Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Musées de science et centres de science

Bernard Schiele

Texte intégral

1Le musée des sciences et des techniques a trois filiations. La première s’inscrit dans le droit fil de l’émergence de la pensée scientifique, qui conduit les sciences naturelles à occuper le devant de la scène tout au long du 19e siècle. La seconde est l’essor des cabinets de physique et de chimie. Dans ces cabinets, on trouve aussi des machines et des automates, ce qui témoigne dès l’origine d’une étroite association entre sciences et techniques (voir Technologie). D’ailleurs, comme l’indique Torlais, la muséologie des sciences et des techniques choisit dès ses débuts « ce qu’il y a de nouveau, ce qui est le plus propre à être démontré par des expériences, puis à explorer l’état de la question et à y ramener tout ce qui peut s’y ramener des arts et des machines ». Ce goût du spectaculaire mis au service de la technique et de l’industrie est magnifié par le gigantisme des expositions universelles, troisième filiation des musées des sciences et des techniques.

2Avec le recul, en effet, on peut considérer que le véritable déclencheur des musées des sciences et des techniques est la tenue des grandes expositions universelles qui accompagnent la Révolution industrielle. Dans cette période euphorique de progrès technique, les expositions universelles, qui célèbrent les réalisations de l’esprit humain, visent à montrer comment l’art et la science peuvent être mis à contribution dans la production d’objets industriels. Elles illustrent comment les multiples applications de la machine améliorent le sort des humains et contribuent à leur bien-être. Animée de cette conviction, la première exposition internationale, The Great Exhibition of the Works of Industry of All Nations tenue à Londres en 1851, compare le progrès industriel de différentes nations. Une fois ces expositions terminées, la cession des objets et quelquefois même celle des bâtiments érigés pour l’occasion servent souvent à établir un nouveau musée.

3Mais les expositions universelles vont au-delà de la création ou de l’enrichissement de la collection de certains musées : elles fondent le rapport que ces musées cherchent à établir avec leurs visiteurs. Fondamentalement, elles se veulent pédagogiques et démocratiques. Elles s’efforcent donc d’être compréhensibles pour tous : des visites guidées et des conférences sont organisées en plusieurs langues et l’enseignement est matière à exposition ; le pavillon suédois de l’Exposition de Vienne (1873) présente même une école modèle. En parallèle à leur mission pédagogique, les expositions se veulent aussi des espaces ludiques qui offrent loisirs et distractions aux visiteurs : on recherche des attractions spectaculaires. Ces trois traits : ponts avec l’école, présentations dramatiques et spectaculaires (théâtralité), souci d’éduquer et de distraire en même temps, auront une influence décisive sur l’évolution des musées de sciences et de techniques, au point d’en être la principale caractéristique aujourd’hui (voir Communication publique des sciences et des technologies).

4Les expositions universelles célèbrent les applications techniques et industrielles des sciences, glorifiant un machinisme spectaculaire et dont la science pure, réputée froide et aride, est généralement absente. Un renversement de perspective se produit toutefois avec l’ouverture du Palais de la découverte, à l’Exposition de Paris en 1937. Fleuron de la muséologie scientifique française, le Palais incarne le nec plus ultra de la modernité. Comme tous les musées et centres de science qui ont vu le jour depuis, il se donne pour mission d’initier à la pensée scientifique. Pour ce faire, il vise, comme l’indiquait Jean Perrin (tel que le cite Roussel), à faire « comprendre la part déterminante que la Découverte a prise dans la création de la civilisation » en réalisant des expositions vivantes, « où sont répétées de façon spectaculaire… les découvertes fondamentales qui ont élargi notre intelligence [,] assuré notre emprise sur la matière… ou augmenté notre sécurité physiologique ». Il est tout entier organisé autour du savoir disciplinaire et des sciences fondamentales (voir Discipline).

5Un nouveau déplacement du centre de gravité se produit au tournant des années 1970. Il correspond à la montée des technosciences et entraîne un bouleversement de l’institution muséale. L’arrivée des centres de science, avec leur volonté d’ouvrir une fenêtre sur le savoir-faire technique et industriel, caractérise cette reconfiguration. Aux États-Unis et au Canada, l’ouverture de l’Exploratorium de San Francisco et du Centre des sciences de l’Ontario, inaugurés l’un et l’autre en 1969, incarnent ce renversement de tendance. Ils sont les premiers à faire résolument de la communication avec leurs visiteurs leur objectif premier. Cette mission invite notamment à l’interactivité. En faisant du musée un lieu de médiation des connaissances, qui sollicite la participation active d’un visiteur volontairement situé au centre du dispositif, les centres de science révolutionnent la muséologie scientifique (voir Public et publics des musées de science). Le succès de la formule y contribue fortement. Cette polyvalence centrée sur le visiteur est d’ailleurs caractéristique de l’offre muséale contemporaine en général, qu’il s’agisse de musées d’art, de civilisation, de société ou de science. Tous diversifient leurs activités pour créer un environnement multi-sensoriel et multi-communicationnel qui sollicite le visiteur et multiplie les points d’ancrage potentiels. Tout est mis en œuvre pour susciter, stimuler, capter et fixer son attention, le motiver, éveiller son intérêt ou mobiliser ses styles cognitifs. Plus que jamais, les musées ont adopté les préceptes de MacLuhan, selon qui les objectifs de diffusion requièrent la mise à contribution de tous les moyens médiatiques.

6La pratique muséale est aussi influencée par la prise de conscience du public que le Progrès se double de nuisances et de risques (voir Risques technologiques). L’envahissement progressif des sciences et des technologies exerce un impact sur la vie quotidienne, le travail et l’environnement. Des incidents à répétition ont entraîné une véritable remise en cause du développement scientifique. Ce changement de sensibilité s’est traduit par une montée des préoccupations environnementales et l’inscription de celles-ci dans l’ordre du jour des centres de science. Enfin, ces attentes du public entrent en tension avec un dernier changement : désormais, c’est moins la science qui est mise en scène que ses retombées (voir Science et Invention et innovation). C’est l’angle d’approche adopté, notamment, par la Cité des Sciences et des Techniques de Paris, en 1986 et, depuis les années 1980, presque tous les centres de science se sont progressivement reconvertis à cette vision. Le Centre des sciences de Montréal va d’ailleurs encore plus loin : l’innovation seule occupe le devant de la scène. La science n’est donc évoquée qu’à l’occasion, comme référence lointaine.

Bibliographie

Cassirer, Ernst (1997 [1932]), La philosophie des Lumières, Paris, Fayard, p. 41-48, passim.

Hein, Hilde (1990), The Exploratorium – The Museum as Laboratory, Washington, Smithsonian Institution Press.

Laïdi, Zaki (1999), La tyrannie de l’urgence, Québec, Musée de la civilisation.

MacLuhan, M., H. Parker et J. Barzun (1969), Exploration of the Ways, Means and Values of Museum Communication with the Visiting Public, New York, Museum of the City of New York.

Mauriès, Patrick (2002), Cabinets of Curiosities, Londres, Thames & Hudson.

Papon, Pierre (1989), Les logiques du futur, Paris, Aubier.

Pearce, Susan (1989), « Museum studies in material culture: introduction », dans S. Pearce (dir.), Museum, Studies in Material Culture, Leicester University Press, p. 1-10.

Roussel, M. (1979), Le public adulte au Palais de la Découverte (d’après les principaux résultats d’une enquête sociopédagogique, 1970-1978), Paris, Palais de la Découverte.

Rydell, Robert W. (1993), World of Fairs, Chicago/Londres, The University of Chicago Press.

Schiele, Bernard (1992), The Rise of Environmentalism in Museums, Québec, Musée de la civilisation.

Schroeder-Gudehus, Brigitte et Anne Rasmussen (1992), Les fastes du progrès – Le guide des Expositions universelles, 1851-1992, Paris, Flammarion.

Searle, John R. (1995), «Postmodernism and the Western Rationalist Tradition», dans J. Arthur et A. Shapiro (dir.), Campus Wars – Multiculturalism and the Politics of Difference, Boulder, Westview Press, p. 28-48.

Torlais, Jean (1986), « La physique expérimentale », dans R. Taton (dir.), Enseignement et diffusion des sciences au XVIIIe siècle, Paris, Herman, p. 619-643.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search