Version classiqueVersion mobile

Profession géographe

 | 
Rodolphe De Koninck

6. Les fureurs de la terre

Texte intégral

1Plus la piste empierrée se rétrécit, plus la vieille Land Rover décapotable cahote et progresse péniblement. Je tiens le volant et change les vitesses à grands coups de mon pied gauche, alors qu’à mes côtés Frank agrippe son fusil de chasse et se tient nerveusement aux aguets au cas où un buffle embusqué dans les hautes herbes de la savane aurait la mauvaise idée de nous charger. Peu après notre entrée dans la forêt, pendant que nous grimpons vers le cratère, la piste disparaît et il nous faut ranger la Land Rover sous les lourdes frondaisons et nous frayer un chemin à la machette. Après une bonne demi-heure de marche, nous arrivons au sommet de la caldeira. Devant nous, au fond du cratère dont les hautes parois internes sont densément boisées, nous apercevons enfin le lac, calme, vers lequel nous descendons et dans lequel se reflètent les grands arbres qui l’enserrent. Mais avant même que nous n’atteignions les rives de cet écrin tropical et volcanique, un puissant vacarme se déclenche. Des centaines de singes se mettent à hurler – des colobus pour la plupart –, projetant violemment vers ces intrus que nous sommes des bordées de branches et des fruits, mettant en fuite des familles d’oiseaux, effrayées, comme nous. La pluie de projectiles ne cesse qu’après que nous avons pénétré dans les eaux fraîches, sombres et profondes du lac – non sans avoir au préalable attaché solidement nos affaires et le fusil de Frank à la base d’un arbre – et nagé quelque deux cents mètres, jusqu’à son centre, d’où la vue sur les parois végétales s’avère imprenable. La révolte éteinte, la forêt retrouve son calme apparent.

2Cette scène se déroulait un dimanche du début d’octobre 1962, à une trentaine de kilomètres au sud de Fort Portal, dans le Kibale Forest National Park, au-delà duquel se déploie le Queen Elizabeth National Park, donc au pied des monts Ruwenzori et aux abords de la branche occidentale de la Grande Vallée d’effondrement. Au cours de l’année qui suivit, Frank, le professeur de mathématiques au St Leo’s College, et moi-même continuâmes à nous rendre une fois par mois sur les rives de ce que nous appelions simplement the crater lake, le lac de cratère. À chacune de nos visites, la révolte des habitants de la forêt se déclenchait et à une occasion nous eûmes même maille à partir avec une bande de babouins très agressifs.

3Du nom de Nkuruba, le cratère en question fait partie d’une chaîne de petits volcans éteints dont les caldeiras sont presque toutes occupées par des lacs. Il semble qu’aujourd’hui leur accès soit devenu beaucoup plus facile, au point que les rives de la plupart d’entre eux ont été largement déboisées, à l’exception de celles du lac Nkuruba. J’aime à penser que cela signifie peut-être que la vigilance irascible des habitants de la forêt entourant ce lac ne s’est pas encore relâchée…

4S’agissant des colères de la terre, il en est de beaucoup plus dévastatrices que celle des singes des forêts de l’Ouganda. C’est le cas du tsunami qui a ravagé le 26 décembre 2004 une bonne partie des rives asiatiques de l’océan Indien, au premier chef la province d’Aceh à la pointe nord de l’île de Sumatra. Je connais relativement bien cette province indonésienne pour y avoir codirigé des recherches pendant quatre étés, de 1972 à 1975 inclusivement. Celles-ci concernaient l’impact sur les communautés paysannes des innovations technologiques, en particulier celles associées à la révolution verte dans la riziculture, tant à Aceh que de l’autre côté du détroit de Malacca, dans la péninsule malaise. Nos équipes de chercheurs et d’étudiants, provenant des universités Laval à Québec, Sjiah Kuala à Banda Aceh et Sains Malaysia à Penang, menèrent ainsi des enquêtes socioéconomiques auprès de plusieurs centaines de familles, réparties dans une trentaine de villages, dans chacun des deux pays. Le projet contribua à la formation de nombreux jeunes chercheurs et mena à des résultats qui firent l’objet de rapports, thèses et publications, dont plusieurs utiles aux décideurs publics.

5Bien qu’au cours des décennies qui suivirent je sois retourné assidûment en Malaysia, je ne me suis rendu de nouveau à Aceh qu’en février 2007, donc après plus de 30 ans d’absence. L’occasion en était un colloque portant sur la reconstruction d’Aceh, ma propre contribution, préparée conjointement avec des collègues de l’Université de Montréal, concernant le domaine forestier. Ce retour dans une région où j’avais, là aussi, tant appris et forgé bien des amitiés ne me fut pas facile. D’autant plus que les traces de la dévastation laissée par le tsunami deux ans auparavant étaient encore bien visibles et que me fut confirmée la disparition totale, biens, corps et âmes, de deux des villages dans lesquels j’avais travaillé auparavant dans le district d’Aceh Barat. Mais ce qui m’a presque autant troublé, ce fut de constater que sur tout le littoral de la pointe nord-ouest d’Aceh on reconstruisait des villages, face à la mer, derrière de bien dérisoires remparts de pierre. Pourtant, c’est sur ce littoral que l’impact du tsunami avait été le plus dévastateur, entre autres parce que la longue barrière de mangrove avait été détruite au cours des décennies précédant cet impact et que, bien sûr, celle-ci ne saurait se reconstituer si on y établit à nouveau des agglomérations. Aujourd’hui, cette reconstruction, réalisée en bonne partie grâce à l’aide internationale, se poursuit contre les conseils des séismologues, dont deux étaient présents au colloque susmentionné.

6Je n’ai pu alors que me remémorer un autre exemple ayant souligné l’inconscience des hommes, confinant dans ce cas à l’arrogance, en l’occurrence la dévastation du delta du Mississippi et celle de la Nouvelle-Orléans par le grand fleuve lui-même, à la suite du passage de l’ouragan Katrina à la toute fin d’août 2005. Il se trouve que j’ai eu à m’intéresser aussi à cette catastrophe, mais pour des raisons assez particulières. En effet, peu de temps après le désastre, Yves Lacoste, que je connais depuis longtemps et qui est toujours actif à la direction de la revue Hérodote, me contacte et m’annonce que la revue envisage de consacrer un numéro thématique aux grands deltas du monde. Il me suggère de soumettre un article concernant le delta du Mississippi. Je commence par refuser, prétextant que je connais insuffisamment celui-ci. Lacoste insiste, connaissant mon intérêt pour les grands fleuves du monde et toute l’attention que je leur ai accordée dans mon enseignement. Il m’est difficile de continuer à refuser, d’autant plus que mon interlocuteur sait que peu auparavant je suis intervenu auprès des médias et que j’ai proposé une interprétation de la vulnérabilité de la Nouvelle-Orléans aux inondations. Je me suis donc mis à la tâche et suis parvenu, après des recherches documentaires approfondies, à rédiger un article intitulé « Le delta du Mississippi : une lutte à finir entre l’homme et la nature ». En juin 2006, cet article paraissait dans le numéro 121 de la revue Hérodote intitulé « Menaces sur les deltas ».

7Cette expérience me rappela que la préparation et la rédaction d’un article scientifique ont quelque chose en commun avec la préparation d’un cours, en ce sens qu’elles contraignent tant l’auteur que le professeur à approfondir leurs interprétations tout en les clarifiant, ce qui est en soi une forme d’apprentissage. Et je dois dire que, au sujet du Mississippi, j’en ai beaucoup appris, entre ce jour de la fin d’août 2005, lorsque Katrina provoqua les débordements qui détruisirent une partie de la Nouvelle-Orléans, et la fin de février 2006, alors que je complétai la rédaction de mon article. Plus fondamentalement, je fus exposé à une « histoire » exemplaire, que je résumai dans mon article, d’acharnement des hommes à dompter, à dominer la nature. À un cas exemplaire aussi et certes complexe où des hommes, en l’occurrence des membres du célèbre United States Army Corps of Engineers, continuent à vouloir soumettre l’un des fleuves les plus impétueux du monde, malgré les multiples évidences que sa révolte n’est que partie remise.

8Pleine de rebondissements, l’histoire de l’aménagement du bassin du Mississippi et plus particulièrement celle du redressement de son cours et du balisage de son delta ne peuvent être pleinement comprises qu’à travers une analyse profondément géographique. Celle-ci doit être menée tous azimuts et rassembler des éléments de l’histoire politique et militaire des États-Unis, prendre en compte leurs pratiques commerciales – entre autres les exportations de coton – et leurs relations avec le reste du monde, tout comme puiser dans des notions fondamentales de géomorphologie et d’hydrologie ainsi que de géographie de l’énergie et de géographie des transports. Il en résulte une analyse de géographie totale, où les cartes occupent une place centrale.

FIGURE 4 L’empire du Mississippi. Source : De Koninck, 2006.

FIGURE 4 L’empire du Mississippi. Source : De Koninck, 2006.

FIGURE 5 La mobilité du delta. Source : De Koninck, 2006.

FIGURE 5 La mobilité du delta. Source : De Koninck, 2006.

Avec ses principaux affluents, dont les rivières Missouri, Arkansas, Red et Ohio, le Mississippi draine plus de 40 % du territoire des États-Unis continentaux. Cette immense cuvette s’étale des piémonts des Appalaches à ceux des Rocheuses et comprend en tout ou en partie 31 des 48 États centraux. Les puissantes crues et décrues du grand fleuve et sa lourde charge de limons ont tissé une plaine alluviale et surtout un delta très complexes, en constante reconstitution. Non seulement celui-ci progresse constamment en direction de la mer, à même l’épaisse plate-forme littorale, il a au fil des siècles oscillé vers l’est. Son lobe actuellement actif présente une forme particulière, en bonne partie due à l’action humaine, qui lui vaut le surnom de bird-foot, patte d’oiseau.

FIGURE 6 L’impact de l’ouragan Katrina (août 2005). Source : De Koninck, 2006.

FIGURE 6 L’impact de l’ouragan Katrina (août 2005). Source : De Koninck, 2006.

FIGURE 7 La protection du delta. Source : De Koninck, 2006.

FIGURE 7 La protection du delta. Source : De Koninck, 2006.

À la fin d’août 2005, lorsque l’ouragan Katrina frappa le delta du Mississippi et la Nouvelle-Orléans, toute la fragilité des infrastructures protégeant la métropole louisianaise fut exposée. Depuis longtemps, en contrebas du grand fleuve canalisé, celle-ci s’enfonçait dans les limons. La subite remontée des eaux du lac Pontchartrain et du fleuve, causée par les pluies diluviennes accompagnant l’ouragan, fit céder des digues et submergea largement la ville. Malgré cette leçon, pourtant pas la première, l’assèchement du delta se poursuit, ce qui réduit sa capacité à absorber les soubresauts de la nature. La fuite en avant continue, avec la construction de nouveaux remparts contre les eaux.

9À mes yeux, bien que de nature diverse et pris à une échelle fort différente, ces trois exemples illustrent le caractère de plus en plus inquiétant que revêtent les relations homme-nature, lesquelles sont précisément l’un des objets privilégiés de la géographie. On le sait, l’on définit souvent la géographie comme l’étude des relations entre les hommes et la nature. Mais en réalité, pendant longtemps, l’on a entendu par cela la détermination qu’exerçait ou aurait exercée la nature sur les communautés humaines, sur leurs répartitions, sur leurs activités, voire sur leur comportement. On a ainsi pu parler de déterminisme environnemental et prétendre confier à la géographie le mandat de l’expliquer. Est alors né un courant contestataire du déterminisme, en quelque sorte. Insistant plutôt sur le libre arbitre dont peut se prévaloir l’humanité, ce courant a proposé la notion de possibilisme, selon lequel « la nature propose, l’homme dispose ». L’un des plus éminents défenseurs de cette approche était le grand géographe français déjà évoqué, Vidal de la Blache (1845-1918). Mais une caractéristique commune à la plupart des protagonistes de ce débat ou tout simplement aux pratiquants de l’une ou l’autre approche, c’est qu’ils abordaient cette relation dans un seul sens : de la nature vers l’homme, comme si celui-ci ne pouvait pas à son tour imprimer sa propre marque, sa propre empreinte sur la nature, dont par ailleurs il fait partie.

10Ce concept d’empreinte de l’humanité sur la terre, ancêtre de celui aujourd’hui bien connu d’empreinte écologique, était déjà apparent dans un livre remarquable de l’Américain George Perkins Marsh, publié dès 1864 sous le titre de Man and Nature. Dix ans plus tard, le livre fut publié à nouveau, avec un contenu plus étoffé et le titre beaucoup plus explicite de The Earth as Modified by Human Action, une édition définitive étant parue en 1885. Considéré par plusieurs comme l’un des pères de l’écologie, Marsh, un diplomate et essayiste, a vu son œuvre être reconnue par les géographes, ce qui n’est pas pour surprendre étant donné les liens étroits qui existent entre géographie et écologie, encore que bien des géographes aient mis ou mettent encore du temps à le reconnaître.

11Quant à notre empreinte écologique, que l’on pourrait aussi qualifier d’indice de consommation de la terre, elle est d’ores et déjà excessive. Le rythme de prélèvement des ressources de la terre, mers du globe comprises, est depuis une quinzaine d’années plus élevé que celui auquel celle-ci peut les reproduire. L’humanité détruit littéralement son domicile. L’analyse tant des fondements que des instruments et des mécanismes spécifiques de cette destruction est l’affaire de tout le monde, mais au premier chef des scientifiques, parmi lesquels les géographes occupent une place privilégiée, centrale.

12Le problème des relations homme-nature ou, comme je préfère le dire, de notre façon d’habiter la biosphère, constitue en effet un objet privilégié de la géographie, je veux dire de la géographie dans toute sa plénitude. De surcroît, tant les méthodes du géographe, telle l’analyse des paysages ou, si l’on préfère, la reconstitution de leur genèse, que ses outils de travail, telle la cartographie, demeurent essentiels. Le recours aux méthodes tout comme aux outils du géographe apparaît ainsi pertinent à l’analyse non seulement des catastrophes ou des fureurs de la terre, mais aussi, sinon plus encore, à celle des lentes transformations que l’humanité lui impose. Parmi celles-ci, il faut compter la destruction des écosystèmes, plusieurs formes de désertification et de changement climatique, toutes choses qui peuvent, finalement, on le voit de plus en plus, contribuer à déclencher ses fureurs.

Table des illustrations

Titre FIGURE 4 L’empire du Mississippi. Source : De Koninck, 2006.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre FIGURE 5 La mobilité du delta. Source : De Koninck, 2006.
Légende Avec ses principaux affluents, dont les rivières Missouri, Arkansas, Red et Ohio, le Mississippi draine plus de 40 % du territoire des États-Unis continentaux. Cette immense cuvette s’étale des piémonts des Appalaches à ceux des Rocheuses et comprend en tout ou en partie 31 des 48 États centraux. Les puissantes crues et décrues du grand fleuve et sa lourde charge de limons ont tissé une plaine alluviale et surtout un delta très complexes, en constante reconstitution. Non seulement celui-ci progresse constamment en direction de la mer, à même l’épaisse plate-forme littorale, il a au fil des siècles oscillé vers l’est. Son lobe actuellement actif présente une forme particulière, en bonne partie due à l’action humaine, qui lui vaut le surnom de bird-foot, patte d’oiseau.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre FIGURE 6 L’impact de l’ouragan Katrina (août 2005). Source : De Koninck, 2006.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/436/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre FIGURE 7 La protection du delta. Source : De Koninck, 2006.
Légende À la fin d’août 2005, lorsque l’ouragan Katrina frappa le delta du Mississippi et la Nouvelle-Orléans, toute la fragilité des infrastructures protégeant la métropole louisianaise fut exposée. Depuis longtemps, en contrebas du grand fleuve canalisé, celle-ci s’enfonçait dans les limons. La subite remontée des eaux du lac Pontchartrain et du fleuve, causée par les pluies diluviennes accompagnant l’ouragan, fit céder des digues et submergea largement la ville. Malgré cette leçon, pourtant pas la première, l’assèchement du delta se poursuit, ce qui réduit sa capacité à absorber les soubresauts de la nature. La fuite en avant continue, avec la construction de nouveaux remparts contre les eaux.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/436/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search