Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Politique de la science et de la technologie

Pierre Doray et Yves Gingras

Texte intégral

1La science et la technologie ont rapidement fait l’objet de l’attention gouvernementale par de multiples voies : politiques militaires en temps de paix comme en temps de guerre, politiques de financement de la recherche universitaire, usage des marchés publics pour favoriser l’éclosion de certaines technologies, financement des projets de « big science », etc. (voir État, pouvoir et science). Globalement, il est possible de distinguer trois modes d’intervention des puissances publiques en matière de science et de technologie.

2L’État peut être un producteur de savoirs scientifiques et de technologies. C’est le cas des centres de recherche gouvernementaux qui réalisent de la recherche et de l’innovation dans différents domaines comme la géologie (la commission géologique du Canada, par exemple), la conquête de l’espace (la NASA), l’armement (le projet Manhattan), les technologies civiles nucléaires (les réacteurs nucléaires), l’agriculture (la production de nouvelles semences), la météorologie, etc. Les domaines de recherche sont nombreux, allant des connaissances pour sauvegarder la vie aux technologies de destruction massive.

3L’État est aussi un consommateur de sciences et de technologies. Il utilise le pouvoir d’achat du secteur public comme des institutions parapubliques pour favoriser le développement de certaines technologies à l’intérieur de ses frontières. Le développement des technologies du transport (train, avion) s’appuie largement sur les marchés publics.

4L’État est aussi un régulateur de l’activité scientifique et du développement technologique. À cet égard, nous sommes passés au cours des trente dernières années d’une intervention de l’État favorisant le développement de la science (politique scientifique) à des actions sur le développement des technologies, et plus récemment sur le développement des innovations (voir Systèmes d’innovation et Évolution de la réglementation).

5Les politiques scientifiques de l’après-guerre (1950 à 1980) visaient une croissance de la recherche fondamentale par la promotion de la recherche universitaire, gouvernementale et industrielle en reprenant la vision élaborée par Vannevar Bush en 1945. Selon cette vision, le soutien de la recherche fondamentale allait, tôt ou tard, produire des découvertes et des inventions qui deviendraient des innovations (voir Financement de la science). On y retrouve le modèle linéaire de développement des innovations où la première étape est la recherche fondamentale suivie par la recherche appliquée, le développement de prototypes, les analyses de marché, la production des innovations et enfin, leur mise en marché (voir Diffusion de la technologie). Dans de nombreux pays, ce type de politique a contribué à financer la recherche dans les universités et les laboratoires. Les universitaires y jouaient un rôle d’experts dans la détermination des objectifs à atteindre. Ils étaient juges de la pertinence et de la qualité des travaux par l’évaluation par les pairs. En même temps, ils étaient aussi responsables de l’exécution.

6Dès les années 1980, un revirement doctrinal suit la crise économique et la recherche d’un retour à une croissance économique soutenue. Comme cette époque est également celle de l’informatisation des milieux de travail, il s’agit aussi de soutenir les entreprises dans l’implantation de nouvelles technologies. L’action publique se concentre davantage sur la production directe de technologies comme source de développement économique. Cette tendance se poursuit dans la décennie suivante alors que les États proposent des politiques de l’innovation. Ce passage de la science à la technologie et à l’innovation comme objet central des politiques induit de nombreux changements intellectuels et institutionnels (voir Économie de l’innovation et Université).

7Les politiques de la technologie et de l’innovation fixent des priorités dans les domaines scientifiques, ce qui les distingue des politiques antérieures qui étaient horizontales et globales. Les priorités sont moins formulées en termes de spécialité que d’objet : par exemple, on dira « avion écologique » ou « autobus électrique » plutôt que « transport ». Les programmes de subvention de recherche ciblée ou en lien avec les milieux de pratique prennent davantage de place dans l’éventail des modes de financement. Les critères d’évaluation des projets de recherche se multiplient, la qualité des retombées possibles des recherches s’ajoutant à la qualité scientifique (voir Bibliométrie et Évaluation par les pairs). Une double évaluation est aussi mise en place : celle des pairs et celle des comités d’utilisateurs ou de praticiens, dont les entreprises. Les modes de production des savoirs changent afin de faire place aux préoccupations des éventuels usagers ou des entreprises, et aux retombées pratiques (innovations) des résultats de recherche. On assiste enfin à une commercialisation accrue de la recherche universitaire.

8Sur les plans institutionnels et organisationnels, de nombreux changements se font sentir. La gouvernance de la recherche s’en trouve modifiée. Des organismes conseils dont le mandat était de produire des avis pour orienter l’action de l’État sont abolis. Il en est de même d’organismes d’évaluation des impacts de la science et de la technologie (le congrès américain a aboli l’Office of Technology Assessment). Des organismes de liaison et de transfert des connaissances entre les chercheurs et les « usagers » (les bureaux de liaison entreprise-université) sont créés pour assurer le rapprochement avec les entreprises et les organisations. Des organismes de soutien des entreprises en recherche-développement sont créés afin d’accroître l’effort des entreprises en ce sens. Des transformations institutionnelles sur la propriété intellectuelle (comme la loi Bayh-Dole) sont introduites pour faciliter le transfert de connaissances vers l’industrie. Des modalités d’accès au capital de risque sont aussi précisées pour accroître la capacité d’innovation des entreprises et des organisations.

9En somme, les politiques de l’innovation ont substantiellement modifié l’espace intellectuel de la recherche par la présence de nouveaux modes de production et l’élargissement des critères d’évaluation. Elles ont aussi modifié les modes de gouvernance en créant un tissu d’acteurs et d’organismes intermédiaires afin de faciliter le passage du savoir à l’innovation.

Bibliographie

Bush, Vannevar (1945), Science The Endless Frontier, Washington, United States Government Printing Office.

Gibbons, Michael, Camille Limoges, Helga Nowotny, Simon Schwartzman, Peter Scott et Martin Trow (1994), The New Production of Knowledge: The dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, Londres, Sage Publications.

Goggin, Malcolm L. et William A. Blanpied (1986), Governing Science and Technology in a Democracy, Knoxville, University of Tennessee Press.

Hiskes, Anne, L. Deckard et Richard P. Hiskes (1986), Science, Technology, and Policy Decisions, Boulder (CO), Westview Press.

Jansen, Dorothea (1995), «Convergence of Basic and Applied Research? Research Orientations in Geman High-Temperature Superconductor Research», Science, Technology and Human Values, vol. 20, n° 2, p. 197-233.

Kay, W. D. (1994), «Democracy and Super Technologies: The Politics of the Space Shuttle and the Space Station Freedom», Science, Technology and Human Values, vol. 19, n° 2, p. 47-69.

Kraft, Michael E. et Norman J. Vig (dir.) (1988), Technology and politics, Durham (NC), Duke University Press, Malissard, Pierrick, Yves Gingras et Brigitte Gemme (2003), « La commercialisation de la recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 148, p. 57-67.

Salomon, Jean-Jacques, Science, guerre et paix, Paris, Economica, 1989.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search