Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Objet technique (artefact, instrument, machine, dispositif)

Guillaume Latzko-Toth

Texte intégral

1Le vocable « objet technique » est couramment employé comme terme générique pour désigner indifféremment un outil, un instrument, une machine, un logiciel ou plus généralement tout « artefact » considéré du point de vue de sa technicité (voir Technologie). C’est justement pour tenter de cerner l’essence de la technique que le philosophe Gilbert Simondon a proposé une ontologie de l’objet technique qui a mis en évidence les difficultés inhérentes à toute tentative de définition. Selon les traditions disciplinaires ou les approches théoriques, on lui préfère ou non la notion d’« artefact technique », plus courante en anglais (technological artifact), ou encore celle de « dispositif technique ».

2S’il se fait discret dans le vocabulaire de la sociologie des sciences et des techniques de langue française, le concept d’artefact se retrouve au cœur de l’approche anglo-saxonne fonctionnaliste d’Herbert Simon sur les « sciences de l’artificiel ». Pour Simon, un artefact est une entité d’origine humaine conçue dans le but de répondre à un besoin. Il peut être abstrait ou concret, physique ou symbolique, matériel ou logiciel, mais dans tous les cas il est « architecturé », c’est-à-dire qu’il présente une structure interne non contingente et que les divers éléments dont il est fait ont été agencés de manière cohérente en vue de servir une fin. Pour qu’il soit considéré comme un instrument, il faut en outre qu’il soit associé à un « schème d’utilisation ».

3Un artefact peut exister à diverses échelles ou niveaux de complexité. On peut ainsi parler de « macro-artefact » pour désigner une ville ou le réseau Internet dans son ensemble. Un tel artefact peut constituer un substrat pour d’autres artefacts ; il devient alors, d’un point de vue relationnel, une infrastructure (voir Infrastructure sociotechnique et Déterminisme technologique). Le terme « machine » désigne généralement des artefacts compacts, hautement architecturés et dotés d’une capacité de fonctionnement autonome. Simondon définit l’autonomie des machines en tant qu’affranchissement vis-à-vis de l’opérateur comme source d’énergie et d’information. Un concept voisin, celui de « dispositif », correspond à un niveau d’échelle intermédiaire entre le macro et le micro. Mais le dispositif n’est pas une entité en soi : il est articulation, mise en relation, sans pour autant avoir la cohérence d’un système. Le dispositif est défini par Foucault comme un réseau hétérogène d’artefacts au sens le plus large, matériels ou symboliques, dont certains cristallisent des rapports sociaux. Ainsi, pour former un dispositif au sens fort du terme – et non dans le sens ordinaire de « ruse » (machina) ou d’agencement matériel apportant une solution pratique à un problème –, un artefact doit être articulé à d’autres éléments, et s’inscrire dans une dynamique sociale. Un même objet technique peut être décrit en tant qu’artefact et en tant que dispositif selon l’angle d’analyse que l’on privilégie. Quinton souligne la différence entre artefact et dispositif de communication en définissant ce dernier comme « l’ensemble relationnel qui se construit entre l’artefact, ses acteurs en production-réception, ses utilisateurs ainsi que les contextes dans lesquels prennent place ces interactions ».

4S’efforçant de réduire la distance entre le naturel et l’artificiel, la théorie de l’acteur-réseau situe l’artefact technique stabilisé sur le même plan que le fait scientifique : ce qui est perçu par les acteurs comme une « chose » aux contours définis serait en fait un assemblage hétérogène d’actants humains et non humains ayant subi un processus de mise en « boîte noire », ou « ponctualisation ». Autrement dit, l’artefact serait l’aspect « visible » d’un dispositif sociotechnique dont il est indissociable. Latour précise par ailleurs qu’un objet technique n’existe pas autrement que sous la forme d’un « quasi-objet » insaisissable dont le mode d’existence fluctue. Il devient « artefact » – au sens de relique archéologique – lorsqu’il est exposé dans un musée (voir Musée de science et technologie).

5Pour sa part, l’approche constructionniste conçoit plutôt l’artefact comme une actualisation parmi d’autres d’un objet technique sujet à la flexibilité interprétative des acteurs avant que sa « signification » ne soit stabilisée. L’artefact est donc situé dans un réseau constitué à la fois d’acteurs et d’autres artefacts en concurrence avec lui. Le réseau est articulé autour de « problèmes » ou controverses dans lesquels les acteurs sont parties prenantes et pour lesquels les artefacts sont autant d’interprétations de l’objet technique offrant des solutions à ces problèmes (voir Théorie de l’acteur-réseau et Objet-frontière).

Bibliographie

Callon, M. (1991), «Techno-economic networks and irreversibility», dans J. Law (dir.), A Sociology of Monsters: Essays on Power, Technology, and Domination, Londres, Routledge, p. 132-161.

Dodier, N. (1995), Les hommes et les machines. La conscience collective dans les sociétés technicisées, Paris, Métailié.

Forest, J. (2007), « Artefact, les apports de l’approche simonienne », Les Enjeux de l’information et de la communication. http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2007-meotic/Forest/

Foucault, M. (1994 [1977]), « Le jeu de Michel Foucault », dans D. Defert, F. Ewald et J. Lagrange (dir.), Dits et écrits 1954-1988. vol. III: 1976-1979, Paris, Gallimard, p. 298-329.

Latour, B. (1993), « Ethnography of a “High-Tech” Case: About Aramis », dans P. Lemonier (dir.), Technological Choices: Transformation in Material Cultures since the Neolithic, Londres/New York, Routledge, p. 372-398.

Pinch, T. et W. E. Bijker (1987), « The Social Construction of Facts and Artifacts: Or How the Sociology of Science and the Sociology of Technology Might Benefit Each Other », dans W. E. Bijker, T. P. Hughes et T. Pinch (dir.), The Social Construction of Technological Systems: New Directions in the Sociology and History of Technology, Cambridge (MA), MIT Press, p. 17-50.

Quinton, P. (2007), « L’artefact : un objet du faire », Les Enjeux de l’information et de la communication. http://www.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2007-meotic/Quinton/

Rabardel, P. (1995), Les hommes et les technologies : une approche cognitive des instruments contemporains, Paris, Armand Colin.

Simon, H. A. (1996 [1969]), The Sciences of the Artificial, 3e édition, Cambridge (MA), MIT Press.

Simondon, G. (1989 [1958]), Du mode d’existence des objets techniques, Paris, Aubier.

Star, S. L. (1999), «The Ethnography of Infrastructure», American Behavioral Scientist, vol. 43, n° 3, p. 377-391.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search