Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Technologie

Pierre Doray

Texte intégral

1Une première acception du concept de technologie est le discours sur la technique et, plus tard, sur la science des techniques. Ce sens, forgé entre le 17e et le 19e siècle, en faisait le champ de savoir et de connaissances relatif à la genèse et à l’évolution des techniques, elles-mêmes définies comme des savoirs et des savoir-faire spécifiques, propres aux moyens d’exploitation des forces et des ressources naturelles dans le cadre de la production. Cette science comporterait, selon Perrin, qui reprend à cet égard le programme disciplinaire lancé par Johannes Beckmann (1739-1811) lors de la fondation de l’Université de Göttingen (1770), trois voies de recherche. D’abord, elle cherche une explicitation des rapports entre sciences et techniques de production. Ensuite, elle doit rendre compte de la dynamique des changements techniques et des interactions entre la technique et la société. Enfin, elle s’intéresse aux conditions d’appropriation des techniques par ceux qui les conçoivent et les utilisent.

2Cet usage du mot ne s’est pas répandu et l’approche s’est essoufflée au milieu du 19e siècle. Sebestik attribue à deux facteurs le sort réservé en France au concept de technologie comme science de la technique. D’une part, le public potentiellement intéressé (ingénieurs, techniciens, entrepreneurs, etc.) a manifesté peu d’intérêt pour cette science. D’autre part, les programmes d’études de l’École polytechnique étaient axés sur les sciences fondamentales, sans lien avec le monde technique. Pour preuve de l’essoufflement du concept, Sebestik indique que le mot avait presque disparu en français à la fin du 19e siècle. Il est revenu à Espinas, en 1897, de le réintroduire dans la vie intellectuelle.

3Une autre conception et un autre usage, présents dès la fondation de l’École polytechnique de Paris en 1794 et repris par Bigelow en 1829, se sont répandus en Europe comme aux États-Unis, en même temps que la révolution industrielle transformait les modes de production. La technologie y est plutôt considérée comme une application pratique des sciences exactes. Institutionnellement, cette conception de la technologie est mise en œuvre au Massachusets Institute of Technology dès sa création en 1860. Près d’un siècle plus tard, Vannevar Bush conceptualise l’articulation entre science et technologie en présentant, en 1945, le modèle de la chaîne qui lie la science à l’innovation.

4L’usage contemporain du terme, tel qu’on le retrouve dans les discours publics, associe la technologie à différents univers sémantiques qui recoupent quatre dimensions de la vie sociale et économique. La première dimension revient sur les liens entre sciences et techniques, les technologies étant considérées comme des techniques complexes qui intègrent de nombreux savoirs formels ou scientifiques. Les sciences produisent alors des savoirs généraux qui sont matérialisés dans des dispositifs, des systèmes et des objets (voir Objet technique). Nous sommes devant une classe d’objets particuliers qui émaneraient de la mise en forme des savoirs scientifiques à la suite d’une série d’étapes. Rappelons que cette liaison entre science et technique est contestée. Par exemple, Sebestik souligne que pour Canguilheim, la technique industrielle ne relève pas de la science mais plutôt d’un assemblage de savoirs provenant de différentes sources dont la science, avec qui l’emprunt potentiel est d’ailleurs réciproque.

5La seconde dimension tient à la matérialité des technologies. Les technologies ont d’abord été caractérisées par leur matérialité, c’est-à-dire par l’inscription de connaissances et de savoirs dans des outils, des équipements et des machines de plus en plus agencés les uns aux autres dans des systèmes, désignés par Bertrand Gilles par le concept de « système technique » qui regroupe plusieurs technologies. Plus récemment, Gras et Hughes ont souligné les spécificités des systèmes techniques complexes, aussi appelés « macro-systèmes techniques ». En gagnant en complexité et en mettant en relation des objets et des organisations, les technologies ainsi envisagées perdent toutefois de leur matérialité, les macro-systèmes n’étant pas uniquement composés d’objets. L’étude du développement des technologies de l’information et des communications a poursuivi dans cette voie en créant à son tour une nouvelle classe : les « technologies virtuelles ». En parallèle, le concept de technologies sociales ou de technologies de gouvernement de Foucault a aussi contribué à dématérialiser le concept de technologie. Cette classe de technologies se compose en effet de dispositifs de diverses natures (lois, règlements, mesures administratives, énoncés scientifiques, équipements, etc.) qui construisent du contrôle social. Il en est ainsi de la discipline ou des technologies de l’assurance. La réflexion s’ouvre ainsi aux enjeux politiques des technologies, par exemple par le concept de biopouvoir. Ces concepts assoient d’ailleurs un ensemble de recherches sur les impacts politiques du développement technologique (voir État, pouvoir et science et Infrastructure sociotechnique).

6La troisième dimension concerne l’articulation avec l’économie. La technologie est traditionnellement associée à l’entreprise et aux différents modes de production des biens, et maintenant des services. L’articulation entre technologie et innovation accentue cette association avec l’économie, un travail que Babbage avait amorcé dans son traité sur l’économie des machines et des manufactures en 1834. L’innovation se présente alors comme l’outil incontournable pour retrouver la croissance économique et la maintenir dans le temps. Les politiques scientifiques se muent en politiques technologiques ou de l’innovation pour mobiliser ressources et acteurs en faveur du développement économique. D’où l’attention portée au développement de la R-D et au soutien d’industries fondées sur les nouvelles technologies comme les TIC, les biotechnologies, les nanotechnologies, etc. (voir Économie de l’innovation et Politique des sciences et des technologies).

7La dernière dimension, moins usuelle, associe la technologie à une communauté de praticiens partageant des savoirs communs. La technologie est considérée comme une connaissance sur les techniques, les méthodes, les conceptions de produits, les capacités d’intervention sur les objets, et partagée par un collectif. Breton a ainsi proposé, dans cette veine, d’analyser la communauté des informaticiens comme une « tribu » (voir Normes et standards et Connaissance tacite).

8En somme, la technologie est loin d’être un concept univoque. Le terme est plutôt à cheval entre, d’une part, une science de la technique et, d’autre part, une classe d’objets présents dans notre vie quotidienne et qui incorporent des savoirs scientifiques.

Bibliographie

Bigelow, Jacob (1829), Elements of Technology, Boston, Hiliard, Cray, Little et Wilkins.

Breton, Philippe (1990), La tribu informatique. Enquête sur une passion moderne, Paris, Métailié.

Ewald, François (1986), L’État providence, Paris, Éditions du Seuil.

Gras, Alain (1993), Grandeur et dépendance, Paris, Éditions du Seuil.

Guilhon, B. (2000), Les dimensions actuelles du phénomène technologique, Paris, L’Harmattan.

Guillerme, Jacques et Jan Sebestik (1966), « Les commencements de la technologie », Thalès, n° XII.

Hughes, Thomas P. (1983), Networks of Power: Electrification in Western Society, 1880-1930, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Lamard, Pierre et Jean-Claude Lequin (2005), La technologie entre à l’université, Laboratoire RECITS, Université de Bedford-Montbéliard.

Perrin, Jacques (1991), Construire une science des techniques, Limonest, L’interdisiciplinaire.

— (1988), Comment naissent les techniques : la production sociale des techniques, Paris, Publisud.

Rosenberg, Nathan (1982), Inside the Black Box: Technology and Economics, Cambridge

University Press.

Sebestik, Jan (2004), « Les commencements de la technique », postface/préface, Documents pour l’histoire des techniques, n° 14, http://dht.revues.org/1106.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search