Version classiqueVersion mobile

Un nouvel ordre mondial made in China ?

 | 
Mamoudou Gazibo
, 
Roromme Chantal

Introduction

Texte intégral

  • 1 Susan L. Shirk, China: Fragile Superpower, Oxford University Press, 2007, p. 10.

1Considérée désormais comme le principal rival de l’hégémonie mondiale des États-Unis, la République populaire de Chine (RPC) entre dans le XXIe siècle avec devant elle un défi à la mesure de ses ambitions. Depuis l’implosion de l’Union soviétique, au tournant de la décennie 1990, les États-Unis exercent en effet une domination sans précédent sur le système international. L’économie de la seule « hyperpuissance » pèse pour plus du quart dans l’économie mondiale, équivalente à celles réunies de l’Allemagne, du Japon, de la Grande-Bretagne, de la France et de l’Italie. Quant à ses dépenses militaires, elles sont plus importantes que celles de tous les autres pays du monde additionnées1. Dans l’histoire moderne, aucun autre État n’a eu une telle prépondérance en termes de richesse, de puissance et d’influence.

2La Chine, de son côté, a pour elle ses 1,3 milliard d’habi tants – soit environ un cinquième de la population mondiale et plus de quatre fois celle des États-Unis –, une croissance économique qui se maintient aux environs de 9,4 % depuis trois décennies et son arsenal nucléaire. Elle est la principale puissance émergente, et on lui reconnaît couramment aujourd’hui le potentiel de rivaliser avec les États-Unis dans les affaires mondiales.

3Mais vu l’énorme écart qui sépare encore la Chine de son rival, la question de sa suprématie se pose sous la forme d’une équation dont la variable clé est la force de l’adversaire. Elle doit penser une stratégie de puissance qui évite de provoquer la seule superpuissance du globe. Comment la Chine conçoit-elle et met-elle en œuvre cette stratégie ?

4Dans ce livre, nous proposerons des éléments de réponse en analysant l’émergence de la Chine du double point de vue des circonstances historiques et du réalisme offensif, une variante de la théorie réaliste qui met l’accent sur le caractère expansionniste des États dans un système international anarchique. Nous nous intéresserons en parti culier à la stratégie d’affirmation de puissance de Beijing, fondée sur l’une des armes les plus redoutables de l’ère post-guerre froide, la force économique. En examinant la conversion de cette force en ressources militaires, politiques et diplomatiques, nous tenterons d’en évaluer les implications pour l’ordre mondial en mutation.

5Nous verrons d’abord comment, sous diverses facettes, la montée en puissance de la Chine bouleverse l’ordre mondial actuel. Nous verrons ensuite dans quelle mesure le leadership chinois a pu utiliser efficacement le soft power (la puissance économique et l’influence politique), à défaut de disposer encore du hard power nécessaire (la puissance militaire), dans le cadre d’une stratégie visant à remettre en question l’hégémonie américaine en Asie et au niveau global. À cet effet, nous analyserons ce qui nous paraît constituer les piliers essentiels de la stratégie d’affirmation de puissance de la Chine : une conscience historique qui l’incline à renouer avec une grandeur perdue, mais à sa manière ; l’équilibrage interne (internal balancing), qui renvoie aux dimensions économique et militaire ; et l’équilibrage externe (external balancing), qui concerne les dimensions politiques et diplomatiques de cette montée en puissance. Nous verrons que tout en étant largement explicable sous l’angle du réalisme offensif, la montée en puissance de la Chine redessine l’ordre mondial en dérogeant à maints égards aux schémas classiques.

Notes

1 Susan L. Shirk, China: Fragile Superpower, Oxford University Press, 2007, p. 10.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search