Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Inventeurs

Jean-Louis Trudel

Texte intégral

1L’inventeur individuel n’est plus. L’invention est maintenant comprise comme un acte collectif puisque la démarche novatrice peut se décomposer en étapes distinctes, de l’idéation à la réalisation, tandis que son résultat ne se résume plus à un objet unique, complet et suffisant dès son apparition. Elle n’est pas séparable de ce qui la prépare en amont (projets, ébauches, découvertes scientifiques) ou des perfectionnements successifs qui s’enchaînent en aval, nourris par les préférences des usagers ou des savoir-faire complémentaires (voir Diffusion de la technologie). Plurielle et malléable, elle est le fait d’une communauté et ce sont les inventeurs dans leur ensemble que les spécialistes étudient en tant que groupe social.

2Pourtant, l’inventeur solitaire a été honoré pendant des siècles. Si les premiers inventeurs – du feu, de la pierre taillée, de la domestication – restent inconnus, leurs successeurs ont joui d’une reconnaissance publique dont l’ampleur moderne (constatée pour Edison comme pour Jobs) s’enracine dans l’Antiquité. L’inventeur était alors un personnage héroïque, émule de Prométhée et bienfaiteur de l’humanité. L’Histoire naturelle de Pline l’Ancien attribue plus d’une invention à telle ou telle déité, de même qu’à des fils de Saturne, Jupiter ou Mars, et précise que Cérès a été divinisée pour son inventio de la culture du blé.

3La Renaissance renoue avec cette tradition en voulant honorer les responsables des nouvelles inventions, mais la paternité du procédé technique inédit prend aussi une valeur commerciale, d’abord dans le contexte des guildes et corporations médiévales, puis sous la forme des privilèges exclusifs accordés par des États européens aux innovateurs. Une loi vénitienne de 1474 énonce les principes du brevet d’invention. Lorsque les systèmes de brevets se généralisent pendant la Révolution industrielle, ils confirment le rôle de l’inventeur (voir Brevets et propriété intellectuelle).

4Au 19e siècle, l’inventeur entre dans le panthéon des gloires nationales. En Europe, il est concurrencé par les grands entrepreneurs, les savants ou les auteurs. Aux États-Unis, toutefois, les Fulton, Morse et Bell sont portés aux nues par une culture techniciste qui s’enthousiasme pour les exploits du « sorcier de Menlo Park ».

5La fondation des premiers laboratoires consacrés à la recherche annonce pourtant l’effacement de l’inventeur solitaire (voir Invention et innovation). Les économies industrialisées lui font de moins en moins de place. La conception même de la recherche et du développement évacue le défi de l’invention et présuppose des finalités connues. Les ingénieurs sont formés non à exercer leur inventivité, mais à analyser un système technique afin de l’améliorer. Les laboratoires industriels des compagnies établies se soucient d’abord de protéger leur pré carré, tandis que les start-ups se préoccupent surtout du lancement d’un produit concret. Le travail en équipe suffit à engendrer les perfectionnements et les variantes techniques qui intéressent les grandes compagnies, privant les inventeurs indépendants d’un important débouché. En 1931, les corporations engrangent plus de brevets aux États-Unis que les inventeurs indépendants. En 1940, le bureau du recensement aux États-Unis élimine la profession d’inventeur de sa liste d’occupations.

6Les inventeurs se fondent dès lors dans une catégorie indifférenciée qui mêle entrepreneurs, détenteurs de brevets et bricoleurs du dimanche. Comme activité, l’invention est tenue pour acquise, traitée comme une boîte noire ou réduite à un processus qu’un logiciel peut reproduire – en 2005, les États-Unis accordent un premier brevet à une invention conçue par les algorithmes évolutionnaires de la programmation génétique. L’éthologie a même revendiqué pour certains animaux la capacité d’inventer que la sociologie occulte chez les humains.

7La personnalité des inventeurs conserve néanmoins sa pertinence explicative. Pétrie d’ingéniosité, de persévérance et d’optimisme, elle se caractérise par un opportunisme aussi flexible qu’adaptable, doublé d’un impitoyable sens critique. Ces traits n’excluent nullement les collaborations, qui bénéficient de la diversité des points de vue et des expériences de chacun. Si l’inspiration est forcément individuelle, à la croisée du savoir scientifique et du savoir-faire pratique, elle peut s’enrichir de celle des autres et profiter d’une adroite division du travail collectif. C’est en conciliant ces contraires que les inventeurs, qu’ils soient entrepreneurs schumpétériens, intrants économiques, acteurs latouriens, ingénieurs hétérogènes ou parties prenantes de cadres technologiques, continuent à créer notre monde (voir Sociologie des sciences).

Bibliographie

Bijker, W. E. (1995), Of Bicycles, Bakelites, and Bulbs. Toward a Theory of Sociotechnical Change, Cambridge (MA), MIT Press.

Committee for Study of Invention (2004), Invention: Enhancing Inventiveness for Quality of Life, Competitiveness, and Sustainability, Lemelson-MIT Program et National Science Foundation.

Gilfillan, S. C. (1935), The Sociology of Invention. An Essay in the Social Causes of Technic Invention and Some of Its Social Results; Especially as Demonstrated in the History of the Ship, Follett Publishing Company.

Long, P. O. (2001), Openness, Secrecy, Authorship. Technical arts and the Culture of Knowledge from Antiquity to the Renaissance, Johns Hopkins University Press.

Schumpeter, J. (1934), The Theory of Economic Development, Cambridge, Harvard University Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search