Version classiqueVersion mobile

Profession géographe

 | 
Rodolphe De Koninck

3. Le pouvoir des cartes

Texte intégral

1Au début d’avril 1967, soit deux semaines après avoir soutenu publiquement mon mémoire de maîtrise, je pris la direction de Singapour afin d’aller y poursuivre mes études de doctorat. En effet, après avoir pendant quelque temps envisagé la possibilité de réaliser de telles études auprès d’une université française, mais sur un thème africain, après avoir aussi brièvement flirté avec l’idée de poursuivre mes études supérieures au Québec, je me suis à nouveau laissé tenter – là encore pour des raisons trop longues à expliquer ici – par l’air du très grand large, cette fois celui de l’Asie. Mon périple vers Singapour allait durer plus de six semaines. Le 20 avril, j’étais parvenu à Athènes. Le lendemain, une junte militaire y réalisait un coup d’État, qui devait mener à l’instauration d’une dictature qui dura jusqu’en 1974, depuis lors connue sous le nom de régime « des colonels ».

2À l’aube de ce 21 avril 1967, réveillé à la hâte, je vis donc défiler les chars de l’armée grecque devant les portes de l’auberge de jeunesse où je séjournais. Bien que cela ait été interdit, je trouvai le moyen de me faufiler à l’extérieur pour observer les manœuvres des monstres métalliques. Je me rappelle avoir été frappé à deux reprises à la vue d’officiers, émergeant bien droits de la trappe centrale de leurs blindés respectifs, à la façon du maréchal Rommel, et tenant des cartes géographiques largement dépliées devant eux.

3Je repensai à cette scène lorsqu’en 1976 Yves Lacoste fit paraître son livre La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, à peu près en même temps qu’il lançait la revue Hérodote, alors sous-titrée « Stratégies, géographies, idéologies ». Je trouvai qu’il avait bien raison de vouloir secouer quelque peu le monde des géographes universitaires, en soulignant à quel point la connaissance des lieux, sa matérialisation par les cartes et tant la préparation que l’utilisation de celles-ci étaient d’abord et avant tout l’affaire des militaires. Il rafraîchissait ainsi la mémoire de ceux qui avaient tendance à considérer le savoir des géographes comme uniquement scolaire, inoffensif en quelque sorte.

4Cela dit, et Lacoste le savait bien, la relation entre savoir géographique et savoir militaire était chose reconnue depuis longtemps, bien avant que Napoléon Bonaparte n’en fasse la démonstration éclatante, alors qu’il apportait avec lui ou qu’il faisait fabriquer sur place les cartes détaillées des lieux où il choisissait de livrer bataille, par exemple à Austerlitz le 2 décembre 1805. Il y a aussi belle lurette que ceux qui ont présidé à la formation des États ont cherché à en connaître le territoire, comme en témoignent depuis des siècles toutes ces cartes produites par des géographes au service du pouvoir, royal ou autre. D’ailleurs, étymologiquement et professionnellement, géographie et cartographie sont intimement liées. Provenant du mot grec geôgraphos ou plus précisément de ses composés et graphos, pour « terre » et « dessin », le terme même de géographie se serait répandu en Europe au xvie siècle à une époque où les géographes étaient ceux qui dessinaient la terre, qui en dressaient les cartes. Ce n’est qu’à compter du xixe siècle que les deux disciplines, les deux métiers, ont été formellement dissociés, bien que de nos jours encore géographie et cartographie puissent difficilement se passer l’une de l’autre.

FIGURE 2 Napoléon Bonaparte (1769-1821)

FIGURE 2 Napoléon Bonaparte (1769-1821)

Source : © Photo12.com / Fondation Napoléon.

FIGURE 3 La bataille d’Austerlitz (2 décembre 1805)

FIGURE 3 La bataille d’Austerlitz (2 décembre 1805)

Source : <http://www.searchlores.org/​evaluate/​>.
Napoléon étudiait avec beaucoup de soin le terrain qu’il avait généralement lui-même choisi pour livrer bataille. Ce fut le cas à Austerlitz avant la bataille dite des Trois Empereurs. L’empereur français y laissa ses adversaires, les alliés austro-russes, occuper le plateau de Pratzen, d’où son armée les délogea à l’issue de furieux combats. Tentant de fuir vers les étangs gelés situés au sud, mais dans lesquels ses hommes s’enfoncèrent, l’armée russe y fut décimée. Sans doute sa plus célèbre, cette victoire de Napoléon est en bonne partie attribuable à la stratégie qu’il utilisa.

5Quoi qu’il en soit, à la suite de la critique adressée par Lacoste à la géographie dite des professeurs, les publications à saveur géopolitique se sont multipliées, tout particulièrement en France. À un point tel que, dans bien des cas, il devint difficile de percevoir la différence entre géographie et géopolitique. Au-delà des problèmes que cela a pu poser, il en est ressorti au moins deux avantages pour la géographie. En premier lieu, l’attention fut attirée sur la pertinence de l’analyse géographique pour la compréhension des enjeux du monde, que ceux-ci soient de nature clairement géopolitique, à savoir frontaliers et territoriaux, ou non. En second lieu, la carte et tout particulièrement le jeu des niveaux et échelles de représentation et d’appréhension qu’elle permet furent mis en lumière. En insistant sur la question des échelles de représentation du territoire et sur les phénomènes et relations qui s’y inscrivent, Lacoste rappelait ce qui constitue un puissant outil de communication tout comme de mystification. Car la carte peut révéler bien des choses, comme elle peut en cacher, en fonction de son échelle et aussi de ce que l’on choisit d’y inscrire.

6Considérons le cas d’une ville, par exemple Montréal, et la façon dont elle peut être représentée sur les planches d’un atlas. Sur les cartes à petite échelle (par exemple au 1 : 20 000 000e), il pourra s’agir d’un simple point, ne révélant pas grand-chose sur l’essence de la ville même, mais indiquant tout de même sa situation sur le Saint-Laurent, à telle distance de l’Atlantique, de New York, de Toronto, etc. Mais plus l’échelle des cartes s’accroîtra, plus apparaîtront clairement la topographie et la nature archipélagique de la métropole québécoise. Puis, les cartes à plus grande échelle (par exemple au 1 : 20 000e) illustreront le tissu des rues et non plus seulement celui des autoroutes et boulevards. Enfin, à très grande échelle (par exemple au 1 : 2 000e), le lecteur pourra mesurer les carrefours et explorer les places et les parcs. À partir d’un tel éventail de cartes, le géographe peut remonter à des considérations stratégiques, concernant la situation de Montréal. Tout comme il peut entamer une analyse de sa géographie sociale – la place de la montagne qui donne son nom à la ville sera bien observée – pour peu qu’il parvienne à ajouter des renseignements de nature démographique sur la trame des quartiers. Il pourra alors parler d’une analyse multiscalaire, du jeu des échelles, permettant d’accéder, en quelque sorte, au dessous des cartes.

L’analyse multiscalaire ou la terre vue du ciel

7À chaque fois que je prends l’avion et que je regarde par le hublot, je me remémore les paysages aperçus lors de mon premier vol. Tout comme la mémoire olfactive, quoique avec moins de rapidité, la mémoire visuelle est ainsi faite que, parfois, elle nous ramène aux origines, celles où pour la première fois nous avons vu, senti ou goûté ceci ou cela. Toujours est-il que j’ai bien en mémoire mon émerveillement initiatique devant la terre vue du ciel. Cela remonte à un jour de la fin du mois de juin 1958, lors de mon premier envol ou plutôt de ma première série d’envols. En effet, ce jour-là, je me rendis en Californie pour y occuper pendant deux mois un poste de maître-nageur dans une colonie de vacances. Celle-ci était aménagée sur le grand et beau campus du Saint Mary’s College, lui-même établi dans les collines de l’arrière-pays de San Francisco, la Bay Area. De Québec, je m’envolai vers Montréal, avec correspondance pour Chicago, puis Denver et enfin San Francisco. À chaque décollage, la perspective de plus en plus déployée du paysage terrestre, assurée par l’élévation en altitude, me révélait, sans que je puisse la nommer, ce que j’appris beaucoup plus tard à désigner de perception multiscalaire. Plus notre regard s’élargit, plus l’agencement des paysages revêt un sens, voire change de signification. C’est le cas bien sûr des espaces agricoles et plus encore des quartiers urbains qui, au fur et à mesure que l’on s’élève, nous semblent de mieux en mieux ordonnés, voire harmonieux, même si l’on sait fort bien qu’il n’en est rien au ras du sol.

8Mais ce qui m’avait alors le plus étonné, ce fut le survol des Rocheuses, révélant toute la tranquille puissance de la terre. Cela non plus, je ne l’ai jamais oublié, bien qu’il soit inexact de prétendre qu’à ce moment-là j’aurais pris conscience d’un quelconque avenir de géographe. Non, mais sans doute qu’alors, ainsi qu’au cours des séjours californiens subséquents, pendant les étés 1959 et 1960, puis tout au long d’un grand périple nord- américain réalisé avec quatre amis pendant l’été de 1961, les « mauvaises » graines furent semées. J’ajoute que, depuis lors, j’ai souvent relu les nombreux passages dans l’œuvre de Saint-Exupéry où il fait l’éloge tout comme la critique de la terre vue du ciel.

9Revenons à la cartographie. Son évolution, ai-je laissé entendre, est étroitement associée à celle de la géographie. Les explorateurs y furent pour beaucoup, car pour convaincre leurs commanditaires, qu’il s’agisse d’un roi ou de la Compagnie des Indes ou de la Baie d’Hudson, il leur fallait avoir su tracer et retracer leur chemin tout comme le contour des terres explorées et, avouons-le, convoitées. La connaissance des lieux explorés se résumait ainsi largement à l’information consignée sur les cartes, dont certaines prirent souvent l’allure de véritables œuvres d’art. D’abord à la fois outils de repérage et d’information, les cartes devinrent outils de synthèse et d’analyse, d’autant plus que l’on parvint de plus en plus à mettre en œuvre le jeu des échelles.

10Aujourd’hui encore, la place qu’occupe la cartographie au sein de la géographie est centrale. Plus les cartes se perfectionnent, plus la géographie peut faire preuve de rigueur et se déployer. Certains vont même jusqu’à prétendre que, sans carte, il ne peut y avoir de véritable géographie. Sans aller jusque-là, j’affirmerai que son rôle de révélateur des caractéristiques des lieux, des répartitions, des flux et des corrélations spatiales demeure essentiel à la discipline géographique. Ainsi, comment pourrait-on, sans recourir à la carte, non seulement illustrer mais mieux encore analyser et chercher à comprendre la répartition de la population, à quelque échelle que ce soit ? Comment pourrait-on, sans avoir recours à sa représentation sur une carte, établir une stratégie d’intervention sur un territoire ? En réalité, comment aménager un territoire, qu’il s’agisse d’un terroir agricole, d’une aire urbaine ou d’un parc dit naturel, sans réaliser à la fois un inventaire et une prospective cartographiques, tant du périmètre concerné que de tout ce qui l’entoure, là aussi à bien des échelles ? Comment planifier le développement d’un réseau de transport sans une cartographie rigoureuse de la topographie des territoires concernés, de leurs climats, de la répartition des populations, précisément, tout comme d’une foule de données dont il serait fastidieux de dresser la liste ici ?

11À vrai dire, la géographie des transports est particulièrement révélatrice de l’irréductibilité de la cartographie. Au total, comme en témoignent les atlas, les objets cartographiables sont multiples, à un point tel que la mise en parallèle des cartes, voire leur superposition sont devenues une lourde tâche. Heureusement, au-delà de l’attrait des atlas toujours en vogue, car particulièrement utiles à l’enseignement et à la participation citoyenne à la connaissance géographique, les méthodes de la cartographie ont considérablement évolué, surtout depuis les années 1960.

L’avènement des systèmes d’information géographique

12La cartographie et par conséquent la géographie ont d’abord beaucoup profité du recours à la photo aérienne, en particulier à la suite de son utilisation au cours de la Première Guerre mondiale (19141918). L’on sait encore qu’au cours de la Guerre civile américaine (1861-1865) des photos à usage militaire furent prises à partir de dirigeables. Mais, s’agissant d’information géographique, la véritable révolution est survenue beaucoup plus tard, avec l’avènement de l’imagerie satellitaire, dont le pouvoir d’analyse a lui-même été décuplé par le recours à l’informatique.

13La somme des informations à base territoriale dont le traitement est devenu possible par la cartographie informatisée est depuis lors quasi sans limites. Cela dit, contrairement à ce que certains pourraient croire, les bases de données géographiques, lesquelles constituent en tout ou en partie ce que l’on appelle désormais les systèmes d’information géographique (SIG), ne sont en réalité rien de nouveau, du moins du point de vue de la démarche scientifique propre à la géographie. La mise en relation, pour l’explication des paysages, d’un ensemble d’informations ou de données à référence spatiale ou territoriale – c’est-à-dire cartographiables –, fussent-elles de nature physiographique, économique, sociale ou culturelle, est au cœur de la démarche du géographe depuis bien avant l’avènement de la photo aérienne ou de l’image satellitaire.

14Ainsi, à même ce qu’il est convenu d’appeler un fond de carte, décrivant par exemple l’île de Montréal, il est possible de programmer l’inscription d’une longue liste d’informations recueillies de bien des façons, mais en particulier de celles qui peuvent être extraites d’images satellitaires. Il peut s’agir des formes du terrain, du relief – ce que l’on appelle, pour faire savant, un modèle numérique de terrain –, tout comme des couches géologiques qui sous-tendent celui-ci, du réseau des rues, mais aussi de la distribution de la population, de la répartition de tel ou tel type d’établissement administratif, éducatif, industriel, commercial, financier, etc. Une telle accumulation de données peut être ajustée et régulée à souhait, en fonction des objectifs analytiques poursuivis. Ces derniers peuvent à leur tour être de tout ordre, par exemple économique, social ou politique, voire policier.

15Cela étant, le recours aux images satellitaires de la terre a bel et bien marqué une révolution pour la géographie. Les premières de ces images auraient été prises par un satellite américain en 1959. C’est d’abord au Canada, dès le début des années 1960, que la réalisation de cartes produites par ordinateur et puisant leur information dans des images satellitaires aurait été systématisée, dans le cadre d’un programme fédéral de gestion des forêts, désigné du nom de Canada Geographic Information System (GIS), en français, Système d’information géographique (SIG).

16À compter de cette époque, l’utilisation des SIG s’est généralisée à travers le monde, tandis que leur enseignement, souvent sous l’appellation de géomatique ou même de science de l’information géographique, est devenu partie intégrante de la quasi-totalité des curriculums de géographie universitaire.

17Les images satellitaires et les systèmes d’information géographique dont elles facilitent la construction ne sont donc pas un quelconque deus ex machina. Ils sont plutôt un nouvel outil, particulièrement puissant. Tout comme l’invention du microscope et du télescope pour les biologistes et les astronomes, la mise au point des SIG a ouvert de nouveaux horizons aux géographes et décuplé leur productivité. Alors que dans le contexte de la géographie traditionnelle il était nécessaire, en quelque sorte, de multiplier, voire d’empiler les cartes pour en arriver à une analyse approfondie d’un paysage ou d’un processus, la construction informatisée d’un SIG simplifie grandement le travail. Grâce à l’ordinateur, il est désormais possible de stocker plusieurs types de données – provenant ou non d’images satellitaires –, à condition que ces dernières soient géoréférencées, c’est-à-dire qu’elles soient dotées de leurs coordonnées géographiques. Leur inscription sur support informatique, ce que l’on appelle leur numérisation, peut être un travail fastidieux, mais, une fois celui-ci accompli, les capacités de mise en relation et d’analyse spatiale sont considérables.

18Au total, le recours à la carte comme instrument de représentation et d’analyse reste presque incontournable pour le géographe. Sa contribution, tant à la science qu’à la société, passe largement par là.

Table des illustrations

Titre FIGURE 2 Napoléon Bonaparte (1769-1821)
Légende Source : © Photo12.com / Fondation Napoléon.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/433/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre FIGURE 3 La bataille d’Austerlitz (2 décembre 1805)
Légende Source : <http://www.searchlores.org/​evaluate/​>.Napoléon étudiait avec beaucoup de soin le terrain qu’il avait généralement lui-même choisi pour livrer bataille. Ce fut le cas à Austerlitz avant la bataille dite des Trois Empereurs. L’empereur français y laissa ses adversaires, les alliés austro-russes, occuper le plateau de Pratzen, d’où son armée les délogea à l’issue de furieux combats. Tentant de fuir vers les étangs gelés situés au sud, mais dans lesquels ses hommes s’enfoncèrent, l’armée russe y fut décimée. Sans doute sa plus célèbre, cette victoire de Napoléon est en bonne partie attribuable à la stratégie qu’il utilisa.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/433/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search