Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Transfert de technologie

Hocine Khelfaoui

Texte intégral

1Le transfert de technologie (TT) est un processus par lequel un capital de connaissances acquis par une partie (par exemple, une université) est transféré vers une autre partie (par exemple, une entreprise) en vue d’être appliqué et exploité commercialement (voir Diffusion de la technologie et Gestion de la technologie).

2Le TT repose sur plusieurs outils, tous plus ou moins liés à la collaboration entre le monde de la science et le monde de l’industrie. Cette collaboration tend d’ailleurs à devenir une priorité des politiques nationales de développement industriel (voir Systèmes d’innovation). Le TT repose ainsi sur un ensemble d’activités intersectorielles articulées et fondées sur l’adéquation recherche-industrie, la création et l’essaimage d’entreprises, les technopôles ou parcs scientifiques, les incubateurs, etc. Il existe différents itinéraires de TT : d’un laboratoire de recherche vers une entreprise, d’une entreprise vers une autre entreprise au sein d’un même pays, ou d’un pays vers un autre (voir Internationalisation de la R-D). Dans ce dernier cas, le TT n’implique généralement que des entreprises ; stratégiques, les résultats scientifiques ne se cèdent ni ne se vendent généralement d’une université à une entreprise étrangère.

3Le TT met en jeu non seulement l’apprentissage technique de l’objet transféré, mais les formes d’organisations, de relations professionnelles et de cultures locales. L’aboutissement final des TT dépend largement des particularités de chaque contexte social : c’est pourquoi le TT se heurte à des conditions de réalisation qui varient d’un milieu social à un autre et, surtout, d’une société à une autre.

4Historiquement, le TT s’est répandu pour la première fois pendant les années 1960-1970. Il a été pratiqué essentiellement par certains pays du « tiers-monde » (Égypte, Mexique, Algérie, etc.) animés d’une politique développementiste inspirée du modèle occidental (voir Clivage technologique). D’importants équipements industriels ont d’abord été acquis dans le cadre d’un programme de TT dit « clé en main » ; après l’échec de la formule, on a poursuivi cette politique sous une forme dite « produit en main », qui connut le même sort. Faute d’appropriation sociale, les usines importées ont fonctionné pendant un temps comme des isolats avant de sombrer dans l’obsolescence. D’où l’émergence de l’hypothèse de non-transférabilité de la technologie : des auteurs comme Samir Amin et André Gunter Frank avaient déjà anticipé l’échec de ce « modèle d’industrialisation ». Des agences internationales continuent cependant à soutenir le TT vers les pays en développement en élargissant son domaine d’action. Ainsi, pour l’Agence canadienne de développement international, « le transfert de technologie inclut la transmission de procédés industriels et/ou d’informations, le transfert d’équipements, de compétences et de connaissances permettant d’utiliser et d’exploiter la technologie ainsi que toutes les stratégies et politiques connexes nécessaires à l’appui d’un objectif de développement ».

5La deuxième forme de TT s’est développée à partir des années 1990, notamment depuis que le foyer de la concurrence économique est passé de la production quantitative à la production qualitative, soit de la reproduction à l’innovation. Elle concerne surtout les pays ayant acquis une base minimale en matière de maîtrise sociale des technologies. Ce modèle de TT consiste souvent à transmettre des connaissances issues d’une université vers un centre de recherche-développement, ce dernier ayant à en assurer, en restant en relation avec les concepteurs et les producteurs, l’adaptation, l’expérimentation et les essais à des fins commerciales. En somme, il n’y a de TT que s’il y a collaboration entre les trois milieux impliqués, soit l’université, le centre de recherche-développement et l’entreprise de production. Dans les parcs scientifiques ou technopôles, les trois milieux peuvent resserrer leurs liens jusqu’à fusionner.

6Dans cette situation, la technologie constitue une innovation issue d’une invention scientifique ou, plus rarement, d’une découverte. Elle peut être aussi le résultat d’une transformation qualitative d’une technologie existante. Invention, découverte ou idée ne se traduisent en innovation qu’après leur reproduction et leur marchandisation. C’est dans le champ de la production marchande que naît l’innovation. Plus récemment, le TT s’effectue également d’une entreprise à une autre au sein d’une même société : il peut désigner une nouvelle technologie en cours de matérialisation ou une technologie déjà prouvée mais dont le droit de propriété est détenu par l’institution qui en assure le transfert. Dans ce cas, l’entreprise qui l’acquiert n’a qu’un droit d’utilisation (voir Alliances technologiques).

7Cependant, au-delà des droits de propriété, il n’y a pas de relation unilatérale, de cause à effet, entre le sort de la technologie et ses objectifs initialement prescrits. Le TT ne conduit pas nécessairement, c’est-à-dire indépendamment du contexte social, culturel, économique, juridique, environnemental et politique, à une maîtrise sociale de la technologie. Au final, en effet, ce sont toujours les usagers, groupes ou organisations sociales, qui donnent leur pleine signification aux technologies, et qui font réussir, échouer ou neutraliser l’objet technique (voir Objet technique). Il y a toujours, comme le note Victor Scardigli, une flexibilité, voire une imprévisibilité des usages. C’est cette réalité qui est au cœur du TT et qui a conduit à l’échec d’expériences coûteuses tentées par certains pays du tiers-monde. C’est la raison pour laquelle le TT n’est pas un gage de maîtrise sociale des technologies.

Bibliographie

Alter, N. (2000), L’innovation ordinaire, Paris, PUF.

Debresson, C. (1989), « Les pôles technologiques de développement », Revue Tiers-Monde, vol. 30, n° 118, p. 245-270.

Gunter Frank, A. (1978), L’accumulation dépendante, Paris, Anthropos.

Perrin, J. (1992), « Pour une révision de la science régionale. L’approche par les milieux », Revue canadienne des sciences régionales, vol. 15, p. 155-197.

Proulx, S. (2002), « Trajectoire d’usage des technologies de communication : les formes d’appropriation d’une culture numérique comme enjeu d’une société des savoirs », Annales des télécommunications, vol. 57, nos 3-4, p. 180-189.

Scardigli, V. (1996), « Innovation et changement social », Sciences Humaines, vol. 59, p. 20-23.

Schartz, Y. (1991), « La dimension anthropologique de la technique et ses défis », dans Jacques Perrin (dir.), Construire une science des techniques, Limonest, L’Interdisciplinaire Technologie(s), p. 87-109.

Trist, E. et F. Emery (1960), «Sociotechnical Systems», dans C. W. Churchman et M. Verhurst (dir.), Management Science, Models and Techniques, Londres, Pergamon Press, vol. 2, p. 83-97.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search