Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Systèmes d’innovation

Jorge Niosi

Texte intégral

1Il y a quelques décennies, l’invention et l’innovation étaient encore vues comme le résultat de génies isolés travaillant dans leur laboratoire. Ce point de vue est encore malheureusement trop répandu (voir Invention et innovation).

2Depuis près d’un demi-siècle, divers auteurs ont suggéré que l’innovation impliquait d’autres facteurs que le génie créatif de quelques individus. Schmookler a proposé que l’innovation était en partie le résultat des forces du marché, et donc déterminée par la demande : en l’absence de marché pour les innovations, comme dans nombre de pays sous-développés, il n’y aurait pas d’innovation. Rosenberg, pour sa part, a mis l’accent sur l’offre de connaissances : selon lui, bon nombre d’innovations résultent de l’offre de connaissances scientifiques et techniques, et non d’une demande. Les vagues d’innovations dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, qui ont suivi l’invention du semi-conducteur, ne sont pas le résultat de la demande mais bien de l’offre des connaissances produites dans des entreprises, des universités et des laboratoires publics (voir Recherche et développement).

3Entretemps, l’OCDE a condensé dans le Manuel d’Oslo de 1982 des définitions et des méthodes statistiques pour l’étude empirique de l’innovation. Ces outils ont permis le lancement d’enquêtes sur l’innovation dans presque tous les pays de l’OCDE et dans plusieurs pays émergents (voir Économie de l’innovation).

4Vers la fin des années 1980, ces avancées ont fait émerger le concept de « système d’innovation ». Cette théorie a été mise sur pied, plus ou moins simultanément, par trois économistes : le Britannique Christopher Freeman (1987), le Suédois Bengt-Ake Lundvall (1992) et l’Américain Richard R. Nelson (1993). Elle oppose deux points de vue. Pour les uns, comme Nelson, les systèmes d’innovation sont des ensembles d’institutions dont l’objectif est la production, le transfert et la diffusion de connaissances scientifiques et technologiques. Les institutions concernées sont essentiellement les universités de recherche, les laboratoires publics et les entreprises dotées de capacités de R-D. Cette première approche repose davantage que d’autres sur le Manuel de Frascati de l’OCDE (1962), qui définit la R-D et les méthodes statistiques usitées pour recueillir des informations. Dans la seconde approche, celle d’un Lundvall par exemple, les systèmes d’innovation comprennent plutôt toutes les institutions dotées d’une capacité d’innovation, même si elles ne font pas de R-D. Cette perspective est plus proche du Manuel d’Oslo.

5La première version du concept s’applique aux pays : elle traite de systèmes nationaux d’innovation. Des débats ont opposé ceux qui considèrent que les systèmes nationaux d’innovation émergent de façon spontanée et ceux qui pensent que l’État joue un rôle central dans leur naissance et leur création. D’autres débats portent sur le nombre d’institutions nécessaires pour qu’un système d’innovation existe, ou sur leur niveau d’intégration. Pour les uns, comme Arocena et Sutz, le système des pays sous-développés est fragmenté, tandis que pour d’autres, comme Niosi, il est inefficient et inefficace (voir Clivage technologique).

6Vers le début des années 1990, le concept a été appliqué à des régions plutôt qu’à des espaces nationaux, comme dans les travaux de Cooke ou Howells. Certaines régions industrielles où existent des universités de recherche, des laboratoires publics et des entreprises actives en R-D se présenteraient ainsi comme des systèmes régionaux d’innovation. Franco Malerba a aussi appliqué le concept de système d’innovation à des secteurs industriels. Ainsi envisagées, les industries ne naissent pas dans un vide institutionnel : elles se développent au sein d’institutions de recherche, mais aussi de cadres régulateurs comme les systèmes de brevets, les incitations publiques à l’innovation, et les politiques industrielles (voir Financement de la science, Université et Brevets et propriété intellectuelle).

7Au fil des années, de nombreux chercheurs ont ainsi développé le concept de système d’innovation, qui a été adopté par de multiples gouvernements nationaux et régionaux, ainsi que par des organisations internationales comme l’OCDE.

Bibliographie

Amable, B. et al. (1997), Les systèmes d’innovation à l’ère de la globalisation, Paris, Economica.

Arocena, R. et J. Sutz (2000), «Looking at national systems of innovation from the South», Industry and Innovation, vol. 7, n° 1, p. 55-75.

Boorstin, D. (1983), The Discoverers, New York, Vintage.

— (1992), The Creators, New York, Vintage.

— (1998), The Seekers, New York, Vintage.

Cooke, P. (1992), «Regional innovation systems», Geoforum, vol. 23, p. 365-382.

Freeman, C. (1987), Technology Policy and Economic Performance, Londres, Pinter.

Howells, J. (1999), «Regional systems of innovation?», dans D. Archibugi et al. (dir.), Innovation Policy in a Global Economy, Cambridge University Press.

Lundvall, B. A. (dir.) (1992), National Systems of Innovation, Londres, Piter.

Malerba, F. (2002), «Sectoral systems of innovation and production», Research Policy, vol. 31, n° 2, p. 247-264.

— (dir.) (2004), Sectoral Systems of Innovation, Cambridge University Press.

Nelson, R. R. (1993), National Innovation Systems, Oxford University Press.

Niosi, J. (2002), «National systems of innovation are x-efficient (and x-effective): why some are slow learners», Research Policy, vol. 31, n° 2, p. 291-302.

Niosi, J., B. Bellon, P. P. Saviotti et M. Crow (1993), «National systems of innovation in search of a workable concept», Technology in Society, vol. 15, n° 2, p. 207-227.

Rosenberg, N. (1983), Inside the Black Box, Cambridge University Press.

Schmookler, J. (1966), Invention and Economic Growth, Cambridge (MA), Harvard University Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access