Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Lois scientifiques

Frédéric Bouchard

Texte intégral

1Le terme « loi » est au cœur de l’histoire des sciences. Ainsi, Newton, dans un effort de mathématisation du monde naturel, postula trois lois du mouvement (« axiomata sive leges motus ») et une grande partie du développement de la physique a consisté dans la recherche de telles lois de la nature. On parle, par exemple, de la loi de la chute des corps de Galilée. Mais le désir de découvrir les lois universelles de la nature ne se confine pas à la physique. En fait, la plupart des disciplines scientifiques (que l’on parle des sciences naturelles ou des sciences sociales) ont proposé, à un moment ou un autre de leur histoire, des énoncés identifiés comme des lois (voir Discipline et Paradigme).

2Pour bien comprendre la spécificité de la démarche scientifique, il est donc essentiel de comprendre et d’analyser l’usage du terme « loi ». Pour diverses raisons, la philosophie des sciences est la discipline vouée à l’étude des sciences qui a montré le plus grand intérêt pour l’analyse du concept de loi (voir Philosophie des sciences).

3Pendant une grande partie de l’histoire des sciences (en gros du 16e siècle au milieu du 19e siècle) la démarche scientifique expérimentale ou théorique a servi de base à la « philosophie de la nature ». Ainsi, durant cette période, toute démarche métaphysique (s’interrogeant sur ce qu’est fondamentalement le réel au-delà de notre expérience de tous les jours) mobilisait l’appareillage théorique et expérimental de la méthode scientifique naissante et, inversement, toute découverte scientifique expérimentale suggérait une vérité plus profonde sur le fonctionnement même de l’univers. Ceci est évident chez Newton et Leibniz (pour lesquels métaphysique, cosmologie, mathématique et observations se trouvent intimement liées), et reste vrai pour la plupart des scientifiques de cette période. Or, la plupart des « philosophes de la nature » présumaient que l’univers était régi par des lois universelles : le monde naturel était gouverné par une forme de nécessité qui expliquait les régularités observées dans l’expérience de tous les jours. Ainsi, l’invention et la formalisation de lois scientifiques signifiaient en fait la découverte et la mise en forme de « lois de la nature » (d’origine divine ou non) en leur efficience causale. Une grande partie du développement de la philosophie moderne s’est donc fait en parallèle à la recherche de lois de la nature. Pendant quelques siècles, la notion de loi et la formulation de lois n’ont donc pas constitué des objets externes à la philosophie, mais ont fait partie intégrante de cette discipline.

4Outre cette explication généalogique, la philosophie des sciences a trouvé au 20e siècle une autre raison de focaliser ses efforts sur la notion de loi scientifique. Le 19e siècle postkantien avait vécu l’effervescence d’une métaphysique que l’on peut qualifier de spéculative. Ainsi, contrairement à la philosophie de la nature des siècles précédents, la métaphysique et les développements positifs et expérimentaux des sciences étaient devenus des projets indépendants (du moins du point de vue de la philosophie académique). La métaphysique divorçait ainsi complètement de ce que la science (surtout empirique) pouvait offrir. Le rejet philosophique de celle-ci s’inspirait de l’idée que observation induisait en fait à l’erreur par rapport à la vérité constitutive du réel. La philosophie allemande de la fin du 19e et du début du 20e siècle était dominée par cette métaphysique spéculative. Or, plusieurs philosophes de mouvance empiriste (thèse selon laquelle seule l’expérience sensible est garante de connaissance justifiée, souvent opposée au rationalisme) s’inscrivirent en faux contre ce courant et en proposèrent un autre, nommé positivisme puis empirisme logique, qui en vint à dominer la philosophie des sciences anglo-saxonne. Pour ces philosophes (comme Carnap, Reichenbach ou Hempel), la métaphysique spéculative n’est pas en mesure d’offrir des connaissances justifiées et la philosophie devrait donc consacrer tous ses efforts à dévoiler les relations logiques entre les énoncés fournis par la science qui, elle seule, par sa méthode empirique, est en mesure d’offrir des connaissances sur le réel de manière justifiée. Hempel a proposé l’une des théories les plus influentes concernant la spécificité de l’explication scientifique. Dans son approche déductive-nomologique (nomos signifie « loi » en grec), toute bonne explication scientifique devrait être traduisible sous la forme d’un syllogisme déductif où la loi scientifique serait l’énoncé universel qui sous-tend l’argument meublé par les énoncés empiriques particuliers. Ainsi, seules les explications scientifiques fondées sur des lois universelles auraient un statut explicatif certain. Ces lois devraient être universelles, capables de corroborer des contrefactuels, ne pas être tautologiques (ce qui implique qu’elles ont un contenu empirique) et être cohérentes avec nos autres théories les mieux établies.

5En fait, l’existence de lois universelles garantirait la cohérence logique interne à une théorie scientifique. Cette cohérence ainsi que l’aspect déductif de l’explication scientifique expliqueraient la supériorité épistémique de la science comme source de connaissance par rapport à d’autres types de connaissances qui ne peuvent se fonder sur des lois. La recherche de lois est donc passée du statut d’idéal régulateur en science à celui de nécessité épistémique pour le philosophe des sciences, du moins jusqu’à la première moitié du 20e siècle. Ce consensus large commença à s’effriter à partir des années 1960 : plusieurs décrièrent la capacité d’une approche nomologique à décrire l’activité réelle de la plupart des scientifiques. Cette mouvance mena plusieurs philosophes des sciences à adopter une approche fondée sur la description des modèles plutôt que des lois scientifiques (voir Modèles scientifiques et Théories scientifiques).

Bibliographie

Carroll, John W. (2012), «Laws of Nature», The Stanford Encyclopedia of Philosophy, Edward N. Zalta (dir.), http://plato.stanford.edu/archives/spr2012/entries/laws-of-nature/.

Godfrey-Smith, Peter (2003), Theory and Reality: An Introduction to the Philosophy of Science, University of Chicago Press.

Hempel, Carl G. (2012), Éléments d’épistémologie, trad. B. Saint-Sernin, Paris, Armand Colin.

Auteur

Professeur au département de philosophie de l’Université de Montréal, titulaire de la chaire ESOPE de philosophie, directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie
Directeur du CIRST et le premier titulaire de la chaire ÉSOPE de philosophie, à l'Université de Montréal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search