Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Représentations sociales

Élisabeth Gauthier

Texte intégral

1Suivre la trajectoire sociale des idées scientifiques : tel est le projet du « public understanding of science », qui s’étend de l’analyse de la littératie à celles de la communication scientifique et des controverses (voir Controverse et Communication publique des sciences). Ces traditions de recherche s’opposent parfois sur le statut du savoir « profane » qu’elles prennent pour objet, tantôt conçu comme distorsion des savoirs experts (voir Scientisme et politique), tantôt comme résistance créatrice à ces savoirs (voir Usager, figures de l’usager). L’analyse des représentations sociales (RS) se situe résolument dans la seconde mouvance. Elle veut saisir comment des groupes construisent un savoir propre à propos d’objets, de concepts, de technologies ou de terminologie scientifique.

2La théorie des RS est née de la curiosité de Serge Moscovici pour les relations science-société, en particulier pour l’appropriation des notions psychanalytiques dans divers contextes sociaux. On pourrait en fait parler d’une renaissance, car le concept se situe en effet dans la filiation des « représentations collectives » de Durkheim. La formule « représentation sociale » désigne un savoir commun, construit par un groupe à propos d’un objet, et qui permet au groupe de se définir et d’orienter ses actions. Les définitions usuelles véhiculent deux acceptions de ce savoir « commun ». La première est celle de « bon sens », de « sens commun », qui réfère au savoir populaire et le distingue des savoirs experts. La seconde parle de savoir « partagé » au sein d’un groupe, sans associer d’emblée ce groupe aux profanes ou au « peuple ». Doise estime ainsi qu’il n’y a pas lieu d’accentuer la séparation entre représentations sociales et savoirs scientifiques, puisque les premières interviennent dans l’élaboration des seconds et peuvent se confondre en partie avec eux. Ailleurs, il note leur présence, sous la forme de théories naïves, en amont de la production scientifique et en aval dans le travail de vulgarisation.

3Soulignons au passage les affinités de la théorie des RS et de la sociologie du savoir scientifique. Toutes deux adoptent une approche constructiviste des savoirs, sans juger a priori de leur valeur ou de leur vérité ; toutes deux se penchent principalement sur le discours, sans exclure d’autres lieux de lecture comme les pratiques sociales ou les images. Bloor présentera d’ailleurs la théorie de l’atome de Bohr et la théorie géologique du mouvement des continents comme des représentations collectives, c’est-à-dire des concepts (groupes d’images similaires) communs à une pluralité d’individus, produits d’une communauté plus ou moins spécialisée de savants et d’acteurs (voir Théorie scientifique et Paradigme).

4Un groupe mis en présence d’un objet nouveau l’associera à des images et à des métaphores (processus d’objectivation) et à des catégories symboliques préexistantes (processus d’ancrage), le transformant ainsi en savoir familier, utilisable. La RS servira au groupe à identifier ses membres et à en exclure les intrus : par exemple, la représentation que construisent les médecins de concepts comme la science ou la santé leur permet de se reconnaître comme scientifiques et de se distinguer des charlatans. Une représentation partagée est aussi la preuve de l’existence du groupe qui la produit. Ce constat peut sembler évident mais rejoint en fait un des enjeux de l’analyse des RS, la définition du groupe (voir Champ).

5Des caractéristiques communes à plusieurs individus suffisent-elles à les constituer en tant que groupe aux fins de l’étude des RS, ou leur faut-il interagir, partager des normes, des valeurs ? Wagner estime que les RS ne se créent que dans les groupes réflexifs, dont les membres connaissent leur appartenance au groupe et disposent de critères pour savoir qui d’autre en fait partie. Par opposition, un groupe nominal n’a de réalité que du point de vue d’un observateur extérieur qui crée des catégories (voir Catégorie). Ce qui n’empêche pas, selon Doise, de définir un groupe au préalable par des critères externes pour ensuite vérifier, de façon empirique, à quel point ses membres présumés partagent une représentation commune. De même, l’objet de la représentation répondra à certains critères. Il sera idéalement nouveau ou complexe – beaucoup d’objets scientifiques le sont. Il aura valeur d’enjeu pour un groupe, en particulier pour son identité, sa cohésion ou ses rapports avec d’autres groupes.

6La théorie des RS trouve aisément sa pertinence dans le champ des STS, qu’il s’agisse de comparer les RS de la biotechnologie chez des groupes d’ingénieurs et d’écologistes, d’étudier le travail de définition des frontières (boundary work) d’infirmières pour se définir comme corps professionnel autour d’une représentation des soins, ou d’observer comment les chercheurs, par leurs demandes de subvention, construisent une RS de la nanotechnologie qui, une fois convertie en définitions par les organismes subventionnaires, redéfinit la communauté des chercheurs en nanotechnologie (voir Objet-frontière et Interdisciplinarité). C’est l’efficace des RS, leur pouvoir de modifier en retour le contexte social qui les crée.

Bibliographie

Bauer, M. W. et G. Gaskell (1999), «Towards a Paradigm for Research on Social Representations», Journal for the Theory of Social Behaviour, vol. 29, n° 2, p. 163-186.

— (2008), «Social Representations Theory: A Progressive Research Programme for Social Psychology», Journal for the Theory of Social Behaviour, vol. 38, n° 4, p. 335-353.

Bloor, D. (1997), «Collective Representations», dans G. Forrai (dir.), Images and Reality. Proceedings of the 1996 Miskolc Conference on Science and Representations (Miskolc, 13-15 juin 1996), Miskolc, p. 13-23.

Doise, W. (1982), L’explication en psychologie sociale, Paris, Presses universitaires de France.

— (1990), « Les représentations sociales », dans J.-F. Richard, R. Ghiglione et C. Bonnet (dir), Traité de psychologie cognitive, Paris, Dunod, vol. III, p. 113-174.

Doise, W. (1993), «Debating Social Representations», dans G. Breakwell (dir.), The Empirical Study of Social Representations, Oxford University Press, p. 157-180.

Elejabarrietta, F. (1996), « Le concept de représentation sociale », dans J. C. Deschamps et J. L. Beauvois (dir.), Des attitudes aux attributions : sur la construction de la réalité sociale, Presses universitaires de Grenoble, p. 137-150.

Mariotti, F. (2003), « Tous les objets sociaux sont-ils objets de représentations sociales ? Questions autour de la pertinence », JIRSO, vol. 1, n° 1, p. 2-18.

Moscovici, S. (1961), La psychanalyse, son image et son public, Paris, Presses universitaires de France.

Orfali, B. (2000), « Les représentations sociales : un concept essentiel et une théorie fondamentale en sciences humaines et sociales », L’année sociologique, vol. 50, n° 1, p. 235-254.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search