Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Risques technologiques

Nathalie de Marcellis-Warin et Ingrid Peignier

Texte intégral

1Les risques technologiques sont engendrés par l’activité humaine. Ils peuvent être définis selon trois dimensions : la technologie elle-même, le danger qu’elle représente, et l’incertitude qui découle de l’innovation technologique.

2Les technologies se retrouvent partout. Elles facilitent les activités des organisations mais les rendent aussi dépendantes. En effet, les technologies sont devenues une composante critique de n’importe quelle opération et l’une des clés pour atteindre des objectifs (voir Économie, science et technologie). Que ce soit l’interruption d’accès à un dossier patient informatisé, l’arrêt d’opérations sur une chaîne de montage à la suite d’une panne ou la perte de données d’une institution financière, les risques « technologiques » peuvent avoir un impact important sur le bon fonctionnement, voire la survie, des organisations (voir Technologie).

3Les risques technologiques sont plus généralement définis par rapport au danger qu’ils représentent. L’Association canadienne de normalisation les définit comme « la mesure de la probabilité et de la gravité d’un effet néfaste sur la santé, les biens matériels et l’environnement ». M. Élisabeth Paté-Cornell emploie une définition similaire en y ajoutant la nature du phénomène qui peut causer des dommages : explosion, échappement de gaz toxiques, radioactivité, feu, pollution de l’eau, etc. Selon le guide du CRAIM, le danger, accolé à une matière, reflète des propriétés indésirables comme l’inflammabilité, la toxicité, la corrosivité, l’explosivité, etc.

4Les risques technologiques regroupent les risques industriels, les risques reliés au transport de matières dangereuses, les risques nucléaires, les risques biologiques, les risques de rupture de barrage ou encore les risques miniers. Dans certains cas, on parle de risques technologiques majeurs pour désigner des événements peu probables mais aux conséquences catastrophiques, comme la fuite de dioxine dans une usine chimique de Seveso en 1976, l’explosion d’une usine chimique à Bhopal en 1984, ou les catastrophes nucléaires de Tchernobyl en 1986 et de Fukushima en 2011.

5Avec l’innovation technologique, les risques technologiques sont devenus plus complexes, plus diffus, susceptibles de toucher des zones géographiques, des populations et des organisations qui jusque-là ne se sentaient pas concernées. Par exemple, malgré les progrès réalisés ces dernières années dans le contrôle du rejet de substances toxiques, l’OCDE s’inquiète de plus en plus de déceler dans l’environnement des produits chimiques persistants, bio-accumulatifs et/ou toxiques.

6Ainsi, l’émergence de technologies, telles que les biotechnologies, les nanotechnologies ou la génomique, pose la question des « nouveaux risques technologiques ». Par exemple, les nanotechnologies sont porteuses d’un énorme potentiel technologique qui toucherait de nombreux secteurs d’activité, tout en comportant encore de grandes incertitudes et un fort déficit de connaissances sur, par exemple, les risques spécifiques des nanoparticules pour la santé. L’incertitude s’est ainsi paradoxalement immiscée au sein de sociétés qui, au départ, avaient choisi les progrès technologiques pour diminuer les risques (voir Gestion de la technologie).

7Les risques technologiques rassemblent donc une grande variété de risques. L’exposition au risque et la perception qu’en a la collectivité évoluent (voir Représentations sociales). Les débats autour du risque, de sa mesure, de son acceptabilité et de la responsabilité peuvent mettre en cause la légitimité de certaines technologies et des entreprises qui les développent. Par exemple, même si toutes les sources d’énergie comportent des risques (un barrage hydroélectrique peut céder ou une centrale thermique peut exploser), l’énergie nucléaire est celle qui a toujours fait le plus peur. La définition de critères d’acceptabilité du risque technologique est donc une étape-clé dans le processus de gestion du risque, dans la mesure où elle motive la nécessité de considérer de nouvelles mesures de réduction du risque et, rétroactivement, influence les façons de mener l’analyse et l’évaluation du risque (voir Controverse et Évolution de la réglementation).

Bibliographie

Canadian Standard Association / Association Canadienne de Normalisation – CSA/ACNOR (1991), « Exigences et guides pour l’analyse de risques », CAN/CSA-Q634-91, Toronto (ON).

Chauveau, A. et J. J. Rosé (2003), « La société du risque », L’entreprise responsable, Éditions d’Organisation, chapitre 5.

Conseil régional des accidents industriels majeurs – CRAIM (2007), Guide de Gestion des risques d’accidents industriels majeurs.

De Marcellis-Warin, N., I. Peignier (2012), La perception des risques au Québec – Baromètre CIRANO 2012, Presses Internationales Polytechnique.

De Marcellis-Warin N., I. Peignier, B. Sinclair-Desgagné et E. Clément (2004), « Mesure du risque industriel majeur », dans B. Aubert et J.-G. Bernard (dir.), Mesure intégrée du risque dans les organisations, Presses de l’Université de Montréal, octobre, p. 163-212.

OCDE (2001), OECD Environmental Outlook for the Chemicals Industry, rapport.

Ostiguy, C., B. Roberge, C. Woods et B. Soucy (2010), « Les nanoparticules de synthèse – Connaissances actuelles sur les risques et les mesures de prévention en SST », Études et recherches / Rapport R-646, Montréal, IRSST.

Paté-Cornell, M. E. (2002), «Risk and uncertainty analysis in government safety decisions», Risk Analysis, vol. 22, n° 3, p. 633-646.

Sinclair-Desgagné, B., D. Feigenbaum et A. Nsamirizi (2006), « Les nanotechnologies : bénéfices et risques potentiels », Rapport Bourgogne 2006 RB-02, CIRANO.

Auteurs

Professeure au département de mathématiques et de génie industriel, École Polytechnique de Montréal

Vice-présidente du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search