Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Professionnalisation de la science

Julien Prud’homme

Texte intégral

1La « professionnalisation de la science » est d’abord une notion de sens commun. Plusieurs historiens et sociologues des sciences, même parmi les plus exigeants, l’emploient d’ailleurs couramment sans juger bon de l’expliciter. Souvent, cette formule réfère en gros au mouvement historique qui a favorisé l’autonomisation des sciences modernes. Cette histoire raconte une double trajectoire. D’une part, la science se « normalise », s’unifie autour de langages (mathématiques ou autres) qui favorisent le partage des problèmes dans des communautés plus cohérentes, mieux définies (voir Paradigme). D’autre part, la science s’institue en épousant la forme de l’université de recherche, dont l’Allemagne donne le modèle au 19e siècle (voir Université). Tout cela facilite la reproduction d’un corps de « vrais » savants, de scientifiques de formation et de métier devenus bien distincts de l’amateur, du curieux, du profane. Dans ce récit qui s’étend, disons, de 1780 à 1920, la « professionnalisation de la science » désigne la différenciation d’un groupe social générique, celui des scientifiques, par rapport au monde profane.

2Dans d’autres cas, cependant, sous d’autres plumes (et parfois les mêmes), l’expression prend un sens différent. Ces plumes racontent plutôt la « professionnalisation » d’une science en particulier, qui se distingue des autres. Sous cette rubrique, on raconte alors l’émergence de nouveaux secteurs du savoir dans l’université en général (l’apparition de la sociologie), dans les universités d’un pays donné (la diffusion de la chimie expérimentale en Russie), ou encore sur le fil du rasoir entre l’université et le monde profane (la science génétique qui se dissocie du politique). Ces récits décrivent alors les stratégies d’un groupe précis de savants pour se tailler une place à l’intérieur même de l’université et du champ scientifique.

3Cette polysémie du concept de « professionnalisation » appliqué à la science est un problème en soi : ceux qui l’emploient devraient préciser de quoi ils parlent. Mais ce problème en soulève un autre : le concept est-il bien approprié pour embrasser l’ensemble de ces différents récits ?

4L’application du terme à la science remonte aux années 1960, qui inaugurent l’âge d’or de la sociologie des professions. Le mot « professionnalisation » désigne alors l’émergence de corps de métiers qui, comme la médecine ou le droit, revendiquent un monopole sur un segment précis du marché des services. Les sociologues des professions n’ont toutefois pas façonné le concept dans le but précis d’y inclure les scientifiques de métier ; bien souvent, en fait, ils ont au contraire décrit les « professionnels » comme des consommateurs de science, bien distincts des producteurs de savoir que sont les savants (voir Sociologie des sciences). À ce titre, appliquer la notion de professionnalisation aux scientifiques eux-mêmes relève plus de l’analogie spontanée que d’un usage réellement orthodoxe du concept original, qui n’est pas calibré pour rendre compte des particularités du fait scientifique. Il y a trente ans, Porter s’irritait déjà de l’inadéquation du concept, qui l’empêchait d’envisager à sa guise l’apparition de carrières universitaires en géologie. Gingras a montré que l’emploi de la catégorie « professionnalisation » pour désigner l’autonomisation de la recherche dans des institutions dédiées et des langages exclusifs ne parvenait pas « à saisir la spécificité du processus qui mène à la formation des disciplines scientifiques en milieu universitaire ». Gingras disait préférer le concept de « discipline », justement, et celui de « champ scientifique », au sens de Bourdieu (voir Discipline et Champ).

5Est-ce à dire que la « professionnalisation de la science » n’est qu’une expression vide ? On peut en recenser des usages utiles. Gieryn et ses collaborateurs ont ainsi usé de modèles tirés de la sociologie des professions pour expliquer la revendication par les savants (considérés comme groupe générique) d’un monopole de la définition du savoir dit naturel, au détriment d’une parole religieuse ou profane (voir Controverse). D’autres auteurs qualifient de « professionnelle » la communauté des universitaires qui, toutes disciplines confondues, partagent une même structure d’emploi et des intérêts économiques convergents. Enfin, certains parlent de « savants professionnels » pour désigner la proactivité de chercheurs à se mettre au diapason des demandes politiques et économiques, ou encore pour amalgamer les chercheurs universitaires et industriels en une seule catégorie d’analyse (voir Politique des sciences et des technologies).

6Une partie du défi réside dans la nécessité de distinguer la science en tant qu’espace social générique, distinct du profane, et la science en tant que mosaïque de disciplines. Mais il est probable que le croisement entre l’étude des sciences et la sociologie des professions prenne d’autres formes à l’avenir. Aujourd’hui, la sociologie des professions se préoccupe beaucoup des usages sociopolitiques de l’expertise en milieu de travail (voir Scientisme et politique). Dans ce contexte, l’analyse des échanges précis entre professions « de terrain » et disciplines scientifiques, considérées comme des entités différentes, se révélera sans doute plus féconde que le recours à de simples analogies de sens commun.

Bibliographie

Abbott, A. (2005), «Linked Ecologies: States and Universities as Environments for Professions», Sociological Theory, vol. 23, n° 3, p. 245-274.

Beer, J. J. et W. D. Lewis (1963), «Aspects of the Professionalization of Science», Daedalus, vol. 92, n° 4, p. 764-784.

Freidson, E. (1986), Professionnal Powers. A Study of the Institutionalization of Formal Knowledge, University of Chicago Press.

Gieryn, T. F. (1983), «Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science: Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists», American Sociological Review, vol. 48, n° 6, p. 781-795.

Gieryn, T. F., G. M. Bevins et S. C. Zehr (1985), «Professionalization of American Scientists: Public Science in the Creation/Evolution Trials», American Sociological Review, vol. 50, n° 3, p. 392-409.

Gingras, Y. (1991), « L’institutionnalisation de la recherche en milieu universitaire et ses effets », Sociologie et sociétés, vol. 23, n° 1, p. 41-54.

Kjaergaard, P. C. (2002), «Competing Allies: Professionalisation ant the Hierarchy of Science in Victorian Britain», Centaurus, vol. 44, p. 248-288.

Porter, R. (1978), «Gentlemen and Geology: The Emergence of a Scientific Career, 1660-1920», The Historical Journal, vol. 21, n° 4, p. 809-836.

Waller, J. C. (2001), «Gentlemanly Men of Science: Sir Francis Galton and the Professionalization of the British Life-Sciences», Journal of the History of Biology, vol. 34, n° 1, p. 83-114.

Whittington, K. B. (2011), «Mothers of Invention? Gender, Motherhood, and New Dimensions of Productivity in the Science Profession», Work and Occupations, vol. 38, n° 3, p. 417-456.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search