Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Femmes et sciences

Catherine Beaudry et Vincent Larivière

Texte intégral

1Les femmes comptent pour une part de plus en plus importante du corps professoral québécois et des étudiants universitaires, toutes disciplines confondues (voir Université). Toutefois, de nombreuses différences subsistent encore entre les sexes selon les programmes et niveaux d’études, de financement des activités de recherche, et de production et d’impact scientifique.

2Sur le plan des inscriptions aux cycles supérieurs, les femmes représentent depuis 1994 la majorité des étudiants des programmes de maîtrise et, en 2008, près de 47 % des étudiants au doctorat. Toutefois, leur distribution varie selon les disciplines : les sciences naturelles et appliquées sont encore dominées par les hommes, alors que les sciences sociales et humaines regroupent une plus grande proportion de femmes. De même, le poids des femmes est passé de 14 % à 33 % du corps professoral canadien entre 1976 et 2006, tout en montrant des écarts entre les disciplines similaires à ceux observés chez les doctorants.

3En matière de financement des activités de recherche, plusieurs études internationales montrent une différence entre hommes et femmes. Stack montre, à partir d’une enquête étatsunienne, qu’une proportion plus faible de femmes que d’hommes bénéficie d’un soutien financier. Larivière et ses collaborateurs ont observé une tendance similaire au Québec, spécifiquement chez les chercheures en milieu de carrière et œuvrant dans les sciences naturelles, appliquées et de la santé. Zuckerman souligne par contre, à partir de données étatsuniennes, que les femmes reçoivent des subventions proportionnelles au nombre de propositions qu’elles soumettent : l’écart en faveur des hommes dans le financement global obtenu pourrait par conséquent être attribuable à une différence dans le nombre de demandes soumises.

4En ce qui a trait à la productivité de la recherche, mesurée par le nombre de publications, le survol par Xie et Shauman (2003) de la vaste majorité des études publiées depuis les années 1990 montre un écart systématique en faveur des hommes d’environ 20 % à 30 %. Autrement dit, le volume d’articles publiés par des femmes représente entre 70 % et 80 % de celui des hommes. Il s’agit là d’une amélioration importante par rapport aux différences observées précédemment. En effet, une synthèse de Zuckerman, effectuée dix ans plus tôt, montrait que les femmes publiaient alors, en moyenne, de 40 % à 50 % moins d’articles que les hommes. Les résultats rapportés sont semblables tant pour les États-Unis que le Québec. L’impact scientifique de ces articles, mesuré par le nombre de citations reçues, est discuté : certaines études suggèrent des résultats similaires pour les deux sexes, tandis que d’autres avancent que l’impact des hommes est supérieur (voir Bibliométrie et Facteur d’impact). Bien que la participation des femmes à des demandes de brevet ait augmenté de façon importante entre 1991 et 2005, cellesci sont toujours minoritaires en 2005, une proportion atteignant un maximum de 21 % pour le domaine pharmaceutique (voir Brevets et propriété intellectuelle).

5Plusieurs raisons peuvent expliquer ces différences, notamment l’âge moyen plus élevé des hommes – associé à un rang supérieur dans la hiérarchie scientifique et donnant accès à davantage de ressources humaines ou physiques –, ainsi que les réseaux de collaboration moins étendus des femmes. D’autres facteurs sont l’état civil et la présence d’enfants. En effet, le rôle de mère et la division sociale du travail qui s’ensuit s’accompagnent d’un plus grand fardeau que les activités domestiques typiquement masculines. Cette situation entraîne une disponibilité réduite des femmes pour le travail de recherche et les rend moins productives que leurs collègues masculins. De plus, elles travaillent plus souvent dans des universités à moins grande intensité de recherche, occupent des postes de rang inférieur à ceux des hommes, et consacrent plus de temps à l’enseignement et à l’administration que les hommes, au détriment de la recherche.

6Finalement, une hypothèse intéressante suggère que les femmes se spécialisent en général moins que les hommes, en choisissant de se pencher sur une plus grande variété d’objets de recherche au cours de leur carrière. Les observations de Leahey appuient à tout le moins cette hypothèse dans les disciplines de la sociologie et de la linguistique. Une plus grande spécialisation, selon cette auteure, avantagerait les hommes en donnant l’image d’une plus grande expertise professionnelle, source de plus d’autorité, de prestige et d’influence.

Bibliographie

ACÉS (2011), 39e rapport statistique, Ottawa, ACÉS.

AUCC (2007), Tendances dans le milieu universitaire, vol. 2, Corps professoral, Ottawa, AUCC.

Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) (2010), Les professeures et les professeurs des établissements universitaires québécois : principales caractéristiques de l’année 2007-2008, Montréal, CREPUQ.

Frietsch, R., I. Haller, M. Funken-Vrohlings et H. Grupp (2009), «Gender-specific patterns in patenting and publishing», Research Policy, vol. 38, n° 4, p. 590-599.

Larivière, V., É. Vignola-Gagné, C. Villeneuve, P. Gélinas et Y. Gingras (2010), Financement, productivité et impact scientifique des chercheurs québécois selon le genre, dans Institut de la statistique du Québec, Compendium d’indicateurs de l’activité scientifique et technologique du Québec, édition 2010, Québec, Gouvernement du Québec, p. 35-54.

Leahey, E. (2007), «Not by Productivity Alone: How Visibility and Specialization Contribute to Academic Earnings», American Sociological Review, vol. 372, p. 533-561.

Stack, S. (2004), «Gender, Children and Research Productivity», Research in Higher Education, vol. 345, n° 8, p. 891-920.

Xie, Y. et K. A. Shauman (1998), «Sex Differences in Research Productivity: New Evidence about an Old Puzzle», American Sociological Review, vol. 363, n° 6, p. 847-870.

— (2003), Women in Science. Career Processes and Outcomes, Cambridge, Harvard University Press.

Zuckerman, H. (1987), «Persistence and Change in the Careers of Men and Women Scientists and Engineers», dans L. Dix (dir.), Women: Their Underrepresentation and Career Differentials in Science and Engineering, Washington, National Research Council.

— (1991), «The Careers of Men and Women Scientists: A Review of Current Research», dans H. Zuckerman, J. R. Cole et J. T. Bruer (dir.), The Outer Circle. Women in the Scientific Community, New York, W W Norton & Company, p. 27-57.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search