Version classiqueVersion mobile

La pauvreté

 | 
Gérard Boismenu
, 
Pascale Dufour
, 
Sylvain Lefèvre

Chapitre 3. La légitimité des inégalités et la question sociale en Grande-Bretagne

Texte intégral

1À l’image du Danemark, la Grande-Bretagne présente un cas qu’on pourrait dire idéal-typique, dans le sens où elle concentre et accentue un certain nombre de traits qu’on retrouve de manière plus nuancée dans d’autres configurations nationales. Le Danemark présente une certaine exemplarité lorsqu’il s’agit d’évoquer le cercle vertueux de la flexicurité ; s’il en est de même pour le modèle britannique, cette exemplarité est bien différente. L’accent mis sur la flexibilité en Grande-Bretagne trouve son point d’ancrage dans les vertus du marché, tandis que les formes publiques d’intervention sont subordonnées à une complémentarité définie d’abord en intériorisant les impératifs des acteurs privés. Dit autrement, les rigidités institutionnelles associées à l’intervention publique seront combattues, alors que la démarche disciplinaire, voire punitive, dans l’intervention sociale auprès des populations sera valorisée. C’est ce bouclage, bien différent du cas danois précédemment étudié, que nous allons mettre en lumière.

2La situation britannique ne semble pas manquer d’atouts. La croissance de la richesse, eu égard à la population, est parmi l’une des plus élevées au cours des vingt dernières années du dernier siècle (1980-2000), en comparaison des pays européens et nord-américains. Le taux de chômage est assez faible, notamment pour le chômage de longue durée. Mais, d’un autre côté, la Grande-Bretagne reste fortement inégalitaire et la richesse par habitant en 2002 est l’une des moins élevées parmi les 18 pays comparables. Un coup d’œil rapide sur quelques indicateurs sociaux permet de dresser un bilan assez sombre sur le plan de l’inégalité et de la pauvreté. La pauvreté (définie à moins de 60 % de la médiane du revenu net) est très élevée en termes relatifs, ce qui associe d’assez près ce pays aux pays d’Europe du Sud. C’est aussi une pauvreté qui tend assez fortement à s’inscrire dans la durée (en termes de persistance).

3On comprend que la pauvreté et les inégalités semblent liées au modèle de développement socioéconomique et à l’organisation des rapports socioprofessionnels de la configuration britannique ; en somme, ce serait le prix à payer de ce modèle libéral de relations de travail.

Un marché du travail actif après de grandes difficultés

  • 1 Anne Daguerre, « Les politiques de retour à l’emploi aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Fran (...)
  • 2 Nicolas Grivel, Nathalie Georges, Dominique Méda, Les prestations et services d’accompagnement des (...)

4À l’image du Danemark (mais selon un ordre séquentiel différent), la situation du marché du travail en Grande-Bretagne affiche dans les années 2000 des signes positifs, après avoir connu des phases de fort chômage. Le marché du travail connaît de très grandes difficultés au cours des années Thatcher, puis, après une accalmie, éprouve de nouveau une exacerbation de la crise de l’emploi au début des années 1990. Avant l’arrivée du gouvernement Blair (1997), la situation se redresse, ce qui est confirmé par la suite, si bien que, depuis 1993, le taux de chômage fléchit constamment pour se situer à près de 5 % dans les années 2000. En 2006, il atteint son niveau le plus bas depuis vingt ans et oscille entre 4,5 % et 4,8 %1. Cette évolution est remarquable. Il est vrai qu’une tendance à la diminution du chômage s’enclenche dans la plupart des pays de l’OCDE au début des années 1990, mais cette tendance est plus précoce en Grande-Bretagne, la diminution y suit un rythme plus rapide et la trajectoire ne se dément pas. D’ailleurs, si la situation du marché de l’emploi stagne ou se détériore dans la plupart des pays au début des années 2000, le Royaume-Uni confirme la contraction du chômage2.

  • 3 John Hills, Inequality and the State, Oxford University Press, 2004.

5Le chômage de longue durée (12 mois et plus) a beaucoup diminué et se compare très avantageusement aux autres pays européens : alors qu’il est de 3,3 % pour l’Union européenne (des 15, en 2002), il n’est plus qu’à 1,1 % au Royaume-Uni. Ajoutons que le chômage de longue durée a diminué de plus de 75 % entre 1997 et 20033. Un regard panoramique permet de souligner qu’avant le gouvernement Blair, la part des travailleurs de 25 à 49 ans, qui étaient en situation de chômage de longue durée, variait peu. Les hommes étaient nettement plus touchés que les femmes. Depuis l’introduction du New Deal 25 plus par le gouvernement Blair, il y a un très net mouvement à la baisse et l’écart entre les hommes et les femmes sur ce registre s’est resserré très sérieusement. Dans l’ensemble, le chômage est surtout concentré sur la strate d’âge des jeunes, soit de 18 à 24 ans (ici on fait abstraction des 16 et 17 ans) : l’écart est particulièrement important avec les 25 ans et plus, et il s’approfondit. En somme, le taux de chômage des jeunes a diminué de 25 % au cours de la dernière décennie, mais ce taux reste trois fois celui du taux de chômage des travailleurs plus âgés.

  • 4 Stewart Kitty, « Changes in poverty and inequality in the UK in international context », John Hill (...)

6Si l’on prend un peu de recul, on constate que l’évolution du chômage distingue le Royaume-Uni de plusieurs pays. Mis à part les États-Unis, les différents pays ont connu des années 1990 particulièrement préoccupantes sur le plan du chômage, leur situation se dégradant nettement par rapport à la situation britannique4.

  • 5 Royaume-Uni, UK National Report on Strategies for Social Protection and Social Inclusion 2006-2008 (...)
  • 6 Ibid.

7Pour caractériser le dynamisme du marché de l’emploi britannique, on peut le replacer dans le cadre européen. On observe alors que le taux d’emploi du Royaume-Uni est le quatrième plus élevé dans l’Union européenne des 25, dépassant d’ores et déjà la cible identifiée pour 2010 par la Stratégie de Lisbonne. Parallèlement, ce pays se situe également au-delà pour deux autres objectifs : avec 65,9 % de taux d’emploi pour les femmes, il dépasse l’objectif de 60 %, et avec 56,9 % pour les travailleurs âgés, il se situe clairement au-dessus des 50 % visés5. Ce fort taux s’accompagne d’une augmentation caractérisée pour les femmes seules chefs de famille (on passe de 44 à 54 % de 1996 à 2002). D’autres données mettent en relief que le taux d’emploi du parent seul a augmenté de 11,3 points de 1997 à 2006, pour atteindre 56,6 %. Cette évolution semble liée aux politiques gouvernementales mises en œuvre, avec le New Deal Lone Parent et le crédit fiscal6.

  • 7 Guillaume Delautre, Nathalie Georges, « De l’utilité d’un outil de profilage des demandes d’emploi (...)
  • 8 Alex de Ruyter, John Burgess, « Growing Labour Insecurity in Australia and the UK in the Midst of (...)

8Il nous faut également souligner un autre trait distinctif du marché du travail britannique : une flexibilité se conjuguant, contrairement à ce que nous avons vu au Danemark, avec une très grande précarité. En effet, la structure du marché du travail repose sur un fort turnover. Le chômage est transitoire et très important. Plusieurs travailleurs actifs repassent chaque année par le marché du travail, mais il est vrai que la majorité retrouve rapidement un emploi compte tenu du nombre élevé d’emplois vacants et des caractéristiques très disparates de ces emplois7. Le peu de contraintes associées au contrat de travail standard explique d’ailleurs le faible recours aux contrats de travail à durée déterminée, l’avantage relatif de ce dernier y étant moins manifeste. Par exemple, depuis 1985, certains droits liés à la sécurité d’emploi ne sont reconnus qu’après deux ans de travail continu ; cette période fut ramenée à un an en 1999, mais elle n’était que de six mois avant 19858.

  • 9 Jochen Clasen, Daniel Clegg, « Unemployment Protection and Labour Market Reform in France and Grea (...)
  • 10 Alex de Ruyter, John Burgess, « Growing Labour Insecurity in Australia and the UK in the Midst of (...)

9Le travail à temps partiel y est par contre très répandu — particulièrement chez les femmes, ce qui contribue à leur insécurité et à leur insuffisance de protection —, si bien, qu’avec l’Espagne et le Danemark, la Grande-Bretagne détient un taux du travail à temps partiel parmi les plus élevés en Europe9. La croissance des emplois à temps partiel ou temporaires signifie dans les faits que 30 % des employés n’ont plus de travail à plein temps ou à revenu stable. Parallèlement, les travailleurs sont de plus en plus touchés par des changements dans les heures de travail et par l’augmentation du nombre d’heures supplémentaires non rémunérées. Nombreux sont ceux qui travaillent bien au-delà de la durée normale de la semaine de travail10.

  • 11 OCDE, Perspectives de l’emploi de l’OCDE. Stimuler l’emploi et les revenus, Paris, Organisation de (...)

10Dans l’ensemble, l’encadrement du marché du travail au Royaume-Uni laisse d’ailleurs place à une grande flexibilité sur plusieurs rapports. Si l’on considère la législation sur la protection de l’emploi (LPE) — soit l’ensemble des règles qui régissent l’embauche et le licenciement des salariés, qui ont généralement pour objet de renforcer la sécurité de l’emploi pour les travailleurs —, force est de constater que le Royaume-Uni présente un profil particulièrement peu contraignant. Par exemple, on postule qu’une législation trop restrictive est sujette à freiner les décisions d’embauche, car elle suppose des coûts d’ajustement des effectifs pour l’employeur et des obstacles juridiques et institutionnels à l’embauche11.

11En somme, on perçoit nettement une modalité d’articulation de la flexibilité et de la sécurité très différente du modèle danois. C’est également la représentation de la précarité qui différencie les deux configurations. Dans le modèle britannique, une architecture morale bien spécifique sous-tend les dispositifs de sécurité sociale et d’aide aux chômeurs.

La stigmatisation de la pauvreté et la responsabilisation des individus

  • 12 Hélène Zajdela, Ai-Thu Dang, Fondements normatifs des politiques d’activation : un éclairage à par (...)

12Durant le règne des conservateurs, sous la férule notamment de Margaret Thatcher (1979-1990), on assiste à l’hégémonie d’une conception minimaliste de la protection sociale, réformée en 1988, et à la volonté arrêtée de réduire le rôle de l’État. Fondamentalement, une crainte permanente inspire les politiques : en aidant ceux qui n’en auraient pas besoin, on crée un problème de dépendance et de pauvreté plus qu’on ne le résout. La réforme de l’assurance-chômage menée par John Major en 1996 va dans ce sens, en réduisant la durée des prestations, durcissant les conditions d’admissibilité et les contrôles (réforme du Job Seeker Allowance). Cette conception nourrit encore aujourd’hui la volonté d’activation des personnes vivant de prestations et motive l’obsession de tri à l’origine des réformes successives du système de protection sociale12.

  • 13 Trine P. Larsen, Anne Daguerre, Peter Taylor-Gooby, Woman and the Labour Market – The National Chi (...)
  • 14 Matt Barnes, Social Exclusion in Great Britain: An Empirical Investigation and Comparison with the (...)
  • 15 Anthony Giddens, The Third Way. The Renewal of Social Democracy, Polity Press, 1998.

13Après dix-huit années de majorité gouvernementale conservatrice, la proportion de la population ne touchant que de faibles revenus a plus que triplé (de 8 % à 25 %). Mais l’élection du gouvernement travailliste de Tony Blair en 1997 ne suscite pas une grande bifurcation, même si elle introduit davantage de dispositifs d’incitation, à côté de ceux plus contraignants. Pendant deux ans, les pouvoirs publics ont poursuivi la politique budgétaire des conservateurs, et aucune réduction des inégalités de revenus n’a été enregistrée13. Ce gouvernement a tablé sur la notion d’exclusion sociale pour s’engager dans des politiques centrées sur un plus large éventail d’objectifs outre la simple compensation de revenu14. Qui plus est, la lutte à l’inégalité économique, en particulier pour les plus hauts revenus, n’est pas à l’ordre du jour : l’égalité économique cède la place à l’égalité des chances, véritable matrice de la « troisième voie » théorisée notamment par Anthony Giddens15.

14Plus généralement, on peut observer sur le moyen terme, au-delà de la rupture présumée, une certaine continuité dans les soubassements normatifs de la politique d’activation entre les mandats conservateurs de Margaret Thatcher puis John Major, et la séquence travailliste du New Labour de Tony Blair puis Gordon Brown. Le leitmotiv pourrait se résumer à employment opportunity for all (opportunité d’emploi pour tous) complété par work for those who can, security for those who cannot (travail pour ceux qui le peuvent, sécurité pour ceux qui ne le peuvent pas). S’il y a incapacité de travail, des dispositifs doivent assurer une vie décente. Mais cette incapacité doit être démontrée et ne doit en aucun cas être l’effet d’une dépendance aux mesures de redistribution ; dans cette logique, la sécurité du revenu ne peut être que minimale et encourager l’insertion professionnelle.

  • 16 John Hills, Inequality and the State, Oxford University Press, 2004.
  • 17 Jochen Clasen, Reforming European Welfare States: Germany and the United Kingdom Compared, Oxford (...)

15Cette évolution globale s’observe d’ailleurs dans l’inflexion des représentations du chômage, dans le sens d’une individualisation et d’une stigmatisation des sans-emploi. Ainsi, la proportion de la population qui attribue la pauvreté à la paresse ou au manque de volonté passe de 19 % en 1986 à 23 % en 2000 et, parallèlement, la proportion qui considère que cela est dû à l’injustice de la société a diminué de 30 % en 1994 à 21 % en 200016. Ce n’est pas encore la situation américaine, mais cela s’éloigne de la culture politique européenne conventionnelle. Rappelons qu’au début des années 1980, plus de la moitié de la population britannique considérait les chômeurs comme des victimes de circonstances externes. Cette perception a changé fortement après 1997 avec une importante augmentation dans la proportion de ceux qui estiment que les prestations sont trop généreuses et découragent la recherche active d’emploi17.

  • 18 Heather Trickey, Robert Walker, « Steps to Compulsion Within British Labour Market Policies », Iva (...)
  • 19 Hélène Zajdela, Ai-Thu Dang, Fondements normatifs des politiques d’activation : un éclairage à par (...)

16À ce titre, dans l’environnement européen, la Grande-Bretagne s’est fait le porte-étendard de la doctrine de la lutte contre la « dépendance » à l’égard de la protection sociale. Le chômage s’expliquerait par l’abus et l’irresponsabilité, à telle enseigne que les catégories de « chômeur méritant » et de « chômeur non méritant » n’ont pas eu de mal à refaire surface. Déjà les conservateurs s’étaient fait les pourfendeurs de la welfare dependancy, tout en ancrant, dans l’univers de référence, une connotation fortement négative à l’État social et l’acuité du problème de la générosité des prestations et de la fraude de la sécurité sociale18. Le New Labour, promoteur d’une « troisième voie », s’engageait à lutter contre le chômage et la pauvreté, en particulier celle des familles de travailleurs. Le gouvernement travailliste cherche à faire la jonction entre un traitement social du chômage et de la pauvreté et un libéralisme économique sur le marché du travail par le développement d’un État social actif qui permet « d’armer les individus face au marché » (selon l’expression de Giddens)19. Mais comment ces horizons normatifs se sont-ils traduits dans les politiques publiques ?

Le travail comme pivot de la protection sociale

  • 20 Robert Walker, Michael Wiseman, « Making welfare work: UK activation policies under New Labour », (...)
  • 21 Anne Daguerre, « Les politiques de retour à l’emploi aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Fran (...)

17À la fin des années 1990, un consensus s’est donc développé autour de l’idée d’une politique active et de la légitimité de mesures conditionnelles. Les principaux arguments tablaient sur les coûts associés au nombre de requérants qui n’a pas diminué malgré la croissance de l’emploi, sur le postulat de la dépendance à l’aide sociale, sur la dangerosité et le risque d’agitation sociale spécialement chez les jeunes chômeurs, et sur les histoires à succès des stratégies de workfare américaines et du miracle hollandais20. En somme, une part importante du chômage est « volontaire ». Pour contrer cette « préférence individuelle », il s’agit de manier à la fois la carotte (par exemple, sous forme de crédits d’impôt en cas de retour sur le marché de l’emploi) et le bâton (diminution puis suppression des prestations pour ceux qui refusent les emplois proposés)21.

  • 22 Jochen Clasen, Reforming European Welfare States: Germany and the United Kingdom Compared, Oxford (...)
  • 23 Pascale Dufour, Gérard Boismenu, Alain Noël, L’aide au conditionnel, Presses de l’Université de Mo (...)

18Pour ce faire, un nouveau contrat a été énoncé entre les citoyens et l’État, par lequel le gouvernement a obligation de fournir des conditions favorisant l’engagement dans un travail rémunéré, alors que les sans-emploi prestataires doivent se montrer proactifs et prêts à accepter formation, travail ou offres d’éducation. Ce contrat s’inscrit dans une nouvelle dynamique des droits et des devoirs (responsabilités) du citoyen-travailleur, en mettant en relief les seconds22 : le welfare to work est basé, pour le chômeur, sur un lien entre emploi et protection sociale selon une logique de contre-partie23. Au-delà de cette conditionnalité de l’aide, notons que la protection sociale destinée aux sans-emploi se caractérise par une forte atténuation de la distinction entre les prestataires de l’assurance et de l’assistance, et par un niveau d’indemnisation « peu généreux », pour employer une litote.

  • 24 Jean-Claude Barbier, Analyse comparative de l’activation de la protection sociale en France, Grand (...)
  • 25 Nicolas Grivel, Nathalie Georges, Dominique Méda, Les prestations et services d’accompagnement des (...)
  • 26 Jochen Clasen, Reforming European Welfare States: Germany and the United Kingdom Compared, op. cit

19Quelques chiffres permettent d’en prendre la mesure puisque le taux de remplacement net de l’assurance-chômage pour une personne seule est passé de 50 % en 1997 à 46 % en 1999 et de 64 % à 49 % pour un couple avec deux enfants pour la même période24. À titre de comparaison, le Royaume-Uni n’a dépensé que 0,19 % du PIB en « mesures passives » en 2005, contre 1,2 % pour la Suède et 2,02 % pour les Pays-Bas25. De plus, en proportion des transferts totaux aux chômeurs, la part des prestations financées sur une base contributive a diminué de 45 % en 1979 à 25 % au milieu des années 1980, et de 16 % à la fin des années 1980 à 9 % au cours des années 2000. Il s’agit là d’une indication forte, qui témoigne de la montée en puissance d’une protection pour les chômeurs basée prioritairement sur des conditions de ressources26. Par ailleurs, l’Income Support fait office de revenu minimal pour les personnes dans l’incapacité de travailler (avec personne dépendante), malades, handicapées ou aveugles de moins de 60 ans. Versée sous conditions de ressources, cette aide minimale agit comme « filet de sécurité » pour les personnes n’ayant droit à aucune autre allocation, mais n’assure de toute évidence pas la possibilité de se sortir de la pauvreté.

  • 27 Jane Lewis, « New Labour, nouvelle Grande-Bretagne ? Les politiques sociales et la “troisième voie (...)
  • 28 Alexandra Dobrowolsky, Ruth Lister, Social Exclusion and Changes to Citizenship: Woman and Childre (...)

20On mesure donc à quel point les questions de travail et de protection sociale deviennent solidaires. L’exclusion sociale est d’abord affaire de mise en marge du travail rémunéré, découlant d’une insuffisance d’éducation, de formation, de compétences ou d’engagement par rapport au marché du travail. Posé en ces termes, le traitement politique de l’exclusion sociale passe par des dispositifs d’activation de ces populations en marge. Il s’agit notamment de développer leur « employabilité » en palliant des handicaps particuliers préjudiciables à leur insertion professionnelle. De là, des mesures de sécurité du revenu conditionnelles et l’introduction de New Deals désignant des situations particulières (parents isolés, adultes handicapés, jeunes de 18 à 24 ans)27. Mais cette conception morale de l’exclusion se traduit également par les modalités directives, punitives et disciplinaires des règles qui cadrent les politiques d’activation des prestataires28. Dans les Jobcentre Plus, mis en place en 2001, l’essentiel des ressources est alloué au suivi intensif des chômeurs, très peu à la formation et encore moins aux emplois aidés. À la clé, les chômeurs soupçonnés de ne pas remplir leurs obligations de recherche d’emploi peuvent se voir refuser leurs prestations sociales pour une durée pouvant aller jusqu’à 26 mois.

21En liant ainsi les questions d’emploi et d’exclusion sociale, le New Labour instrumentalise la citoyenneté. Celle-ci doit reposer sur une prédominance des responsabilités et des obligations sur les droits et s’accommoder des objectifs économiques et d’injonctions morales : la « grandeur » d’un citoyen se mesure à l’aune de son statut professionnel, mais aussi de son engagement au sein de sa communauté locale. La régulation de l’intérêt collectif s’opère d’abord par l’harmonie de volontés librement consenties. On observe donc un double paradoxe au travers de cette figure du citoyen-travailleur. D’une part, la rénovation de l’intervention étatique s’opère par la réactivation de vieux schèmes théoriques, parfois guère éloignés de l’idéal smithien, où la morale individuelle joue un rôle central à côté de la rationalité calculatrice. D’autre part, la responsabilisation des conduites et la rhétorique de l’autonomie sont orchestrées via un ensemble de dispositifs disciplinaires et paternalistes. Pour comprendre l’assise de cette architecture morale, il nous faut mettre en lumière le rôle joué par les principaux acteurs politiques, patronaux et syndicaux. Comment sont régulés collectivement les antagonismes sociaux dans ce système où prime l’échelle de la responsabilité individuelle ?

La faiblesse du tripartisme et la marginalisation des syndicats

22Malgré la présence de gouvernements travaillistes dans l’histoire contemporaine de la Grande-Bretagne, le tripartisme, c’est-à-dire la négociation centralisée ou coordonnée des représentants du mouvement syndical, des groupes patronaux et de la direction de l’État, ne s’y est jamais imposé. Perçu avec méfiance de part et d’autre, le tripartisme a cédé la place à la négociation dans les entreprises comme modèle dominant des relations de travail et mode d’élaboration des grands compromis.

  • 29 Jochen Clasen, Daniel Clegg, « Unemployment Protection and Labour Market Reform in France and Grea (...)
  • 30 Alex de Ruyter, John Burgess, « Growing Labour Insecurity in Australia and the UK in the Midst of (...)

23Avec en toile de fond le souvenir exacerbé de conflits de travail fort difficiles au cours des années 1970, le gouvernement Thatcher, cherchant à accroître la compétitivité de l’économie britannique, a disqualifié le mouvement syndical, au point de le considérer comme un ennemi intérieur, et imposé des reculs majeurs dans ses prérogatives d’acteur social29. Il suffit de rappeler l’importance des mesures restrictives du thatchérisme visant à mettre le mouvement syndical sur la défensive, à accroître ses frais opérationnels et à réduire sa capacité organisationnelle30.

  • 31 Pete Alcock, Social Policy in Britain, Palgrave-Macmillan, 2003.
  • 32 Trine P. Larsen, Anne Daguerre, Peter Taylor-Gooby, Woman and the Labour Market – The National Chi (...)

24L’emploi est devenu plus concentré dans les services et les nouvelles technologies, engendrant par là une pression pour plus de flexibilité dans les heures travaillées et dans les contrats de travail, et des exigences pour les compétences dans leur acquisition et leur renouvellement31. La faiblesse des salaires et des qualifications caractérise le marché du travail en Grande-Bretagne. La stratégie conservatrice après 1979 visait précisément la déréglementation du marché du travail et le soutien à l’entreprise pour maintenir les faibles salaires, non seulement dans le but de lutter contre l’inflation, mais également pour accroître la profitabilité du capital. La coordination des entrepreneurs britanniques étant limitée, ceux-ci comptent sur l’État pour être le bras opérationnel de cette entreprise. De faibles salaires devaient s’arrimer à des taux particulièrement bas de remplacement de revenu par la protection sociale, afin d’éviter un télescopage des deux sphères nuisible à l’incitation au travail et au principe du work pays32.

  • 33 Anna Pollert, « The Unorganised Worker: The Decline in Collectivism and New Hurdles to Individual (...)
  • 34 Clare Annesley, Andrew Gamble, « Economic and Welfare Policy », Steve Ludlam, Martin J. Smith (dir (...)

25À son arrivée à la tête du gouvernement, le New Labour privilégie l’amélioration des droits des individus en emploi. D’où la loi sur le salaire minimum, l’implantation des European Council Directives sur le temps de travail, sur les travailleurs à temps partiel et sur les congés parentaux. Par la suite, au cours du deuxième mandat (2002), l’Employment Act reconnaît davantage de droits (concernant les congés de maternité et de paternité, ou encore le changement des heures de travail), mais son implantation est minimaliste et souffre de délais, blocages et lacunes33. Surtout, il s’agit d’une démarche renvoyant à l’octroi de droits individuels pour le travailleur, et non d’une réhabilitation d’une dimension collective de la protection sociale. La séquence travailliste ouverte par le gouvernement de Tony Blair ne signifie pas le retour au premier plan des syndicats34. Au contraire, ils seront largement maintenus aux marges du dialogue social par le gouvernement, même si Gordon Brown leur témoignera une écoute plus attentive.

  • 35 William Brown, David Nash, « What has been happening to collective bargaining under New Labour? In (...)

26Cette fermeture des néotravaillistes à l’égard des syndicats s’appuie d’ailleurs sur le déclin du nombre de membres syndicaux, enclenché en 1980, qui ralentit à la fin des années 1990, mais continue sa glissade. Le taux de syndicalisation passe de 29,8 à 28,5 % (de 1998 à 2004). Les données qui excluent les petites entreprises donnent des écarts encore plus importants : de 37 % en 1998 à 34 % en 2004. Parallèlement, le nombre de conflits de travail diminue et le pourcentage d’employés liés à des conventions collectives se contracte (il est de moins de 30 % en 2004 et nettement moindre dans le secteur privé, à 21 %)35. Là où la négociation collective se poursuit, son champ d’application est plus limité et son impact sur le droit de gestion des entreprises a diminué.

  • 36 Trine P. Larsen, Anne Daguerre, Peter Taylor-Gooby, Woman and the Labour Market – The National Chi (...)
  • 37 Florence Faucher-King, « La modernisation du parti travailliste, 1994-2007 », Politix, Revue des s (...)
  • 38 Anne Daguerre, Trine P. Larsen, Low Pay and Social Assistance: Minimum Wage and Tax Credits, Unive (...)

27Les relations entre le mouvement syndical (Trades Union Congress) et le New Labour se sont brouillées en raison de la volonté affichée par ce dernier de prendre ses distances et de ne plus être vu comme un partenaire complaisant36. La construction du New Labour s’effectue d’ailleurs à rebours de la traditionnelle affiliation des travaillistes au mouvement ouvrier37. À l’opposé, la sphère patronale (la Confederation of British Industry), qui a tiré tous les avantages de la politique conservatrice, est de plus en plus alertée par le besoin de formation de la main-d’œuvre et soucieuse que l’intervention publique contribue à une solution. Sur plusieurs sujets, une certaine sympathie patronale se dégage à propos des politiques publiques, comme les New Deals, le salaire minimum, les crédits d’impôt qui supportent le travail mal rémunéré, etc.38.

  • 39 Anne Daguerre, « Les politiques de retour à l’emploi aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Fran (...)

28On mesure à quel point ce modèle de concorde sociale diffère de l’exemple danois, précédemment exposé. Loin d’une démarche tripartite ou d’instruments de cogestion des dispositifs, on assiste plutôt à la mainmise du gouvernement sur les questions sociales, avec des organes syndicaux affaiblis et tenus à distance. À l’image du gouvernement de Margaret Thatcher, les gouvernements néotravaillistes privilégient surtout les échanges avec des réseaux d’experts et de think tanks. Comme dans le cas français que nous abordons au chapitre suivant, on peut parler d’un resserrement sur des communautés de politiques publiques restreintes, alliant quelques conseillers politiques et de hauts fonctionnaires39.

Pauvreté illégitime, inégalités légitimes ?

29Au terme de ce parcours, le modèle britannique apparaît très attaché à un individualisme social, à la valorisation de la responsabilité individuelle et à une certaine frugalité dans les dépenses publiques. On observe également une valorisation des valeurs libérales dans l’organisation des relations sociales, la conception de la pauvreté et de l’exclusion sociale, et la façon de penser les dispositifs qui devraient être proposés pour y remédier.

  • 40 Anthony B. Atkinson, Thomas Piketty (dir.), Top Incomes over the Twentieth Century, A Contrast Bet (...)
  • 41 Holly Sutherland, Tom Shefton, David Piachaud, Poverty in Britain: The Impact of Government Policy (...)
  • 42 Saul Becker, « “Security for those who cannot”: Labour’s neglected welfare principle », Jane Milla (...)

30Mais si le travail occupe une place centrale, il n’est pas garant d’une distribution de la richesse qui comble les écarts entre les catégories sociales, ni de réduction de la pauvreté. Il y a un quasi-phénomène de décrochage entre la participation au marché du travail et la distribution de la richesse, avec le double phénomène de généralisation d’emplois précaires et mal rémunérés d’un côté, n’empêchant pas toujours d’éviter la pauvreté, et l’explosion des plus hauts salaires de l’autre40. Cela dit, il reste vrai que le changement de la situation de l’emploi est également responsable de l’évolution favorable de la pauvreté : entre 1996-1997 et 2000-2001, il y a eu une diminution de la pauvreté de 1,3 %41. Mais ce qui est frappant, c’est la piètre évolution de l’inégalité sociale des ressources et l’état de la pauvreté en Grande-Bretagne, surtout si l’on compare cette situation à celle des pays similaires42.

  • 43 Tom Sefton, Holly Sutherland, « Inequality and poverty under New Labour », John Hills, Kitty Stewa (...)
  • 44 Guy Palmer, Tom MacInnes, Peter Kenway, Monitoring Poverty and Social Exclusion 2006, New Policy I (...)

31Que l’on considère le coefficient Gini ou la « distance économique » entre les mieux et les plus mal nantis, ces indices témoignent d’un accroissement de l’inégalité dans la distribution de la richesse jusqu’au tournant des années 1990, puis d’une quasi-stagnation, avec un plateau43. Sur la séquence 1995-2005, on constate que les personnes les moins nanties ont connu la croissance la plus faible du revenu net, alors qu’à l’opposé, c’est le groupe des plus fortunés qui a eu la croissance la plus forte44. Cette croissance de l’inégalité des ressources a pour source l’évolution de la rémunération du travail. En effet, l’évolution des salaires versés aux travailleurs (hommes) au cours des années va dans le sens d’un accroissement de la « distance économique » entre les plus hauts salariés et les plus bas, mais on constate aussi que les plus hauts salariés connaissent une progression nettement plus avantageuse que celle des salariés au milieu de l’échelle. En somme, la Grande-Bretagne se caractérise par une forte inégalité des revenus, qui ne tend pas à se résorber. Sur le plan de la distribution primaire des revenus comme sur le plan du revenu disponible, c’est-à-dire du revenu tenant compte de l’action des pouvoirs publics, l’inégalité connaît une progression tout en tendant à se stabiliser à des niveaux relativement élevés. Au-delà de la question de la rémunération, c’est également l’accroissement des valeurs immobilières et de patrimoine qui avantage les mieux dotés et pèse sur le budget des moins bien nantis.

  • 45 Florence Faucher-King, Patrick Le Galès, Tony Blair 1997-2007, Le bilan des réformes, Presses de S (...)
  • 46 Pour un retour sur la genèse de cet instrument symptomatique de la « troisième voie », voir Jérôme (...)
  • 47 Soulignons que ce « capital de départ », certes appelé à se développer par l’épargne et des apport (...)

32Si Gordon Brown a davantage insisté sur la question des inégalités que son prédécesseur Tony Blair, l’accent mis sur des instruments d’incitation à l’activité (en écho aux théories des choix rationnels qui préconisent des systèmes d’incitation et de désincitation face auxquels l’individu orienterait sa conduite) a des avantages, mais aussi d’importantes limites45. Ainsi, les crédits d’impôt pour les foyers dotés de revenus d’activité modestes ont permis une légère redistribution pour les 20 % de la population la plus modeste. Mais la plupart des mesures renforcent la priorité donnée à l’égalité des opportunités, plutôt qu’à l’égalité des conditions. À l’image du Child Trust Fund, ce fonds délivré à chaque nouveau-né, qu’il pourra toucher à sa majorité, les mesures de cet « État investisseur » oscillent entre un modèle solidariste (corriger les inégalités de patrimoine) et un modèle responsabilisant (éduquer les pauvres à l’épargne et à la gestion d’un patrimoine)46. Surtout, elles apparaissent comme de timides correctifs face au fort accroissement des inégalités de patrimoine47.

33Si l’on considère non plus les inégalités, mais la pauvreté, il faut tout d’abord noter qu’elle a connu une croissance remarquable au cours des années 1980, tendance aggravée par les politiques néolibérales du gouvernement Thatcher. Avec le tournant des années 1990, on assiste à une certaine stabilisation du phénomène et ce n’est qu’une décennie plus tard que l’on entrevoit une atténuation. Malgré ce léger tassement de la pauvreté de long terme, la situation demeure préoccupante et elle place la Grande-Bretagne au niveau des pays d’Europe du Sud.

  • 48 Peter Kemp, Jonathan Bradshaw, Paul Dornan, Naomi Finch, Emese Mayhew, Routes out of Poverty. A Re (...)

34La pauvreté est d’abord liée au chômage puisqu’il y a une proportion importante de la population en âge de travailler qui vit dans une famille sans emploi. La propension à être pauvre est cinq fois moindre pour les adultes qui vivent dans un ménage où au moins l’une des personnes travaille. Dans ce dernier cas, le risque de pauvreté reste relativement plus important lorsque c’est seulement l’un des participants au ménage qui travaille et non les deux. Parallèlement, les ménages où la population est dite inactive (ni au travail, ni au chômage, mais soit parent seul, malade ou handicapé) sont le deuxième cas de figure le plus propice à la pauvreté48. Cette relation étroite entre pauvreté et relation à l’emploi témoigne également de la faiblesse du niveau de protection publique et particulièrement du revenu de remplacement.

graphique 3.1. Pourcentage de la population vivant avec moins de la moitié des revenus moyens (séries HBAI), Grande-Bretagne, 1961-2002

graphique 3.1. Pourcentage de la population vivant avec moins de la moitié des revenus moyens (séries HBAI), Grande-Bretagne, 1961-2002

Source : David Gordon, Eldin Fahmy, « La pauvreté et l’exclusion sociale en Grande-Bretagne », Économie et statistique, nos 383-385, 2005, p. 125.

graphique 3.2. Taux de pauvreté (60 % de la médiane du revenu des ménages) dans les pays européens, 2004

graphique 3.2. Taux de pauvreté (60 % de la médiane du revenu des ménages) dans les pays européens, 2004

Source: Guy Palmer, Tom MacInnes et Peter Kenway, Monitoring Poverty and Social Exclusion 2006, New Policy Institute, 2006, p. 31.

35Une observation panoramique révèle d’ailleurs que la situation des sans-emploi au Royaume-Uni est particulièrement préoccupante, si on la met en parallèle avec dix autres pays européens. La proportion des chômeurs (assurance-chômage et assistance-chômage) qui sont sous le seuil de pauvreté (60 % de la médiane) est de l’ordre de 51 % en 1996 : c’est la pire situation. En 2001, la situation n’a pas évolué. Seules l’Italie et l’Irlande se classent moins bien.

graphique 3.3. Pourcentage des chômeurs sous le seuil de pauvreté (60 % de la médiane du revenu normalisé) en 1996 et 2001, onze pays d’Europe

graphique 3.3. Pourcentage des chômeurs sous le seuil de pauvreté (60 % de la médiane du revenu normalisé) en 1996 et 2001, onze pays d’Europe

Source : Kitty Stewart, « Changes in poverty and inequality in the UK in international context », John Hills, Kitty Stewart (dir.), A More Equal Society? New Labour, Poverty, Inequality and Exclusion, Policy Press, 2005, p. 317.

  • 49 Guy Palmer, Tom MacInnes, Peter Kenway, Monitoring Poverty and Social Exclusion 2006, op. cit. On (...)
  • 50 Pete Alcock, Social Policy in Britain, Palgrave-Macmillan, 2003.
  • 51 Royaume-Uni. Opportunity for All – Eighth Annual Report 2006: Strategy Document, Department for Wo (...)
  • 52 Holly Sutherland, Tom Shefton, David Piachaud, Poverty in Britain: The Impact of Government Policy (...)

36Mais cela ne doit pas masquer le fait que le nombre de ménages qui combinent pauvreté et adulte qui travaille est, toute proportion gardée, de plus en plus important, par rapport à la combinaison pauvreté et ménage sans emploi. Cette articulation entre pauvreté et travail rémunéré est liée à la question de la faiblesse des salaires, notamment pour une part importante de femmes travaillant à temps partiel49. C’est seulement en 1999 qu’a été introduite une législation sur le salaire minimum (d’un montant fort modeste)50. Elle a eu un impact sur les salaires horaires les plus faibles, pour beaucoup des femmes51, mais a faiblement joué sur la réduction de l’inégalité des revenus hebdomadaires parmi les travailleurs pauvres à temps plein52.

37Parmi ces ménages touchés par la pauvreté, on peut souligner la forte présence de plusieurs types de population. Tout d’abord, la pauvreté touche de plein fouet les enfants. Un coup d’œil sur la situation européenne souligne à quel point le phénomène caractérise la situation britannique : lorsque Tony Blair prend la direction gouvernementale en 1997, le Royaume-Uni occupe la position de queue pour ce qui est du taux de pauvreté des enfants dans l’Europe des 15, celui-ci ayant triplé sur les trois dernières décennies (de 10 % à 33 %). Le gouvernement du New Labour s’est attaqué à la pauvreté des enfants, avec pour objectif de réduire de moitié le nombre d’enfants touchés de 1998-1999 à 2010-2011 (de 3,4 millions à 1,7 million d’enfants). Malgré des avancées sensibles et des programmes d’envergure, l’objectif d’étape de réduction de 25 % pour 2004-2005 n’a pu être atteint, de même que la projection pour 2010-2011. La situation s’est certes améliorée, mais le pays, tout en cédant la dernière place au Portugal, est toujours dans le peloton de queue.

  • 53 Lisa Harker, Delivering on Child Poverty: What Would It Take?, Secretary of State for Work and Pen (...)

38Ce phénomène se conjugue à celui des travailleurs pauvres puisque la moitié des enfants pauvres vivent dans des ménages où au moins l’un des parents travaille à plein temps ou à temps partiel. Plus encore, le phénomène s’accentue pour les populations issues de l’immigration. Ainsi, 20 % des enfants en situation de pauvreté sont issus des « communautés ethniques minoritaires » et les taux de pauvreté chez les enfants d’Africains subsahariens, de Pakistanais et de Bengalis font plus que doubler les taux des enfants blancs53. D’où un phénomène de marginalisation des minorités ethniques qui touche même les personnes nées au Royaume-Uni.

39Le revers du modèle socioéconomique britannique, par l’affaiblissement des revenus de protection sociale, pour ne pas « décourager le travail », mais aussi la pression à la baisse des salaires, placent donc une part importante de la population, et notamment les plus fragiles (handicapés, parents seuls, minorités ethniques et individus sans qualification), dans une situation de pauvreté aiguë. Les systèmes d’incitation fiscale et de contrainte administrative afin d’« inciter » les pauvres à « être les entrepreneurs de leur propre réussite » semblent trouver de fortes limites, notamment dans une période où l’offre d’emploi se raréfie.

  • 54 David Gordon, Eldin Fahmy, « La pauvreté et l’exclusion sociale en Grande-Bretagne », Économie et (...)

40De plus, le modèle d’activation comporte un revers statistique puisque les données sur le chômage sous-estiment le nombre de personnes sans emploi. En effet, les personnes désœuvrées et découragées sont souvent étiquetées sous la mention de « malades » et échappent aux statistiques sur le chômage, mais n’en sont pas moins présentes dans le contingent des personnes qui sont en marge du marché du travail. Elles comptent dans la masse de la population qui émarge à la protection sociale. D’ailleurs, au tournant des années 2000, sur les quinze pays de l’Union européenne, le Royaume-Uni enregistre le taux d’absence pour maladie le plus élevé au sein de la population en âge de travailler, avec une proportion de 7 %, contre seulement 2,1 % en Allemagne et 0,3 % en France. On doit donc considérer que le « véritable » taux de chômage au Royaume-Uni est sans doute supérieur à celui mesuré par le Bureau international du travail. Si l’on devait ajouter aux chômeurs « officiels » les personnes « malades », mais en âge de travailler, le Royaume-Uni arriverait, dans le classement du nombre total de chômeurs, au troisième rang de l’Union européenne à quinze, derrière la Finlande et l’Espagne54.

  • 55 On reprend ici le terme d’un promoteur du dispositif du Child Trust Fund. Voir Mark Latham, « Econ (...)

41L’exemple britannique souligne à quel point l’articulation vertueuse entre la bonne santé du marché du travail, mesurée par le taux de chômage ou la croissance économique, et la résorption de la pauvreté, mérite d’être questionnée. D’une part, le décrochage entre la participation au marché du travail et la distribution de la richesse affaiblit cette dynamique. De l’autre, les inégalités de revenus ne sont que peu atténuées par l’action redistributrice de l’État. Pour autant, comme on l’a montré, cette situation ne découle pas d’un « raté » du modèle, mais bien d’une architecture morale, de compromis institutionnels et de politiques publiques, qui concourent à l’entretien de cette situation. In fine, l’ouverture relative du « cercle des gagnants55 », via la mise en place d’instruments censés favoriser l’égalité des chances, prime sur la régulation d’une répartition plus égalitaire des revenus.

42Les deux prochains chapitres exposent les situations de la France et du Québec. Au-delà des cas « exemplaires », tels le Danemark et la Grande-Bretagne, ces deux sociétés permettent de cerner avec plus de finesse la diversité des compromis présidant à la destinée de la pauvreté. Inégalités sociales et taux de pauvreté ne sont pas tolérés de manière identique suivant le lieu où l’on se trouve et ne résultent pas des mêmes agencements sociaux-institutionnels, comme nous les reflètent nos quatre cadrans (marché du travail, représentations, traitement politique et compromis sociaux). En France, la segmentation du marché du travail et un taux élevé et constant de chômage se doublent d’une segmentation du traitement politique des situations de pauvreté. Ces rigidités institutionnelles accompagnent une offre de protection sociale qui persiste à mettre de l’avant la solidarité pour les travailleurs et la nécessité d’intervenir sur la répartition des richesses. Au Québec, plusieurs signes montrent une nette amélioration de la situation de la pauvreté ces dix dernières années. Le constat est surtout vrai quand on compare le Québec à lui-même : en revanche, mise en relief dans l’ensemble canadien, la situation québécoise reste fragile. La réduction du nombre de personnes en situation de pauvreté s’est accompagnée d’une persistance des inégalités sociales, voire d’un accroissement. De plus, à l’image du modèle libéral britannique, la pauvreté est bien souvent associée aux insuffisances du marché de l’emploi. Là aussi, les articulations entre les 4 cadrans nous permettent de comprendre les résultats observés.

Notes

1 Anne Daguerre, « Les politiques de retour à l’emploi aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France », Critique internationale, no 31, 2006.

2 Nicolas Grivel, Nathalie Georges, Dominique Méda, Les prestations et services d’accompagnement des demandeurs d’emploi : comparaisons internationales Suède, Pays-Bas, Royaume-Uni, Centre d’étude de l’emploi, 2007.

3 John Hills, Inequality and the State, Oxford University Press, 2004.

4 Stewart Kitty, « Changes in poverty and inequality in the UK in international context », John Hills, Kitty Stewart (dir.), A More Equal Society? New Labour, Poverty, Inequality and Exclusion, Policy Press, 2005.

5 Royaume-Uni, UK National Report on Strategies for Social Protection and Social Inclusion 2006-2008, Ministry of Labour & Social Affairs, 2006.

6 Ibid.

7 Guillaume Delautre, Nathalie Georges, « De l’utilité d’un outil de profilage des demandes d’emploi : comparaison de trois expériences européennes », L’Observatoire de l’ANPE : l’essentiel, no 10, 2007.

8 Alex de Ruyter, John Burgess, « Growing Labour Insecurity in Australia and the UK in the Midst of Job Growth: Beware the Anglo-Saxon Model », European Journal of Industrial Relations, vol. 9, no 2, 2003.

9 Jochen Clasen, Daniel Clegg, « Unemployment Protection and Labour Market Reform in France and Great Britain in the 1990s: Solidarity Versus Activation? », Journal of Social Policy, vol. 32, no 3, 2003.

10 Alex de Ruyter, John Burgess, « Growing Labour Insecurity in Australia and the UK in the Midst of Job Growth: Beware the Anglo-Saxon Model », op. cit.

11 OCDE, Perspectives de l’emploi de l’OCDE. Stimuler l’emploi et les revenus, Paris, Organisation de coopération et de développement économiques, 2006.

12 Hélène Zajdela, Ai-Thu Dang, Fondements normatifs des politiques d’activation : un éclairage à partir des théories de la justice, Centre d’étude de l’emploi, 2007.

13 Trine P. Larsen, Anne Daguerre, Peter Taylor-Gooby, Woman and the Labour Market – The National Childcare Strategy including Sure Start and the Integrated Child Credit, University of Kent, 2001.

14 Matt Barnes, Social Exclusion in Great Britain: An Empirical Investigation and Comparison with the EU, Ashgate, 2005.

15 Anthony Giddens, The Third Way. The Renewal of Social Democracy, Polity Press, 1998.

16 John Hills, Inequality and the State, Oxford University Press, 2004.

17 Jochen Clasen, Reforming European Welfare States: Germany and the United Kingdom Compared, Oxford University Press, 2005.

18 Heather Trickey, Robert Walker, « Steps to Compulsion Within British Labour Market Policies », Ivar Lodemel, Heather Trickey (dir.), « An Offer You Can’t Refuse »: Workfare in International Perspective, Policy Press, 2001; John Hills, Inequality and the State, Oxford University Press, 2004.

19 Hélène Zajdela, Ai-Thu Dang, Fondements normatifs des politiques d’activation : un éclairage à partir des théories de la justice, Centre d’étude de l’emploi, 2007.

20 Robert Walker, Michael Wiseman, « Making welfare work: UK activation policies under New Labour », International Social Security Review, vol. 56, no 1, 2003.

21 Anne Daguerre, « Les politiques de retour à l’emploi aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France », op. cit.

22 Jochen Clasen, Reforming European Welfare States: Germany and the United Kingdom Compared, Oxford University Press, 2005.

23 Pascale Dufour, Gérard Boismenu, Alain Noël, L’aide au conditionnel, Presses de l’Université de Montréal, 2003.

24 Jean-Claude Barbier, Analyse comparative de l’activation de la protection sociale en France, Grande-Bretagne, Allemagne et Danemark, dans le cadre des lignes directrices de la stratégie européenne pour l’emploi, DARES, Ministère du Travail, 2006.

25 Nicolas Grivel, Nathalie Georges, Dominique Méda, Les prestations et services d’accompagnement des demandeurs d’emploi : Comparaisons internationales Suède, Pays-Bas, Royaume-Uni, Centre d’étude de l’emploi, 2007.

26 Jochen Clasen, Reforming European Welfare States: Germany and the United Kingdom Compared, op. cit.

27 Jane Lewis, « New Labour, nouvelle Grande-Bretagne ? Les politiques sociales et la “troisième voie” », Lien social et Politiques, no 41, 1999, p. 61-70.

28 Alexandra Dobrowolsky, Ruth Lister, Social Exclusion and Changes to Citizenship: Woman and Children, Minorities and Migrants in Britain, University of Western, 2005.

29 Jochen Clasen, Daniel Clegg, « Unemployment Protection and Labour Market Reform in France and Great Britain in the 1990s: Solidarity Versus Activation? », Journal of Social Policy, vol. 32, no 3, 2003.

30 Alex de Ruyter, John Burgess, « Growing Labour Insecurity in Australia and the UK in the Midst of Job Growth: Beware the Anglo-Saxon Model », European Journal of Industrial Relations, vol. 9, no 2, 2003.

31 Pete Alcock, Social Policy in Britain, Palgrave-Macmillan, 2003.

32 Trine P. Larsen, Anne Daguerre, Peter Taylor-Gooby, Woman and the Labour Market – The National Childcare Strategy Including Sure Start and the Integrated Child Credit, University of Kent, 2001.

33 Anna Pollert, « The Unorganised Worker: The Decline in Collectivism and New Hurdles to Individual Employment Rights », The Industrial Law Journal, vol. 34, no 3, 2005.

34 Clare Annesley, Andrew Gamble, « Economic and Welfare Policy », Steve Ludlam, Martin J. Smith (dir.), Governing as New Labour. Policy and Politics under Blair, Macmillan, 2004.

35 William Brown, David Nash, « What has been happening to collective bargaining under New Labour? Interpreting WERS 2004 », Industrial Relations Journal, vol. 39, no 2, 2008, p. 93-96; Anna Pollert, « The Unorganised Worker: The Decline in Collectivism and New Hurdles to Individual Employment Rights », op. cit.

36 Trine P. Larsen, Anne Daguerre, Peter Taylor-Gooby, Woman and the Labour Market – The National Childcare Strategy Including Sure Start and the Integrated Child Credit, op. cit.

37 Florence Faucher-King, « La modernisation du parti travailliste, 1994-2007 », Politix, Revue des sciences sociales du politique, vol. 21, no 81, 2008, p. 125-149.

38 Anne Daguerre, Trine P. Larsen, Low Pay and Social Assistance: Minimum Wage and Tax Credits, University of Kent, 2001; Anne Daguerre, Trine P. Larsen, The 1996 Jobseeker’s Allowance Act (JSA), University of Kent, 2001.

39 Anne Daguerre, « Les politiques de retour à l’emploi aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France », Critique internationale, no 31, 2006.

40 Anthony B. Atkinson, Thomas Piketty (dir.), Top Incomes over the Twentieth Century, A Contrast Between European and English-Speaking Countries, Oxford University Press, 2007.

41 Holly Sutherland, Tom Shefton, David Piachaud, Poverty in Britain: The Impact of Government Policy since 1997, Joseph Rowntree Foundation, 2003.

42 Saul Becker, « “Security for those who cannot”: Labour’s neglected welfare principle », Jane Millar (dir.), Understanding Social Security: Issues for Policy and Practice, Policy Press, 2003; David Gordon, Eldin Fahmy, « La pauvreté et l’exclusion sociale en Grande-Bretagne », Économie et statistique, nos 383-385, 2005.

43 Tom Sefton, Holly Sutherland, « Inequality and poverty under New Labour », John Hills, Kitty Stewart (dir.), A More Equal Society? New Labour, Poverty, Inequality and Exclusion, Policy Press, 2005, p. 235.

44 Guy Palmer, Tom MacInnes, Peter Kenway, Monitoring Poverty and Social Exclusion 2006, New Policy Institute, 2006.

45 Florence Faucher-King, Patrick Le Galès, Tony Blair 1997-2007, Le bilan des réformes, Presses de Sciences Po, 2007.

46 Pour un retour sur la genèse de cet instrument symptomatique de la « troisième voie », voir Jérôme Tournadre-Plancq, « “Une cuillère en argent pour tout le monde”. L’Asset-based Welfare : diffusion, appropriations et usages d’une “nouvelle” théorie de l’État social », Revue française de science politique, vol. 59, no 4, 2009, p. 633-653.

47 Soulignons que ce « capital de départ », certes appelé à se développer par l’épargne et des apports extérieurs, est de 250 livres (500 livres pour les enfants de foyers défavorisés) à la naissance de l’enfant, alors que les premiers modèles tablaient sur des dotations de plusieurs dizaines de milliers de livres.

48 Peter Kemp, Jonathan Bradshaw, Paul Dornan, Naomi Finch, Emese Mayhew, Routes out of Poverty. A Research Review, Joseph Rowntree Foundation, 2004.

49 Guy Palmer, Tom MacInnes, Peter Kenway, Monitoring Poverty and Social Exclusion 2006, op. cit. On peut souligner que les secteurs où est concentré l’emploi féminin (restauration, vente et autres services) sont les secteurs les moins syndiqués et ceux qui pratiquent les plus faibles salaires.

50 Pete Alcock, Social Policy in Britain, Palgrave-Macmillan, 2003.

51 Royaume-Uni. Opportunity for All – Eighth Annual Report 2006: Strategy Document, Department for Work and Pensions, 2006.

52 Holly Sutherland, Tom Shefton, David Piachaud, Poverty in Britain: The Impact of Government Policy since 1997, Joseph Rowntree Foundation, 2003; Trine P. Larsen, Anne Daguerre, Peter Taylor-Gooby, Woman and the Labour Market – The National Childcare Strategy including Sure Start and the Integrated Child Credit, op. cit.

53 Lisa Harker, Delivering on Child Poverty: What Would It Take?, Secretary of State for Work and Pensions, 2006.

54 David Gordon, Eldin Fahmy, « La pauvreté et l’exclusion sociale en Grande-Bretagne », Économie et statistique, nos 383-385, 2005.

55 On reprend ici le terme d’un promoteur du dispositif du Child Trust Fund. Voir Mark Latham, « Economic Ownership. Expanding the Winners’ Circle », Claire Kober, Will Paxton (dir.), Asset-based Welfare and Poverty: Exploring the Case for and against Asset-based Welfare Policies, National Children’s Bureau Enterprises, 2002.

Table des illustrations

Titre graphique 3.1. Pourcentage de la population vivant avec moins de la moitié des revenus moyens (séries HBAI), Grande-Bretagne, 1961-2002
Légende Source : David Gordon, Eldin Fahmy, « La pauvreté et l’exclusion sociale en Grande-Bretagne », Économie et statistique, nos 383-385, 2005, p. 125.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre graphique 3.2. Taux de pauvreté (60 % de la médiane du revenu des ménages) dans les pays européens, 2004
Légende Source: Guy Palmer, Tom MacInnes et Peter Kenway, Monitoring Poverty and Social Exclusion 2006, New Policy Institute, 2006, p. 31.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre graphique 3.3. Pourcentage des chômeurs sous le seuil de pauvreté (60 % de la médiane du revenu normalisé) en 1996 et 2001, onze pays d’Europe
Légende Source : Kitty Stewart, « Changes in poverty and inequality in the UK in international context », John Hills, Kitty Stewart (dir.), A More Equal Society? New Labour, Poverty, Inequality and Exclusion, Policy Press, 2005, p. 317.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/4408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Decitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search