Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Territoires et sciences

Stéphane Castonguay

Texte intégral

1Les lieux de production de la connaissance, la circulation des savoirs et des scientifiques dans l’espace, ainsi que l’activité cartographique constituent autant de dimensions territoriales de la science. Sociologues et historiens ont cherché à comprendre comment le fait scientifique a trouvé une légitimité et une validité universelles indépendamment des contextes socio-historiques ou politiques de son émergence. L’institution du laboratoire, depuis les résidences des premiers expérimentalistes jusqu’aux environnements contrôlés situés dans les universités ou les cliniques hospitalières, a constitué un mécanisme spécifique de production des connaissances, car dans ces lieux se concentraient le matériel et les acteurs attestant la validité du fait scientifique. Le laboratoire a permis également de démarquer des sites propices à la conduite de l’activité scientifique même si, à certaines époques, les lieux d’échanges et de découvertes ont pu inclure des espaces de sociabilité comme les pubs anglais, les cafés ou les salons, ainsi que des endroits moins mondains mais tout aussi hétéroclites, de prime abord, comme le cabinet de curiosité, le jardin zoologique ou le musée. L’étude de laboratoires contemporains a mené à inscrire ces établissements dans des réseaux pour examiner les modalités d’acquisition de crédibilité et de véracité des énoncés scientifiques à l’extérieur des seuls cercles scientifiques (voir Sociologie des sciences et Histoire des sciences). Ainsi, des établissements industriels, des sociétés financières ou des voies publiques sont apparus comme des points de passage obligés pour la reproduction de dispositifs expérimentaux, la standardisation des techniques de mesure ou la disciplinarisation des habiletés et des comportements des techniciens de laboratoire (voir Discipline et Normes et standards). Plus récemment, le « tournant spatial » en histoire des sciences a mené à montrer le caractère situé (situatedness) de la connaissance scientifique, ou à relever les contraintes matérielles, nommément environnementales, pesant sur le travail des scientifiques engagés dans des travaux sur le terrain, notamment en contexte d’exploration et de colonisation (voir Objet technique).

2Cette incursion des historiens et des sociologues sur le terrain de la géographie a mené à la production de travaux sur la circulation des savoirs et des scientifiques (voir Migration conceptuelle). L’enjeu ici est de comprendre comment un énoncé ou un fait scientifique est diffusé depuis son lieu de production tout en maintenant sa robustesse et son universalité dans ses déplacements. La solution résiderait dans la capacité à mettre en circulation, parallèlement, des contextes qui soient standardisés pour la production et l’application de la connaissance. Depuis l’étude des sciences impériales et des échanges entre le centre et la périphérie, où sont identifiées les capacités de l’activité scientifique à contraindre les grilles de lecture pour consolider les interprétations des phénomènes naturels, historiens et anthropologues ont cependant mis en doute la toute-puissance hégémonique de l’activité scientifique et ont plutôt proposé l’existence de formes de métissage entre les connaissances indigènes et les savoirs métropolitains.

3Enfin, la production cartographique a fait l’objet de nombreuses analyses historiennes et géographiques qui ont souligné la dimension normative de cette entreprise scientifique descriptive. La carte anticiperait une réalité spatiale et non l’inverse ; comme il s’agirait de représenter moins ce qui est que ce que l’on souhaite voir représenter ou faire voir, la carte serait un modèle pour, et non un modèle de, ce qu’elle devrait représenter. Le rapport à la réalité découlerait davantage du façonnement du territoire en fonction des actions entreprises à partir des représentations cartographiques que d’un a priori objectif que le cartographe se contenterait de reproduire. D’ailleurs, les explorateurs et les arpenteurs qui parcourent un territoire et consignent une série d’informations pour préparer une carte sont « en mission » et leur production cartographique s’emploie tout aussi bien à remplir cette mission. En outre, la carte a une fonction éminemment nationaliste, en ce qu’elle vise à donner une unité et une cohérence à un territoire dont elle souhaite diffuser la représentation cartographique auprès de populations autrement dispersées dans une série d’espaces « discrets ». Fondée sur des travaux en anthropologie politique et culturelle, l’étude de la production scientifique des cartes nationales et nationalistes permet de considérer les modalités de constitution du territoire de l’État-nation par les sciences mobilisées pour en délimiter les contours (voir État, pouvoir et science). À cet effet, la production de l’État-nation par l’activité scientifique dépasse la seule cartographie et inclut également les statistiques et les travaux d’inventaire qui fournissent une description du territoire et lui assignent des fonctions productives en rapport avec les ressources humaines et naturelles recensées.

Bibliographie

Anderson, Benedict (1991), Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, New York, Verso.

Edney, Matthew H. (1997), Mapping an Empire. The Geographical Construction of British India 1765-1843, University of Chicago Press.

Hannah, Matthew (2000), Governmentality and the Mastery of Territory in Nineteenthcentury America, Cambridge University Press.

Hannaway, Owen (1986), « Laboratory Design and the Aim of Science: Andreas Libavius versus Tycho Brahe », Isis, vol. 77, n° 4, p. 584-610.

Harley, J. B. (2001), The New Nature of Maps. Essays in the History of Cartography, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Kohler, Robert (2002), Landscapes and Labscapes, Exploring the Lab-Field Border in Biology, University of Chicago Press.

Kuklick, Henrika et Robert E. Kohler (dir.) (1996), Science in the Field, vol. 11, Osiris.

Latour, Bruno (1993), « Le topofil de Boa Vista ou la référence scientifique – montage photo-philosophique », Raison Pratique, n° 4, p. 187-216.

Livingston, David (2003), Putting Science in Its Place: Geographies of Scientific Knowledge, University of Chicago Press.

Smith, Crosbie et Jon Agar (dir.) (1998), Making Space for Science: Territorial Themes in the Shaping of Knowledge, New York (NY), St. Martin’s Press.

Auteur

Professeur au département des sciences humaines de l’Université du Québec à Trois-Rivières, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire environnementale du Québec

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search