Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Guerre, science et technologie

Serge Bernier

Texte intégral

1Derrière les combats et les armements, nous retrouvons un arsenal de relations, de connaissances et d’objets comme les rapports sociaux, la science, la technologie et les innovations, dont les applications sont aussi bien civiles que militaires (voir État, pouvoir et science).

2Les savants ne sont pas étrangers à la guerre. Archimède s’implique dans la défense de Syracuse. Léonard de Vinci se fait ingénieur militaire. Nicolo Tartaglia pose les fondations de la balistique à partir de trois concepts de la physique dynamique : l’inertie, la gravitation et la vélocité. Newton ajoute la résistance du milieu à ces connaissances. D’autres apports importants pour les militaires viendront de la physique, comme la télégraphie, les transmissions, les mesures et contremesures électroniques, la cryptographie. L’histoire de la chimie ne peut éviter Vannocio Biringuccio qui s’attaque, au 16e siècle, à la préparation des poudres et à la métallurgie des canons. La métallurgie est d’ailleurs présente très tôt dans les armes : Homère nous les décrit en bronze, métal qui, au fil des siècles, fera place au fer, puis à l’acier et aux matériaux composites actuels alliant robustesse et légèreté. Physique, chimie, mathématiques, entre autres, se combinent dans l’arme nucléaire et dans les différentes façons de la projeter à partir de la terre, de la mer et des airs ainsi que de mettre en orbite des satellites-espions.

3Au total, la recherche portant sur la production des armes et de leurs supports visera toujours la puissance de leur impact, leur portée, leur précision, la vitesse de leurs tirs, leur robustesse et leur légèreté. Dans ces domaines, on est dans une course constante entre la dernière nouveauté et sa contremesure (voir Diffusion de l’innovation et Déterminisme technologique).

4Nombre d’innovations à portée militaire ont vu le jour grâce à des praticiens de génie inconnus, surtout jusqu’au 17e siècle. On ignore qui a mis au point l’étrier de fer qui, en offrant une assise solide aux cavaliers, joue un rôle essentiel dans l’existence de la chevalerie médiévale et l’efficacité des archers montés. On ne sait trop qui, en Chine, a commencé à utiliser une boussole primitive : l’instrument évoluera sur plus de mille ans (le GPS l’inclut) et sera d’usage militaire sur mer, sur terre et dans les airs, jusqu’à nos jours (voir Inventeur).

5D’autres techniques sont aussi mises à contribution par les militaires. Ainsi en est-il de la cartographie, qui passera par le dessin avant d’arriver, au 17e siècle, à la triangulation, à l’usage de la lunette astronomique et au calcul des angles de visée. La météorologie joue un rôle primordial dans le débarquement de Normandie en 1944. Le moteur à explosion et l’hélice servent aux opérations militaires depuis plus d’un siècle. L’hydrodynamique et l’aérodynamique connaîtront aussi de grands développements du fait des nécessités militaires.

6Du côté médical, garrots et amputations sont connus depuis le 16e siècle sur les champs de bataille ainsi que certaines techniques élémentaires d’extraction de projectiles chez les blessés. On apprend à combattre les infections (fer rouge, asepsie). À compter du 18e siècle, on accorde une importance grandissante à la santé des combattants. Hygiène et alimentation saine éliminent le scorbut. La classification des groupes sanguins (1900) permet que les transfusions sanguines soient courantes dès 1917. En 1915, on entreprend l’ablation des tissus endommagés, technique qui réduira la proportion des morts par la gangrène durant et après la Première Guerre mondiale.

7Les académies savantes fondées au 17e siècle étudient plusieurs propositions à but militaire, concernant le recul des armes de tir, les propriétés du salpêtre ou la détermination de la longitude en mer. Les militaires, toutefois, avaient déjà conclu que l’aide extérieure qu’ils recevaient devait être complétée par des connaissances internes, d’où le développement d’écoles militaires. Galilée, qui enseignait l’art des forteresses à Padoue, propose ainsi un programme d’instruction des officiers à base de mathématiques et de physique. Au siècle suivant, la formation des officiers inclut des sciences humaines – langues, histoire, géographie – en plus de sciences exactes et de techniques comme les mathématiques de base, la géométrie, les fortifications, la castramétation, le dessin et la topographie.

8En somme, nous devons reconnaître que les guerres, sans être à l’origine de toutes les inventions, ont souvent servi d’aiguillon au progrès scientifique. Corrélativement, cela a impliqué une évolution dans la professionnalité des militaires modernes qui doivent connaître les sciences, leurs applications ainsi que les phases qui accompagnent la fabrication, la distribution et l’utilisation d’armes, souvent de plus en plus coûteuses et en rapide renouvellement. Ils doivent aussi posséder de solides notions en politique, en économie et en administration. Nous pouvons considérer le général Andrew McNaughton comme la figure exemplaire d’un militaire canadien scientifique à succès : armé d’une maîtrise en génie, il se porte volontaire en 1914 et devient un brillant artilleur, avant de présider le Conseil national de la recherche scientifique (1935), de retourner sous les drapeaux (1939) et de commander la 1re Armée canadienne (1943).

Bibliographie

Boot, Max (2006), War Made New: Technology, Warfare, and the Course of History, 1500 to Today, New York, Gotham Books.

Dahan-Damedico, Amy et Dominique Pestre (dir.) (2004), Les sciences pour la guerre : 1940-1960, Paris, Édition de l’École des hautes études en sciences sociales.

McNeill, William H. (1982), The Pursuit of Power: Technology, Armed Force, and Society since A. D. 1000, University of Chicago Press.

Pestre, Dominique (dir.) (2002), « La science et la guerre : 400 ans d’histoire partagée », La Recherche, hors série, n° 7.

Roland, Alex (1995), «Science, Technology, and War», Technology and Culture, vol. 36, n° 2 (hors série), p. 83-100.

Swettenham, John (1969), McNaughton, 3 vol., Toronto, Ryerson Press.

Van Creveld, Martin (1989), Technology and War: From 2000 B.C. to the Present, New York, Free Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search