Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Migration conceptuelle

Frédéric Bouchard et François Duchesneau

Texte intégral

1« Migration conceptuelle » n’est pas (encore) une expression consacrée en STS. L’expression, qu’on voit apparaître périodiquement autant en philosophie qu’en histoire et en communications, évoque intuitivement l’étude d’un concept hors de son contexte original d’émergence (parfois compris comme « borrowed knowledge »). Cet horizon général reflète une nouvelle perspective pour l’épistémologie des sciences (voir Épistémologie). L’idée de migration conceptuelle se veut une manière de penser la navigation entre le Charybde d’une approche épistémologique complètement désincarnée du contexte d’introduction et d’opération des énoncés scientifiques, et le Scylla d’une approche qui voit le contexte comme étant le seul objet digne d’étude et pour qui les théories n’auraient aucune valeur épistémique hors de ce contexte. L’approche féconde à encourager en épistémologie est bien sûr entre les deux (voir Histoire des sciences).

2La philosophie des sciences de tradition anglo-saxonne a beaucoup étudié la structure logique des théories scientifiques, puis le rôle épistémique des modèles utilisés en science. Ces analyses se déployaient la plupart du temps de manière anhistorique dans la mesure où cette structure, bien qu’ayant un contexte de découverte historiquement déterminé, offrait un contexte de justification (logique) qui devrait être relativement imperméable à l’épreuve du contexte sociologique et historique (voir Théorie scientifique). Cette approche logiciste de l’étude des sciences fut largement remise en question par les philosophes eux-mêmes, mais surtout par les autres approches en STS qui soulignèrent l’absurdité de divorcer le contexte de découverte du reste du processus d’exploration scientifique. Cette critique, légitime, mena toutefois à d’autres excès : l’étude de la structure logique des théories ainsi que l’étude des dépendances conceptuelles entre divers modèles scientifiques furent négligées par l’épistémologie des sciences non philosophique.

3Présumons de manière provisoire que les théories et modèles scientifiques visent à offrir une description du réel qui, lorsqu’accompagnée de corroboration empirique, offre une caractérisation du monde naturel ayant une certaine autorité épistémique (voir Science). Ceci ne veut pas dire que les autres modes d’acquisition de connaissance sont sans valeur, mais seulement qu’il est plus ardu d’offrir des justifications épistémiques pour l’autorité de ces énoncés. Si on accepte cette idée, alors l’étude de la structure conceptuelle des théories et des modèles scientifiques est essentielle pour comprendre la justification épistémique des énoncés. Ceci offre une justification de base pour la nécessité de l’étude des concepts invoqués en science et constitue la pierre d’assise du travail de plusieurs épistémologues et philosophes des sciences. Toutefois, ces concepts et surtout leurs utilisations ne sont ni purs ni statiques. Qui s’approprie ces concepts ? Comment ? À quelles fins ? Ces questions furent largement négligées par plusieurs philosophes, mais prises au sérieux par les sociologues, les historiens et d’autres épistémologues. La perspective de la migration conceptuelle se concentre sur l’étude de la logique des théories tout en tenant compte de l’aspect dynamique et social de l’internalisation de cette logique. L’étude des processus de migration conceptuelle permettrait ainsi aux épistémologues de divers horizons de se rejoindre.

4La migration conceptuelle peut être envisagée de deux manières. On peut d’une part constater que les concepts se « déplacent » de manière verticale à l’intérieur des champs disciplinaires. Les concepts sont alors transformés à l’intérieur des disciplines, mais sont souvent maintenus plutôt que remplacés pour diverses raisons (pour assurer la cohérence d’un champ, à cause de la mécompréhension de la nouveauté d’une découverte, etc.). Un exemple frappant est la notion de gène, qui se transforma radicalement en passant du concept pensé par Mendel au 19e siècle à la notion de gène moléculaire issue des travaux de Watson et Crick sur la structure de l’ADN au milieu du 20e siècle. L’étude de la réduction d’une théorie à une autre offre aussi un exemple d’étude de migration conceptuelle, migration conditionnée par des facteurs logiques et sociaux. Lorsque les réductions inter-théoriques échouent, on peut y voir des migrations conceptuelles plus radicales : les changements de paradigme seraient alors des migrations conceptuelles d’une plus grande ampleur, allant jusqu’à l’abandon des concepts d’origine (voir Paradigme et Discipline).

5Les concepts migrent aussi de manière horizontale, lorsque deux champs connexes, mais non apparentés, empruntent, échangent et adaptent des concepts étrangers. Pensons par exemple à l’emprunt de la caractérisation darwinienne de la sélection naturelle et de son adoption par certains économistes pour décrire les processus d’innovation et la domination de certains marchés. Ces migrations ont souvent un rôle qui relève plus de l’analogie ou de la métaphore et jouent un rôle heuristique plutôt que démonstratif. Mais elles jouent parfois le rôle d’une grille d’analyse universelle, où l’on relativise la spécificité d’un phénomène particulier à l’aune d’une théorie plus générale : par exemple, par la proposition d’un darwinisme universel opérant autant et de la même manière sur le plancton que sur les sociétés à actions. L’étude de ces migrations est nécessairement sociologique, historique et philosophique, car nous devons comprendre quelles sont les propriétés des contextes qui rendent possibles ces appropriations de concepts, tout en étudiant également en quoi les modifications conceptuelles nécessaires à cette appropriation modifient la structure logique des théories et des modèles d’accueil.

6L’idée de migration conceptuelle permet donc d’envisager en quoi la philosophie, l’histoire et la sociologie peuvent se rejoindre dans leurs méthodes et intérêts. Cette perspective permet de rendre compte du fait que les théories, modèles et concepts ont une structure logique propre, dont l’étude a une valeur épistémique intrinsèque et relativement indépendante du contexte, tout en reconnaissant que les translations et appropriations de concepts se font de manière dynamique et ne peuvent pas être étudiés de manière purement logique. Les milieux d’acquisitions de ces concepts surdéterminent les choix conceptuels, mais aussi les transformations apportées aux concepts. Bref, réfléchir en termes de migrations conceptuelles semble promettre un juste milieu aux études STS, entre un réalisme naïf qui réifie l’importance des théories et modèles scientifiques et un relativisme absolu où la structure de ces concepts n’a aucune valeur épistémique propre, indépendante des agents qui les manipulent. Les concepts ont une certaine existence en science et c’est aux épistémologues de les identifier et d’étudier les conditions, entre autres sociales et logiques, de leurs migrations.

Bibliographie

Gingras, Yves (2013), Sociologie des sciences, Paris, PUF.

Godfrey-Smith, Peter (2003), Theory and Reality: An Introduction to the Philosophy of Science, University of Chicago Press.

Kellert, Stephen H. (2008), Borrowed Knowledge: Chaos Theory and the Challenge of Learning Across Disciplines, University of Chicago Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search