Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Objectivité et régulation

Peter Keating

Texte intégral

1En tenant pour fondamentale l’opposition de l’objectivité et de la subjectivité, la philosophie des sciences reconnaît traditionnellement pour objective une forme de connaissance dont toute trace de subjectivité aurait été purgée (voir Science). Suivant cette conception, la connaissance ne pourrait être dite objective qu’à la condition que son objet soit universellement accessible, c’est-à-dire accessible indépendamment de la position du sujet connaissant. Ce point de vue n’est pas partagé par les historiens des sciences, pour lesquels la notion d’objectivité a plutôt une teneur épistémique, devenant dès lors sujette à des variations historiques, mais n’implique plus de supposer un monde peuplé d’objets ou de concepts transcendantaux (voir Histoire des sciences et Relativisme). L’objectivité réfère alors moins à l’état ontologique d’un fait scientifique dit objectif qu’au processus contextuel et concret qui le rend tel, à savoir le travail d’objectivation.

2Dans un ouvrage qui systématise les conclusions d’une série d’études entreprises depuis les années 1990, Lorraine Daston et Peter Galison identifient quatre régimes successifs d’objectivité dans l’évolution historique de la science moderne. Pour eux, chacun de ces régimes se distingue à la fois en fonction du type d’images que produit la recherche scientifique durant la période qui lui correspond et par les contenus épistémiques dont ces images sont investies. Par ailleurs, l’analyse de ces régimes montre qu’ils favorisent chacun certaines personnalités scientifiques particulières, avec leurs faisceaux d’objets de recherche associés. Et ainsi, le scientifique représentatif d’un régime d’objectivité recouvrant le 18e siècle aurait agi comme une sorte de sage, dont la tâche consistait essentiellement à produire des images raisonnées de la nature par une sélection méticuleuse et une synthèse rigoureuse des cas exemplaires. Carl von Linné incarnerait parfaitement cette catégorie de scientifiques, lui dont l’approche taxinomique exigeait d’une mise en tableau des plantes et des animaux qu’elle sache, par le repérage et l’isolement des traits typiques propres à une espèce, rendre compte le plus fidèlement possible des grands ordres naturels (voir Classification). En ce sens, le travail scientifique concernait l’atteinte et la constitution d’universaux transcendantaux (voir Lois scientifiques). Mais le 19e rompt avec cette conception du rôle des scientifiques. Rejetant l’idée d’un sage dont l’activité principale concernerait la production de synthèses, il favorise celle d’un scientifique travailleur (ou laborieux), à la poursuite d’une objectivité mécanique par la production d’images où le transfert automatique/mécanique masque toute trace de sa propre activité de préparation et de sélection. Les images produites au cours de ce processus, le plus souvent des photographies, représentent des objets spécifiques et se trouvent délestées de toute prétention à l’universalité. Dans la première moitié du 20e siècle, le scientifique/expert fait son apparition et impose son expertise comme mode privilégié d’interprétation des images mécaniques et de leurs motifs. Les objets de la connaissance, qui cessent d’être conçus comme des particuliers sans s’élever tout à fait à leur ancien statut d’universaux, se regroupent en familles d’objets apparentés. À la fin du 20e siècle, la distinction fondamentale entre une représentation de l’objet et une intervention sur lui tend à devenir floue, alors que s’imposent des techniques de simulation et de production d’images manipulables comme la nanotechnologie et la cytofluorométrie. Cette nouvelle forme de la représentation objective s’accompagne nécessairement d’un type idoine du sujet connaissant, cet hybride du scientifique/ingénieur dont les productions sont à la fois des artefacts et des outils (voir Objet technique et Plateformes biomédicales).

3À sa manière, chacun de ces régimes d’objectivité a participé à la régulation des activités scientifiques. Suivant cet esprit, Cambrosio et ses collègues ont récemment défini un nouveau mode d’objectivité, qu’ils nomment « objectivité régulatrice » et qui insiste sur l’aspect collectif de la production des connaissances et l’établissement nécessaire de conventions balisant aussi bien la régulation du travail de recherche que l’interprétation des données. Le plus souvent explicite, bien que parfois tacite, le processus par lequel ces conventions s’établissent implique des niveaux de réflexivité et de coordination jusqu’alors inconnus, et génère donc des conventions qui, dépassant leur vocation régulatrice première, deviennent rapidement constitutives des objets de la connaissance eux-mêmes. Dans ce régime de l’objectivité régulatrice, il s’agit donc d’établir autre chose que de simples standards de mesure, puisqu’il est question de conventions qui rendent à la fois possibles la mesure elle-même et les normes du jugement qu’il sera possible de poser sur elle. Désormais, le porteur de l’objectivité n’est plus à chercher dans l’objet lui-même, il ne l’est d’ailleurs même plus dans son image ; il est construit par une convention du collectif, qui le manipule et le maintient. C’est sans doute la pratique de l’essai clinique qui en fournit l’exemple le plus net, dont les résultats sont constitués par des protocoles et des conventions qui, pour être tout à fait déterminants dans la pratique médicale, dépendent pour leur signification de cette collectivité qui les maintient et qu’elle contribue à unifier (voir Construction sociale des technologies).

Bibliographie

Callon, Michel (1991), «Techno-economic networks and irreversibility», dans J. Law (dir.), A Sociology of Monsters. Essays on Power, Technology and Domination, Londres, Routledge and Kegan Paul, p. 132-64.

Cambrosio, Alberto et Peter Keating (2000), «Of Lymphocytes and Pixels: The Techno-Visual Production of Cell Populations», Studies in History and Philosophy of Science Part C, 31, p. 233-270.

Cambrosio, Alberto, Peter Keating, Thomas Schlich et George Weisz (2006), «Regulatory objectivity and the generation and management of evidence in medicine», Social Science & Medicine, 63, p. 189-199.

Daston, Lorraine et Peter Galison (2007), Objectivity, New York, Zone Books.

Giere, Ronald N. (1996), «Visual Models and Scientific Judgment», dans Brian Baigrie (dir.), Picturing Knowledge, University of Toronto Press, p. 269-302.

Lynch, Michael (1985), «Discipline and the Material Form of Images», Social Studies of Science, 15, p. 37-66.

Nadeau, Robert (1999), « Objectivité », dans Dominique Lecourt (dir.), Dictionnaire d’histoire et philosophie des sciences, Paris, Presses universitaires de France, p. 698-706.

Porter, Theodore M. (1995), Trust in Numbers. The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton University Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search