Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Médias et technologie

Serge Proulx

Texte intégral

1Dans son acception la plus courante, média désigne le « moyen de diffusion » ou le « moyen de communication » que des agents utilisent dans différents types de situations : soit ils souhaitent transmettre des informations sur un mode personnel ou organisationnel (diffusion d’information) ; soit ils cherchent à convaincre autrui (argumentation) ; soit ils veulent échanger et interagir symboliquement avec autrui (communication). Lorsqu’il s’agit de diffusion de masse, le média remplit d’abord une fonction de transmission d’information. Dans les situations de communication interpersonnelle, le média se présente comme un dispositif de médiation qui conditionne (contraint, rend possible) les interactions entre les interlocuteurs (voir Déterminisme technologique). Le terme « média » peut enfin recouvrir des entités naturelles telles que le langage : par exemple, le choix des mots ou l’usage de métaphores spécifiques dans les conversations sont fortement connotés et liés à la biographie de l’interlocuteur, à ses expériences individuelles et sociales passées, à ses appartenances culturelles, à son ancrage socioéconomique.

2Plus généralement, « médias » au pluriel renvoie à une série de moyens techniques utilisés dans les pratiques de communication et/ou de diffusion depuis le 19e siècle : presse, photographie, cinéma, téléphone, radio, télévision, Web, etc. Au 20e siècle, les expressions « communication de masse » et « médias de masse » ont été utilisées pour rendre compte des phénomènes d’industrialisation de la communication et de la culture. La notion de mass media recouvre un modèle unilinéaire de diffusion de masse où un petit nombre de grands réseaux diffusent le même type de messages à des grands groupes d’auditeurs ou de téléspectateurs qui peuvent être répartis sur de vastes territoires géographiques. Pour désigner ces instances de réception en situation de communication de masse, les analystes parlent des « audiences » (auditoires définis à partir de statistiques d’écoute fondées sur la présence ou l’absence des destinataires devant le poste) par opposition aux « publics » (ces derniers ayant une conscience réflexive de leur existence en tant que publics).

3Dans les années 1940 et 1950, les sociologues regroupés autour de Paul Lazarsfeld à l’Université Columbia de New York, ont étudié les contenus véhiculés (messages) par les médias (presse et radio) et l’influence de la diffusion de ces contenus sur les attitudes et comportements des individus et des groupes (sur leurs décisions en matière électorale et dans le domaine de la consommation). Ces chercheurs ont mis en évidence des mécanismes de filtrage dans les processus d’influence où des leaders d’opinion jouaient un rôle d’intermédiaires dans le processus d’influence personnelle (two-step flow). Cette approche des chercheurs de Columbia, appelée aussi « paradigme des effets limités », s’est imposée dans les milieux universitaires pendant près d’un demi-siècle, en rupture avec les perspectives qui attribuaient un pouvoir manipulatoire aux médias (effets directs). Pendant les années 1960, le chercheur canadien Marshall McLuhan, en introduisant le slogan « The Medium is the Message », a contribué à une redécouverte de la portée du medium dans les situations de communication. Il suggérait de considérer les médias comme des « extensions de l’homme », c’est-à-dire le prolongement technique de l’humain permettant de construire la réalité à partir de nouveaux rapports entre les sens contraints par le média.

4À compter des années 1970, le paysage médiatique se transforme progressivement en raison de l’arrivée de plus en plus massive des technologies de l’information et de la communication (TIC) : câble, satellite, Minitel, micro-informatique, télématique, Internet, etc. (voir Réseau socionumérique). La question de la technologie comme élément structurant des rapports de communication devient l’objet de plusieurs nouveaux courants de recherche. La décennie 1980 voit ainsi émerger trois courants de recherches interdisciplinaires : l’étude des « interactions humain-machine » (human computer interaction, HCI), l’étude du travail coopératif s’appuyant sur l’informatique (computer supported cooperative work, CSCW) et enfin, le champ de la « communication médiatisée par ordinateur » (computer-mediated communication, CMC). C’est ce dernier domaine d’étude qui aura les répercussions les plus importantes pour le champ de la sociologie des techniques de communication et qui aboutira en 1999, sous l’impulsion du chercheur américain Steve Jones, à la création de l’Association of Internet Researchers (AoIR) et à la naissance des Internet Studies. Les perspectives d’analyse iront en se multipliant : elles sont devenues hétérogènes du point de vue des problématiques abordées, plus complexes quant aux stratégies méthodologiques mobilisées, et davantage interdisciplinaires.

Bibliographie

Abbate, J. (1999), Inventing the Internet, Cambridge, MIT Press.

Breton, P. et S. Proulx (2012), L’explosion de la communication. Introduction aux théories et aux pratiques de la communication, 4e édition, Paris, La Découverte, coll. « Grands Repères ».

Eisenstein, E. (1979), The Printing Press as an Agent of Change: Communications and Cultural Transformations in Early Modern Europe, Cambridge University Press.

Jauréguiberry, F. et S. Proulx (2011), Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Érès.

Jones, S. G. (dir.) (1999), Doing Internet Research. Critical Issues and Methods for Examining the Net, Londres, Sage Publications.

McLuhan, M. (1964), Understanding Media: The Extensions of Man, New York, McGraw-Hill.

Ong, W. (1982), Orality and Literacy: The Technologizing of the Word, Londres, Methuen.

Thompson, J. B. (1995), The Media and Modernity. A Social Theory of the Media, Cambridge, Polity Press.

Thurlow, C., L. Lengel et A. Tomic (2004), Computer Mediated Communication: Social Interaction and the Internet, Londres, Sage Publications.

Wellman, B. (2004), «The Three Ages of Internet Studies: Ten, Five and Zero Years Ago», New Media and Society, vol. 6, n° 1, p. 123-129.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access