Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Paradigme

Yves Gingras et Julien Prud’homme

Texte intégral

1Le mot « paradigme » est d’usage ancien. Désignant un exemple-type que l’on invoque pour convaincre, il paraît dans la Rhétorique d’Aristote et, au début du 20e siècle, dans les travaux de Wittgenstein et de quelques autres philosophes. Mais l’emploi du terme est alors une rareté. S’il devient un mot commun, employé aujourd’hui à toutes les sauces, c’est en raison du travail fondateur de T. S. Kuhn sur la Structure des révolutions scientifiques (1962), qui transforme le concept en l’une des principales clés d’analyse de l’évolution des sciences.

2Kuhn, un physicien qui a bifurqué vers l’histoire et la philosophie des sciences, distingue deux types de moments dans l’évolution d’une science : de longs moments de « science normale » interrompus par des épisodes de « révolution scientifique ». La science normale repose sur une communauté de savants rassemblés autour d’un paradigme stable : le mot « paradigme » désigne alors le cadre théorique général de la discipline, qui fournit à la communauté le vocabulaire, les questions, les techniques et les arguments jugés légitimes pour lui permettre de fonctionner (voir Discipline et Champ). La communauté de savants s’emploie alors à étendre le champ d’application du paradigme en résolvant un éventail de problèmes, tous formulés dans les termes propres du paradigme de manière à engendrer un progrès cumulatif des connaissances. Une révolution scientifique survient lorsqu’une série d’anomalies, de problèmes apparemment insolubles, vient jeter le doute sur la viabilité du paradigme existant ; s’ensuit alors une crise qui peut être résolue par l’adoption d’un paradigme de remplacement. Le nouveau paradigme, en raison des concepts, des méthodes et du langage employés, est alors incommensurable au premier car il véhicule une vision du monde toute différente. Son adoption entraîne donc une certaine rupture du progrès cumulatif observé durant le moment de science normale. Le modèle kuhnien de la dynamique des révolutions scientifiques peut se résumer dans le schéma suivant :

Paradigme 1 → science normale → anomalie → crise → paradigme 2 → science normale

3Kuhn, comme d’autres, a bâti son schéma à partir de l’histoire de la physique, considérée au milieu du 20e siècle comme la reine des sciences. Le cas-type d’un changement de paradigme est ainsi le passage de la conception géocentrique du monde, incarnée par l’astronomie de Ptolémée et la physique d’Aristote qui place la Terre immobile au centre de l’univers, à la conception héliocentrique de Copernic qui met plutôt le Soleil au centre du système solaire et fait de la Terre une planète comme une autre, ce qui réclame une nouvelle physique qui viendra de Galilée et Newton. Kuhn recourt aussi à d’autres exemples tirés de la physique, comme l’apparition de la mécanique quantique. Ian Hacking a d’ailleurs suggéré qu’une autre source d’inspiration, comme l’histoire des sciences de la vie, aurait peut-être inspiré une formulation quelque peu différente des concepts de paradigme ou de révolution scientifique.

4L’acception kuhnienne du mot « paradigme » n’en connaît pas moins beaucoup de succès. Après l’avoir employé de façon polysémique dans la Structure, Kuhn en précise le sens dans la postface de la seconde édition en 1970. Il souligne la nature collective d’un paradigme, qui n’a de sens que partagé par une communauté, pour laquelle il fait office de « matrice disciplinaire » en lui fournissant le cadre (métaphysique, théorique, méthodologique, moral) qui autorise une pratique normalisée axée sur la résolution de problèmes aux contours définis (puzzle-solving). Le mot « paradigme » peut également prendre un sens plus restreint pour désigner l’exemple typique ou fondateur qui illustre la marche à suivre pour la communauté des savants : la mathématisation des champs électromagnétiques par Maxwell ou l’étude du mouvement par Aristote ont chacune offert de telles figures « paradigmatiques » à des communautés de savants (voir Analogie et métaphore en sciences).

5Dans tous les cas, le paradigme fournit le cadre de pensée de la science normale, soit la formulation de questions de recherche et de critères pour évaluer les solutions proposées. Même si Kuhn lui-même offre une histoire proprement intellectuelle, le concept de paradigme, parce qu’il regroupe à la fois des composantes cognitives et sociales, a pu encourager une lecture plus explicitement sociologique de l’évolution des sciences. Suggérant une division moins nette qu’on ne l’avait cru entre les facteurs cognitifs et sociologiques (internes et externes) qui influencent les savants, le concept laisse entrevoir en quoi la sociologie pourrait s’intéresser aux contenus conceptuels des sciences et non plus se limiter, par exemple, aux contextes institutionnels orientant le choix des objets de recherche comme le faisait jusque-là la sociologie des sciences d’inspiration mertonienne. En ce sens, et bien que le modèle de Kuhn demeure essentiellement internaliste (les crises naissent du parcours de la science normale régie par un paradigme, et non d’un contexte social ou politique extérieur), l’imbrication d’une communauté (sociale) et d’un paradigme (cognitif) a ouvert la voie à une nouvelle réflexion sur les liens entre contexte social et contenu scientifique (voir Sociologie des sciences, Histoire des sciences et Modèles scientifiques).

6Alors que Kuhn appliquait l’idée de révolution à des changements de grande envergure, comme les moments copernicien, newtonien ou einsteinien, la notion de changement de paradigme peut aujourd’hui s’appliquer à des micro-révolutions au cours desquelles un paradigme plus limité est remis en cause, comme dans le cas de la découverte de l’helicobacter pylori qui a remis en question, au cours des années 1980 et 1990, l’interprétation dominante des causes des ulcères d’estomac. Le passage d’une conception fondée sur l’idée d’acidité à celle de la présence d’une bactérie pouvant survivre dans le milieu acide de l’estomac a ainsi changé complètement notre compréhension de cet organe et modifié en conséquence les moyens de guérison de ces ulcères. Cette découverte a d’ailleurs valu un prix Nobel à ses auteurs.

7Enfin, l’idée kuhnienne selon laquelle il existe une incommensurabilité (littéralement : une absence de commune mesure) entre les propositions issues de paradigmes différents, successifs ou concurrents, a été critiquée par certains comme une invitation au relativisme radical. Kuhn lui-même a vigoureusement rejeté cette lecture et défendu une compréhension pragmatique plutôt qu’idéalisée de la recherche de la vérité, rappelant que l’étude des sciences sous un angle social n’implique pas en soi la défense d’une position relativiste, quelle qu’elle soit (voir Relativisme).

Bibliographie

Bird, Alexander (2013), «Thomas Kuhn», The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta (dir.), http://stanford.io/1NXPSA/.

Hacking, Ian (2012 [1962]), «Introductory Essay», dans Thomas S. Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, University of Chicago Press, p. vii-xxxvii.

Hoyningen-Huene, Paul, Reconstructing Scientific Revolutions, University of Chicago Press, 1993.

Kuhn, Thomas S. (1970 [1962]), The Structure of Scientific Revolutions, University of Chicago Press, 2e édition.

— (1974), «Second Thoughts on Paradigms», dans F. Suppe (dir.), The Structure of Scientific Theories, Urbana (IL), University of Illinois Press, p. 459-482.

— (1977), The Essential Tension. Selected Studies in Scientific Tradition and Change, University of Chicago Press.

— (2000), The Road Since Structure, James Conant et John Haugeland (éd.), University of Chicago Press.

Margolis, H. (1993), Paradigms and Barriers: How Habits of Mind Govern Scientific Beliefs, University of Chicago Press.

Masterman, M. (1970), «The nature of a paradigm», dans I. Lakatos et A. Musgrave (dir.), Criticism and the Growth of Knowledge, Londres, Cambridge University Press, p. 59-89.

Nickles, T. (2003), «Normal science: From logic to case-based and model-based reasoning», dans T. Nickles (dir.), Thomas Kuhn, University of Cambridge Press, p. 142-177.

Sankey, H. (1993), «Kuhn’s changing concept of incommensurability», British Journal of the Philosophy of Science, vol. 44, p. 759-774.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search