Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Recherche et développement (R-D)

Jorge Niosi

Texte intégral

1Avant 1850, sauf de rares exceptions, la recherche était le fruit des efforts de savants travaillant isolément (comme Antoine Lavoisier en France ou Charles Darwin en Angleterre) et des lieux de rencontre où ils se réunissaient, comme la Société royale de Londres ou la Société linnéenne en Angleterre. Même des chercheurs reliés à l’industrie, comme James Watt, étaient en fait des inventeurs individuels (voir Inventeur). Les universités étaient consacrées essentiellement à l’enseignement, comme la célèbre Université de Bologne en Italie.

2Au milieu du 19e siècle, la recherche et le développement (R-D) deviennent des activités institutionnalisées grâce à des innovations organisationnelles allemandes : l’université de recherche, le laboratoire industriel de recherche dans des entreprises comme Bayer et Siemens, et le centre public de recherche (voir Université). L’Allemagne veut alors combler ce qu’elle perçoit comme son retard en matière de science et de technologie vis-à-vis de l’Angleterre et de la France. Au cours des décennies suivantes, ce type d’organisation s’étend en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Ainsi, le Canada et les États-Unis créent dès les années 1860 les premiers instituts publics de recherche agricole, puis les premiers laboratoires de recherche industrielle avant ou pendant la Première Guerre mondiale. Parallèlement, on voit surgir les premières universités de recherche, tandis que des entreprises européennes et nord-américaines créent des laboratoires internes de R-D. Aux États-Unis, la recherche industrielle émerge ainsi en 1900 avec la création du premier laboratoire privé de R-D par General Electric, suivie en 1902 par la firme Du Pont de Nemours (chimie) et, en 1909, par American Telephone and Telegraph (AT&T). Au Canada, alors que seules quelque 37 compagnies privées conduisent de la R-D en 1919, on en compte 51 en 1930. La Deuxième Guerre mondiale donne une impulsion majeure à la R-D dans tous les pays industriels. Les pays belligérants utilisent une panoplie de nouveautés issues de la recherche scientifique et technologique, dont le radar, le caoutchouc synthétique, les avions à réaction et surtout la bombe atomique. En 1941, le président Roosevelt fonde l’Office of Scientific Research and Development (OSRD), responsable de nombreux projets dont le projet Manhattan, celui de la bombe atomique. En 1945, le directeur de l’OSRD, Vannevar Bush, écrit un rapport au président des États-Unis qui fait sensation, aux États-Unis et ailleurs : à partir de cette date, les pays industriels se lancent dans une course pour développer la R-D industrielle, publique et universitaire. Partout, des laboratoires publics, des fondations et des organismes subventionnaires sont créés, tandis que l’on fonde des universités nouvelles. Les gouvernements rivalisent d’ingéniosité pour inciter les entreprises à effectuer de la R-D (voir Invention et innovation).

3La seconde grande impulsion en faveur de la R-D est venue de la science économique. En 1956, l’économiste américain Robert Solow montre avec des données empiriques que la majeure partie du développement économique vient non pas de l’investissement en capital ou de l’agrandissement du bassin de main-d’œuvre, comme on le pensait alors, mais de l’augmentation de la productivité attribuable à la technologie (voir Économie, science et technologie et Externalités de la R-D). Depuis, une grande quantité de recherches ont confirmé le rôle central de la technologie dans le développement. En 1963, l’OCDE tient une réunion dans la ville de Frascati et décide de rendre homogènes les mesures statistiques sur la R-D. Le Manuel de Frascati issu de cette rencontre en est à sa sixième édition, parue en 2003. Grâce à lui, les concepts de base ont été clarifiés et les pays membres de l’OCDE ont commencé à collecter des données homogènes sur leurs activités de R-D. De plus, les statistiques sur la R-D ont été rendues compatibles avec celles du Système des comptes nationaux (voir Système statistique national).

4Définis dans ce cadre, « la recherche et le développement expérimental (R-D) englobent les travaux de création entrepris de façon systématique en vue d’accroître la somme des connaissances, y compris la connaissance de l’homme, de la culture et de la société, ainsi que l’utilisation de cette somme de connaissances pour de nombreuses applications » (OCDE, 2003, p. 34). Cette définition exclut donc l’enseignement et la formation, les services d’information scientifique et technique, la collecte des données d’intérêt général, les études de faisabilité, les travaux de normalisation, la production et autres.

5Selon les dernières données publiées, les États-Unis ont dépensé en 2009 plus de 400 milliards de dollars en R-D, l’Europe des vingt-sept quelque 300 milliards, le Japon quelque 137 milliards et la Corée du Sud quelque 47 milliards. Parmi les pays émergents, la Chine avait dépensé 154 milliards et la Russie, 34 milliards (chiffres en dollars américains courants et en parité de pouvoir d’achat). L’OCDE dans son ensemble avait dépensé 968 milliards au cours de cette année. En pourcentage du PIB, Israël y consacrait 4,46 % de sa production intérieure, la Finlande 3,92 %, la Suède 3,61 % et la Corée du Sud 3,56 % ; parmi les grands pays, les États-Unis atteignaient la barre des 2,9 %, l’Allemagne 2,82 % et la Chine 1,7 %. Le Canada, lui n’investissait que 1,92 % de son PIB en R-D. Il faut cependant noter que les chiffres provenant de pays comme la Chine, la Russie, ou Singapour, qui ne sont pas membres de l’OCDE, ne sont pas construits avec les mêmes définitions et méthodes. Par ailleurs, tous les pays consacrent des parts de pourcentage différentes aux différents types de R-D, soit à la R-D industrielle, universitaire ou publique. Le Canada, à cet égard, est de ceux qui dépensent le plus en recherche universitaire et le moins en recherche industrielle (voir Financement de la science).

Bibliographie

Bush, V. (1945), Science the Endless Frontier, Washington, US Government Printing Office, http://www.nsf.gov/about/history/vbush1945.htm.

Hounshell, D. A. (1996), «Evolution of industrial research in the United States», dans R. S. Rosenbloom et W. J. Spencer (dir.), Engines of Innovation, Boston (MA), Harvard Business School Press, p. 13-85.

Niosi, J. (2000), Canada’s National System of Innovation, Montréal, McGill Queen’s University Press.

OCDE (2003), Manuel de Frascati 2002. Méthode type proposée pour les enquêtes sur la recherche et le développement expérimental, Paris.

— (2011), Principaux indicateurs de la science et de la technologie, Paris, vol. 2.

Solow, R. (1956), «A Contribution to the Theory of Economic Growth», Quarterly Journal of Economics, vol. 70, n° 1, p. 65-94.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access