Version classiqueVersion mobile

La médecine des preuves

 | 
Othmar Keel

Chapitre 3. La médecine des preuves en Angleterre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette nouvelle phase de la médecine des preuves a vu un renforcement considérable de l’alliance des médecins réformateurs et des statisticiens médicaux. Nous allons montrer que ces recherches cliniques britanniques correspondaient cette fois à l’essai randomisé tel qu’il est conçu et pratiqué aujourd’hui. Et pourtant, il n’y a eu recours ni à l’essai contre placebo, ni au double aveugle. Cette étude de 1947-1948 du MRC anglais, toujours sur la streptomycine, allait devenir le modèle des essais thérapeutiques contrôlés, l’étalon-or de la recherche clinique.

Le gold standard des essais cliniques

Le MRC avait mis en place dès 1931 un comité sur les essais thérapeutiques. L’essai comportait un groupe témoin ; chaque groupe comprenait une cinquantaine de malades et était placé du début à la fin sous la haute surveillance de statisticiens. L’étude dura 15 mois, soit de janvier 1947 à la fin mars 1948. Elle était multicentrique. Cette recherche clinique sur l’utilisation de la streptomycine ...

© Presses de l’Université de Montréal, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search