Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Scientisme et politique

Vincent Guillin

Texte intégral

1« Science d’où prévoyance, prévoyance d’où action », écrivait Auguste Comte : cette maxime positiviste résume une certaine conception de l’articulation entre connaissance et action qui tient la pratique pour une application sans reste de la théorie, et qui fait le pari que le progrès des savoirs scientifiques ira de pair avec un accroissement de l’efficacité de l’agir. Même si on peut lui trouver des précurseurs dans le prométhéisme cartésien ou l’utopie baconienne, cet idéal se cristallise véritablement en Occident au 19e siècle, à la fois en raison de l’affaiblissement des anciens systèmes de croyances et de régulation sociale, du développement sans précédent de réalisations techniques et industrielles qui paraissent être les fruits de la connaissance scientifique, et de l’essor de nouvelles sciences (alors appelées « sciences morales ») qui prennent pour objet l’ensemble des phénomènes humains (psychologie, économie, sociologie, anthropologie ; voir Sciences sociales). S’impose alors la conviction que l’ordre politico-social doit être gouverné autrement, que ce n’est plus à la force ou à la tradition de régner, mais à la science de présider aux fins des sociétés humaines : on ne gouvernera plus les hommes par le « sabre et le goupillon », mais par le « compas et l’équerre » (voir État, pouvoir et science). Or, cet idéal d’une « politique scientifique », son développement, les différentes réalisations concrètes auxquelles il a pu donner lieu depuis le 19e siècle, les obstacles qu’il a pu rencontrer, et les remises en question dont il a été l’objet peuvent être abordés, dans le cadre d’une interrogation sur les relations entre science, technologie et société, d’au moins trois façons différentes : épistémologique, méthodologique et axiologique (voir Philosophie des sciences).

2Si par « politique scientifique », on entend « politique fondée sur la science », la question épistémologique se pose alors de savoir sur quel type de science devra s’appuyer l’action politique. Au 19e siècle, on fait le pari que, pour l’« administration des choses », la découverte des lois de la nature permettra le développement des moyens matériels les plus efficaces dans l’optique d’une production optimisée. S’inspirant de ce modèle, les « sciences morales » chercheront elles aussi à « gouverner les hommes » en déterminant les lois qui régissent les phénomènes psychologiques, sociaux ou historiques. C’est cette ambition nomologique qui explique la multiplication des tentatives pour induire du passé des sociétés humaines la fin immanente (le bonheur du plus grand nombre, le rayonnement de la nation, l’essor de la race, le triomphe du prolétariat) qui règle leur développement et en fonction de laquelle l’action politique devait se régler (ne pas intervenir à tort dans le cours de l’histoire ; au pire, ne pas le ralentir ; au mieux l’accélérer). À la suite de l’échec de ces grands schèmes explicatifs (positivisme comtien, matérialisme dialectique, évolutionnisme spencérien) incapables de satisfaire aux exigences minimales de scientificité (testabilité et prédictibilité), s’est alors posée la double question de savoir comment penser les bases scientifiques d’une politique ayant rompu avec les espoirs d’une théorie englobante de la destinée humaine et celle de savoir comment déterminer, dans des sociétés dont on n’a plus d’assurance qu’elles convergent vers un certain point final, les valeurs qui devraient guider nos choix (voir Lois scientifiques).

3Ayant rompu avec les grandes eschatologies historicistes, la réflexion sur la « politique scientifique » va, au 20e siècle, se faire plus modeste et tenter de penser un modèle à visée pragmatique de la connaissance du social. Les conceptions pluralistes de la connaissance d’Otto Neurath en sont une bonne illustration. Se fera ainsi jour toute une série d’interrogations méthodologiques sur la possibilité d’une politique scientifique « expérimentale » (voir Sociopolitique de la statistique). Si ce qui caractérise la science moderne, c’est la volonté de mettre à l’épreuve le réel pour découvrir toutes ses virtualités, alors on ne peut qu’être tenté de penser la politique scientifique comme le moyen d’établir expérimentalement les moyens du vivre-ensemble (institutions politiques, systèmes éducatifs, organisations économiques) de manière progressiste (demain ne sera pas toujours la répétition d’hier) et rationnelle (en évaluant objectivement les résultats des différentes alternatives qui s’ouvrent à nous). Pour ce faire, il a fallu réfléchir aux obstacles méthodologiques pouvant entraver l’approche expérimentale de la connaissance de la société et de sa réforme (une enquête déjà engagée par Comte et par Mill au 19e siècle), opérationnaliser les différents problèmes techniques suscités par de telles entreprises quand elles s’appliquent à des sujets humains (comme Mayo analysant les expériences Hawthorne) et développer des modèles d’évaluation des politiques publiques et des dispositifs concrets adoptés ou préconisés (comme dans les récentes avancées de l’économie expérimentale du développement). Cette volonté de transformer « scientifiquement » la société, les études STS ont aussi contribué à en expliquer les échecs, en révélant par exemple l’inefficacité de réformes « venues d’en haut » ne s’appuyant pas sur les savoirs locaux ou traditionnels, ou les limites, en soulignant les dimensions de risque qui lui sont inhérentes et les éléments de surprise et d’ignorance qui sont propres à tout processus de transformation.

4Une dernière question reste néanmoins en suspens, celle des valeurs qui guident cette politique scientifique. On pourrait penser que, dans le cadre des sociétés démocratiques, une division du travail pourrait s’opérer entre le public, qui définirait les objectifs à atteindre, et la communauté des experts scientifiques, qui évalueraient les moyens les plus appropriés pour les satisfaire (voir Professionnalisation de la science et Statistisation). Or, l’idée d’une détermination « démocratique » de l’activité scientifique est problématique parce que, d’une part, elle repose sur le mythe d’un citoyen omniscient capable de se prononcer de manière informée sur les choix qui lui sont soumis (voir Controverse), et, d’autre part, parce qu’elle risque de favoriser des projets ou des recherches dont les conséquences ou applications seront les plus importantes et de négliger les pistes d’investigation à plus long terme ou celles qui n’auraient pas de traductions pratiques (voir Économie de l’innovation et Politique de la science et de la technologie). Autrement dit, parce que la recherche scientifique ne se réduit pas à la quête d’applications à pure fin pragmatique, en la focalisant sur l’« utile », on risque justement de compromettre la fécondité même de la contribution sociale de la science. Bref, parce que la « politique scientifique » appelle aussi une « organisation politique de l’activité scientifique », selon le mot de Kitcher, s’impose la nécessité de concilier contrôle démocratique de la science et autonomie intellectuelle de la recherche dans le cadre d’un processus de décision rationnel et critique.

Bibliographie

Banerjee, A. V. et E. Duflo (2012), Repenser la pauvreté, Paris, Seuil.

Comte, A. (1975 [1830-1842]), Philosophie première. Cours de philosophie positive, leçons 1 à 45, Paris, Hermann.

Gross, M. (2010), Ignorance and Surprise. Science, Society and Ecological Design, Cambridge, MIT Press.

Kitcher, P. (2010), Science, vérité et démocratie, Paris, PUF.

Lippmann, W. (2008 [1925]), Le public fantôme, Paris, Démopolis.

Mayo, E. (1933), The Human Problems of an Industrial Civilization, New York, The Macmillan Company.

Mill, J. S. (1974 [1843]), A System of Logic Ratiocinative and Inductive, Londres/Toronto, Routledge & Kegan Paul/University of Toronto Press.

Mitchell S. D. (2009), Unsimple Truths. Science, Complexity and Policy, University of Chicago Press.

Neurath, O. (1973), Empiricism and Sociology, Dordrecht/Boston, Reidel.

Scott, J. C. (1998), Seeing Like a State. How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed, New Haven/Londres, Yale University Press.

Auteur

Professeur au département de philosophie, Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search