Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Gestion de la technologie

Majlinda Zhegu

Texte intégral

1La technologie est indispensable mais pas suffisante pour établir et consolider un avantage compétitif ; elle constitue une ressource économique qui doit être développée et par conséquent, gérée. Les racines de la gestion technologique remontent au tournant du 19e siècle, lorsque la technologie devint une composante explicite des pratiques de gestion. Les grandes entreprises allemandes et américaines des secteurs de pointe de l’époque (comme la chimie ou l’énergie) commencèrent à organiser des programmes systématiques de recherche (voir Invention et innovation). À cette fin, elles créèrent leurs propres laboratoires de R-D, établirent des réseaux externes d’échanges technologiques et mirent en œuvre des alliances de R-D (voir Alliances technologiques).

2L’effervescence des changements technologiques au cours du 20e siècle et les avantages comparatifs qu’ils procuraient aux entreprises et aux pays innovants ont attiré l’intérêt de la recherche universitaire. Joseph Schumpeter a placé l’innovation au cœur de l’économie en l’indentifiant comme le moteur de la croissance. Selon Solomon Fabricant (1953), le changement technologique serait responsable de 90 % de la croissance du produit intérieur brut par habitant des États-Unis pendant la période de 1871 à 1951. Plusieurs autres études empruntent alors ce filon de recherche. À la fin des années 1980, la gestion de la technologie se consolide autour d’un champ d’étude multidisciplinaire qui relie la science, l’ingénierie et la gestion pour soutenir la planification, le développement et la mise en œuvre des compétences technologiques afin d’élaborer et d’accomplir les objectifs stratégiques et opérationnels d’une organisation.

3La gestion de la technologie s’est d’abord intéressée à la gestion de la R-D en focalisant sur les sources, les mécanismes et les processus qui influencent le changement technologique. Le champ d’étude s’est par la suite ramifié vers la gestion de l’innovation, la planification de la technologie et la gestion stratégique de la technologie. Lors de cette évolution, les activités de la gestion de la technologie, traditionnellement ancrées dans un département de R-D, se greffent progressivement aux autres fonctions organisationnelles, comme la planification stratégique, la production, le marketing, les finances et la gestion des ressources humaines (voir Diffusion de la technologie et Cartographie conceptuelle).

4Au début des années 1990, Bengt-Ake Lundvall et Christopher Freeman lancent le concept des systèmes nationaux d’innovation. Selon cette perspective, le changement technologique dépendrait de la nature des interactions entre les entreprises, les gouvernements, les centres de recherche, les universités et les institutions d’une société. Ainsi, la gestion de la technologie dépasse les frontières organisationnelles et devient la résultante d’un effort commun. Gérer la technologie dans le contexte d’un système implique le développement continu de la capacité d’absorption d’une organisation, c’est-à-dire son aptitude à apprendre, à adopter et à exploiter les nouvelles connaissances qui se développent in situ ou chez les autres acteurs du système (voir Systèmes d’innovation).

5Au cours des deux dernières décennies, l’identité disciplinaire de la gestion de la technologie se matérialise par l’apparition de nombreux programmes d’études universitaires, d’associations professionnelles ou de revues spécialisées (voir Discipline). Plusieurs programmes d’études sur la gestion de la technologie de deuxième et troisième cycles sont offerts à l’échelle mondiale : Nambisan et Wilemon mentionnent quelques 200 de ces programmes offerts principalement par des écoles de gestion mais aussi par des écoles d’administration publique ou des écoles d’ingénieurs. Au cours de la même période, plusieurs associations professionnelles internationales ont émergé : SPRU (Science and Technology Policy Research), DRUID, International Association for Management of Technology (IAMOT), PICMET (Portland International Center for Management of Engineering and Technology). La prestigieuse American Academy of Management a également créé sa Division de la gestion de technologie et d’innovation. Au Canada, le Centre interuniversitaire de recherches sur la science et la technologie (CIRST) est le principal regroupement interdisciplinaire de chercheurs dont les travaux sont consacrés à l’étude des dimensions historiques, sociales, politiques, philosophiques et économiques de l’activité scientifique et technologique. Par ailleurs, certaines revues spécialisées sur la gestion de la technologie, comme Research Policy, Technovation, Industry and Innovation, R&D Management ou IEEE Transactions on Engineering Management, se positionnent très bien dans les classifications internationales des revues scientifiques (voir Facteur d’impact).

Bibliographie

Baumol, W. (2002), The Free-Market Innovation Machine: Analyzing the Growth Miracle of Capitalism, Princeton University Press.

Drejer, A. (1997), «The discipline of management of technology, based in considerations related to technology», Technovation, vol. 17, n° 5, p. 253-265.

Fabricant, S. (1954), «Economic Progress and Economic Change», 34th Annual Report of the National Bureau of Economic Research, New York.

Lefebvre, E., L. A. Lefebvre et A. Le Luel (1993), « La gestion de la technologie, un choix ou une nécessité ? », Conseil de la science et de la technologie.

Nambisan, S. et D. Wilemon (2003), «A global study of graduate management of technology programs», Technovation, vol. 23, n° 12, p. 949-962.

National Research Council (1987), Management of Technology: The Hidden Competitive Advantage, Washington, D.C., National Academy Press.

Nelson, R. et S. Winter (1982), An Evolutionary Theory of Economic Change, Belknap Press.

Yanez, M., T. M. Khalil et S. T. Walsh (2010), «IAMOT and Education: Defining Technology and Innovation Management (TIM) Body-of-Knowledge (BoK) for graduate education (TIMBoK)», Technovation, vol. 30, nos 7-8, p. 389-400.

Auteur

Professeure au département de management et technologie, École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search