « The tenuous hold of China Inc. in Africa », The Washington Quarterly(...)

50La Chine est l’un des premiers partenaires de l’Afrique en matière d’aide au développement, avec notamment d’importants projets d’infrastructures, et des investissements significatifs en santé publique et en éducation. Ainsi, « le rôle complexe et croissant de la Chine en Afrique présente des défis et opportunités pour les intérêts occidentaux et africains et impose une analyse beaucoup plus nuancée et approfondie car les intérêts chinois en Afrique vont au-delà des richesses et ressources du continent et incluent des aspects politiques et diplomatiques importants25 ».

51Par ailleurs, les relations sino-latino-américaines se trouvent aujourd’hui dans une phase nouvelle de développement rapide. Pourquoi, se demande-t-on, la Chine s’estelle ingéniée au fil des ans à consolider sa coopération multilatérale avec le sous-continent, arrière-cour de Washington, sans être très active au sein du Forum de Cooperation Asie-Pacifique (APEC), mais avec un statut d’observateur à l’Organisation des États américains (OEA), et en mettant en place des mécanismes comme le Forum Chine-Amérique latine, le Dialogue Chine-Mercosur ou les consultations Chine-Communauté andine ?

52La réponse est à trouver dans le contexte international dans lequel elle évolue. Consciente du retard considé rable à combler, elle a entrepris de balancer la superpuissance américaine d’une manière pragmatique. À cet effet, elle a conçu une stratégie qui comprend deux grands piliers : sur le plan interne, des réformes économiques et militaires ; sur le plan externe, une diplomatie dynamique et efficace en adéquation avec ses ambitions de puissance. Une telle stratégie vise à éviter pour le moment tout risque de confrontation directe qui aurait pour principal effet de nuire à son ascension. Cependant, à mesure que sa puissance s’accroît, elle pourrait bien afficher une posture plus agressive, quitte à engager également, avec la seule superpuissance du monde, des compétitions de nature sécuritaire en Asie et au-delà de cette région.

Notes

1 Cité dans Tanguy Struye de Swielande, « Les États-Unis et le nouvel ordre mondial émergent », Les Cahiers du RMES, vol. 5, no 1, 2008, p. 78.

2 Christopher Layne, « From preponderance to offshore balancing », International Security, vol. 22, no 1, 1997, p. 88.

3 Ben D. Mor, « Public diplomacy in grand strategy », Foreign Policy Analysis, vol. 2, no 2, 2006, p. 158.

4 Michael D. Swaine et Ashley J. Tellis, Interpreting China’s Grand Strategy: Past, Present, and Future, Santa Monica, RAND, 2000, p. 8.

5 Avery Goldstein, Rising to the Challenge. China’s Grand Strategy and International Security, Stanford University Press, 2005, p. 12.

6 Steven W. Mosher, « Does the PRC have a Grand strategy of hegemony? », Washingon, US House of Representatives, 14 février 2006.

7 Cité dans Adama Gaye, « La nouvelle donne chinoise en Afrique », en ligne, Fondation Gabriel Péri, <www.gabrielperi.fr>, 2008.

8 Thomas S. Szayna, The Emergence of Peer Competitors: A Frame work for Analysis, Santa Monica, Rand, 2001, p. 7-8.

9 Yong Deng et Fei-Ling Wang (dir.), China Rising: Power and Motivation in Chinese Foreign Policy, Lanham, Rowman & Littlefield, 2005, p. 4.

10 Voir Abanti Bhattacharya, « China’s foreign policy challenges and evolving strategy », Strategic Analysis, vol. 30, no 1, 2006, p. 182-204.

11 Rapport du département américain de la Défense sur la puissance militaire chinoise, 2008, <www.defenselink.mil/pubs/pdfs>.

12 Voir Richard Rosecrance, « Power and international relations: The rise of China and its effects », International Studies Perspectives, vol. 7, 2006, p. 31.

13 Kenneth Waltz, Theory of International Politics, Reading, Addison Wesley, 1979.

14 Voir John Mearsheimer, The Tragedy of Great Power Politics, New York, W. W. Norton, 2001.

15 L’équilibrage, ou balancing, renvoie en théories des R. I. (réalistes, en particulier) au fait pour un État de se trouver pour des raisons stratégiques et de sécurité dans l’obligation de se joindre à une coalition d’autres États faibles pour contrer l’influence d’un État fort ou d’une coalition. Le terme vient de la notion d’équilibre des puissances (balance of power). Le buck-passing consiste quant à lui en l’action de transférer ses responsabilités à un État tiers qui se charge d’équilibrer la puissance hégémonique. Le bandwagoning, enfin, est l’opposé du balancing. Cette notion que l’on pourrait traduire par « suivisme » désigne les États faibles qui rejoignent un État plus fort ou sa coalition. Le phénomène se produit lorsque des États faibles estiment que le coût de l’opposition à un État plus fort l’emporte sur les bénéfices à en attendre. Les États forts peuvent inciter les plus faibles à les rejoindre par divers moyens : promesse de cession de territoire, accords commerciaux préférentiels, etc. Le terme a été utilisé par Quincy Wright, avant d’être popularisé par Kenneth Waltz.

16 Richard Rosecrance, op. cit.

17 John Mearsheimer, op. cit., p. 5 et 29.

18 Wang Biqiang, « China’s foreign reserves: Which button to press? », Economic Observer, <www.eeo.com.cn/ens/>.

19 Voir, par exemple, Aaron L. Friedberg « The future of U. S.-China relations: Is conflict inevitable? », International Security, vol. 30, no 2, p. 18.

20 Yuan-Kang Wang, « China’s grand strategy and U. S. primacy: Is China balancing American power? », Washington, CNAPS, Brookings, 2006, p. 1.

21 David Shambaugh, « The new strategic triangle: US and European reactions to China’s rise », The Washington Quarterly, été 2005, vol. 28, no 3, p. 7-25.

22 Voir Philippe Le Corre, « La Chine, nouvel acteur des relations internationales », SER-SA/Études 2006/10, tome 405, p. 307-318.

23 Joshua Kurlantick, « Cultural revolution: How China is changing global diplomacy », The New Republic, 27 juin 2005.

24 George Soros, « A new world architecture », Project Syndicate, 2009, <www.project-syndicate.org>.

25 Bates Gill et James Reilly, « The tenuous hold of China Inc. in Africa », The Washington Quarterly, vol. 30, no 3, p. 37.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search