Version classiqueVersion mobile

Profession géographe

 | 
Rodolphe De Koninck

1. Enseigner pour apprendre

Texte intégral

1J’enseigne la géographie universitaire depuis 1970, année où, après avoir complété mes études doctorales à l’Université de Singapour, j’ai été engagé à l’Université Laval, à Québec. Je suis resté à l’emploi de cette institution jusqu’en 2002, alors que je me suis joint à l’Université de Montréal. Mais, à vrai dire, j’avais commencé à enseigner la géographie avant même d’entamer mes études supérieures à Bordeaux, en France, en octobre 1963. En effet, au tout début de septembre 1962, soit moins de trois mois après avoir complété mes études collégiales sous la forme d’un cursus classique au Petit Séminaire de Québec, je m’étais vu confi er la responsabilité d’assurer la totalité des cours de géographie offerts dans un collège préuniversitaire établi près de Fort Portal. Cette petite ville est elle-même située au cœur de l’Afrique, plus précisément dans le sud-ouest de l’Ouganda, non loin des sources du Nil, dans la région des Grands Lacs et au pied des imposants monts Ruwenzori, les « Montagnes de la Lune » des Anciens. Comment j’en étais arrivé là à l’âge de 19 ans serait trop long à expliquer.

2Ce qu’il importe de dire ici, c’est que pendant les douze mois de mon rattachement au St Leo’s Collège il me fallut dispenser chaque semaine 24 heures de cours de géographie, une matière que je n’avais jamais beaucoup étudiée formellement. Certes, j’avais déjà un peu voyagé – y compris sillonné l’Europe pendant 70 jours avant de faire le saut vers l’Afrique – et lu bien des livres que l’on pourrait qualifier d’intérêt géographique, c’est-à-dire des récits de voyage ou d’exploration et des romans d’aventures, dont beaucoup se déroulant dans le Grand Nord canadien, en Afrique et en Asie. J’avais aussi apporté avec moi quelques livres savants fort précieux et déjà parcourus, dont deux classiques de la géographie : le deuxième volume du Traité de géographie physique d’Emmanuel de Martonne et Principes de géographie humaine de Paul Vidal de la Blache. Mais, à juste titre, je me sentais bien démuni pour affronter la tâche qui m’était confiée. Car il s’agissait de préparer quelque240 collégiens africains aux examens qui, si réussis, leur permettraient d’obtenir un diplôme délivré par la métropole coloniale, en l’occurrence l’Overseas Cambridge Certificate. (L’Ouganda est devenu indépendant en octobre 1962, mais le système scolaire y est demeuré de type britannique.) Une fois obtenu, un tel diplôme autorisait son détenteur à poser sa candidature à des études supérieures, y compris dans ladite métropole coloniale.

3Je dus donc m’atteler à la tâche consistant à mettre au point et à offrir des cours de géographie, en anglais, aux élèves inscrits aux quatre niveaux de ce Senior Secondary Collège : au total, huit classes rassemblant chacune en moyenne une trentaine d’élèves, dont plusieurs ayant quasiment mon âge. Tout ou presque y est passé : la cosmographie et l’histoire de la géographie, la géographie physique, dont la géomorphologie, l’hydrologie et la climatologie, la géographie humaine, dont les géographies rurale et urbaine, enfin la géographie régionale, en particulier celle des îles britanniques et celle de l’Afrique orientale. J’en vins rapidement à éprouver un intense plaisir à étudier et à enseigner la géographie de cette formidable région du monde au cœur de laquelle je me trouvais.

4Je ne me fis pas prier pour profiter de chacune de mes fins de semaine ainsi que de mes périodes de vacances pour partir à la découverte, en moto ou en Land Rover, des paysages et pays environnants, souvent d’une beauté à couper le souffle. Je parcourus, en particulier, le district ougandais de Toro, du nom de l’ancien royaume précolonial et dont Fort Portal était le chef-lieu. Je réalisai aussi des virées dans le reste du pays, tout comme dans l’Est congolais, au Rwanda et au Burundi, au Kenya et au Tanganyika (devenu en1964 la Tanzanie) jusqu’aux rives de l’océan Indien, me rendant même jusqu’au Nyassaland (le Malawi d’aujourd’hui), au sud, et jusqu’au Soudan, au nord.

5Les admirables hauts plateaux d’Afrique orientale ont laissé chez moi des souvenirs impérissables. Traversés par la double Grande Vallée d’effondrement, ou Rift Valley, ils sont couverts de volcans et de lacs, de forêts et de savanes, ces dernières immenses et largement peuplées d’une multitude d’espèces de mammifères et d’oiseaux. L’ensemble est animé par des peuples bigarrés, pour la plupart agriculteurs ou éleveurs, et, à mes yeux d’alors, tous plus exotiques les uns que les autres. Ils constituent un véritable manuel de géographie à ciel ouvert. Surtout, s’agissant de géographie, il me fut d’un grand secours de pouvoir utiliser ce que j’apprenais sur le tas, ce qui m’émerveillait, pour tenter d’expliquer aux élèves un élément du paysage, qu’il s’agisse d’une forme volcanique, d’un type d’élevage, de l’implantation d’une ville, d’un réseau de pistes ou d’un parc national.

6Pour ce qui est d’apprendre sur le tas, je n’avais pas le choix. Je me résolus vite à ne pas abuser du sommeil, tout affairé que j’étais à préparer jusqu’à tard dans la nuit tel ou tel cours portant sur un sujet dont je ne savais pas grand-chose la veille. Il faut reconnaître aussi que je découvris vite combien la bibliothèque du collège n’était pas si mal pourvue. Enfin, mes collègues me furent d’un grand secours, en particulier le professeur de littérature anglaise. Celui-ci, un Britannique cultivé, originaire de Manchester, résidait tout comme moi sur le campus du collège et me laissait libre accès à sa riche collection de livresque je m’empressai de piller, tout comme j’avais appris à le faire dans ma jeunesse avec celle de ma famille.

7Dans chacune de mes classes se trouvaient bien quelques élèves insuffisamment préparés, voire peu intéressés, mais, plus nombreux, beaucoup d’élèves curieux et attentifs me mitraillant de questions. Je n’oublierai jamais combien il me fallut déployer d’énergie et d’ingéniosité pour satisfaire leur curiosité. J’appris ainsi à donner des exemples, à établir des comparaisons et, lorsque nécessaire, à élargir le propos, parfois même avant que les questions ne soient posées car déjà apparentes dans les regards interrogateurs, même sceptiques, de mes élèves. Cela était particulièrement fréquent lorsque j’abordais les preuves de la rotondité de la terre, la théorie de la dérive des continents, les types de projection cartographique…ou les raisons de la présence coloniale britannique en Afrique !

8Élargir le propos, jouer avec les échelles des enjeux, voilà où je veux en venir. Je crois bien que c’est de cette façon que j’ai compris en quoi devait consister la géographie : explorer, analyser et expliquer le monde – le déchiffrer, comme dirait Roger Brunet – et ses composantes, en examinant, tout à la fois avec rigueur et imagination, les phénomènes de répartition et les processus qui les animent, à plusieurs niveaux, à plusieurs échelles, tant spatiales que temporelles. Toutes choses permettant, le cas échéant, de proposer des formes d’adaptation au territoire, voire de compromis avec celui-ci.

9Je n’ai jamais pensé en termes de carrière – d’ailleurs je n’aime pas ce mot –, mais il me faut aujourd’hui reconnaître que ma formation de géographe et ultérieurement mon exercice de la profession ont été largement orientés au cours de cette année à la fois intense et fabuleuse, pleine de péripéties, passée à l’ombre des « Montagnes de la Lune ». Mon initiation à la vie y a été accélérée par ce premier véritable apprentissage tant de la géographie même que de son enseignement. À force d’étudier et de partager avec mes élèves le peu de choses que je savais du monde, j’ai commencé à comprendre combien était indispensable le regard du géographe sur celui-ci, ses beautés, sa richesse, ses contradictions, ses misères, ses conflits et ses drames. J’appris à renseigner, certes, mais aussi, je crois, à éveiller et à enseigner.

10Car la géographie est d’abord une discipline qui s’enseigne ou qui devrait s’enseigner, du primaire à l’université. Cela m’apparaît lié à son ancienneté, non seulement comme outil universel d’appréhension du monde qui nous entoure et auquel, faut-il le rappeler, nous appartenons, mais aussi comme discipline formelle. Après tout, dans le monde antique, la géographie a pris forme dès le vie siècle avant notre ère. C’est en effet à cette époque qu’Anaximandre de Milet aurait réalisé ce qui est encore de nos jours considéré comme la première véritable carte du monde. Par miles enseignements fondamentaux, précisément, de cette première géographie, celle des Grecs, on doit souligner ses liens étroits avec, d’une part, l’exploration et, d’autre part, avec la philosophie : explorer le monde, pour mieux le connaître certes, mais aussi pour en tirer des enseignements, une philosophie. D’ailleurs, parmi les philosophes de l’Antiquité, d’Anaximandre à Aristote, et même bien au-delà, par exemple avec Kant, la connaissance géographique était considérée comme faisant partie intégrante de la philosophie. Hélas, depuis lors – il ne faut pas s’en étonner, division du savoir oblige –, les deux disciplines se sont bien éloignées, se fractionnant l’une et l’autre, la géographie semblant particulièrement éclatée de nos jours. Pourtant, si la compréhension du monde ne peut évidemment pas se passer de la sagesse du philosophe, la compréhension, voire la critique de notre façon d’habiter ce monde ne peut se passer, comme on le verra plus loin, de la sagesse du géographe.

FIGURE 1 Le monde selon Anaximandre de Milet (610-546 av. J.-C.)

FIGURE 1 Le monde selon Anaximandre de Milet (610-546 av. J.-C.)

Cette carte est en réalité une reconstitution de celle qu’Anaximandre aurait conçue pour représenter le monde. Son originalité tient à ce que les cartes de cette époque, le vie siècle avant notre ère, ne concernaient que des espaces limités, en particulier les villes et les routes qui les reliaient. La carte produite par Anaximandre témoigne de la connaissance qu’auraient eue les Grecs des mondes habités qui les entouraient, centrés bien sûr sur le leur. La ville de Milet, où ont vécu bien des savants grecs, dont Thalès et Hécatée, était établie sur les rives asiatiques de lamer Égée, en Asie Mineure, la Turquie d’aujourd’hui. Une telle représentation du monde a connu une longue histoire, puisque des cartes de ce type, dites T. dans O., ont eu cours en Europe jusqu’au xve siècle. Source :<www.wikipedia.org>.

11Rappelons-le tout de même : la géographie est l’une des plus anciennes disciplines scientifiques, car elle a évolué en étroite symbiose avec la connaissance que l’humanité a bien voulu se donner de sa demeure, en l’explorant mais en l’exploitant aussi, au point d’en abuser aujourd’hui. À mes yeux, il en découle une lourde responsabilité pour le géographe. Étroitement associé à la découverte tout comme à l’enseignement du monde et, pour utiliser un terme moderne, à son aménagement, le géographe doit contribuer à sa connaissance citoyenne, la seule qui puisse assurer la survie de l’humanité.

Table des illustrations

Titre FIGURE 1 Le monde selon Anaximandre de Milet (610-546 av. J.-C.)
Légende Cette carte est en réalité une reconstitution de celle qu’Anaximandre aurait conçue pour représenter le monde. Son originalité tient à ce que les cartes de cette époque, le vie siècle avant notre ère, ne concernaient que des espaces limités, en particulier les villes et les routes qui les reliaient. La carte produite par Anaximandre témoigne de la connaissance qu’auraient eue les Grecs des mondes habités qui les entouraient, centrés bien sûr sur le leur. La ville de Milet, où ont vécu bien des savants grecs, dont Thalès et Hécatée, était établie sur les rives asiatiques de lamer Égée, en Asie Mineure, la Turquie d’aujourd’hui. Une telle représentation du monde a connu une longue histoire, puisque des cartes de ce type, dites T. dans O., ont eu cours en Europe jusqu’au xve siècle. Source :<www.wikipedia.org>.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Presses de l’Université de Montréal, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search