Version classiqueVersion mobile

Profession géographe

 | 
Rodolphe De Koninck

7. Apprendre pour enseigner

Texte intégral

1C’est en visitant la sixième planète que le petit prince, ce personnage si attachant et important de la littérature française, je devrais dire de la littérature universelle, rencontre le « vieux Monsieur qui écrivait d’énormes livres », des géographies. (Autrefois, on désignait les livres ou manuels de géographie par le terme même de géographies.) D’ailleurs, faisant dire à ce vieux Monsieur : « Le géographe est trop important pour flâner. Il ne quitte pas son bureau. Mais il y reçoit les explorateurs. Il les interroge, et il prend en note leurs souvenirs […] », Saint-Exupéry se moque des géographes d’intérieur, faisant l’éloge implicite des explorateurs, aujourd’hui on dirait les chercheurs. Car la terre est loin d’être immuable ; Saint-Exupéry, cet aviateur hors pair, est bien placé pour le savoir, lui qui sans cesse la scrute. Celle qu’il appelle « la seule véritable planète » change constamment, se révélant de plus en plus sensible aux excès des hommes.

2La terre change, le géographe doit s’adapter, continuer à chercher, à explorer. S’il est convenu de dire que la planète entière a déjà été « explorée », que nous la connaissons bien, en réalité, rien n’est plus faux. En témoigne la multiplication des erreurs de domestication et d’aménagement d’une planète dont on croirait avoir appris sinon à la connaître, du moins à la respecter, voire à craindre ses fureurs.

3Tous les universitaires le diront, associer la recherche à l’enseignement, ou chercher pour apprendre et enseigner, est un défi qui, lorsque relevé, représente une immense source de motivation et d’inspiration. Car même si la géographie est bel et bien une discipline qui s’enseigne à tous les niveaux, même s’il est des professeurs de géographie qui ne mènent pas de recherche, l’investigation géographique semble non seulement abondante mais indispensable. J’en prends pour exemple celle qui s’effectue au Département de géographie de l’Université de Montréal, auquel je suis rattaché. À vrai dire, établir la liste de tous les travaux et recherches effectués par ma vingtaine de collègues et la centaine d’étudiants inscrits aux cycles supérieurs serait fastidieux. Je me contenterai de rappeler, d’une part, que le Département abrite huit laboratoires de recherche, consacrés aux domaines suivants : pédologie et biogéochimie, aérobiologie, palynologie, hydrologie fluviale, modélisation des systèmes complexes, développement durable, système d’information géographique (SIG) et, enfin, télédétection. D’autre part, qu’il ne s’agit là que de la pointe de l’iceberg, si l’on peut dire, puisque plusieurs autres domaines d’investigation occupent les chercheurs du Département, sans que des laboratoires leur soient spécifiquement attribués. Cela comprend des recherches en géographie des transports, en géographie urbaine, agraire, médicale, en géographie théorique aussi et en aménagement, en études régionales, en climatologie, en adaptation aux changements environnementaux, etc.

4Plus largement encore, les recherches des géographes, ceux rattachés à mon université comme à de multiples autres institutions, contribuent aux grands débats, souscrivent aux grands enjeux et par le fait même fournissent matière à enseignement. Ici aussi quelques exemples suffiront. Au départ souvent tournées vers l’explication des paysages, on l’a vu, vers celle des supposés équilibres régionaux, voire celle de la personnalité des régions, les recherches des géographes gagnent tout à la fois en pertinence et en rigueur au fur et à mesure que s’accroissent les problèmes liés à l’occupation humaine de la planète. Rien ne l’illustre mieux à mon sens que les travaux relevant du large domaine de la biogéographie, cette science des répartitions spatiales des organismes vivants, en clair la faune et la flore. Comme la plupart des sous-disciplines de la géographie, la biogéographie possède des racines profondes et ses auteurs classiques – tels Jean Brunhes (1869-1930), Emmanuel de Martonne (1873-1955) et Max Sorre (1888-1962) –, sauf que l’urgence des enjeux environnementaux contemporains ainsi que les progrès scientifiques lui confèrent un mandat d’une brûlante actualité. Ainsi, les biogéographes, tout comme les hydrologues, climatologues et géomorphologues, pour ne mentionner que ceux-là, sont largement présents au sein du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), dont les travaux ont récemment été honorés. En effet, c’est ce groupe de chercheurs qui a obtenu en décembre 2007, en compagnie de l’ancien vice-président américain Al Gore, le prix Nobel de la paix. Plus près de nous, au Québec, le consortium de recherche Ouranos – nom attribué au dieu grec personnifiant le ciel –, dont le siège social est établi au cœur de Montréal et qui réalise des recherches tous azimuts sur les changements climatiques au Québec et leurs impacts actuels et prévisibles, compte plusieurs géographes parmi ses chercheurs.

5Je tiens à insister ici, quitte à me répéter, sur le fait que les multiples problèmes avec lesquels la planète, notre demeure, est aux prises sont presque tous étroitement liés à notre mauvaise façon de l’habiter, de l’exploiter. Tous ces problèmes, tous ces processus de transformation et de dégradation – qu’il s’agisse de désertification, de déforestation, de dégradation des écosystèmes, de perte de la biodiversité ou d’épuisement des ressources – revêtent un caractère spatial, une dynamique spatiale que les géographes sont particulièrement bien outillés à déchiffrer et à représenter.

6Quant à ma propre expérience et à mes activités personnelles de recherche, y compris mes directions de thèse, non seulement elles évoluent inévitablement vers l’examen de plusieurs de ces enjeux, en particulier ceux liés au domaine forestier tropical, elles continuent à alimenter directement et indirectement mon enseignement. Réaliser des recherches consiste bien sûr à approfondir ses propres connaissances, ce qui, on en conviendra, est indispensable à l’enseignement universitaire. Cela ne signifie pas pour autant que les résultats des recherches – qui sont par définition souvent fort pointues – peuvent être traduits intégralement en matière à enseignement. Non, ces résultats sont d’abord destinés à être portés, par le biais de publications scientifiques, à l’attention des pairs, qui en sont par le fait même les premiers juges. D’ailleurs, la réalisation de telles publications occupe une portion considérable du temps de travail des chercheurs universitaires. En fait, ceux qui publient leurs propres travaux et qui consacrent également du temps à évaluer ceux de leurs pairs, tout en continuant à enseigner de façon résolue, sont nécessairement entraînés dans la spirale du surtravail.

Enseigner, largement

7Mes premières armes en enseignement universitaire ont consisté à assurer dès l’automne 1970 un cours de premier cycle, intitulé Introduction à la géographie régionale. J’ai assuré ce cours pendant plus de 30 ans, l’offrant à chaque automne, en amphithéâtre, à de grands groupes, atteignant jusqu’à 275 étudiants. Le nom du cours a ultérieurement été modifié pour celui d’Introduction à la carte du monde, mais les objectifs et le contenu sont toujours demeurés les mêmes : expliquer les grands ensembles mondiaux, tout comme les grands enjeux, en particulier ceux de nature géopolitique, en fournissant des repères spatiaux et temporels articulés, raisonnés. J’ai partagé les premières livraisons de ce cours avec Henri Dorion, formidable géographe, doué d’une merveilleuse habileté didactique. Ce provisoire partage des tâches m’a été fort salutaire, tout comme celui que j’ai pu expérimenter avec le solide Christian Girault, pour ce même cours, puis avec le tout aussi excellent Paul Villeneuve, pendant quelques années, pour un cours d’introduction à la géographie humaine, que nous avions plutôt intitulé, sans doute par effet de mode, Introduction à la géographie sociale et culturelle.

8Je me souviens combien Villeneuve, comme moi déjà très impliqué dans la réalisation de projets de recherche et la rédaction d’articles scientifiques, échangions sur les contraintes de l’enseignement aux grands groupes, auquel nous nous sommes, je crois bien, finalement rompus. Toujours est-il que, s’agissant de ce cours de « survol du monde », je dus rapidement l’assurer seul. Pendant les quelque 20 premières années, j’ai consacré au moins 20 heures par semaine à sa préparation et au total pas loin d’une quarantaine à la préparation de tous mes cours. Avec le temps consacré aux travaux de recherche et en particulier à l’écriture, la paresse n’a donc jamais été de mise.

9D’avoir ainsi su fournir autant d’efforts à la préparation de mes cours, en particulier à celui consacré à la carte du monde, m’a incité à favoriser le recours aux synthèses tout comme aux comparaisons. J’y ai aussi appris, me semble-t-il, à vulgariser les connaissances acquises grâce à la recherche de terrain. Tout cela s’est avéré indispensable lorsqu’à la demande d’un ami et collègue fort persuasif, Denis Grenier, mélomane et historien de l’art mais aussi scientifique « dur » à ses heures, j’ai résolu en 1989 de me lancer dans la préparation d’une version du cours pour la télévision. Cela fut chose rondement faite, là aussi grâce à l’appui de collègues, étudiants et professionnels de l’enseignement audiovisuel. Sous le titre de Le monde à la carte et composé de treize leçons d’une heure chacune, le cours fut « mis en boîte » grâce à des séances de tournage et de montage très intenses, réalisées en un temps record, la collaboration de Guy Dorval s’étant avérée cruciale dès lors et par la suite.

10Assurée par deux chaînes distinctes, Canal Savoir et Télé-Québec, la diffusion du cours débuta en janvier 1990. Contre toute attente, le nombre des inscriptions officielles fut très élevé tout comme appréciables les cotes d’écoute, à un point tel que nous réalisâmes de nouveaux tournages intégraux en 1995 puis, pour une dernière fois, en 2000. Au total, le cours a été diffusé en boucle, trois fois par année de 1990 à 2006, chaque leçon étant rediffusée plusieurs fois par semaine. De plus, tv5 International – aujourd’hui tv5 Monde – en assura la diffusion mondiale pendant quelques années, dans le cadre d’une émission intitulée, il me semble, Les amphis de la Cinquième. J’écris « il me semble », car je n’ai jamais, au grand jamais regardé mon cours, dont je ne savais trop si je devais en être satisfait ou non. Cela dit, j’en ai tout de même éprouvé une certaine fierté pour la géographie, dont les vertus explicatives, on me l’a fréquemment affirmé, ont été mises en évidence aux yeux du grand public.

11Voilà : le public ; le mot est lâché ! Les géographes, les universitaires, doivent-il s’adresser directement au grand public, doivent-ils collaborer avec les médias ? À cette question, plusieurs réponses sont possibles. Pour ma part, je ne puis que répondre par l’affirmative, car, au fil des ans, j’ai choisi d’intervenir dans des émissions radiophoniques et télévisuelles, de façon peu fréquente et sur un nombre limité de sujets, déclinant plus souvent qu’à mon tour les invitations des responsables d’émissions d’affaires publiques. La décision d’accepter ou de refuser m’est dictée par la nature du sujet, par ma disponibilité ensuite et, surtout, par le temps proposé pour en parler. Trop souvent, les réalisateurs souhaitent une explication immédiate et expéditive, qui ne pourrait être que bâclée, en réponse à des questions complexes auxquelles un laps de temps suffisant devrait être accordé. Refuser de banaliser la connaissance au point de la réduire à la durée d’un spot publicitaire fait aussi partie de la responsabilité des universitaires.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search