Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Réseau socionumérique

Serge Proulx

Texte intégral

1Un nouveau type de sites Web a émergé au début de la décennie 2000 : les sites de réseaux socionumériques (SRS), appelés aussi « sites de réseaux sociaux ». Selon Boyd, trois éléments fondamentaux constituent ce dispositif sociotechnique. Le premier attribut est la présence de profils d’utilisateurs comportant un identifiant (nom, pseudonyme) et des renseignements personnels (âge, sexe, lieu de résidence, scolarité, goûts et intérêts, etc.). Ces profils peuvent contenir des photos, des vidéos ou des textes ainsi que des informations concernant la dernière connexion de l’utilisateur. Le second attribut est que ces profils sont connectés au moyen d’une « technologie de réseau » : chaque utilisateur peut désigner un autre profil comme « ami » ou « contact » et, dans la mesure où ces demandes sont confirmées, se constituer ainsi un réseau personnel de contacts. Un graphe de ce réseau peut être visible à l’utilisateur lui-même ou à ses contacts, en fonction de l’architecture technique propre de chaque site. Il devient alors possible pour un utilisateur de circuler transversalement dans l’ensemble du circuit en passant par le réseau personnel de chacun de ses contacts (d’« amis » en « amis d’amis »). Un paramétrage de confidentialité rattaché à chaque profil peut bloquer l’accès à certains réseaux personnels. Le troisième attribut est que des commentaires publics ou semi-publics sont ajoutés par les utilisateurs sur les différents profils de leurs contacts. Ces commentaires peuvent perdurer sur le site, peuvent être effacés si l’architecture technique du site le permet, et se succèdent rétro-chronologiquement à la manière d’un blogue. Ces échanges et ajouts permettent des interactions entre les utilisateurs d’un même site.

2Devant l’ampleur du phénomène – en 2011, le site Facebook comptait 750 millions d’inscrits –, nous pourrions le décrire comme l’émergence d’un loisir de masse à l’échelle du globe. La fonction manifeste du dispositif consiste à rendre possible la constitution de cercles d’amis et l’organisation d’événements. Cette fonction manifeste est assurée par un double processus de mobilisation et d’accroissement du capital social propre à chacun des utilisateurs. En même temps, il existe une fonction latente au dispositif : les activités autour de ce type de plateformes engendrent une collecte, par les firmes propriétaires des plateformes, de données personnelles sur les utilisateurs.

3Quatre dimensions apparaissent importantes à prendre en compte pour conduire toute analyse sociologique des sites de réseaux socionumériques. La première de ces dimensions est l’architecture technique de la plateforme. Le design de l’interface contient, par les choix techniques qui ont influencé sa construction, une série de postulats implicites qu’il apparaît primordial de débusquer. Une décision technique exprime en effet, le plus souvent, des choix plus ou moins explicites et qui sont de nature éthique et politique. Le dispositif n’est pas neutre. Il y a des fonctionnalités qui sont permises par l’interface et d’autres qui ne le sont pas. Ces possibilités et contraintes sont telles en raison des choix des concepteurs de l’interface. Ces choix d’entreprise restent invisibles à la plupart des utilisateurs. Or, ils sont importants à expliciter afin de développer une meilleure maîtrise du dispositif (voir Construction sociale des technologies et Déterminisme technologique).

4Une seconde dimension est la structure des interactions sociales qui s’y déroulent. Di Gangi et Wasco ont dressé une liste d’indicateurs d’interactions : la nature et la qualité des dialogues ; la facilité d’une accessibilité à l’autre ; la possibilité d’une transparence affichée ; la liberté d’une prise de risque dans l’interaction. Un critère important concerne le contenu des échanges : il ne s’agit pas d’analyser la nature même des contenus, mais plutôt de voir si les échanges sont suffisamment signifiants pour les usagers eux-mêmes. Dans la mesure où ils sont signifiants, cette situation d’interaction pourra enclencher des routines d’interaction.

5Une troisième dimension est l’expérience de l’utilisateur du site. La nature de cette expérience peut osciller entre un usage passif des fonctionnalités offertes – l’interface offre des options à l’utilisateur qui clique, explore légèrement l’environnement numérique mais ne va pas plus loin – et des comportements proactifs de l’utilisateur, qui s’engage alors activement sur la plateforme, apporte sa contribution, recherche et explore plus à fond toutes les possibilités du dispositif.

6Une quatrième dimension est la qualité de la contribution de l’utilisateur dans l’univers numérique. Il y a des niveaux distincts de prestation numérique : une prestation légère ou intermédiaire, ou encore celle d’un usager expert ou d’un professionnel. Un utilisateur peut, par exemple, se contenter de commenter la vidéo d’un ami (contribution légère), alors que la création d’un groupe ou d’une cause pour susciter la mobilisation de membres constitue plutôt une contribution intermédiaire (voir Amateurs et Innovation ouverte). L’usager expert, lui, va proposer des applications à ajouter sur le site. Enfin – dans une catégorie à part, au sens où il ne s’agit pas d’usagers à proprement parler –, les professionnels du Web (développeurs externes, publicitaires, médias traditionnels) vont utiliser ces réseaux selon une logique marchande (voir Usager, figures de l’usager).

Bibliographie

Auray, N. (2009), « Communautés en ligne et nouvelles formes de solidarité », dans C. Licoppe (dir.), L’évolution des cultures numériques. De la mutation du lien social à l’organisation du travail, Limoges, FYP éditions, p. 58-66.

Boyd, D. (2006), «Social network sites: my definition», www.zephoria.org/thoughts/archives/2006/11/10/social_network-2.html.

— (2007), «Viewing American class divisions through Facebook and MySpace», Apophenia Blog Essay, www.danah.org/papers/essays/ClassDivisions.html.

Cardon, D. (2008), « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du Web 2.0 », Réseaux, vol. 152, p. 93-137.

Di Gangi, P. M. et M. Wasco (2009), «The Co-creation of Value: Exploring User Engagement in User-Generated Content Websites», Sprouts: Working Papers on Information Systems, vol. 9, n° 50, http://sprouts.aisnet.org/9-50.

Granjon, F. et J. Denouël (2010), « Exposition de soi et reconnaissance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux », Sociologie, vol. 1, n° 1, p. 25-43.

Livingstone, S. (2008), «Taking risky opportunities in youthful content creation: teenagers’ use of social networking sites for intimacy, privacy and self-expression», New Media & Society, vol. 10, n° 3, p. 393-411.

Millerand, F., S. Proulx et J. Rueff (dir.) (2010), Web social, mutation de la communication, Presses de l’Université du Québec.

Proulx, S. et M. J. Kwok Choon (2011), « L’usage des réseaux socionumériques : une intériorisation douce et progressive du contrôle social », Hermès, vol. 59, Paris, p. 105-111.

Tufekci, Z. (2008), «Grooming, Gossip, Facebook and MySpace. What can we learn about these sites from those who won’t assimilate?», Information, Communication & Society, vol. 11, n° 4, p. 544-564.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access