Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Statistisation

Jean-Guy Prévost

Texte intégral

1Ce néologisme – peu élégant, on en conviendra – vise à attirer l’attention sur les processus par lesquels un ensemble de préoccupations, d’interrogations, de problèmes ou d’enjeux sont identifiés, rassemblés et définis d’une manière qui permet de substituer à l’affrontement direct des acteurs sur le fond un mécanisme pouvant susciter leur agrément et faciliter la prise de décision (voir Construction sociale des technologies).

2Un exemple éclairant de statistisation nous est offert par le développement des indices du coût de la vie et des mécanismes d’indexation des revenus, qui fournissent aux parties à la négociation un point de repère pour juger de l’importance des ajustements à réclamer (ou à contester ; voir Classification). Dans le jeu de la négociation des salaires, patrons et ouvriers ont des intérêts contraires et l’on voit mal, a priori, pourquoi l’une des parties devrait céder à l’autre, d’où l’impasse et, éventuellement, l’escalade de moyens de pression. L’idée de mesurer le coût de la vie offre une voie de sortie : en établissant sur la base des prix réels combien il en coûte pour vivre, on pourra déterminer si les salaires offerts sont suffisants ou non (et si l’on prend cette mesure de manière régulière, on pourra savoir si la situation à cet égard s’améliore ou se détériore). On disposera alors d’un étalon jugé indépendant des perceptions, des intérêts et des stratégies des acteurs. Certes, il faut établir la liste des prix dont on tiendra compte, déterminer le poids de chacun, etc., mais on voit bien comment l’on est passé d’un problème politique (comment mettre d’accord des parties dont les intérêts s’opposent) à un problème technique (comment construire un indice qui représente adéquatement ce que l’on cherche à mesurer). À une autre échelle, les critères de convergence pour l’entrée dans la zone de l’euro, qui fixaient des cibles quantitatives quant à la stabilité des prix, au déficit des finances publiques, à la dette et au taux d’intérêt à long terme, offrent un exemple plus récent de statistisation. Les deux cas s’inscrivent dans un processus plus général de rationalisation du gouvernement des sociétés modernes, au moyen de règles s’appuyant sur des informations à caractère empirique : une fois que l’on s’est entendu sur le caractère raisonnable de la règle, la discussion porte exclusivement sur l’exactitude des résultats fournis par les indices retenus.

3Mais la vie est plus complexe que cela et l’espoir que l’on pourrait dissoudre le politique dans le technique est évidemment déçu : dès que l’on cherche à traduire en termes opérationnels les concepts sur lesquels on a pu s’entendre, des ambiguïtés apparaissent et l’on voit bien vite que les interprétations différentes de ces ambiguïtés ne sont pas indépendantes de perspectives politiques divergentes. Le cas de la Grèce, dont on sait désormais qu’elle a recouru à toute une série de dissimulations et de manipulations pour être admise dans la zone euro, a montré ces limites de manière spectaculaire. De manière moins dramatique, les indices du coût de la vie (et les indices des prix à la consommation, les deux ne se confondant pas nécessairement) ont constamment donné lieu à des débats théoriques fondamentaux (notamment, entre les approches fondées sur les biens ou sur l’utilité), ainsi qu’à des discussions sur la validité de la mesure, quand ce n’est pas à sa contestation en bonne et due forme.

4À cet égard, la distinction entre mesure et quantification permet d’examiner au plus près certains aspects du processus de statistisation. L’idée que l’on puisse mesurer un phénomène de la vie économique ou sociale suppose en effet l’existence préalable et presque tangible d’un objet qui n’attendrait que cette opération pour se révéler à nous. Or, cette métrologie « réaliste » occulte complètement toutes les conventions qui permettent justement de produire les nombres dont on parle. En revanche, quantifier, c’est-à-dire « exprimer et faire exister sous une forme numérique ce qui, auparavant, était exprimé par des mots et non par des nombres », comme l’indique Desrosières, suppose que l’on porte attention à l’ensemble des comparaisons, compromis, traductions, négociations, codages, procédures et calculs qui rendent possible cette transmutation. On voit dès lors dans quelle mesure toute tentative de traduction d’un problème politique en problème technique demeure précaire et l’accord qu’elle peut éventuellement susciter, provisoire (voir Quantification et mesure et Scientisme et politique).

Bibliographie

Desrosières, A. (2008), Pour une sociologie historique de la quantification. L’argument statistique I, Paris, Mines ParisTech.

Stapleford, T. A. (2009), The Cost of Living in America. A Political History of Economic Statistics, 1880-2000, Cambridge, Cambridge University Press.

Auteur

Professeur et vice-doyen à la Faculté de science politique et de droit, Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search