Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Sociopolitique de la statistique

Jean-Pierre Beaud

Texte intégral

1Durant les années 1970 s’est structuré un champ de recherche qu’il est malaisé de cerner par une appellation unique. Si l’expression « histoire de la statistique » est celle qui rallierait le plus d’acteurs du champ, elle a le défaut (ou l’avantage, c’est selon) d’être très générale et surtout théoriquement peu précise. Si l’histoire de la statistique est presque aussi ancienne que la statistique, ce n’est que récemment qu’elle a pris un virage plus externaliste, tentant d’intégrer les acquis de l’histoire internaliste tout en s’appuyant sur une posture constructiviste (ou réflexive) et critique. Malgré des différences réelles entre les approches de chacun, certains étant plus internalistes ou plus externalistes, plus réalistes ou plus relativistes, il reste qu’un certain consensus caractérise le champ (voir Histoire des sciences et Champ).

2La sociologie, la sociohistoire, la sociopolitique de la statistique ou des statistiques ne sont pas des appellations totalement synonymes : la première pose un rapport direct avec la sociologie alors que les deux suivantes le mâtinent d’un lien avec l’histoire et le politique, et chacune peut mettre l’accent soit sur la discipline, la statistique comme savoir à la fois théorique et pratique organisant la mise en chiffres du monde, soit sur la pratique, les statistiques comme production de chiffres sur le monde. Toutes partagent toutefois sensiblement les mêmes principes. L’un est une double rupture : rupture avec une conception internaliste qui liait le développement de la statistique à l’affinement progressif et logique d’outils arithmétiques, puis mathématiques de plus en plus complexes ; rupture avec une histoire institutionnelle, aussi ancienne que les premiers bureaux de chiffres, qui voyait le développement des activités et organismes statistiques comme l’accompagnement logique de l’expansion des attributions de l’État. Un second principe est le refus d’une position purement externaliste, qui verrait la statistique comme une conséquence ou un effet de transformations totalement extérieures au champ de la science. Cette position n’a guère eu de véritables défenseurs chez les statisticiens ou historiens de la statistique. Elle fonctionne toutefois comme une sorte d’horizon, de point de repère ou même de point critique, qui rappelle à tous que les chiffres produits ne sont jamais innocents (voir Statistisation et Quantification et mesure).

3Il y a une quarantaine d’années paraissaient les premiers travaux véhiculant ces ruptures. Les classifications statistiques en étaient, un peu partout, les premiers objets d’analyse, un choix qui exprime bien ce que ces premiers chercheurs tendent à appréhender : la traduction chiffrée nécessairement imparfaite d’un monde en changement. Un peu partout, on montre que les classements statistiques doivent être déconstruits, comme l’avaient déjà été d’autres façons de nommer, désigner et assigner les individus. Dans une période de transition, les « vieux » classements et l’échafaudage politique qui les solidifiait perdaient de leur utilité pour représenter le monde.

4Le livre de Desrosières et Thévenot sur les catégories socioprofessionnelles pose bien les principes d’une telle analyse des artefacts statistiques, qui récuse le vieil objectivisme cher aux statisticiens d’État. Il dit aussi l’originalité du « moment français » symbolisé par l’appartenance d’un Desrosières à la fois au bureau statistique national, l’INSEE, et au monde universitaire. Il faudrait sans doute s’interroger sur la véritable originalité de ce modèle de collaboration (voir Université). On peut faire toutefois l’hypothèse qu’une collaboration entre statisticiens et spécialistes des sciences sociales est aujourd’hui chose plus fréquente qu’il y a quarante ans : au Brésil, par exemple, un Nelson Senra occupe une position analogue à celle de Desrosières en France. Le livre de Desrosières et Thévenot énonce aussi certains des principes de la nouvelle histoire (de la sociohistoire, de la sociopolitique) de la statistique : les découpages, y lit-on, sont fabriqués, liés aux « opérations de représentation d’une société : représentation statistique… ; représentation politique ; représentation cognitive » (p. 7) ; cela étant, « le regard… porté sur le travail de classement et de définition des variables servant à décrire le monde social ne vise pas à en dénoncer les résultats, mais plutôt à les replacer dans un ensemble plus vaste de façons de connaître » (p. 110).

5L’étude des classifications statistiques s’inscrit, dans le cas français au moins, dans le cadre d’une tradition assez ancienne remontant aux travaux de Durkheim et Mauss. Elle rejoint une préoccupation parfois bien établie pour l’étude des recensements, présente chez les historiens comme chez les démographes (voir Objet-frontière). L’analyse nouvelle des outils statistiques incorpore toutefois un nouveau corpus théorique et empirique, issu des recherches d’un Foucault ou d’un Bourdieu. De fait, aujourd’hui, l’unité relative du champ de la sociopolitique de la statistique peut être attestée par le recours aux mêmes sources. Du Brésil à l’Espagne en passant par un bon nombre de pays, les bibliographies se ressemblent passablement, du moins si l’on écarte les références aux études nationales. Un bon exemple peut être trouvé chez Desrosières, bien sûr, qui, par le rôle qu’il a joué dans l’émergence du champ, est bien placé pour citer les travaux marquants.

6Le champ s’est développé. Les études nationales sont maintenant relativement nombreuses et portent aussi bien sur les classifications, les recensements, les enquêtes statistiques, les statistiques médicales, la notion de probabilité, les bureaux statistiques, les sociétés savantes, etc. (voir Système statistique national). Il existe aussi des études portant sur l’internationalisme statistique (congrès internationaux, institut international) et sur les passeurs de modèles comme Quetelet, ainsi que des études plus générales encore sur l’avalanche des chiffres depuis le 19e siècle. Le recensement exhaustif des études de sociopolitique de la statistique dans le monde est sans doute devenu impossible à réaliser.

7Néanmoins, au-delà des différences d’appellation, des divergences théoriques (accepte-t-on ou non l’influence latourienne ?) et des spécificités des expériences statistiques nationales, un noyau commun de façons de penser et de faire s’est créé. Malgré leurs différences, les travaux sont souvent marqués par les principes de réflexivité, de déconstruction ; ils font référence au moment Bielefeld et aux travaux de Daston, de Porter et de Hacking pour le monde anglophone et germanique. Le mouvement de déconstruction, qui s’était d’abord traduit par un examen des classements statistiques ou des pratiques de recensement, s’est ensuite étendu à l’ensemble du travail statistique ; il demeure un principe solide qui caractérise l’ensemble du travail en sociopolitique de la statistique et qui renvoie, minimalement, à un constructivisme méthodologique (voir Classification). D’autres principes caractérisent cette sociopolitique, comme la prise en compte des liens entre les normes, les structures et les pratiques statistiques, agencées en un « régime statistique », et le rejet d’une conception de la statistique qui n’en ferait que la traduction chiffrée de phénomènes externes.

Bibliographie

Beaud, Jean-Pierre et Jean-Guy Prévost (2010), « L’histoire de la statistique canadienne dans une perspective internationale et panaméricaine », dans Nelson Senra et Alexandre de Paiva Rio Camargo (dir.), Estatísticas Nas Américas. Por uma agenda de estudos históricos comparados, Rio de Janeiro, IBGE, p. 37-65.

Desrosières, Alain (1993 et 2000), La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Desrosières, Alain et Laurent Thévenot (1988), Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

Auteur

Professeur et doyen de la Faculté de science politique et de droit, Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search