Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Système statistique national

Jean-Guy Prévost

Texte intégral

1Il est désormais largement admis que l’action publique devrait être définie, mise en œuvre et ses résultats évalués sur la base d’une connaissance adéquate de la réalité sociale et économique. Cette croyance relève, selon le mot de Porter, d’une « confiance dans les nombres » et dans « l’objectivité mécanique » qui, depuis le milieu du 19e siècle, constitue un trait marquant aussi bien du monde de la science que de la vie publique dans son ensemble : établissement de standards dans un nombre croissant de domaines, contrôle de la qualité industrielle, application du calcul coûts-bénéfices à la prise de décision, « médecine des preuves », etc. Aussi, l’existence d’un système statistique national – par quoi l’on entend l’ensemble des organismes publics produisant des données statistiques sur la population, l’économie et la vie sociale d’un pays – apparaît aujourd’hui comme une composante incontournable de tout État moderne (voir État, pouvoir et science).

2La manière d’organiser un tel système, la nature précise de ses activités, son degré d’indépendance professionnelle ou scientifique par rapport aux autorités politiques ont certes varié grandement au fil du temps et d’un pays à l’autre. Mais on peut aisément repérer, pour la plupart des pays occidentaux, quelques étapes communes dans le développement des systèmes statistiques nationaux : organisation de recensements périodiques de la population, mise sur pied de statistiques du travail (en lien avec la création d’un ministère idoine) et du commerce, établissement d’un système de comptabilité nationale, développement de comptes « environnementaux », etc.

3Pour la plus grande part du 20e siècle, les nécessités de coordination et d’harmonisation de la collecte et du traitement des informations statistiques ont contribué à faire de la centralisation l’idéal organisationnel vers lequel tendaient les systèmes statistiques nationaux – Statistique Canada constituant un exemple particulièrement remarquable sur ce plan. En lien avec le keynésianisme plus ou moins conséquent qu’ont adopté les autorités politiques de plusieurs pays au lendemain du second conflit mondial, le développement des méthodes d’échantillonnage et l’introduction des ordinateurs ont contribué à faire du système statistique national quelque chose comme l’infrastructure épistémique de la gestion macro-économique : une série d’indicateurs fondamentaux, comme le PIB, les divers taux relatifs à l’emploi et au coût de la vie, ou encore les chiffres des exportations et des importations, étaient régulièrement publiés comme autant d’informations à partir desquelles les agents économiques – à commencer par le gouvernement – pouvaient orienter leur comportement (voir Quantification et mesure). Dans les pays d’obédience communiste, la statistique s’est largement confondue avec l’appareil de planification économique et son rôle dans la gestion proprement dite était plus affirmé – avec les distorsions que pouvait entraîner une telle proximité.

4À partir des années 1980-1990, plusieurs traits de ce modèle ont été mis à l’épreuve. Dans bien des pays, une demande accrue d’informations à l’échelle infranationale (régionale, provinciale, locale) a conduit à mettre en cause la pertinence d’une organisation du travail statistique et de priorités définies d’abord à l’échelle nationale. De nouvelles autorités statistiques autonomes ont été créées (comme dans les régions espagnoles), tandis que d’autres ont connu un second souffle (comme l’Institut de la statistique du Québec). L’accroissement des échanges économiques et financiers entre nations a également constitué une source de tension, appelant à une meilleure intégration des données à l’échelle supranationale et donnant lieu à l’apparition d’institutions comme Eurostat ou, plus près de nous, de systèmes de classification adaptés à l’existence de l’Accord de libre-échange nord-américain (voir Internationalisation de la R-D). L’informatique, qui, jusqu’aux années 1980, pouvait apparaître comme un facteur favorisant la concentration de l’autorité et des activités, a également poussé à la dissémination et à la décentralisation, grâce à l’avènement de microordinateurs capables d’opérer de puissants logiciels de traitement de données et d’Internet. À l’aube du 21e siècle, l’aspiration à un monopole de l’autorité statistique légitime a laissé place à un régime où la coopération, la coordination, le « partenariat », l’harmonisation des pratiques, et parfois la compétition régulent les rapports entre producteurs de données.

Bibliographie

Porter, T. M. (1995), Trust in Numbers. The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton University Press.

Auteur

Professeur et vice-doyen à la Faculté de science politique et de droit, Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search