Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Évaluation par les pairs

Marcel Fournier

Texte intégral

1L’évaluation par les pairs, c’est-à-dire le recours systématique au jugement critique de scientifiques pour évaluer le travail d’autres scientifiques, s’est progressivement imposée comme mode de régulation des instances savantes (voir Sociologie des sciences). Les premières formes institutionnelles d’évaluation par des pairs ont vu le jour en 1665, dans un cadre éditorial, lors de la création des deux premiers journaux scientifiques, le Journal des Sçavans (sis à Paris) et les Philosophical Transactions de la Royal Society. Il s’agissait alors de favoriser la communication scientifique tout en mettant en place des mesures de contrôle de la qualité. Aux États-Unis, qui deviendront par la suite un modèle pour les autres pays, ce n’est que bien plus tard, en 1937 avec la création du National Advisory Cancer Council, qu’est institutionnalisée l’évaluation par les pairs, cette fois dans le cadre du financement étatique de la recherche (voir Université et Financement de la science).

2L’évaluation par les pairs (peer review), au cœur des divers mécanismes de reconnaissance scientifique et universitaire, ne va pas de soi et risque toujours de comporter une part d’arbitraire. Il ne faut donc pas s’étonner qu’elle soit l’objet de plusieurs études qui, souvent basées sur la dichotomie mertonnienne entre particularisme et universalisme, soulèvent la question de l’équité : il s’agit alors de savoir si le processus est entaché par des biais et si des caractéristiques « particularistes », comme l’âge, le sexe, ou la renommée d’un chercheur, influencent l’évaluation que les collègues font de son travail (voir Femmes et sciences). Les avis divergent. D’un côté, on reconnaît qu’il existe un effet cumulatif de la reconnaissance (l’« effet Matthews ») et que, selon l’expression de Bourdieu, le capital va à ce qui a déjà du capital (voir Champ). De l’autre, on défend, statistiques en main, l’idée que le processus d’évaluation n’est pas entaché par des biais, comme le statut académique, l’affiliation institutionnelle, le genre ou le domaine de recherche, et que l’évaluation d’un texte ou d’un projet de recherche par des pairs repose sur sa qualité.

3En réalité, bien que les chercheurs parlent un « langage commun » en matière d’évaluation des pairs, c’est-à-dire qu’ils aient en tête des catégories semblables pour évaluer les individus ou les projets (bon/ mauvais, original/banal), et bien qu’ils adoptent habituellement les mêmes critères, il est loin d’être certain qu’ils interprètent de la même façon ces critères (voir Paradigme et Discipline). La définition d’un « bon » texte, d’un « bon » projet ou d’un dossier « solide » peut varier d’une génération à une autre, ou d’une discipline à une autre. L’étude de l’évaluation par les pairs permet donc d’analyser ce que Pierre Bourdieu appelle les « catégories de l’entendement professoral » et de montrer que leurs « modes d’usage » ou leurs interprétations varient d’une époque à une autre, d’une institution à une autre, et d’une discipline à une autre, selon le degré de compétitivité de chacune d’entre elles.

4Un tel système d’évaluation demeure doublement paradoxal. Il y a d’abord, comme le relève Bourdieu, « le fait que les producteurs tendent à n’avoir pour clients que leurs concurrents », ce qui est pour lui « le point archimédien sur lequel on peut se fonder pour rendre raison scientifiquement de la raison scientifique » (2001, p. 108). Il y a ensuite le fait que si la foi en l’évaluation par les pairs relève en partie de l’idéologie, il reste qu’il s’agit d’une idéologie productive puisque c’est dans cette pratique, et dans la « fermeture sur soi » de la science qui en résulte, que résident, pour reprendre un autre mot de Bourdieu, les « conditions sociales du progrès de la raison » (voir Professionnalisation de la science).

Bibliographie

Aguilar, Alfredo, Torbjörn Ingemanson, Stéphane Hogan et Etienne Magnien (1998), «Peer Review evaluation of proposals in the biotechnology programme of the European Union», Research Evaluation, vol. 7, n° 3, décembre, p. 141-146.

Bourdieu, Pierre (1975), « La spécificité du champ scientifique et les conditions sociales du progrès de a raison », Sociologie et Sociétés, vol. 7, n° 1, mai, p. 91-118.

— (2001), Science de la science et réflexivité, Paris, Raison d’agir.

Chubin, Daryl E. et Edward J. Hackett (1990), Peerless Science; Peer Review and U.S. Science Policy, Albany, State University of New York Press.

Cole, Stephen (1992), Making Science: Between Nature and Society, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Fisher, Donald, Janet Atkinson-Grosjean et Dawn House (2001), «Changes in Academy/Industry/State Relations in Canada: The Creation and Development of the Networks of Centres of Excellence», Minerva, n° 39, p. 299-325.

Fournier, Marcel, Yves Gingras et C. Mathurin (1988), « L’évaluation par les pairs et la définition de la recherche universitaire », Actes de la recherche en sciences sociales, Paris, p. 47-55.

GOA (1994), «Peer Review Reforms Needed to Ensure Fairness in Federal Agency Grant Selection: Report ot the Chairman, Committee on Governmental Activites, US Senate», General Accounting Office, Washington, D.C.

Hartmann, I. et F. Neidhart (1990), «Peer Review at the Forschungsgemeinschaft», Scientometrics, vol. 19, nos 5-6, p. 419-425.

Lamont, Michèle (2009), How Professors Think: Inside the Curious World of Academic Judgment, Cambridge, Harvard University Press.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search