Version classiqueVersion mobile

La pauvreté

 | 
Gérard Boismenu
, 
Pascale Dufour
, 
Sylvain Lefèvre

Chapitre 7. Vous dites convergence ?

Texte intégral

1Les études, particulièrement celles qui nous viennent d’Europe, ont été largement influencées par le contexte de la construction européenne où la convergence a clairement été identifiée comme un objectif technocratique à atteindre. D’un point de vue analytique, cette injonction à la convergence a conduit les chercheurs à construire différentes mesures. Essentiellement, les politiques et les programmes mis en place ont servi d’unité de mesure. Dans le champ social, deux grandes questions traversent les travaux : est-ce que les politiques sociales des États sont plus semblables aujourd’hui qu’hier ? Est-ce que les orientations des politiques vont dans la même direction ?

Une convergence qui se remarque

  • 1 Jane Jenson, « Redesigning Citizenship Regimes after Neoliberalism. Moving Towards Social Investme (...)
  • 2 Ibid., p. 30.
  • 3 Kerstin Jacobsson, « Achievements and Non-Achievements of the European Employment Strategy », Nath (...)

2Plusieurs réponses se côtoient. À un certain niveau de généralité, les travaux ont noté un accroissement de la convergence de l’intervention publique, au moins dans l’esprit des réformes mises en place. Partout au sein de l’Union européenne, la question sociale est devenue une question de politique de ressources humaines. La notion « d’investissement social » a été proposée pour cerner les changements survenus dans la façon d’aborder la question sociale1. Dans la perspective de l’investissement social, l’État social a regagné ses lettres de noblesse dans la mesure où certaines interventions ciblées sont mises de l’avant pour répondre aux nouveaux risques sociaux et économiques. La responsabilité du « bien-être » redevient partagée entre les citoyens, l’État et la solidarité de proximité. Il ne s’agit pourtant pas d’un simple retour au keynésianisme, puisque la « perspective macroéconomique de l’investissement social est, tout comme l’était celle des néolibéraux, axée sur l’offre2 ». Autrement dit, les États européens, devant les impasses sociales et politiques produites par deux décennies de politiques néolibérales, ont accepté l’idée que l’intervention publique dans le domaine social pouvait aussi être productive et servir le développement économique. Plusieurs réformes des politiques de formation professionnelle ou de pensions et des mesures destinées aux enfants illustrent ces changements. Dans le champ de la pauvreté et des inégalités, la perspective de l’investissement social s’est accompagnée d’un intérêt pour la cohésion sociale et son pendant, l’exclusion. Avec la relance de la stratégie de Lisbonne en 2005, l’exclusion sociale est acceptée comme un concept multidimensionnel et l’accent est mis sur la nécessité de « l’inclusion active » et de la lutte contre la pauvreté des enfants3.

Dissonances ou affirmation de modèles

  • 4 Alexandra Dobrowolsky, Denis Saint-Martin, « Agency, Actors and Change in a Child Focused Future: (...)

3Cette convergence dans la représentation et la justification de l’intervention de l’État ne signifie pas pour autant une convergence équivalente dans le contenu même des politiques. Le concept s’accompagne plutôt d’une diversité d’interprétations et de mises en pratique4. Plusieurs travaux récents ont essayé de mesurer l’investissement social dans certains États afin de statuer sur le changement ainsi que sur la question de la convergence.

  • 5 Rita Nikolai, « Towards Social Investment? Patterns of Public Policy in the OECD World », Nathalie (...)

4Lorsque l’on compare les dépenses sociales allouées à des politiques dites « d’investissements » — « les politiques qui alignent leur champ de dépenses sur des provisions pour le futur et pour les besoins des jeunes générations » — et les politiques dites « compensatoires » — les « compensations généreuses de risques sociaux comme le chômage, la vieillesse et les mesures passives du marché du travail5 » —, on peut retenir quelques observations. Il y a une plus grande similarité entre les pays depuis 1980 du point de vue du total des dépenses sociales qui ont augmenté (l’écart entre les pays s’étant aussi réduit), mais, pour autant, il n’y a pas de convergence des pays sur les ressources consenties aux deux types de mesures. Trois catégories de pays se dégagent : les pays d’Europe du Nord où les deux types de dépenses sont élevés ; les pays anglophones, la Norvège et la Suisse, où existe un faible niveau de dépense pour les deux types de mesure ; les pays d’Europe continentale, d’Europe du Sud et le Japon, où les dépenses compensatoires demeurent élevées alors que les dépenses d’investissement social restent faibles.

  • 6 Paul Bernard, Guillaume Boucher, « Institutional Competitiveness, Social Investment and Welfare Re (...)
  • 7 Ibid., p. 224.

5Dans la même veine, l’analyse des variations dans la mise en pratique de l’investissement social, qui tient compte d’une cinquantaine d’indicateurs, permet d’identifier trois modèles d’investissement social6. Le premier modèle qui correspond grosso modo aux pays sociaux-démocrates, est qualifié de « high social investment activation ». Il allie bonne santé des populations, niveau élevé d’éducation et forte participation au marché du travail sur la longue période. Le deuxième, le modèle qualifié de « low social investment activation », combine un taux élevé de participation au marché du travail et des formes privées de sécurité sociale et d’éducation qui ne profitent pas à tous. Une partie des travailleurs sont moins qualifiés et en moins bonne santé, si bien que l’investissement social concerne d’abord les populations riches. Ce modèle est caractéristique des États libéraux. Le troisième modèle n’est pas centré sur l’investissement social, mais offre des prestations passives et généreuses « à des travailleurs qui se retirent tôt dans leur vie du marché du travail », créant un déséquilibre et menaçant la capacité financière du régime à cause d’un taux très bas de participation au marché du travail7. Ce modèle, assez éloigné de la perspective d’investissement social, décrit assez bien les pays d’Europe continentale.

  • 8 Tito Boeri, Simona Baldi, « Europe(s) sociales, convergence et compétition », Revue d’économie pol (...)
  • 9 Peter Starke, Herbert Obinger, Francis G. Catles, « Convergence Towards Where: In What Ways, if an (...)

6L’analyse de la nature des dépenses sociales en Europe et leur variation permet également d’estimer le phénomène de la convergence8. En se référant aux quatre catégories d’État social (nordique, continental, anglo-saxon et méditerranéen), il ressort que la variation des dépenses sociales à l’intérieur d’une même catégorie de pays a augmenté entre 1992 et 2002, alors qu’elle a diminué entre les différents groupes. Par ailleurs, la convergence est faible, si on compare la croissance du volume de dépenses sociales entre 1981 à 1991 et 1991 à 2001. La prise en compte, non plus seulement de l’évolution des dépenses sociales des États, mais également des revenus, de la générosité des prestations et du niveau de démarchandisation des politiques sociales, met en évidence qu’il n’y a pas de « course vers le bas » ni de convergence vers le modèle américain, mais plutôt des mouvements de rattrapage entre les pays qui expliquent, en grande partie, la diminution des écarts entre les pays au chapitre des dépenses sociales totales, des dépenses sociales, pour prestation versées en espèces ou en services, des dépenses en santé et pour la protection contre le chômage9.

  • 10 Diane Stone, « Transfer Agents and Global Networks in the Transnationalisation of Policy », Journa (...)

7Néanmoins, on comprend que les modes d’intervention des États restent distincts. L’Union européenne a certes construit de la convergence symbolique et empirique en diffusant des discours et des indicateurs de convergence, mais les analyses statistiques ne permettent pas de conclure à une convergence des politiques elles-mêmes. Il n’y aurait donc rien de mécanique dans les évolutions des États sociaux : ni mouvement structurel dû à la mondialisation, ni course vers le bas (la thèse de l’américanisation) ou vers le haut (la thèse de l’européanisation), ni recherche des « meilleures » pratiques (la thèse des décideurs comme acteurs rationnels), mais tout au plus des modalités d’apprentissage entre les sociétés qui peuvent expliquer certaines réformes de politiques ou de programmes et leur diffusion dans le temps et l’espace10.

Différenciation et complexité sociales

8Cette réponse, pour intéressante qu’elle soit, est insatisfaisante. Les dimensions de la convergence ne se limitent pas à une question de nature technique des politiques, ni aux seules sommes allouées à chaque programme. D’ailleurs, la pauvreté et les inégalités sociales ne sont pas uniquement du ressort de l’action publique. Ainsi, au-delà de l’instrumentalisation des politiques, nous devons nous demander si les sociétés convergent. Plus précisément, est-ce que les formes de pauvreté convergent au sein de ces sociétés ?

9Dans cet ouvrage, la question de la pauvreté n’a pas été posée d’abord en termes d’instrumentation de l’intervention sociale, mais davantage en termes de configuration sociétale et de physionomie de l’action publique qui supportent la constitution d’une pauvreté plus ou moins importante, la perpétuation plus ou moins poussée de cette situation, du reflux d’une population plus ou moins considérable en marge du modèle de développement, de l’investissement public relatif dans le champ de la redistribution de la richesse, de l’intensité de l’accès au travail, de la capacité socioéconomique et de la qualité d’intégration des populations travailleuses dans la sphère du travail. En somme, il nous importait de comprendre la structure des pratiques et les formes institutionnelles publiques et privées qui produisent et supportent la pauvreté, ainsi que l’inégalité sociale.

10Ces considérations sont éclairées par une série de relations dans des sociétés comparables pour leur type de développement économique et pour leurs traditions politiques, pris en termes généraux. Malgré la compatibilité d’ensemble de ces sociétés, nous avons constaté que si la pauvreté et l’inégalité sociale sont des réalités qui habitent chacune d’elles, ces phénomènes prennent une ampleur, des accents et des formes d’existence contrastés. Des « modèles » existent et ceux-ci représentent autant de constructions sociales et politiques qui ont marqué l’histoire de ces sociétés. Ces modèles ne sont rien d’autre que des agencements de pratiques et de formes institutionnelles qui traversent la sphère du travail, les modes de représentation des intérêts et les logiques de politiques publiques. Avec le recul et la vision panoramique que ce recul permet, on remarque qu’il y a une compatibilité et une complémentarité dans l’empilement des formes de pratiques, des institutions et des arbitrages. Mais, loin de relever d’une préscience et d’une volonté historique intangible, il s’agit là d’une compatibilité qui exprime une représentation inscrite dans des logiques d’action et d’intervention des acteurs privés et publics.

11Lorsqu’on discute de la situation d’une société, on ne peut échapper au fait que cette société est inscrite et participe à un modèle particulier d’organisation sociale et qu’un changement de « parcours » ou un changement institutionnel ne peut se faire que dans des contraintes de tous ordres et sur lesquelles il faut agir, tout en sachant que le seul volontarisme politique a de grandes limites.

L’innovation plutôt que la fatalité

12La comparaison internationale permet de distinguer ces modèles et cela est instructif à plusieurs titres.

  • On comprend que l’on ne peut parler en termes de modèles que dans la mesure où on procède à une généralisation empirique, basée sur l’observation de modes de fonctionnement, d’organisations des pratiques, d’architectures institutionnelles, de modèles de développement, de rapports à la population, de cultures politiques, etc., permettant d’établir des congruences.
  • Les sociétés qui sont associées à tel ou tel modèle ne le sont pas en fonction d’une fatalité historique et n’existent pas en fonction de l’un ou l’autre des modèles. Une société associée à un modèle — sachant que chaque société est singulière et que son association à un modèle relève d’une stylisation dans la lecture de la complexité sociale — peut l’être dans le temps, sans que cela préjuge du parcours ou du cheminement suivi dans le cours de l’évolution des choses. Une société n’a pas pour mission d’« incarner un modèle » !
  • Il reste que les similarités repérables pour des modes de représentation des acteurs, des formes institutionnelles et des logiques d’action exercent un poids sur cette évolution, du moins en termes de contraintes. Cette remarque est d’autant plus pertinente dans la perspective où l’on voudrait s’inspirer de façons de faire empruntées à d’autres contextes : le mimétisme gouvernemental ou l’apprentissage social pour les politiques publiques, par exemple, qui ne tiendrait pas compte de leurs conditions d’existence et des contraintes inhérentes constituerait une méconnaissance pouvant hypothéquer toute l’entreprise.

13À partir des travaux existants, on constate sans peine que des modèles différenciés émergent sur le front de l’inégalité des revenus. La disparité dans la distribution sociale de la richesse prend des accents très poussés dans les pays de tradition libérale, alors que, malgré un accroissement des écarts, cela reste dans des ordres de grandeur nettement plus restreints dans les pays sociaux-démocrates, par exemple. Même si cela nécessite beaucoup de nuances, le démarquage qui ressort avec les trois modèles — d’économie libérale de marché, d’économie sociale de marché continentale ou d’économie sociale de marché nordique — propose un cadrage assez instructif des modèles d’économie politique et de formes institutionnelles. L’inégalité n’a rien d’un épiphénomène : elle tire sa source de l’accès au travail, des structures salariales, du statut au travail, des rapports de force sur la scène du travail et en dehors, de la hiérarchisation des compétences professionnelles, de la place relative du secteur public et du poids des institutions publiques dans la distribution de la richesse. L’approfondissement des inégalités n’est pas un accident historique : il est soutenu par une organisation sociale puissante qui est compatible et permissive pour une plus ou moins grande disparité.

  • 11 Lyle Scruggs, « The generosity of social insurance, 1971-2002 », Oxford Review of Economic Policy,(...)
  • 12 Torben Iversen, David Soskice, « Electoral Institutions and the Politics of Coalitions: Why Some D (...)

14Dans la littérature, le traitement de la pauvreté met en relief les questions de l’accès à l’emploi, du statut d’emploi, de la composition des ménages (famille monoparentale, famille avec un ou deux revenus) et le rôle (et l’ampleur) de l’intervention publique, tout autant pour l’accès à l’emploi que pour la résorption du phénomène de pauvreté en tant que tel. Dans cette perspective, les pouvoirs publics ne sont pas un intervenant externe et ponctuel à l’égard d’un modèle de développement, mais bien un élément interne à l’œuvre dans divers champs de pratiques, comme partie constitutive de ces pratiques elles-mêmes. On a pu montrer, pour prendre un exemple particulier, que l’État social dans la régulation des populations prenait des physionomies distinctes selon que l’on favorisait les services plutôt que les transferts, les examens de ressources plutôt que l’universalité, la citoyenneté sociale plutôt que l’assurance sociale11. De nombreuses études ont montré que ces physionomies différentes étaient liées (comme facteurs explicatifs) aux risques sociaux, aux clivages politiques et aux institutions politiques12.

  • 13 Jean-Claude Barbier, « Peut-on parler d’« activation » de la protection sociale en Europe ? », Rev (...)

15Autre exemple : les politiques d’activation se sont généralisées dans l’arsenal des dispositifs mis en œuvre pour remodeler les conditions de soutien au revenu et pour favoriser l’accès au travail. Mais elles suivent des logiques qui sont fortement contrastées. En grossissant le trait, deux approches qui reposent sur les postulats et des méthodes différentes, voire opposées, se mettent en œuvre13. D’un côté le work first, où la dépendance à l’aide publique est combattue au moyen d’obligations, d’incitation forte, de démarche ciblée et d’une vision punitive au besoin, pour inciter un engagement des sans-emploi sur le marché du travail. Les dispositifs combinent les minima sociaux et l’impôt négatif, mais ne portent pas ombrage au développement du « travail pauvre » et se concilient bien avec des formations peu qualifiantes. D’un autre côté l’inclusion sociale, où il faut chercher à atteindre la participation sociale par l’emploi, ce qui passe par l’employabilité et la formation professionnelle, soit l’intégration par l’emploi. On préconise une protection de bon niveau et prolongée, basée sur des droits, mais également des obligations, se conciliant à des droits et à des sanctions moins rigoureuses. Ces deux démarches correspondent assez bien au modèle d’économie libérale de marché et au modèle de l’économie sociale nordique. Mais dans tous les cas, cette tension bipolaire aiguise l’évolution des dispositifs de l’activation. Ces quelques observations illustrent le caractère non aléatoire des orientations générales des politiques publiques à moyen terme. Parler de non-aléatoire ne signifie pas que l’on puisse avancer que ces politiques soient prévisibles. La comparaison que nous avons effectuée de deux sociétés « exemplaires » montre tout de même une transformation et un mouvement sinueux dans une trajectoire qui a ses propres forces d’inertie et qui connaît relativement peu de bifurcation radicale. Ainsi, le catalogue d’idées, la thématisation des enjeux, la configuration et la capacité organisationnelle des forces en présence, sans oublier le panorama de la structure industrielle et de ses acteurs majeurs, ont tendance à s’inscrire dans la durée. Bien souvent, il faut faire remonter le cadre des actions engagées à des moments charnières, qui sont relativement peu nombreux dans le parcours d’une nation. Mais aucune société n’est esclave de son passé ni n’est destinée à creuser le même sillon ou la même ornière.

Une démarche multidimensionnelle

16Dans cette étude, nous avons adopté une démarche qui met en relation quatre dimensions de structuration de la pauvreté et des inégalités. La pyramide qui se révèle par l’articulation de ces dimensions découpe les formes multiples de pauvreté et d’inégalité ainsi que les dynamiques sociales, économiques et politiques de chacune des sociétés considérées.

17La première dimension concerne les dynamiques en cours sur le marché du travail. L’analyse des systèmes de production est l’une des clefs de la compréhension de la pauvreté. Ces dynamiques économiques « brutes » sont aussi médiatisées par l’architecture des compromis sociaux institutionnalisés et des représentations sociales. Par exemple, dans certaines sociétés, la tolérance sociale aux inégalités, fruit de la construction historique des compromis sociaux et donc des luttes sociales et de leur plus ou moins grande reconnaissance par l’État, est plus faible que dans d’autres et se traduit par des législations du travail spécifiques, des niveaux de salaires minimum, des couvertures des risques sociaux plus ou moins étendues. Les dynamiques influant sur les formes de pauvreté sont aussi étatiques, dans la mesure où le traitement politique de la pauvreté par le biais de la gestion du chômage, du sous-emploi, des politiques d’assistance, d’activation, des politiques de formation et d’éducation, des politiques familiales parfois, a un effet direct sur la nature et les niveaux de cette pauvreté. Les dimensions symboliques qui entourent la notion de pauvreté sont également cruciales. Une société où la représentation dominante des personnes pauvres insiste sur la dimension de la responsabilité individuelle dans la situation de pauvreté n’induira pas les mêmes comportements, ni des décideurs ni des résidents, que celle où la responsabilité collective vis-à-vis de la pauvreté est dominante.

18En considérant simultanément ces quatre dimensions, il est possible de saisir l’architecture générale des principaux processus qui sous-tendent le constat des formes multiples (et persistantes) de la pauvreté. Cette grille à quatre entrées ne prétend évidemment pas épuiser le sujet. Elle a néanmoins le mérite de permettre une comparaison relativement systématique de plusieurs configurations nationales différenciées. Notre grille d’analyse permet d’apporter une première réponse générale à la question de la convergence/divergence des sociétés. Dans les chapitres précédents, nous avons montré que toutes les sociétés s’accommodent de formes particulières de pauvreté et d’inégalités. Néanmoins, pour reprendre de manière plus fine la comparaison, il est nécessaire de distinguer des tendances de fond, qui traversent l’ensemble des cas, ainsi que des articulations distinctes dans chaque société, qui font varier la valeur de l’accommodement de la pauvreté et des inégalités.

Des tendances de fond

  • 14 Jean-Claude Barbier, « Le workfare et l’activation de la protection sociale, vingt ans après : bea (...)

19Les deux dernières décennies ont généralement été marquées par une période de croissance économique importante et de recul du chômage. Seule la France contraste avec la persistance d’un taux de chômage relativement élevé. Cette période faste sur le plan des indicateurs économiques n’a pas entraîné une réduction significative de la pauvreté, ni des inégalités. Au mieux, les taux de pauvreté ont légèrement décru ou ils se sont stabilisés. Parallèlement, partout les inégalités se creusent. Les politiques d’activation, tant vantées par l’Union européenne et la troisième voie de Tony Blair ne se sont pas traduites par des résultats convaincants au chapitre de la pauvreté et des inégalités14. La perspective de l’investissement social a freiné le processus de retrait de l’État engagé par les perspectives néolibérales de l’économie dans les années 1980, ce qui a permis de sauver l’essentiel : on est loin de la réforme sociale annoncée.

  • 15 Robert Castel, « Au-delà du salariat ou en deçà de l’emploi ? L’institutionnalisation du précariat (...)

20Le bilan n’est pas globalement satisfaisant, surtout si on met en lumière certaines manifestations que l’on peut cristalliser sous le vocable de précariat. Dans presque chacune des sociétés étudiées, un précariat s’affirme et s’institutionnalise15. Plusieurs éléments entrent en ligne de compte.

  • 16 Pierre-Joseph Ulysse, « Les travailleurs pauvres : de la précarité à la pauvreté en emploi. Un éta (...)
  • 17 Leah Vosko, Precarious Employment. Understanding Labour Market Insecurity in Canada, McGill-Queen’ (...)
  • 18 Pierre-Joseph Ulysse, « Les travailleurs pauvres : de la précarité à la pauvreté en emploi. Un éta (...)

21La généralisation des « travailleurs pauvres » — c’est-à-dire des personnes qui exercent un emploi mais qui n’en retirent pas un salaire suffisant pour subvenir à leurs besoins de base —, participe au phénomène16. Réalité bien connue en Amérique du Nord, et en particulier aux États-Unis, l’existence des travailleurs pauvres est plus récente sur le continent européen (ou tout au moins sa reconnaissance est plus récente). Le travailleur pauvre se définit par son insuffisance de revenu, mais également par un statut d’emploi différent attaché à des droits sociaux soit distincts, soit inexistants. Dans les pays d’Europe continentale, comme la France ou l’Allemagne, la protection sociale du travailleur est directement liée au statut d’emploi. Si le statut d’emploi se dégrade, la protection sociale et les droits sociaux qui y sont attachés se dégradent également. D’où le développement d’un précariat qui se caractérise par des situations d’emplois non standard, mal payées et n’ouvrant pas des droits à l’assurance-chômage. Ce processus est valable ailleurs qu’en France17. Au Canada, par exemple, tout comme dans les régimes bismarckiens, une partie de la protection des travailleurs est encore associée au statut de travail et au nombre d’heures travaillées, en particulier pour l’assurance-chômage. Être en dehors du statut « normal » de travail à temps plein toute l’année, c’est être en dehors d’une partie de la protection sociale. Le précariat devient « une grille de lecture des évolutions de la société contemporaine18 ».

  • 19 Serge Paugam, Claude Martin, « Présentation. La nouvelle figure du travailleur précaire assisté »,(...)

22En France, le précariat économique, lié aux évolutions du marché du travail, est amplifié par « la gestion publique du chômage » qui a créé des statuts intermédiaires (préretraités, formation professionnelle des jeunes, emplois non marchands, emplois aidés), enchâssant de plus en plus dans des programmes des situations de travailleur de seconde zone19. Au Québec, comme dans le reste du Canada, des droits différenciés en fonction de la nature de l’emploi existent, opposant en particulier les employés (bénéficiant de certains droits sociaux) aux travailleurs autonomes (non couverts). Plusieurs initiatives récentes des gouvernements du Québec ont conduit à mettre en place des programmes spécifiques pour les travailleurs autonomes comme les congés parentaux et l’assurance-chômage. On est loin cependant du traitement équivalent pour les deux catégories de travailleurs, alors que de plus en plus de personnes sont poussées vers le travail autonome, par la sous-traitance mais aussi par certains programmes d’activation qui valorisent le travail indépendant des prestataires. Là encore, le précariat devient un phénomène qui se répand et s’institutionnalise.

  • 20 Ibid., p. 15.
  • 21 Pierre-Joseph Ulysse, « Les travailleurs pauvres : de la précarité à la pauvreté en emploi. Un éta (...)

23L’institutionnalisation du précariat peut prendre plusieurs formes. En France, le nouveau revenu social d’activité (RSA) crée un véritable statut de « travailleur précaire assisté20 » alors qu’au Québec, c’est le « travailleur autonome » qui devient de plus en plus un statut pour les travailleurs précaires. La reconnaissance formelle de ces statuts « entérine la distribution inéquitable des salaires parmi les travailleurs21 » et l’officialise. Au Danemark, la conjonction d’un haut niveau de protection sociale avec un haut niveau de flexibilité devrait empêcher l’apparition des travailleurs précaires, dans la mesure où les personnes en mobilité d’emploi ou de formation bénéficient d’une couverture sociale conséquente qui leur permet de se projeter dans l’avenir ; il s’agit là d’une capacité essentielle qui fait défaut au travailleur précaire, dont le leitmotiv est l’instabilité. Ce système vertueux ne fonctionne que quand la mobilité sociale est réelle et partagée. Or, dans le cas danois, certaines catégories sociales, en particulier les personnes immigrantes, ne font pas partie de ces flux de main-d’œuvre, mais, au contraire, sont plus souvent à la marge du système. Il y aurait là tous les ingrédients d’une forme de précariat en développement. En Grande-Bretagne, le précariat est clairement lié au phénomène des travailleurs pauvres, mais semble moins construit comme une strate sociale et plus comme un temps de passage vers le bas ou vers le haut. C’est un espace social où on séjourne, dans lequel on revient souvent, entre deux emplois stables ou deux périodes de chômage ou de formation, mais dont on n’est pas forcément prisonnier (comme en France).

  • 22 Ibid., p. 83.
  • 23 Myriam Thirot, « “Se brûler au travail” : la précarisation du travail vécue par des habitants du C (...)

24Le précariat est un phénomène qui se généralise, même si la notion n’est pas présente partout. Relativement commun aux sociétés que nous avons comparées (sauf au Danemark), il semble durablement installé, autant comme mode d’adaptation des économies que comme catégorie d’action publique. Tout se passe comme si le précariat remplaçait le prolétariat de l’ère fordiste22. Sans en faire une classe sociale en tant que telle, nous pouvons considérer au moins le précariat comme un phénomène qui nous renseigne sur la « structure sociale inégalitaire, alimentée par des rapports sociaux discriminants23 ». Cette structure sociale inégalitaire va varier suivant les sociétés et suivant les moments considérés : elle sera plus ou moins inégalitaire, la discrimination sera orientée vers telle ou telle catégorie sociale.

25Outre le précariat, notre analyse met également en évidence l’existence d’un groupe de personnes « hors jeu » qui sont durablement exclues des modes de production et de consommation des sociétés. Chômeurs de longue durée, personnes itinérantes, personnes avec des problèmes durables de santé mentale et/ou physique, toutes ces personnes ne peuvent (et/ou ne veulent) se soumettre à l’injonction de « l’activation » et sont fréquemment l’objet de culpabilisation et de stigmatisation parce qu’elles ne travaillent pas. Cette dernière décennie, dans la perspective de l’investissement social, l’intervention publique a eu tendance à se détourner de ces populations considérées comme de mauvais investissements parce que non rentables dans le futur. C’est comme si, pour elles, les dés étaient jetés. Évidemment, suivant les sociétés, le nombre et la forme spécifique de cette catégorie de personnes « hors jeu » varient, mais le processus de dualisation apparaît comme un élément relativement commun.

26Précariat et personnes « hors jeu » sont des formes communes de pauvreté et révèle des inégalités partout présentes. Cependant, des articulations distinctes dans chaque société entre les quatre dimensions de notre grille d’analyse font que si toutes les sociétés s’arrangent d’un certain degré de pauvreté et d’inégalité, ce degré varie amplement, d’où l’intérêt de se pencher sur la logique générale de ces articulations.

La logique des articulations

27À partir de la seconde moitié des années 1990, le Danemark est devenu le pays de l’Union européenne ayant le taux d’emploi le plus élevé, le taux de pauvreté et le niveau d’inégalité des revenus les plus bas.

28Cette position au tableau d’honneur est fondée sur l’idée de la nécessité de la flexibilité de la main-d’œuvre, permettant aux employeurs d’ajuster leurs besoins rapidement. Les travailleurs danois sont en mouvement constant ; s’ils connaissent des périodes fréquentes de chômage, elles sont de courte durée et la formation fait partie intégrante de leurs parcours de vie. En contrepartie, le niveau de sécurité sociale est élevé en termes de montant des revenus de remplacement, généreux en termes de durée et qualifiant dans la mesure où l’accent est mis sur l’activation, comme moyen d’enrichissement du « capital humain », et donc sur la formation qualifiante.

29La gestion des politiques du marché du travail est tripartite, l’État, les syndicats et les représentants patronaux négocient de manière décentralisée la flexibilité des travailleurs ainsi que les salaires et les niveaux de protection sociale. La fiscalité très progressive limite les inégalités de revenus, de même que les programmes sociaux qui contribuent à la redistribution des richesses. Il n’y a pas de précariat en tant que tel au Danemark, néanmoins, nous avons noté des inégalités dans les trajectoires des travailleurs. Les travailleurs peu qualifiés sont soumis, plus que les autres, aux programmes de l’activation ; beaucoup ne sont pas comptabilisés comme chômeurs, mais « en congé ». Si ces parcours ne débouchent pas sur des emplois stables, la trajectoire d’activation peut devenir pénible, même si elle assure un revenu décent de remplacement. Finalement, les laissés-pour-compte sont surtout les populations immigrantes et, plus particulièrement les femmes, qui connaissent des taux de chômage très élevés et des situations de pauvreté largement plus fréquentes que pour les autres catégories de personnes. Le miracle danois ne semble pas profiter à tous de manière équivalente.

30La Grande-Bretagne présente un portrait quasiment opposé en tous points. Si le marché du travail apparaît dynamique et se caractérise par un taux de chômage faible et un taux d’activité élevé, également chez les femmes et les personnes de plus de 55 ans, comme au Danemark, les ressorts de ce dynamisme sont très largement divergents. Cette société de travail pour (presque) tous n’est pas une panacée. Le précariat est en effet très développé parce que beaucoup d’emplois sont à temps partiel (surtout pour les femmes) ou temporaires. Aujourd’hui, presque 30 % des employés n’ont plus de travail à temps plein ou de revenu stable, ce qui crée une masse importante de travailleurs pauvres. Nous avons également noté une croissance importante de l’inégalité des revenus, les hauts salaires ayant connu la plus forte progression, alors que les bas salaires connaissaient la progression la plus faible de ces dernières années.

31De plus, restée fidèle à sa tradition libérale, la Grande-Bretagne a limité l’intervention publique en direction des personnes pauvres. Elles sont l’objet d’une forte stigmatisation, les représentations dominantes leur attribuant la responsabilité de la pauvreté et le défaut de la « dépendance » à l’aide publique. Depuis la fin des années 1990, les politiques d’activation des personnes sans emploi n’ont pas fondamentalement modifié cette tendance. L’intervention de l’État demeure ciblée en visant certaines catégories de population (les jeunes, les mères seules), l’aide aux revenus de travail concerne surtout les travailleurs pauvres avec enfants, la législation du travail est très faible et les revenus de remplacement (assistance et assurance) sont particulièrement modestes. Sur l’axe des compromis sociaux, les syndicats sont maintenus en marge de la protection sociale, dont la destinée est l’apanage du gouvernement et de quelques experts de réseaux de politiques. Les personnes handicapées, les parents seuls, les minorités ethniques et les individus sans qualification sont les principaux laissés-pour-compte de la société britannique. De fait, malgré les discours sur l’investissement social et la volonté des gouvernements travaillistes successifs de concilier objectifs sociaux et modernisation économique, la Grande-Bretagne conserve sa place dans le peloton de queue au chapitre de la pauvreté en Europe, et en particulier de la pauvreté des enfants.

32On le voit, plusieurs modalités de développement social peuvent soutenir des performances économiques relativement comparables. Dans le cas du Danemark, la collectivité, par le biais de l’État social, prend en charge les « externalités » du capitalisme en assurant les citoyens d’un revenu suffisant. Plus même, l’État intervient avec les partenaires sociaux pour fournir une main-d’œuvre compétitive parce que formée. En Grande-Bretagne, ce sont les individus qui ont la responsabilité de voir à ces externalités ; la collectivité demeure largement en retrait et l’intervention publique très légère. Ces deux cas représentent des « classiques » de la littérature comparée des États sociaux. Il est intéressant de voir comment on retrouve, sous des formes mixtes, des éléments de ces logiques dans les deux cas hybrides que nous avons traités : la France et le Québec.

33En France, les emplois sont accaparés par les 25-54 ans et la plus grande part des performances économiques du pays repose sur ces travailleurs. Aux deux extrêmes de la vie active, on retrouve des taux d’activités très faibles, dus d’une part, à l’allongement des études et aux difficultés pour les jeunes à entrer durablement sur le marché du travail, et d’autre part, à des politiques publiques et des politiques d’embauche qui privilégient le retrait précoce des travailleurs plus âgés par le biais de formules de préretraite. À la différence des autres cas analysés, le chômage est important sur toute la période. Le chômage des jeunes (et des jeunes immigrés ou d’origine étrangère encore plus) est particulièrement préoccupant. La recherche de flexibilité du marché du travail, bien que moins réussie qu’ailleurs, a conduit les pouvoirs publics à créer de nouveaux statuts d’emploi auxquels sont attachés des droits sociaux différenciés.

34La dualisation croissante du marché du travail structure fortement la pauvreté : un segment de la main-d’œuvre plus protégé a conservé en grande partie ses droits sociaux et des niveaux de salaires élevés, mais a eu tendance à rester relativement fermé aux nouveaux entrants ; alors que la multiplication des statuts d’emploi a produit un fort sentiment d’insécurité pour les travailleurs précaires peu protégés. Les principaux syndicats, faibles numériquement mais forts politiquement, ont participé à ce processus de dualisation, en défendant davantage les droits acquis qu’en faisant la promotion de couvertures sociales élargies à l’ensemble des travailleurs, précaires compris. Comme le système des assurances sociales est très lié au statut d’emploi, la segmentation de l’emploi s’accompagne d’une segmentation du traitement politique de la pauvreté. À côté d’un précariat institutionnalisé, composé de travailleurs sous contrats atypiques ou de chômeurs en emplois aidés, les jeunes, les mères seules et les populations immigrées constituent les principales catégories de laissés-pour-compte et connaissent des taux de pauvreté plus importants que les autres.

35À la différence de la Grande-Bretagne, les inégalités sociales ont été relativement contenues, sauf si on considère les très hauts revenus qui ont connu une croissance exponentielle dans les cinq dernières années. La France se caractérise par des politiques de redistribution importantes, qui limitent les écarts entre les plus riches et les plus pauvres, et des politiques d’assistance relativement généreuses qui amortissent l’effritement des droits sociaux liées aux changements dans les statuts d’emploi. Comparativement à la Grande-Bretagne, les taux de pauvreté sont beaucoup plus faibles en France ; en revanche, la mobilité de la main-d’œuvre est plus difficile et participe à faire du précariat un état plus qu’un passage transitoire. Autrement dit, les précaires français sont — toutes choses étant égales par ailleurs — moins pauvres économiquement que leurs homologues britanniques, mais ils ne jouissent pas d’une sécurité financière aussi étendue et développée que les danois, malgré une forte intervention de l’État.

36Au Québec, comme en Grande-Bretagne, la question des travailleurs pauvres est centrale. Elle est liée à la dégradation des conditions de travail et à l’effritement des droits du travail. Moins sévère que dans le cas britannique, la pauvreté des travailleurs existe néanmoins. Dans les dix dernières années, le Québec a profité d’une situation économique enviable qui lui a permis de diminuer sensiblement son taux de chômage et de rattraper sur plusieurs indicateurs ses voisins canadiens immédiats, comme la province de l’Ontario. De plus, la lutte contre la pauvreté qui a engagé l’ensemble de la société québécoise a permis une nette amélioration du point de vue de la réduction du taux de pauvreté et un changement significatif des représentations de la pauvreté, perçue aujourd’hui dans sa globalité et non comme une « simple » insuffisance de revenus. Un problème central demeure : les inégalités de revenus, qui sont liées à des politiques de redistribution faibles et des inégalités importantes de salaires, malgré les relèvements récents du salaire minimum.

37Engagé, comme les autres sociétés, dans des politiques d’activation de la main-d’œuvre, le Québec n’a pas assorti ces nouveaux programmes sociaux de beaucoup de moyens financiers, ce qui limite grandement la portée des réformes entreprises. Moins interventionniste que le Danemark ou la France, le Québec se démarque néanmoins du cas britannique et des modèles dits libéraux, parce qu’on y retrouve depuis plus de dix ans des acteurs sociaux (syndicats et groupes communautaires) qui tentent de forcer la main du gouvernement dans le champ de la lutte contre la pauvreté et qui proposent aussi des solutions originales pour prendre soin des plus démunis de la société.

  • 24 Torben Iversen, John D. Stephens, « Partisan Politics, the Welfare State, and Three Worlds of Huma (...)

38L’analyse entreprise ne visait pas à répondre à la question « pourquoi » les sociétés étudiées sont plus ou moins accommodantes vis-à-vis de la pauvreté et des inégalités, comme d’autres le font24, mettant de l’avant des facteurs politiques ou institutionnels pour expliquer les trajectoires des pays. L’idée initiale consistait plutôt à comprendre d’où viennent les « output » des sociétés en termes de pauvreté et d’inégalités. À chaque cas, nous avons pu faire correspondre des logiques d’articulation des dynamiques politiques, sociales et économiques induisant des formes de pauvreté et d’inégalités.

39Pour terminer, nous aimerions insister sur quatre conclusions (partielles) que nous retirons de cette recherche.

  1. La mobilité des travailleurs semble une condition du fonctionnement du marché du travail contemporain. Autrement dit, pour tourner, le marché (et les employeurs) a besoin d’une main-d’œuvre mobile, façonnable au gré des besoins de l’économie. Cette mobilité nécessaire peut se transformer en insécurité dans les trajectoires des personnes s’il n’y a pas une prise en charge collective des risques liés à la flexibilité de la main-d’œuvre. L’insécurité sera d’autant plus grande que les marchés du travail comportent des rigidités qui empêchent la circulation d’un emploi à un autre, à la formation, au chômage, etc. Elle peut également se traduire par une relégation pure et simple hors du marché du travail pour des catégories de personnes discriminées ou présentant des profils de formation, de scolarité systématiquement refusés par les employeurs. La flexibilité peut être plus supportable si les transitions sont pensées et assurées et qu’elles ne signifient pas une perte brusque de revenus. Dans cette perspective, les sociétés où le revenu est attaché uniquement ou presque exclusivement à l’emploi apparaissent moins bien armées pour à la fois combattre la pauvreté et être performantes sur le plan économique.
  2. La dimension de la négociation collective et des compromis sociaux apparaît centrale dans la possibilité d’entreprendre des réformes d’envergure et de transformer durablement les dynamiques qui sous-tendent la production de la pauvreté et des inégalités. Autant au Danemark avec l’inclusion des acteurs collectifs et patronaux à la gestion du marché du travail qu’au Québec avec la participation des acteurs sociaux à la gestion de la pauvreté, le compromis social apparaît comme une clef pour atteindre des objectifs de développement social. La France et la Grande-Bretagne auront probablement besoin de toutes leurs forces vives (collectives) pour lutter contre la pauvreté endémique (Grande-Bretagne) ou renverser le développement d’un précariat institutionnalisé (France).
  3. La lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités constituent des choix collectifs, des choix de société, qui peuvent se traduire par des actions politiques concrètes. Il n’y a pas de fatalité à ce chapitre, ni de convergence mécanique. La destinée des sociétés repose entre les mains des acteurs qui les composent. Néanmoins, nous avons noté une tension croissante entre les reconfigurations du monde du travail et de la recherche d’emploi (injonctions à l’individualisation, à la responsabilisation des individus et à l’émiettement des statuts collectifs) et la nécessité de la prise en charge collective de la question sociale.
  4. Dans les quatre sociétés analysées, ce sont les personnes immigrantes qui sont les plus mal loties. C’est vrai du chômage, des taux de pauvreté, de l’exclusion plus durable. Le futur pourra difficilement se faire sans elles ; leur inclusion véritable appelle des changements profonds autant sur le plan des représentations sociales que des politiques et des comportements individuels et collectifs. L’histoire des démocraties du Nord, et en particulier les années post-crise de 1929, nous a appris que chercher à souder la société par une dynamique de division entre des inclus et des « autres », en utilisant les étrangers de l’intérieur comme variable d’ajustement, voire comme bouc-émissaire, ne peut être qu’une défaite collective.

Notes

1 Jane Jenson, « Redesigning Citizenship Regimes after Neoliberalism. Moving Towards Social Investment », Nathalie Morel, Bruno Palier, Joakim Palme (dir.), What Future for Social Investment?, Institute for Futures Studies Research Report, 2009, p. 27-44.

2 Ibid., p. 30.

3 Kerstin Jacobsson, « Achievements and Non-Achievements of the European Employment Strategy », Nathalie Morel, Bruno Palier, Joakim Palme (dir.), What Future for Social Investment?, Institute for Futures Studies, Research Report, 2009, p. 119-130.

4 Alexandra Dobrowolsky, Denis Saint-Martin, « Agency, Actors and Change in a Child Focused Future: “Path Dependency” Problematised », Journal of Commonwealth and Comparative Politics, vol. 4, no 1, 2005, p. 1-33; Jane Jenson, « Children, new social risks and policy change. A LEGOTM future? », Comparative Social Research, vol. 25, 2008, p. 357-381.

5 Rita Nikolai, « Towards Social Investment? Patterns of Public Policy in the OECD World », Nathalie Morel, Bruno Palier, Joakim Palme (dir.), What Future for Social Investment?, Institute for Futures Studies Research Report, 2009, p. 101-102.

6 Paul Bernard, Guillaume Boucher, « Institutional Competitiveness, Social Investment and Welfare Regimes », Regulation & Governance, vol. 1, no 3, 2007, p. 213-229.

7 Ibid., p. 224.

8 Tito Boeri, Simona Baldi, « Europe(s) sociales, convergence et compétition », Revue d’économie politique, vol. 115, 2005/2006, p. 170-171.

9 Peter Starke, Herbert Obinger, Francis G. Catles, « Convergence Towards Where: In What Ways, if any, Are Welfare States Becoming More Similar? », Journal of European Public Policy, vol. 15, no 7, 2008.

10 Diane Stone, « Transfer Agents and Global Networks in the Transnationalisation of Policy », Journal of European Public Policy, vol. 11, no 3, 2004, p. 545-566 ; Gérard Boismenu, Pascale Dufour, « Participation de l’État et de l’environnement social à l’aide aux personnes sans emploi. Une comparaison des aides publiques aux États-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Danemark et France », Recherches et Prévisions, no 91, mars 2008 ; Gérard Boismenu, Pascale Dufour, Alain Noël, « Les logiques de la contrepartie dans les programmes visant les personnes sans emploi », Les Politiques sociales, 2004, p. 106-117.

11 Lyle Scruggs, « The generosity of social insurance, 1971-2002 », Oxford Review of Economic Policy, vol. 22, no 3, 2006.

12 Torben Iversen, David Soskice, « Electoral Institutions and the Politics of Coalitions: Why Some Democracies Redistribute More than Others », American Political Science Review, vol. 100, no 2, 2006, p. 165-181; Alberto Alesina, Edward L. Glaeser, Combattre les inégalités et la pauvreté. Les États-Unis face à l’Europe, Flammarion, 2004; Torben Iversen, John D. Stephens, « Partisan Politics, the Welfare State, and Three Worlds of Human Capital Formation », Comparative Political Studies, vol. 41, nos 4/5, 2008, p. 600-637.

13 Jean-Claude Barbier, « Peut-on parler d’« activation » de la protection sociale en Europe ? », Revue française de sociologie, vol. 43, no 2, 2002 ; Ides Nicaise, « The active welfare state : a response to social exclusion ? », Vives lectures, 2002 ; Yannick L’Horty, Revenu minimum et retour à l’emploi : une perspective européenne ?, Université d’Evry, 2004 ; Pascale Dufour, Gérard Boismenu, Alain Noël, L’aide au conditionnel : la contrepartie dans les mesures envers les personnes sans emploi en Europe et en Amérique du Nord, Presses de l’Université de Montréal, 2003.

14 Jean-Claude Barbier, « Le workfare et l’activation de la protection sociale, vingt ans après : beaucoup de bruit pour rien ? Contribution à un bilan qui reste à faire », Lien social et Politiques, vol. 61, 2009, p. 23-36.

15 Robert Castel, « Au-delà du salariat ou en deçà de l’emploi ? L’institutionnalisation du précariat », Serge Paugam (dir.), Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales, PUF, 2007, p. 415-434.

16 Pierre-Joseph Ulysse, « Les travailleurs pauvres : de la précarité à la pauvreté en emploi. Un état des lieux au Canada/Québec, aux États-Unis et en France », Lien social et Politiques, vol. 61, 2009, p. 81-96.

17 Leah Vosko, Precarious Employment. Understanding Labour Market Insecurity in Canada, McGill-Queen’s University Press, 2006; Rosalind Gill, Andy Pratt, «Precarity and Cultural Work. In the Social Factory? Immaterial Labour, Precariousness and Cultural Work», Theory, Culture and Society, vol. 25, nos 7-8, 2008, p. 1-30.

18 Pierre-Joseph Ulysse, « Les travailleurs pauvres : de la précarité à la pauvreté en emploi. Un état des lieux au Canada/Québec, aux États-Unis et en France », Lien social et Politiques, vol. 61, 2009, p. 81-96.

19 Serge Paugam, Claude Martin, « Présentation. La nouvelle figure du travailleur précaire assisté », Lien social et Politiques, vol. 61, 2009.

20 Ibid., p. 15.

21 Pierre-Joseph Ulysse, « Les travailleurs pauvres : de la précarité à la pauvreté en emploi. Un état des lieux au Canada/Québec, aux États-Unis et en France », op. cit.

22 Ibid., p. 83.

23 Myriam Thirot, « “Se brûler au travail” : la précarisation du travail vécue par des habitants du Centre-Sud de Montréal », Lien social et Politiques, vol. 61, 2009, p. 161.

24 Torben Iversen, John D. Stephens, « Partisan Politics, the Welfare State, and Three Worlds of Human Capital Formation », op. cit.

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search