Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Théorie de l’acteur-réseau

Aziza Mahil et Diane-Gabrielle Tremblay

Texte intégral

1La théorie de l’acteur-réseau, aussi appelée « sociologie de la traduction », a été développée par les chercheurs du Centre de sociologie de l’innovation de l’École des mines de Paris au début des années 1980. Bruno Latour, Michel Callon et Madeleine Akrich ont voulu mettre en lumière les conditions de la production du savoir en s’intéressant à la genèse des objets scientifiques et techniques et à leur rôle en action (voir Objet technique et Construction sociale des technologies). Michel Callon, dans un article fondateur, a montré que les objets techniques émergent en englobant les intérêts d’un ensemble d’acteurs, humains et non humains, et aussi les composants matériels qui y sont associés (voir Infrastructure sociotechnique). Ainsi, cette théorie redéfinit le social en y insérant des catégories jusqu’ici fortement distinguées par l’épistémologie classique, comme les humains et les non-humains. Tous peuvent être considérés symétriquement comme des « actants » interagissant dans des réseaux hybrides, une symétrie qui s’avère une condition essentielle de la dynamique sociotechnique.

2En privilégiant une approche ethnographique, les auteurs de la théorie de l’acteur-réseau s’intéressent moins à la vérité des résultats de la science qu’à l’analyse du processus dont découlent ces résultats, en misant sur la symétrie entre les actants (voir Études de cas en STS). Cette symétrie permet de traiter sur un même plan conceptuel : tous les facteurs contextuels ; les causes sociales et les causes techniques ; le discours de tous les acteurs ; les humains et les non-humains ; et les impartialités dans l’enregistrement du contexte. Toutes les composantes du réseau sociotechnique s’entremêlent sans hiérarchie ni distinction quant à leur nature. La technique émerge avec la constitution d’un réseau complexe d’actants, échappant à la logique des a priori et se nourrissant amplement des controverses.

3La formule « acteur-réseau » désigne à la fois un réseau hétérogène d’intérêts alignés entre eux, et le processus qui mène éventuellement à la production d’un artefact sociotechnique. Ce cadre théorique repose sur certaines notions-clés. L’une est justement la distinction entre le concept d’« acteur » central, dont dépendent d’autres éléments dont il traduit la volonté dans son propre langage, et celui d’« actant », désignant à la fois les humains et les non-humains d’un même réseau. Une autre notion-clé est la « controverse », qui est une condition nécessaire à la constitution du réseau et à sa traduction par l’acteur : le terme désigne un débat sur des connaissances scientifiques ou techniques qui ne sont pas encore assurées, et dont l’apport se trouve donc à compliquer plutôt qu’à simplifier les incertitudes ambiantes (du social, de la politique, de la morale).

4Le moment central de la production du réseau est celui de la « traduction », processus qui comporte trois moments. Le premier est la « construction du problème », alors que l’acteur central définit pour les autres acteurs des identités et des intérêts qui sont cohérents avec ses propres intérêts, tout en déterminant un point de passage obligé, c’est-à-dire une situation qui doit avoir lieu pour que tous les acteurs satisfassent les intérêts qui leur sont attribués. Le deuxième et le troisième moments sont l’« intéressement » et l’« adhésion », par lesquels les autres acteurs acceptent la définition de l’acteur central et les intérêts qui leur sont attribués (voir Controverse et Statistisation).

5Le processus de construction sociotechnique des objets techniques est ainsi marqué par la controverse entre les actants du réseau et des jeux de négociation, qui produit une convergence des intérêts du réseau en vue d’aboutir, ultimement, à un objet technique consensuel. La création de cet artefact consensuel, c’est-à-dire qui assure la protection des intérêts de chaque acteur, est qualifiée d’« inscription ». Elle mène à un seuil d’« irréversibilité » au-delà duquel il devient impossible de faire marche arrière pour revenir à un point où il existait un choix de diverses possibilités. Le cadre théorique met alors l’accent sur le cadre socioculturel qui entoure la production des faits et l’interprétation de l’environnement culturel.

6La théorie de l’acteur-réseau valorise la flexibilité interprétative, la controverse et surtout le rôle des réseaux et des groupes sociaux pour analyser l’émergence d’une technique. Celle-ci fait donc partie d’un tout complémentaire, agencé et n’obéissant à aucune hiérarchie : la technique et la société se définissent et se construisent en même temps et la distinction entre les deux est dissoute. D’où la construction simultanée du matériel et du social, et la cohabitation d’humains et de non-humains dans des réseaux complexes, cohérents et égalitaires.

Bibliographie

Akrich, M., M. Callon et B. Latour (2006), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Les Presses des mines.

Callon, M. (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’année sociologique, vol. 36, p. 169-208.

Callon, M. et B. Latour (1991), « Réseaux technico-économiques et irréversibilités », dans R. Boyer, B. Chavanche et O. Godard (dir.), Les figures de l’irréversibilité en économie, Paris, Éditions de l’EHESS.

Latour, B. (1991), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.

— (1996), Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, La Découverte.

Latour, B et S. Woolgar (1996 [1979]), La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

Latour, B. (2005 [1989]), La science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découverte.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access