Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Sociologie des sciences

Marcel Fournier

Texte intégral

1L’idée que la science est un phénomène social est aussi vieille que la sociologie, comme on peut le voir chez Auguste Comte ou Émile Durkheim. L’un des objectifs de la sociologie comme nouvelle discipline est précisément, pour Durkheim, d’élaborer une nouvelle théorie de la connaissance, selon laquelle les concepts sont des représentations collectives. Et il en ira de la sociologie des sciences comme de la sociologie elle-même : les perspectives théoriques sont devenues diverses et les débats, nombreux (voir Discipline et Théorie scientifique).

2Avant que la sociologie des sciences ne se constitue comme spécialité, c’est de la connaissance dont on parle. Pensons aux travaux de Max Scheler, de Karl Mannheim ou de Pitirim Sorokin : il s’agit d’établir les rapports entre la connaissance et la société, en assimilant la connaissance tantôt à la vision du monde, tantôt au système culturel (d’une époque), tantôt à l’idéologie (de groupes sociaux). Dans la tradition marxiste, on cherche, comme dans l’étude de 1931 que Boris Hessen consacre aux Principia de Newton, à relier le développement des concepts scientifiques au développement économique. Pour sa part, Karl Mannheim, en 1929, associe la connaissance et l’idéologie, mais considère que les intellectuels n’appartiennent à aucune classe sociale et exclut de son champ d’analyse les connaissances scientifiques. Enfin, Ludwik Fleck défend, dans son étude de la Genèse et développement d’un fait scientifique (1935), le caractère essentiellement collectif de la recherche scientifique, introduisant la notion de « style de pensée », c’est-à-dire d’un ensemble de normes, de concepts et de valeurs qui seraient propres aux savoirs et aux croyances à une époque donnée (voir Représentation sociale).

3Si Robert K. Merton peut être considéré comme le fondateur de la sociologie des sciences, c’est qu’avec lui s’opère le glissement de la sociologie de la connaissance (dont il dégage les principaux traits en 1945) à la sociologie des sciences et que se crée une nouvelle spécialité avec son objet, ses méthodes, puis ses revues (Science Studies, Social Studies of Science) et ses colloques (comme ceux de la 4S Society). L’un de ses professeurs à Harvard, Talcott Parsons, s’était interrogé sur les conditions d’institutionnalisation de la science : pour qu’elle devienne une institution dans la société moderne, la science devait être intimement intégrée au système de valeurs et à la structure sociale grâce à la constitution d’un corps de scientifiques professionnels (voir Professionnalisation de la science et Université). Merton consacre sa thèse de doctorat, parue en 1938, à l’étude, dans une perspective wébérienne, des conditions culturelles, sociales et économiques, du développement des sciences et des techniques dans l’Angleterre du 17e siècle. Quelques années plus tard, en 1942, il décrit ce qu’il appelle la « structure normative de la science » : la science en tant qu’activité sociale est réglementée par un « ethos », un système de normes que sont l’universalisme, le communalisme, le désintéressement et le scepticisme organisé. L’article de Merton est à l’origine d’un véritable programme de recherche qui mobilise ses élèves, comme Harriet Zuckerman, Stephen Cole, Jonathan Cole, Jerry Gaston. Le système social des sciences apparaît comme un système d’échange, avec ses récompenses, ses hiérarchies.

4Les études font alors usage d’une nouvelle base de données, le Science Citation Index créé en 1963 par E. Garfield, qui recense l’ensemble des citations que reçoivent les articles de revues scientifiques dans d’autres articles. L’idée est de mesurer la science, et la scientométrie devient un outil indispensable pour évaluer la recherche (voir Bibliométrie). La réunion de nombreuses données quantitatives permet l’élaboration de projets ambitieux, comme celui d’une science des sciences dont l’objectif serait de déterminer les lois de développement scientifique (tel que le propose Solla Price) et celui d’une sociologie historique du rôle des scientifiques et des différentes formes d’organisation de l’activité scientifique depuis le 17e siècle, comme le propose Ben-David.

5Par-delà son ancrage dans une société globale, une communauté scientifique est aussi un groupe de savants partageant, au sein d’une discipline, un certain nombre d’idées communes. L’ouvrage le plus influent des années 1960 est sans aucun doute La structure des révolutions scientifiques de Thomas Kuhn, paru en 1962. Tout en introduisant une perspective discontinuiste en histoire, Kuhn ouvre la voie à une sociologie de la connaissance scientifique : il n’y a pas de corps de connaissance, ici un paradigme, sans support social, sans une communauté ou un groupe de scientifiques pourvus de leurs modes d’apprentissage et de leurs dogmes propres (voir Paradigme).

6La sociologie se trouve ainsi légitime d’adopter des approches relativistes et de réaliser des études des déterminants sociaux des savoirs scientifiques : c’est le cas des promoteurs du « programme fort » en sociologie de la connaissance scientifique à l’Université d’Édimbourg (Barry Barnes, David Bloor, David Edge, Steven Shapin, Andrew Pickering), et du « programme empirique du relativisme » à l’Université de Barth en Angleterre (Harry Collins, David Travis, Trevor Pinch). Les premiers privilégient une approche macrosociologique et les seconds, une approche plutôt microsociologique. Dans les années 1980, on voit se multiplier les études ethnographiques des laboratoires (celles de Latour et Woolgar, de Linch ou de Knorr-Cetina) et apparaître ce que l’on appelle, en raison de son radicalisme, la « nouvelle sociologie des sciences ». On cherche alors à penser les relations entre la science, la technique et la société à l’aide de notions parfois floues comme l’acteur-réseau, la non-clôture, la traduction, la médiation. La polémique est ouverte, et les échanges souvent rudes, comme le montre l’affaire Sokal. L’enjeu, la difficulté, est alors d’introduire une perspective constructiviste sans tomber dans le relativisme absolu (voir Relativisme et Objectivité et régulation).

7La vie scientifique comprend tout un ensemble d’activités informelles, de collèges invisibles et de réseaux ; elle repose aussi sur l’assise institutionnelle de disciplines, de laboratoires, d’instituts de recherche et d’universités ; enfin elle se déploie dans l’espace social relativement autonome qu’est le champ scientifique, avec ses rapports de force, ses luttes, ses hiérarchies. Selon le point de vue, la science apparaît donc tantôt comme une institution, tantôt comme une communauté et tantôt comme un champ (voir Champ et Histoire des sciences). Une question se pose : quelle est l’autonomie de la science ? L’activité scientifique est incontestablement une activité sociale, insérée, en raison même de ses conditions de réalisation (laboratoires, ressources financières, chercheurs), dans le système des rapports sociaux et politiques propres à chaque société. La question de la fonction sociale de la science s’est posée très tôt aux sociologues, comme dans l’ouvrage de J. D. Bernal, The Social Functions of Science, paru en 1939. Entre la thèse de la dépendance totale de la science par rapport aux forces économiques, politiques et religieuses et celle de sa complète indépendance, il y a place pour l’étude, sur la base de données empiriques, de l’articulation complexe entre les diverses instances que sont les gouvernements, les entreprises et les universités, ou mieux, comme le propose Bourdieu, entre les champs politique, économique, religieux et scientifique (voir Politique des sciences et des technologies). Trop souvent postulée, l’autonomie de la science est le résultat d’une longue histoire et elle est loin d’être à jamais garantie.

Bibliographie

Ben-David, Joseph (1971), The Scientist’s Role in Society, University of Chicago Press.

Bourdieu, Pierre (1975), « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de a raison », Sociologie et sociétés, vol. 7, n° 1, mai, p. 91-118.

— (2001), Science de la science et réflexivité, Paris, Raison d’agir.

Dubois, Michel (2001), La nouvelle sociologie des sciences, Paris, PUF.

Etzkowitz, H. et L. Leydesdorff (2000), «The dynamics of innovation: from National Systems and “Mode 2” to a Triple Helix of university-industry-government relations», Research Policy, vol. 29, n° 2, p. 109-123.

Knorr-Cetina, Karin (1981), The Manufacture of Knowledge, An Essay on the Construction and Contextual Nature of Science, Pergamon Press.

Latour, Bruno et S. Woolgar (1979), Laboratory Life, Paris/Londres, Sage Publications, trad. française, Paris, La Découverte, 1988.

Lynch, David (1985), Art and Artefact in Laboratory Science. A study of shop work and shop talk in a research laboratory, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Martin, Olivier (2000), Sociologie des sciences, Paris, Nathan Université.

Solla Price, D. J. de (1972). Little Science, Big Science, New York, Columbia University Press.

Storer, W. N. (1966), The Social System of Science, New York, Holt, Rinehart & Winston.

Whitley, Richard D. (1984), The Intellectual and Social Organization of Sciences, Oxford, Clarendon Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search