Version classiqueVersion mobile

Profession géographe

 | 
Rodolphe De Koninck

4. La quête de l’Asie

Texte intégral

1Depuis longtemps, j’aime à penser qu’une bonne part de l’histoire du monde a été orientée, précisément, par la relation entre l’Occident et l’Orient, par la quête du second par le premier. Pendant des siècles, cette quête a suscité la recherche, menée dans toutes les directions, des voies d’accès vers les Indes, vers la Chine, vers Cathay, y compris en passant par les Amériques. Une telle conception peut paraître un peu dépassée, relever même de ce que l’on a appelé l’orientalisme, dont bien des formes ont été décriées. Peu m’importe, je continue à assumer cette conception, en observant le poids considérable et à nouveau croissant de l’Asie dans les affaires du monde, en particulier au plan commercial, financier et politique. Comment ne pas remarquer la montée en puissance de la Chine, celle de l’Inde, tout comme les grandes manœuvres des autres puissances mondiales pour les courtiser, mais pour courtiser aussi, voire contrôler le cœur de l’Eurasie ? En effet, entre ces pôles de population et d’activité industrielle que sont d’une part l’Europe et d’autre part les mondes indien, chinois et sud-est asiatique, se trouvent d’immenses bassins de ressources en hydrocarbures, dont tant la recherche et la production que l’acheminement représentent des enjeux déterminants et suscitant toutes les convoitises.

2J’aime aussi à me rappeler le rôle fondateur et peut-être plus encore le caractère prémonitoire dans l’histoire du monde de ce qu’il est convenu d’appeler, depuis que Plutarque (46-125) en a consigné le récit, L’expédition d’Alexandre. Stupéfiante pour l’époque, le quatrième siècle avant notre ère, cette campagne épique, d’une durée de onze ans, a mené Alexandre le Grand et son armée de Macédoine, à travers l’Asie mineure – essentiellement la Turquie d’aujourd’hui –, la Perse et l’Asie centrale, jusqu’aux rives de l’Indus. C’est de là qu’il revint mourir en ~323 à Babylone (au sud de l’actuelle Bagdad), ville qu’il aurait voulu capitale de son empire et dont il souhaitait perpétuer la gloire, déjà bien établie depuis quinze siècles. À la fois exploration, découverte et conquête, ce périple symbolise, tant par son tracé que par les fondations urbaines qu’il a occasionnées et les contacts culturels qu’il a permis, la première grande et véritable quête européenne de l’Asie. L’expédition d’Alexandre est aussi symbolique d’un autre aspect fondamental de la relation entre l’Occident et l’Orient : son perpétuel renouvellement, au-delà de l’inévitable et heureuse évanescence des limites qui les séparent.

3Ma propre quête de l’Asie a été lancée à partir d’Athènes, comme il se doit. À la suite du coup d’État du 21 avril 1967, auquel j’ai en quelque sorte assisté, l’accès à l’aéroport d’Athènes fut fermé aux civils pendant deux jours et le trafic ne fut rétabli que progressivement. Au terme de quatre journées passées dans la capitale grecque, je pus m’envoler, tel qu’il était prévu, vers Istanbul. Le souvenir de mon arrivée dans la métropole turque, symbole par excellence de la relation Orient-Occident, occupe dans ma mémoire autant de place que celui du coup d’État des colonels grecs. Après avoir vécu un choc politique, je ressentis un grand choc culturel à la vue de ce qui est assurément l’une des villes les plus éblouissantes du monde, cosmopolite à souhait, quasi universelle, « écartelée entre ses deux continents » (Olivier Weber). En fait, le choc asiatique, je devrais plutôt dire l’émerveillement, n’a jamais cessé, tant au cours des quelques semaines qu’a duré mon voyage d’écolier vers Singapour, avec escales, séjours et périples en Iran, en Inde, en Birmanie et en Thaïlande, que depuis. Quarante ans plus tard, la piqûre administrée à Istanbul fait toujours effet, sans doute parce que les rappels ont été et demeurent fréquents, contribuant à me maintenir en éveil.

4Au terme de mes études doctorales à Singapour, réalisées elles aussi plutôt rapidement, j’ai obtenu un poste à l’Université Laval, à Québec. Je m’y présentai dès la fin de l’été 1970, après avoir à nouveau emprunté pendant près de trois mois la route eurasiatique des écoliers, cette fois en majeure partie par voie de terre. Depuis lors, j’ai toujours continué à apprendre de l’Asie, en particulier de l’Asie du Sud-Est, à y poursuivre et à y diriger des recherches et à enseigner à son sujet, y compris sur place à titre de professeur invité.

5Ainsi, tout en regrettant d’avoir largement perdu le contact avec l’Afrique, je n’ai jamais eu le temps de regarder par-dessus mon épaule, tant ce que j’avais à apprendre du Sud-Est asiatique était et reste considérable. Est-il nécessaire de dire que l’originalité et la richesse de la géographie de cette région ne sont pas seulement liées à sa position bihémisphérique, à la fois tropicale et maritime, à la charnière – par ailleurs particulièrement agitée au plan tectonique – tant de l’Eurasie et de l’Océanie que des océans Indien et Pacifique ? Elle est aussi d’une profondeur culturelle exceptionnelle, ne serait-ce que parce que, au-delà de sa propre genèse, elle a été et reste marquée par ses liens anciens et étroits avec les civilisations chinoise, indienne et arabo-musulmane, tout comme par ses expériences européennes aux mains des puissances coloniales espagnole, portugaise, hollandaise, britannique et française. Les peuples des plaines, des mers, des forêts et, en particulier, des massifs montagneux y sont représentés d’une façon qui, là aussi, a peu d’équivalents dans le monde. Enfin, le Sud-Est asiatique est largement engagé, à des rythmes très différents selon les régions et les pays, dans cette grande expérience historique que l’on appelle la transition agraire, ce qui en rend l’étude d’autant plus fascinante et enrichissante. Rappelons que le terme de transition agraire évoque ce passage à la fois essentiel, long et bouleversant, déjà achevé dans le monde occidental, selon lequel une société passe d’un stade où ses mécanismes et modes de production et de reproduction sont d’abord fondés sur l’agriculture à un stade où ceux-ci relèvent prioritairement de l’industrie.

6Ce sont précisément les agricultures d’Asie du Sud-Est et tout ce qui les conditionne et en résulte qui ont constitué l’objet premier de mes recherches au cours des quatre dernières décennies. Amorcées dans le cadre de ma thèse de doctorat, laquelle portait sur la banlieue maraîchère de Singapour, elles ont par la suite été élargies aux agricultures paysannes de tout le Sud-Est asiatique, en particulier la riziculture, d’abord en Malaysia et en Indonésie. Pour ce faire, dès le début des années 1970, je mis en place des programmes de collaboration avec des collègues et des universités de la région. Grâce à des ententes depuis lors sans cesse renouvelées, il m’a été possible de continuer à poursuivre et à diriger des recherches portant sur les impacts, au sein des communautés paysannes, de ce qu’il est convenu d’appeler la révolution verte, tout comme sur l’ensemble des politiques agricoles.

7J’ai été amené à m’intéresser activement à l’agriculture dite commerciale, en particulier celle pratiquée sur les grandes et petites plantations tant d’hévéas que de palmiers à huile et aussi à la culture du café, en particulier au Vietnam. Qui dit agriculture commerciale dit expansion des superficies qui lui sont consacrées. J’ai donc dû inévitablement me pencher sur les mécanismes de cette expansion tout comme sur ses conséquences, en particulier environnementales. L’un des impacts les plus manifestes de la colonisation agricole est bien sûr le recul des forêts. C’est pourquoi depuis une quinzaine d’années une bonne part de mes recherches a porté sur les questions environnementales, en particulier sur les conséquences de la déforestation massive dont font l’objet de vastes régions du Sud-Est asiatique.

Recherche subventionnée et formation des étudiants

8De telles recherches, menées et dirigées depuis une quarantaine d’années, essentiellement dans ce Sud-Est asiatique, mais occasionnellement ailleurs, ne sont possibles que grâce à l’appui d’organismes subventionnaires. L’obtention de subventions est absolument indispensable, en particulier pour la formation des étudiants impliqués dans les projets de recherche. Car qui dit recherche universitaire dit formation d’étudiants, l’une ne pouvant exister sans l’autre. Il est peut-être nécessaire de rappeler combien, parmi les responsabilités des chercheurs universitaires, la tâche qui consiste à préparer des demandes de subvention est à la fois exigeante et cruciale. Le cycle, qui comprend la préparation et la soumission d’une demande, l’obtention et la gestion de la subvention, la réalisation des travaux approuvés et appuyés financièrement puis, finalement, la rédaction et la publication des résultats, sans oublier la direction des thèses rédigées par les étudiants, peut devenir très contraignant. Chose certaine, il occupe une large part du temps de travail des chercheurs universitaires et laisse peu de répit, sauf à baisser les bras et, s’agissant de la formation des étudiants, à abandonner ceux-ci. Cela dit, il faut convenir que, tant au Québec qu’au Canada, les règles et pratiques des principaux organismes subventionnaires, bien que perfectibles, apparaissent rigoureuses et équitables. En fin de compte, les réalisations des chercheurs et, dans une large mesure, la formation des étudiants inscrits aux cycles supérieurs en dépendent largement.

9S’agissant toujours de la formation des jeunes chercheurs, les responsabilités des professeurs ne se limitent pas à la seule obtention des crédits de recherche, lesquels sont par ailleurs largement insuffisants pour subvenir à tous les besoins des étudiants, même lorsque ceux-ci sont rétribués à titre d’assistants de recherche. Sauf pour les rares parmi eux à être indépendants de fortune, ils doivent soit travailler à l’extérieur, soit obtenir des bourses d’excellence. L’un des mandats des chercheurs consiste ainsi à guider et à appuyer de façon cohérente et soutenue dans leur préparation aux concours ceux parmi les étudiants qui témoignent du talent et de la volonté nécessaires. Enfin, plus fondamental encore que le nerf de la guerre, le chercheur doit assurer aux étudiants une direction et une émulation scientifiques, lesquelles sont en réalité sa première responsabilité.

10Au total, lorsque conduite avec détermination, la recherche, en particulier lorsqu’elle donne lieu à des thèses et à des publications d’envergure, est l’une des tâches les plus satisfaisantes de l’universitaire. Comme l’enseignement proprement dit – qui comporte lui aussi ses satisfactions ; j’y reviendrai –, la recherche repose sur un désir viscéral d’apprendre, de comprendre : sur la quête du savoir.

11Un tel désir est au cœur d’un vaste projet de recherche subventionnée que je dirige actuellement. Y collaborent quelque 25 chercheurs, attachés à presque autant d’universités, sises tant au Canada qu’en Asie, en Europe qu’en Australie. Intitulé « Les défi s de la transition agraire en Asie du Sud-Est », d’une durée prévue de cinq ans (2005-2010) et appuyé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, il implique une cinquantaine d’étudiants, actuellement à divers stades de la réalisation de leurs travaux de maîtrise ou de doctorat. Ceux-ci portent sur des sujets aussi divers que l’intensification et l’expansion agricoles, les migrations et l’urbanisation, l’intégration au marché, la régulation de celui-ci et divers problèmes liés à la détérioration environnementale. Au-delà des objectifs scientifiques du projet, centrés sur l’analyse et l’interprétation des mécanismes et impacts de la transition agraire, la formation même des étudiants qui lui sont associés en constitue un objectif essentiel. Ces derniers proviennent d’une dizaine de pays, dont six de la région étudiée : Indonésie, Malaysia, Thaïlande, Vietnam, Philippines et Singapour. La formation de jeunes chercheurs asiatiques est une composante essentielle de ce que j’ai appelé plus tôt ma quête de l’Asie.

Le poids des mondes asiatiques

12Cet incessant retour vers les pôles les plus dynamiques du monde et sans lesquels, croit-on, la croissance de l’économie de la planète, si chère au néolibéralisme, ne serait plus possible, me semble incontournable. La forte croissance économique est l’une des caractéristiques à la fois les plus saisissantes et les plus troublantes de la scène asiatique prise dans son ensemble. Au-delà des problèmes de nature politique et géopolitique, dont plusieurs très aigus, en particulier sur le versant occidental de cet ensemble – je pense au Moyen-Orient dans son sens très large –, on ne peut que noter combien la croissance macroéconomique épouse un rythme d’enfer dans les mondes tant chinois qu’indien et sud-est asiatique. À la remorque du modèle occidental de société productiviste et hyperconsommatrice, ceux-ci en sont devenus les sauveteurs. La pression qui en résulte sur les ressources de la planète, sur ses écosystèmes, s’ajoute de plus en plus à celle, déjà insoutenable, exercée par les pays industriels, pour la plupart encore occidentaux. Les conséquences sur les campagnes asiatiques que j’observe et étudie depuis si longtemps sont de plus en plus apparentes.

13Ce domaine rural, de loin le plus peuplé de la planète, est en transition. Mais celle-ci s’avère souvent brutale, tant pour les populations concernées que pour l’environnement. Non pas que l’évolution des agricultures asiatiques ne repose pas sur des accroissements souvent spectaculaires des productivités, du sol autant que du travail. D’ailleurs, au plan macroéconomique, la pauvreté est en recul presque partout en Asie, du moins en termes proportionnels. Le pourcentage des paysans qui sont pauvres décroît, ainsi qu’en témoignent plusieurs des travaux et publications dont je suis responsable. Mais la pauvreté demeure un problème majeur dans les campagnes de la Chine, de l’Inde et de l’Indonésie, pour ne mentionner que les trois pays les plus peuplés. Les inégalités s’accroissent et s’incrustent. Enfin, le fossé se creuse entre les campagnes et les villes asiatiques, le poids démographique, politique et économique de ces dernières connaissant une croissance souvent excessive, dans un contexte où elles-mêmes épousent un modèle d’expansion insoutenable au plan environnemental. À de très rares exceptions près, les villes asiatiques, quelle que soit leur taille, apparaissent de plus en plus vilaines, polluées, difficiles à vivre, sauf pour une minorité de riches.

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search