Version classiqueVersion mobile

Profession géographe

 | 
Rodolphe De Koninck

8. La géographie comme sagesse

Texte intégral

1Parce qu’ils interrogent la mémoire de la terre, les géographes comptent parmi les scientifiques ayant le mandat de rappeler que celle-ci est unique, non renouvelable, qu’elle ne peut être confondue avec le reste de l’univers qui, de toute façon, ne nous est pas encore accessible, du moins pas pour un bon moment. De rappeler aussi que, contrairement à une idée trop répandue, c’est l’empreinte écologique des humains et non leur nombre qui, en soi, met en péril leur demeure.

2Sans doute, comme celle de toute autre discipline scientifique, la fragmentation de la géographie tend à faire perdre à ses praticiens la vision d’ensemble. Si une telle fragmentation apparaît irréversible, il n’en demeure pas moins nécessaire de relever la tête afin de prendre de l’altitude, si l’on peut dire, pour mieux percevoir l’ensemble de notre objet, la terre et notre façon de l’habiter. Seulement ainsi pourrons-nous prétendre comprendre l’articulation des causalités, tant des splendeurs que des misères de la terre.

3De multiples géographies, ou de sous-disciplines s’en réclamant, existent déjà. En témoignent l’incessante publication d’atlas, eux aussi parfois appelés géographies, de dictionnaires, voire de traités de géographie universelle. Non seulement le fractionnement de la discipline est devenu extrême, il peut lui arriver de donner lieu à des dérives, à des arborescences redondantes, marginales, voire futiles. Pour autant, la sagesse du géographe, de la géographie elle-même, au-delà de sa tendance à l’éclatement, reste indispensable.

4Car la géographie, on le voit bien, en mène large et si les géographes ne font pas comme elle, d’autres prendront leur place, lorsque ce n’est déjà fait. Les conséquences ne peuvent alors qu’être désastreuses. Je veux dire par là qu’une démarche à la fois nomothétique, c’est-à-dire pointue, bien ancrée dans les lieux, et holistique, c’est-à-dire englobante et multiscalaire, est indispensable à la compréhension du monde. C’est la seule qui puisse en appréhender tous les enjeux, les situer, les jauger.

5Par ailleurs, je suis convaincu de l’importance du savoir géographique citoyen et je me réjouis de voir ma position partagée par un nombre croissant de mes collègues. Dans un livre récent intitulé Why Geography Matters (Pourquoi la géographie compte), le très influent géographe américain Harm de Blij signalait combien sont inquiétants l’illettrisme géographique et l’indifférence politique d’une majorité de ses concitoyens. Il faut dire que, parmi les populations des pays industriels, celle des États-Unis est de loin la plus ignorante de la géographie, comme le révèlent de fréquentes enquêtes menées par la National Geographic Society elle-même. Cette ignorance, aux conséquences dramatiques, est attribuable, au moins en partie, au fait que la géographie en tant que discipline n’est tout simplement pas enseignée dans la majorité des universités américaines, ainsi que le déplorait Jerome D. Dobson, dans un solide article paru dans la livraison du printemps 2007 de la revue ArcNews.

6Quoi qu’il en soit, parmi les nombreux domaines de la connaissance auxquels, me semble-t-il, les géographes doivent continuer à contribuer en priorité, trois me tiennent tout particulièrement à cœur, et ils apparaissent fort vastes. Le premier, j’en ai beaucoup parlé, réside dans l’étude de notre empreinte écologique, de son histoire comme de son avenir, et donc de l’avenir même de la terre. La géopolitique, prise au sens large, est le deuxième domaine, d’autant plus relié au premier que la compétition pour les ressources de la planète, l’eau comprise, et donc pour les territoires, est elle-même conditionnée par notre empreinte écologique. Plus celle-ci s’accroît et met en péril les équilibres planétaires, plus la convoitise pour les ressources subsistantes est susceptible de s’accroître. Le troisième domaine, dont l’urgence est de plus en plus apparente, est la géographie des religions. Il importe que les jeunes géographes soient plus nombreux à suivre les traces de deux de leurs prédécesseurs les plus éminents, Pierre Deffontaines (1894-1978) et Xavier de Planhol (né en 1926), qui ont consacré des travaux tout à fait remarquables à ce que j’appellerais l’empreinte religieuse.

7On ne peut en effet que reconnaître l’inquiétant pouvoir des idéologies et des croyances sur les savoirs, ces derniers apparaissant trop souvent soumis aux premières. Le meilleur exemple en est fourni, là encore, par la politique étrangère des États-Unis, jusqu’à nouvel ordre le plus puissant pays de la planète, le plus pesant pour sa destinée. Malgré la somme colossale de connaissances sur le monde rassemblées dans les institutions américaines, en particulier les universités – mais où, ne l’oublions pas, la géographie demeure négligée –, tout ce savoir semble relégué aux oubliettes lorsqu’il s’agit pour ce pays de s’associer au reste du monde. Combien de mauvaises décisions pour la planète, combien de Vietnam, de Nicaragua, de Somalie, de Palestine, d’Irak, d’Iran, d’Afghanistan, de Pakistan et autres Cuba faudra-t-il aux croyants, idéologues et autres militants, militaires et paramilitaires américains pour qu’ils apprennent ? Pour qu’ils comprennent que l’intégrisme, le leur en tout premier lieu, ne peut qu’engendrer et nourrir la violence et, en définitive, ne susciter que la régression du monde ? Comment expliquer tant de faux pas, ou pire, d’erreurs et de crimes de la part de la première puissance mondiale et de tous ceux qui s’y allient, s’en inspirent ou s’y fient aveuglément ?

8Pour parvenir à composer avec d’une part la sagesse de la terre, mais aussi avec son impatience croissante, et d’autre part avec l’inconscience des hommes, ceux et celles qui partagent ma profession ont du pain sur la planche.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search