Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Invention et innovation technologique

Petr Hanel et L. Martin Cloutier

Texte intégral

1L’invention est la création et la démonstration d’un concept ou d’une idée sous la forme d’un produit (objet) ou procédé nouveau ou amélioré, rendu possible grâce à la combinaison de nouvelles connaissances ou de connaissances existantes. Bien qu’elle puisse être motivée par les besoins d’usagers, une invention se matérialise en marge de tout aspect commercial, dans le but de satisfaire un besoin intellectuel de comprendre ou par simple curiosité (voir Inventeur). Certaines inventions peuvent être radicales et satisfaire un besoin d’une manière totalement unique et nouvelle, plutôt qu’incrémentale. Parfois, l’utilité d’une invention ne devient apparente que des années suivant sa création. Les inventions peuvent définir de nouveaux contours ou établir de nouvelles possibilités pour l’activité humaine (voir Objet technique). Théoriquement, si elles respectent certains critères de nouveauté, parfois établis différemment selon les juridictions, les inventions peuvent alors être brevetées, et ainsi les droits de propriété de ses inventeurs s’en trouvent légalement protégés (voir Brevets et propriété intellectuelle).

2En contraste avec l’invention qui consiste en la création et démonstration d’un concept ou d’une idée de produit ou de procédé nouveau ou amélioré, réalisable et d’utilité pratique, l’innovation est l’introduction d’un nouveau produit, procédé ou système dans les activités commerciales ou sociales habituelles d’une entreprise.

3Pour qu’une invention devienne une innovation, une « preuve de concept » (proof of concept, ou démonstration de faisabilité) est nécessaire. En effet, l’invention doit satisfaire de nombreux critères (technologiques, économiques et commerciaux, légaux), permettant ainsi de réaliser une valeur économique de commercialisation. Il est généralement accepté qu’une très faible proportion des inventions donnera lieu à des innovations (voir Gestion de la technologie).

4Nous devons à Schumpeter l’analyse de l’innovation comme source du développement économique (voir Économie, science et technologie). Dans sa conception, le capitalisme peut seulement être compris comme un processus continu d’innovation et de « destruction créative ». Les innovations « radicales », typiquement l’œuvre d’entrepreneurs et source de leur richesse personnelle, façonnent les grandes mutations du monde, alors que les innovations « incrémentales », souvent le résultat de la R-D routinière, alimentent de manière continue le processus de changement. Les deux types d’innovation sont complémentaires et dépendent de l’état des connaissances scientifiques. L’environnement institutionnel, les politiques et les organisations créent un système national, régional et sectoriel plus ou moins favorable à l’innovation (voir Systèmes d’innovation).

5Depuis vingt ans, la plupart des agences statistiques mesurent l’activité d’innovation (voir Système statistique national). Le Manuel d’Oslo, produit par l’OCDE, définit l’innovation et recommande la méthodologie de collecte de données sur les divers aspects de l’innovation. Le manuel est implicitement fondé sur le modèle dit interactif de l’innovation. On considère qu’une entreprise a introduit une innovation dans le secteur des entreprises (qui comprend le secteur de l’industrie et des services) si elle a introduit sur le marché un produit (bien ou service) ou un procédé de production nouveau ou amélioré du point de vue « technologique ». Les produits et procédés nouveaux du point de vue technologique peuvent aussi inclure les changements organisationnels nécessaires à leur réalisation, voire l’établissement de nouveaux modèles d’affaires. Pour être prise en compte, la nouveauté de l’innovation doit être évidente sur le plan des caractéristiques objectives, mesurables ; les modifications qui font appel à des préférences subjectives, esthétiques ou autres, ne se qualifient pas comme innovations. L’impact économique d’une innovation se matérialise par la diffusion de l’innovation (voir Diffusion de la technologie).

Bibliographie

Freeman, C. (1982), The Economics of Industrial Innovation, Pinter.

Kline, S. J. et N. Rosenberg (1986), «An Overview of Innovation», dans R. Landau et N. Rosenberg (dir.), The Positive Sum Strategy. Harnessing Technology for Economic Growth, National Academy Press, Washington, D.C., p. 275-305.

Lundquist, G. (2003), «A rich vision of technology transfer, technology value management», Journal of Technology Transfer, vol. 28, nos 3-4, p. 265-284.

Markham, S. K., S. J. Ward, L. Aiman-Smith et A. I. Kingon (2010), «The valley of death as context for role theory in product innovation», Product Development & Management Association, vol. 27, n° 3, p. 402-417.

OCDE (2005), Manuel d’Oslo : Principes directeurs pour le recueil et l’interprétation des données sur l’innovation, 3e édition.

Rosenberg, N. (1994), Exploring the Black Box: Technology, Economics and History, Cambridge University Press.

Schumpeter, J. (1939), Business Cycles, A Theoretical, Historical and Statistical Analysis of the Capitalist Process, McGraw Hill.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search