Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Plateformes biomédicales

Peter Keating

Texte intégral

1Dans sa célèbre thèse de 1943 sur Le normal et le pathologique, le philosophe français Georges Canguilhem s’est attaqué à l’une des principales doctrines de la pensée médicale du 19e siècle, selon laquelle les maladies, comme expressions pathologiques des phénomènes du vivant, ne représentaient rien d’autre qu’une modification quantitative des processus normaux de l’organisme (voir Quantification et mesure). En étudiant le cas du diabète infantile, Canguilhem soulignait que la maladie ne correspondait pas simplement, comme l’avait cru Claude Bernard (1813-1878), à une production excessive de sucre par le foie, dépassant les capacités rénales et provoquant par-là de la glycosurie, mais qu’elle correspondait plutôt à une absence totale d’îlots de Langerhans dans le pancréas et conséquemment à une impossibilité pour le métabolisme de produire de l’insuline. Bref, plutôt que sur une surproduction quantitative de sucre, l’étiologie du diabète reposerait sur une lésion histologique qualitative. D’où ces deux propositions, centrales à la pensée de Canguilhem, voulant que le normal soit irréductible au pathologique et que toute tentative de restreindre les causes de la maladie à des excès ou à des insuffisances quantitatives des processus physiologiques soit d’emblée vouée à l’échec.

2Portés par l’espoir d’éradiquer les maladies et de promouvoir la santé publique, les États occidentaux ont investi massivement depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale dans la recherche biologique et clinique. Par exemple, le Conseil médical de recherche en Grande-Bretagne (1948) et les Instituts nationaux de la santé aux États-Unis (1948) ont bénéficié d’une croissance exponentielle de leurs budgets de recherche au cours des 25 années ayant suivi la fin du conflit, l’engagement du gouvernement fédéral américain envers la recherche biomédicale passant de 27 millions à 1,7 milliard de dollars, et le nombre de cliniciens engagés dans la recherche universitaire explosant de 1000 à 12 000 (voir Financement de la science). Entre autres choses, ces fonds ont promu l’utilisation d’outils biologiques dans la recherche clinique, en même temps qu’inversement ils encourageaient un investissement de la recherche biologique par des modèles heuristiques issus de la pathologie (bactériologie, virologie, oncologie, etc.). L’intrication de la recherche biologique et de la clinique est devenue telle qu’en 1980, aux États-Unis, plus de 40 % des doctorats en biologie étaient décernés par des facultés de médecine. En ce sens, là où Canguilhem avait vu se creuser un fossé infranchissable entre pathologie et biologie, les gestionnaires de la recherche ont plutôt vu une possibilité de le combler.

3Pour autant, l’histoire n’a pas donné totalement tort à Canguilhem, puisque cette ascension de la biomédecine dans l’après-guerre n’a pas produit de réelle réduction de la pathologie à la biologie, se limitant à façonner une nouvelle forme de pratique médicale. Le terme de biomédecine désignait au départ l’étude des impacts que des facteurs environnementaux pouvaient faire peser sur la santé humaine, dont les radiations atomiques ou le stress impliqué par les voyages spatiaux, mais il en est rapidement venu, à partir des années 1960, à recouvrir aussi l’ensemble de la recherche effectuée dans le champ médical. Moins une réduction définitive d’une pratique à l’autre qu’un encerclement de l’une par l’autre, la biomédecine laisse entendre que la nouvelle langue du monde médical sera la biologie, sans que cela implique que la pathologie devienne une simple section spéciale de la biologie. Bien que les entités à l’origine des processus pathogènes soient désormais reconnues comme étant de nature biologique, les processus produisant des lésions pathologiques en demeurent distincts. Et si par exemple les oncogènes sont bel et bien des gènes tels que la biologie moléculaire les décrit, leur rôle dans le développement des cancers sort du seul cadre physiologique, et de manière résolument qualitative plutôt que quantitative (voir Paradigme et Catégorie).

4En grande partie, la pratique de la biomédecine contemporaine concerne la mesure et la caractérisation des entités biologiques à l’origine des processus pathologiques. À cette fin, elle mobilise des techniques directement issues des laboratoires de biologie – souvent installés eux-mêmes dans des facultés de médecine. Pour suivre l’activité des biomolécules dans le contexte des processus pathologiques, les cliniciens et les chercheurs font converger leurs activités réciproques vers des plateformes biomédicales, c’est-à-dire de véritables sites d’expérimentation centralisateurs et mixtes, où s’articulent les entités normales et les processus pathologiques (voir Objet-frontière et Migration conceptuelle). Un cytofluoromètre, par exemple, est un instrument d’analyse des antigènes de surface d’une cellule. Déployé comme plateforme biomédicale dans le traitement des leucémies, cet outil conçu par la recherche biologique se combine avec un ensemble de conventions et de standards propres au diagnostic clinique, et permet de reconnaître différentes espèces de leucémies en fonction de certaines configurations spécifiques d’antigènes plutôt que par un décompte moléculaire. Ainsi, dans la détermination des phénomènes pathologiques, le seul écart quantitatif s’efface une nouvelle fois derrière la variation qualitative.

Bibliographie

Cambrosio, Alberto, Peter Keating, Pascale Bourret, Philippe Moustar et Susan Rogers (2009), «Genetic Platforms and Hybrid Formations», dans Paul Atkinson, Peter Glasner et Margaret Lock (dir.), Handbook of Genetics and Society: Mapping the New Genomic Era, Londres, Routledge, p. 502-520.

Canguilhem, Georges (1943), Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique, Clermont-Ferrand, La Montagne.

Faber, Knud (1930), Nosography: The Evolution of Clinical Medicine in Modern Times, New York, Paul B. Hoeber.

Gaudillière, Jean-Paul (2002), L’invention de la biomédecine : la France, l’Amérique et la production des savoirs du vivant après 1945, Paris, La Découverte.

Greene, Jeremy (2007), Prescribing by Numbers: Drugs and the Definition of Disease, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Keating, Peter et Alberto Cambrosio (2003), Biomedical Platforms: Realigning, the Normal and the Patholoigical in Late Twentieth century Biomedicine, Cambridge (MA), MIT Press.

Löwy, Ilana (1997), Between Bench and Bedside: Science, Healing, and Interleukin-2 in a Cancer Ward, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Sinding, Christiane (1991), Le clinicien et le chercheur : Des grandes maladies de carence à la médecine moléculaire, 1880-1980, Paris, Presses universitaires de France.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access