Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Histoire des sciences

Peter Keating

Texte intégral

1Les premières études d’histoire des sciences ont été écrites par des scientifiques qui, désireux de situer leurs propres résultats dans une filiation ou, inversement, de se démarquer des connaissances antérieures, produisirent des récits sur les origines de leurs pratiques et sur les accomplissements de leurs prédécesseurs. Ainsi, dès l’Antiquité, l’auteur anonyme d’un traité hippocratique intitulé Médecine ancienne (env. 410 av. J.-C.) retrace les développements progressifs du savoir médical de manière à discréditer la nouvelle doctrine d’Empédocle (490-430 av. J.-C.) sur les quatre humeurs. Cette utilisation de l’histoire comme critique des contenus de connaissance, comme retour vers les origines d’une pratique ou comme revendication de rupture et d’originalité, fera date. On la retrouve par exemple dans la Physique d’Aristote, ou encore toute condensée dans une formule célèbre reprise par Isaac Newton dont les recherches, qui bénéficiaient de celles de René Descartes et de Robert Hooke, étaient dites montées « sur des épaules de géants ».

2La référence de Newton à ses précurseurs s’inscrivait cependant dans le contexte d’une transformation profonde des institutions scientifiques. Au cours du 17e siècle, avec la fondation des cercles scientifiques italiens d’abord, puis celle des académies en France et en Angleterre par la suite, la pratique de la science tendit à revêtir plutôt la forme d’une entreprise collective que celle d’une tâche individuelle. Les récits d’histoire des sciences ne demeurèrent pas inaltérés par cette mutation dans l’organisation du travail scientifique. Et alors même que, de son propre chef, Newton inscrivait ses travaux dans le prolongement d’une tradition spécifique, la Société royale d’Angleterre (fondée en 1660) mandatait Thomas Sprat pour écrire une histoire de la jeune institution, spécifiant qu’il s’agissait d’en décrire la mission comme un projet collectif de ses membres. Le résultat, L’histoire de la Société royale de Londres (1667), en serait un traité tout aussi programmatique qu’historique, une caractéristique peut-être surprenante mais qu’il gardera néanmoins en commun avec bien des revues plus actuelles de la littérature scientifique.

3Il faut dire que le contenu alors accordé à la notion d’histoire elle-même n’est plus d’usage aujourd’hui, n’ayant pas encore intégré les dimensions de développement ou d’évolution que l’historisation générale de la nature par les sciences biologiques et géologiques allait lui accoler à partir du 19e siècle. Lui-même « siècle de progrès », au sens où l’entendait Auguste Comte, pour qui incidemment la sociologie naissante était appelée à chapeauter l’édifice des sciences constituées, le 19e siècle voyait naître l’idée d’une histoire des sciences fondée sur l’étude des perfectionnements de la méthode scientifique. L’histoire des sciences inductives (1837) et son prolongement dans la Philosophie des sciences inductives fondée sur leur histoire (1840) de William Whewell en témoignent, introduisant au passage le substantif « scientifique » lui-même. À la fin du siècle, le physicien, philosophe et historien allemand Ernst Mach soutiendrait non seulement que la science puisse progresser par voie de sélection naturelle de ses théories, mais encore que ses origines s’enracineraient dans la biologie humaine.

4En dépit de cet intérêt manifeste porté aux lois générales du développement scientifique (voir Loi scientifique), l’histoire des sciences elle-même ne devait se doter de ses véritables fondations qu’entre les deux guerres mondiales, dans le cours des travaux de Gaston Bachelard en France et de Ludwik Fleck en Allemagne, où s’articule une toute nouvelle conception de l’activité scientifique. Dans la foulée d’une crise des sciences précipitée à la fois par les thèses d’Albert Einstein sur la relativité au tournant du siècle, et par l’imbrication inédite des sphères jusqu’alors distinctes de la recherche et de l’économie qu’inaugurait la seconde révolution industrielle, les travaux de Bachelard en histoire et philosophie des sciences réorientaient l’étude de la dynamique historique des sciences dans le sens d’une analyse de ses caractères techniques et sociaux (voir Science). Entre autres choses, Bachelard a montré que les théories scientifiques ne flottaient pas dans des propositions et des écrits, mais qu’elles s’incarnaient dans des techniques. Pour lui, la science n’étudie jamais des phénomènes naturels tout faits ; plutôt, elle les produit par l’utilisation d’instruments et la réalisation d’expériences. En conséquence de quoi il ne peut y avoir une méthode unique de la science, mais plutôt une pluralité méthodologique correspondant au développement multiforme des techniques expérimentales se soldant dans la forme d’une phénoménotechnique, où le rapport entre concept et technique en devient un d’échanges constants. Or, si le développement des techniques ne saurait être isolé du développement industriel ni, plus généralement, de l’univers social où il s’intègre, cela ne signifie pas qu’il s’y réduise tout à fait. La différenciation des disciplines et des spécialités se produisant au sein de la cité scientifique correspond à un mouvement interne des pratiques de recherche qui, rompant avec le sens commun, avancent sur le plan historique en rectifiant constamment des erreurs persistantes (voir Discipline).

5Nommé en 1940 directeur de l’Institut d’histoire des sciences et des techniques de Paris (fondé en 1932), Bachelard contribuerait aussi à l’institutionnalisation de l’histoire des sciences en tant que discipline académique. George Canguilhem lui succéderait à ce poste en 1955, faisant de l’Institut l’un des centres de l’épistémologie historique les plus réputés mondialement. Aux États-Unis, le personnage central du déploiement de la nouvelle discipline serait l’historien d’origine belge George Sarton, fondateur en 1919 de la revue Isis, qui demeure encore aujourd’hui la publication phare du domaine, premier professeur d’histoire des sciences à l’Université Harvard et fondateur de son « Department of the History of Science », l’une des plus importantes institutions du domaine. Son décès en 1956 devait laisser sans suite le vaste projet synthétique qu’il avait caressé et qui consistait en un survol historique mondial de toutes les disciplines scientifiques, indiquant à quel point le projet disciplinaire demeurait une coquille vide dans le monde anglo-saxon de l’après-guerre. Mais il s’agissait d’une situation que les travaux d’un enseignant du département de Harvard durant les années 1950 devaient changer. La structure des révolutions scientifiques (1962), le célèbre ouvrage de Thomas Kuhn et l’un des textes les plus cités de toute la littérature des sciences sociales dans la seconde moitié du 20e siècle, rejoignait les thèses de Bachelard dans leur critique d’une représentation commune qui voit dans l’évolution des sciences l’effet d’un progrès cumulatif des méthodes et des concepts. Pour Kuhn, l’histoire des sciences fait apparaître une succession de paradigmes ou de matrices disciplinaires incommensurables, alors que les périodes révolutionnaires de changement de paradigme s’intercalent entre des périodes relativement longues de science normale durant lesquelles, enchâssés dans les pratiques routinières, les présupposés du paradigme ne sont pas remis en question (voir Paradigme). La notion de période révolutionnaire constitue le point névralgique de ce schème conceptuel du développement des sciences, puisqu’elle désigne une période durant laquelle les chercheurs sont invités à choisir entre deux (ou plusieurs) théories scientifiques sur des bases que les données scientifiques elles-mêmes ne peuvent fournir. Cette ouverture à la délibération et l’introduction corrélative de la notion de controverse scientifique ont pavé la voie à une série d’études historiques cherchant à mettre au jour les rapports plus ou moins directs entre les contenus de la connaissance scientifique et leur contexte socioculturel de production (voir Controverse).

6Depuis les années 1980, lorsqu’elle n’est pas détournée par le champ voisin de l’histoire sociale et culturelle, l’histoire des sciences est aux prises à l’interne avec ses propres tendances rivales, qui tantôt se chevauchent, tantôt se contredisent. Ainsi, les tenants de la « techno-science » rejettent toute distinction marquée entre science et technologie, préférant traiter les deux objets sur un continuum, affectant par là de contourner la distinction entre science et société (voir Technologie). Au contraire, les héritiers du projet de l’épistémologie historique considèrent que c’est dans la science expérimentale elle-même, et notamment dans le creuset des systèmes expérimentaux que la démarcation entre l’objet technique et l’objet épistémique ou scientifique surgit. Entre ces deux tendances, d’autres travaux ont marqué un tournant pratique dans l’histoire des sciences, dont ceux sur les sciences expérimentales. Plus intéressée à l’analyse des outils et des routines de la science telle qu’elle se fait que par l’étude des révolutions scientifiques ou la succession des concepts, cette dernière tendance permet de faire apparaître de nombreuses passerelles possibles entre science et société, restées jusqu’alors insoupçonnées.

Bibliographie

Bachelard, Gaston (1934), Le nouvel esprit scientifique, Paris, PUF.

Canguilhem, Georges (1968), Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin.

Fleck, Ludwik (1981 [1935]), The Genesis and Development of a Scientific Fact, University of Chicago Press.

Forman, Paul (2007), «The Primacy of Science in Modernity, of Technology in Postmodernity, and of Ideology in the History of Technology», History and Technology, vol. 23, p. 1-152.

Hacking, Ian (1983), Representing and Intervening: Introductory Topics in the Philosophy of Natural Science, Cambridge University Press.

Kuhn, Thomas (1962), The Structure of Scientific Revolutions, University of Chicago Press.

Latour, Bruno (1989), La science en action, Paris, La Découverte.

Rheinberger, Hans-Jörg (2010), On Historicizing Epsitemology, Stanford University Press.

Sarton, George (1927-1948), Introduction to the History of Science, 3 vols., Baltimore, Williams & Wilkins.

Zhmud, L. (2006), The Origin of the History of Science in Classical Antiquity, trad. A. Chernoglazov, Berlin, De Gruyter.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access