Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Normes et standards

Marc Banik

Texte intégral

1Bien qu’il y ait souvent confusion entre les termes « norme » (en anglais standard) et « standard » (en anglais convention), chaque mot revêt en STS une signification précise. Une norme est un référentiel, une spécification technique publiée par une association de producteurs ou une organisation de normalisation, comme l’Organisation internationale de normalisation (ISO). Les normes techniques ont plusieurs fonctions dont l’une des plus importantes est d’assurer la compatibilité ou l’interconnectivité entre différents appareils. Les normes GSM publiées par l’European Telecommunications Standards Institute, par exemple, permettent à un grand nombre de téléphones cellulaires de fonctionner sur un même réseau (voir Infrastructure sociotechnique).

2Les normes sont également à la base des méthodologies de mesure. De nombreuses mesures relatives aux poids, volumes et paramètres technologiques ont joué un rôle primordial dans l’échange de biens et de services en permettant aux partenaires commerciaux de s’entendre sur les modalités d’un échange (voir Évolution de la réglementation). Par ailleurs, certaines de ces mesures de propriétés physiques, comme l’Ohm, une mesure de résistance, sont issues du développement d’une technologie précise – ici, la télégraphie.

3Les normes industrielles favorisent l’uniformité des procédures et des produits, mais elles ont également des impacts sur des rapports sociaux. La chaîne de montage instaurée par Taylor chez Ford a apporté d’importants gains de productivité mais a rendu désuets le travail artisanal et les métiers de fabrication. Dans le même ordre d’idées, Theodore Porter a affirmé que les actuaires, bien qu’ils apprécient la précision et l’importance de la mesure, s’opposaient à l’application de normes puisque l’uniformisation des procédures diminuait l’importance des vérifications par un tiers. L’adoption de normes peut même empêcher que deux populations se côtoient. Langdon Winner affirme que certains viaducs à Long Island étaient construits en suivant une norme qui limitait la hauteur, de sorte que les autobus qui transportaient des citoyens moins nantis ne pouvaient emprunter des routes vers des quartiers plus huppés.

4Contrairement aux normes, un standard ne fait pas l’objet d’un référentiel publié, mais plutôt d’une convention adoptée par une bonne proportion d’utilisateurs ou de producteurs. La pratique selon laquelle les fichiers de traitement de texte sont sauvegardés en format. doc offre l’exemple d’un tel standard (voir Objet-frontière). Le standard désigne en fait souvent ce qui est devenu habituel pour une communauté de praticiens.

5Le terme peut s’appliquer à des valeurs. Robert Merton a ainsi défini l’éthos de la science par ses attentes en matière d’universalisme, de communalisme, de désintéressement et de scepticisme organisé (voir Sociologie des sciences). Lorsque la communauté scientifique intériorise ces principes, elle peut résister aux influences politiques et progresser en suivant une méthode usuelle reconnue par les pairs (voir Discipline et Champ). Les standards, bien qu’ils ne soient pas sanctionnés par un organisme de certification, véhiculent donc les mœurs d’une communauté technologique ou scientifique, alors qu’une norme correspond à une convention portant sur la fonction ou des spécifications technologiques.

Bibliographie

Dasgupta, P. et P. David (1994), «Towards a new economics of science», Research Policy, vol. 23, n° 5, p. 487-521.

David, P. A. (1995), «Standardization Policies for Network Technologies: The Flux Between Freedom and Order Revisited», dans Richard Hawkins, Robin Mansell et Jim Skea (dir.), Standards, Innovation and Competitiveness: Politics and Economics of Standards in Natural and Technical Environments, Aldershot, Edward Elgar.

European Telecommunications Standards Institute (2013), What are standards? http://bit.ly/1AHxAtv.

Merton R. K. (1973), «The Normative Structure of Science» (1942), dans N. W. Storer (dir.), The Sociology of Science, University of Chicago Press, p. 267-278.

Porter, T. M. (1995), «Precision and Trust: Early Victorian Insurance and the Politics of Calculation», dans N. Wise, The Values of Precision, Princeton University Press, p. 173-197.

Taylor, F. W. (1911), The Principles of Scientific Management, New York, NY Harper & Brothers.

Wise, M. N. (1995), «Precision: Agent of Unity and Product of Agreement Part II – The age of Steam and Telegraphy», dans M. N. Wise, The Values of Precision, Princeton University Press, p. 222-238.

Auteur

Professeur au département de management et technologie, École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search