Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Internationalisation de la R-D

Jorge Niosi

Texte intégral

1La recherche industrielle a commencé à s’internationaliser dès les premières décennies du 20e siècle par le truchement des activités des entreprises multinationales (EMN). Pourtant, la phase de grande expansion des activités internationales de R-D que nous connaissons a pris naissance après la Deuxième Guerre mondiale, sous l’effet combiné de la forte croissance de la R-D universitaire et industrielle et de la mondialisation accélérée de l’économie (voir Invention et innovation).

2Mais il n’y a pas que l’intensité de l’internationalisation qui ait changé : ses modèles ont subi des transformations importantes. Ainsi, avant la Deuxième Guerre mondiale ainsi que dans l’immédiat après-guerre, les entreprises multinationales bâtissaient des centres de R-D outremer pour transférer la technologie qu’elles avaient développée pour leur marché interne et l’exploiter ailleurs (voir Clivage technologique). La véritable R-D était cantonnée au centre (notamment aux États-Unis), au lieu du siège social, tandis que les unités expatriées jouaient un rôle auxiliaire : il s’agissait d’unités de transfert de technologie, avec quelques activités de modification pour adapter la technologie au marché local du pays récepteur. Les voitures produites en Amérique latine ou en Asie par des entreprises américaines ou européennes, par exemple, étaient rendues plus simples et moins coûteuses. Cependant, comme une certaine convergence rapprochait l’Europe occidentale, le Canada, le Japon et les États-Unis, les EMN commencèrent à internationaliser leurs activités selon d’autres modèles. Certaines entreprises ont adopté un modèle décentralisé, où diverses filiales exécutaient de la R-D pour leurs propres lignes de produits. D’autres sociétés avaient des laboratoires centraux pour faire de la R-D sur des lignes futures de produits, et diverses unités de développement technologique dans différents marchés outremer. IBM et Nortel avaient adopté ces modèles. De manière sommaire, Kuemmerle qualifie de « stratégie d’exploitation à l’étranger de la technologie propre » celle qui a prédominé avant les années 1960, et qualifie de « stratégie d’apprentissage et d’exploration technologiques » la stratégie qui s’est imposée depuis ce temps.

3Les entreprises évaluent les arguments pour et contre l’internationalisation de leurs activités de R-D. Les arguments pour la centralisation près du siège social sont solides : l’indivisibilité de bien des activités de R-D milite en faveur des grands laboratoires centraux ; les liens avec les gouvernements du pays où siège la maison-mère sont généralement plus solides qu’avec les pays hôtes ; les risques de nationalisation et d’imitation de la technologie sont plus élevés dans des pays étrangers. Par contre, les facteurs favorables à l’expatriation des activités de R-D sont également puissants : les marchés étrangers, en particulier ceux des pays émergents, croissent plus rapidement que ceux des pays de l’OCDE ; la scolarisation de la main-d’œuvre y augmente aussi, les grands bassins de travailleurs hautement qualifiés ne se trouvant plus uniquement dans les pays du Nord. Les projets nécessitant de grandes contributions publiques – comme le design de nouveaux avions – sont risqués et dépassent souvent les capacités de financement des pays les plus riches, tandis que mettre à contribution des pays comme la Chine, l’Inde et le Brésil exige d’y installer des activités de R-D et de soustraiter des activités technologiques (voir Financement de la science). La recherche d’idées nouvelles pousse également les entreprises à internationaliser leurs activités de R-D. Cantwell et Zhang ont montré que les entreprises cherchent à avoir des laboratoires expatriés dans les pays qui sont considérés comme les chefs de file dans une industrie : l’Allemagne attire ainsi la R-D de l’industrie chimique, tandis que les États-Unis attirent les activités innovantes des entreprises dans les technologies de l’information et des communications (voir Systèmes d’innovation).

4La R-D industrielle n’est pas la seule à s’internationaliser. La recherche universitaire le fait aussi (voir Université et Territoires et sciences). En témoignent les chiffres sur la croissance du volume d’articles écrits par des auteurs de pays différents. Entre 1988 et 2007, l’Union européenne a multiplié les articles écrits en coopération internationale, qui passent de 22 % à 50 % de tous les articles publiés en science et génie ; en 2007, 30 % des articles signés par des auteurs américains avaient des coauteurs étrangers, contre 10 % en 1988. L’Inde et le Japon ont connu des augmentations semblables ; seule la Chine n’a connu qu’une augmentation modeste de l’internationalisation de ses activités de recherche universitaire, visible dans une proportion de 22 % à 25 % d’articles pendant la même période. Il est possible que les barrières linguistiques et la taille du pays soient des obstacles difficiles à franchir pour bien des universitaires chinois. En utilisant une méthodologie légèrement différente, Engels et Ruschenburg ont montré que le pourcentage des articles écrits par des auteurs d’un seul pays avait diminué considérablement entre 1993 et 2002 et que les articles ayant des auteurs de pays multiples avaient augmenté. Les facteurs qui favorisent cette collaboration internationale sont l’accès à des ressources étrangères (données, équipements, talents), la stimulation mutuelle, la possibilité de publier dans de meilleures revues (voir Facteur d’impact), et la possibilité d’ouvrir une fenêtre sur le monde universitaire d’autres pays, comme les États-Unis et, de plus en plus, la Chine.

Bibliographie

Cantwell, J. (1989), Technological Innovation and Multinational Corporations, Oxford, Basil Blackwell.

Cantwell, J. et Y. Zhang (2011), «Innovation and location in the multinational firm», International Journal of Technology Management, vol. 15, n° 1, p. 29-68.

Engels, A. et T. Ruschenburg (2008), «The uneven spread of global science: international collaboration in global environmental change research», Science and Public Policy, vol. 35, n° 5, p. 347-360.

Kuemmerle, W. (1999), «The drivers of foreign direct investment into research and development: an empirical investigation», Journal of International Business Studies, vol. 30, n° 1, p. 1-24.

National Science Foundation (2010), Science and Engineering Indicators, Washington, National Academies Press.

Niosi, J. (1999), «The Internationalization of Industrial R&D: From Technology Transfer to the Learning Organization», Research Policy, vol. 28, nos 2-3, p. 107-117.

Ronstadt, R. (1984), «R & D abroad by US multinationals», dans R. Stobaugh et L. T. Wells Jr (dir.), Technology Crossing Borders, Boston, Harvard Business School Press, p. 157-176.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access