Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Impacts économiques de la science, de la technologie et de la recherche

Catherine Beaudry et Annie Martin

Texte intégral

1Les termes impacts, bénéfices, effets et résultats sont souvent utilisés de façon interchangeable. Walter et ses collaborateurs classent ainsi des bénéfices à court, moyen et long terme comme étant respectivement des « produits » (output), des « impacts » et des « résultats » (outcomes). D’autres, comme Salter et Martin, distinguent les résultats « immédiats », « intermédiaires » et « ultimes », tandis que Godin et Doré parlent tout simplement d’« impacts ». Étant donné le manque de consensus sur le plan de la terminologie, la définition présentée ici se veut plus englobante que restrictive.

2La notion d’impact est multidimensionnelle et peut inclure : les effets de nouvelles connaissances sur l’économie et la population ; les effets de nouvelles technologies sur les pratiques, la culture et les comportements ; les effets environnementaux de nouveaux processus ; ou les effets de politiques sur la croissance économique et l’amélioration de la qualité de vie (voir Externalités de la R-D). Directs ou indirects, les impacts possibles de la science, de la technologie et de la recherche sont donc variés. Ils peuvent être classés en trois grandes familles : les impacts technologiques, économiques et sociaux. Alors que les impacts économiques ont fait l’objet de nombreuses études, les impacts sociaux, culturels, politiques et organisationnels ont été largement négligés. Certains, comme Dasgupta et David, parlent ainsi plutôt d’impacts socioéconomiques, en mettant les impacts sociaux sous l’ombrelle des impacts économiques. Parmi les impacts sociaux envisageables, on dénombre le bien-être de la population, l’amélioration de la qualité de vie ou la création d’emploi (aussi un impact économique) ; ces impacts peuvent aussi être négatifs, comme la délocalisation de la main-d’œuvre ou la destruction de l’environnement.

3Les gouvernements visent une intensité des dépenses de R-D représentant 3 % du produit intérieur brut (PIB), la majeure partie provenant du secteur public afin de stimuler des activités scientifiques et technologiques dont les impacts indirects sont de nature socioéconomique (voir Financement de la science). Le gouvernement joue d’ailleurs de plus en plus le rôle de catalyseur de la science, de l’innovation et de la technologie par l’intermédiaire du financement de la recherche, autant publique que privée.

4Cette intervention prend diverses formes. Le financement public du secteur privé engendre des augmentations des activités de R-D et des innovations, des réductions du cycle d’innovation et une performance accrue des entreprises dans des domaines où le marché ne suffit pas à stimuler l’investissement privé en recherche. Le financement public des universités, lui, génère sans doute un effet de signal qui favorise l’obtention de subventions ou de contrats, ainsi que l’attraction de chercheur-étoiles (voir Université). Parmi les bénéfices de la recherche subventionnée, Salter et Martin identifient une série d’impacts qu’ils qualifient d’« intermédiaires » : la quantité de connaissances et la résolution de problèmes, la formation de personnel qualifié, la création de technologies et de processus, la formation de réseaux et la stimulation d’interactions sociales, et l’émergence de nouvelles compagnies. Ces retombées sont jugées distinctes d’impacts « ultimes », comme l’impact de la science sur la population, la santé, les capacités organisationnelles, les comportements, l’environnement, etc.

5Le financement privé de la recherche industrielle se traduit généralement par l’augmentation des activités innovantes, de nouveaux produits et services en découlant, de nouvelles parts de marché ou l’entrée sur de nouveaux marchés. L’impact du financement privé de la recherche publique est souvent associé à la résolution de problèmes industriels, à la commercialisation de la recherche appliquée, au partage de la propriété intellectuelle et à l’émergence d’entreprises dérivées (voir Invention et innovation).

6Geisler estime que la sélection des méthodes de mesure d’impact de la R-D nécessite une analyse du phénomène en partant du général au spécifique, afin de comprendre les concepts sous-jacents de la recherche et l’étendue possible des bénéfices. Il paraît en effet crucial de comprendre ce que l’on veut mesurer. Les méthodes économiques à elles seules ne peuvent brosser un portrait global des impacts de la R-D, en se limitant à des groupes précis de retombées comme le profit, la productivité et l’emploi (voir Approches d’entrée-sortie). Parmi les indicateurs d’impact technologique, le calcul des articles scientifiques, brevets et citations permet de retracer l’intensité des activités scientifiques et d’en faire l’analyse à l’aide d’outils bibliométriques. L’examen par les pairs de ces indicateurs et des résultats de la recherche peut donner une indication de l’impact de la recherche dans le monde scientifique. Malgré la variété des outils disponibles, plusieurs critiquent en fait le caractère jugé anecdotique des études d’impacts sociaux. L’hétérogénéité même des méthodes d’évaluation révèle la difficulté à standardiser l’étude des impacts sociaux (voir Statistisation).

Bibliographie

Blume-Kohout, M., K. Kumar et N. Sood (2009), Federal life sciences funding and university R & D, NBER Working Paper n° 15146.

Dasgupta, P. et P. David (1994), «Towards a New Economics of Science», Research Policy, vol. 23, n° 5, p. 487-521.

Geisler, E. (2000), The metrics of science and technology, Quorum Books, États-Unis.

Godin, B. et C. Doré (2005), « Measuring the Impacts of Science: Beyond the Economic Dimension », INRS Urbanisation, Culture et Société.

Lepori, B., R. Barré et G. Filliatreau (2008), «New perspectives and challenges for the design and production of S & T indicators», Research Evaluation, vol. 17, n° 1, p. 33-44.

Olsen, S. (2003), Social Return on Investment: Standard Guidelines, Berkeley, University of California, Center for Responsible Business, https://bitly/19o9Tko.

Pisano, G. (1990), «The R&D boundaries of the firm: an empirical analysis», Administrative Science Quaterly, vol. 35, p. 53-177.

Roessner, J. D. (2002), «Outcome Measurement in the USA: State of the Art», Research Evaluation, vol. 11, n° 2, p. 85-93.

Salter, A. J. et B. R. Martin, (2001), «The economic benefits of publicly funded basic research: a critical review», Research Policy, vol. 30, p. 509-532.

Walter, A. I., S. Helgenberger, A. Wiek et R. W. Scholz (2007), «Measuring societal effects of transdisciplinary research projects: Design and application of an evaluation method», Evaluation and Program Planning, vol. 30, p. 325-338.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access