Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Sciences sociales

Jean-Philippe Warren

Texte intégral

1Les sciences sociales sont des instruments de savoir autant que de pouvoir ; c’est donc dans ces deux sens qu’elles doivent être définies. D’une part, elles permettent d’analyser avec les méthodes de la science la réalité humaine afin de mieux saisir les mécanismes qui la régissent au niveau conscient et inconscient. D’autre part, elles ordonnent forcément par leurs discours et leurs pratiques les pensées et les comportements des hommes et des femmes en société.

2On peut faire remonter l’apparition des sciences sociales à l’Antiquité. La Politique d’Aristote commence ainsi par une enquête empirique des cités grecques et se prolonge en une classification idéal-typique de leurs constitutions. Cela dit, il vaut mieux réserver le terme « sciences sociales » à une période plus récente, c’est-à-dire à l’époque où l’on a voulu appliquer les principes de la science positive des Lumières aux comportements humains. Émile Durkheim a sans doute le mieux marqué cette ambition avec la publication de Règles de la méthode sociologique (1894), un livre directement inspiré par l’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale (1865) du médecin Claude Bernard.

3Dans un premier temps, malgré parfois de grandioses déclarations (pensons à Auguste Comte), les travaux des praticiens ont continué à se situer à la frontière de la philosophie morale et de la science (voir, en économie, ceux d’Adam Smith). Ce n’est que peu à peu que les sciences sociales ont conquis leur autonomie relative par rapport à d’autres disciplines déjà bien établies, comme la philosophie ou le droit (voir Discipline). La difficulté d’analyse des diverses branches de la famille des sciences humaines tient cependant à ce que cette autonomisation ne s’est pas réalisée à partir d’un principe unique de distinction. Dans le cas de l’économie, ce principe fut davantage une ontologie (l’homo economicus) ; dans le cas de l’anthropologie, davantage une méthode (le terrain) et un objet (les peuples dits archaïques) ; dans le cas de la science politique, davantage une notion (le pouvoir) ; etc.

4Au 19e siècle, cette autonomisation a eu tendance à suivre les grandes divisions internes de la société moderne : l’économie, la politique, l’individu. Cependant, les sous-disciplines ayant proliféré au siècle suivant respectaient aussi les préoccupations et les intérêts de la société dominante : consommation, éducation, relations industrielles, marketing, médias… Il n’est donc pas étonnant que les inscriptions en sciences sociales aient crû de manière spectaculaire depuis cinquante ans : le glissement de plus en plus d’activités humaines dans la sphère publique (avec l’inscription scolaire obligatoire, la montée de la culture de masse, l’interventionnisme croissant des gouvernements, etc.) a offert aux praticiens des sciences humaines un domaine inédit à étudier, mais aussi à gérer et à policer. Les spécialisations disciplinaires et sous-disciplinaires ont suivi la demande sociale pour davantage de connaissances théoriques et d’expertises concrètes (voir État, pouvoir et science et Sociopolitique de la statistique).

5Les observateurs ont été nombreux à dénoncer cette dérive. Il leur semblait que la fonction critique et réflexive des sciences sociales avait été dévoyée dans des opérations purement managériales. Au lieu de contribuer à l’élévation de la conscience citoyenne, les disciplines actuelles auraient recherché la pure efficacité des manipulations possibles du réel (dont l’opinion publique ou les « ressources humaines »).

6Il est vrai que les praticiens des sciences humaines se sont désormais infiltrés partout et servent au progrès des organisations qui les emploient : technique d’intervention en milieu communautaire, marketing des arts et de la culture, management des organisations caritatives, développement des compétences psychosociales. Ces expertises (privées et publiques) utilisent la connaissance des faits humains pour assurer un meilleur contrôle des organisations sur le réel et une adaptation toujours plus performante de celles-ci à leur environnement (voir Gestion de la technologie et Scientisme et politique).

7Depuis le milieu du 19e siècle, les établissements universitaires ont été investis tour à tour par les lettres et les arts, par les sciences appliquées (dont le génie), par les professions libérales, puis, depuis la Seconde Guerre mondiale, par les sciences sociales (voir Université). Celles-ci dominent désormais le paysage des études supérieures. Elles ont permis, et permettent encore aujourd’hui, d’accumuler un savoir sur la société qui rend plus clairs les facteurs (souvent inconscients) qui influencent la vie humaine. Mais cette connaissance représente aussi un pouvoir, pouvoir qui a contribué à assurer la domination récente des sciences sociales dans l’organisation du monde social.

Bibliographie

Abbott, Andrew (2001), Chaos of Disciplines, Chicago/Londres, The University of Chicago Press.

Backhouse, Roger E. et Philippe Fontaine (dir.) (2010), The History of the Social Sciences since 1945, Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Gingras, Yves et Jean-Philippe Warren (2007), «Job Market Boom and Gender Tide: The Rise of Canadian Social Sciences in the 20th Century», Scientia Canadensis, vol. 30, n° 2, p. 5-21.

Kuper, Adam et Jessica Kuper (dir.) (1985), The Social Science Encyclopedia, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Lundqvist, Åsa et Klaus Petersen (dir.) (2010), In Experts We Trust: Knowledge, Politics, and Bureaucracy in Nordic Welfare States, Odense, University Press of Southern Denmark.

Porter, Theodore M. et Dorothy Ross (dir.) (2003), The Modern Social Sciences, Cambridge University Press.

Smelser, Neil J. et Paul B. Baltes (dir.) (2001), International Encyclopedia of the Social & Behavioral Sciences, Amsterdam, Elsevier.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search