Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Études de cas en STS

Guillaume Latzko-Toth

Texte intégral

1L’étude de cas est une stratégie de recherche fréquemment employée en STS, en particulier dans les approches fondées sur l’analyse des controverses scientifiques et technologiques, telles que la théorie de l’acteur-réseau et la construction sociale des technologies. Steve Woolgar y voit le souci des STS d’appuyer la théorie sur « de minutieuses recherches empiriques » (voir Théorie de l’acteur-réseau et Construction sociale des technologies).

2L’histoire du développement du champ des STS est ainsi jalonnée d’études de cas célèbres, qui sont devenues paradigmatiques pour exposer certaines théories et en expliquer les concepts-clés (voir Paradigme). Par exemple, l’étude de la culture de la coquille Saint-Jacques, par Callon, est devenue incontournable dans l’enseignement des principes de la théorie de l’acteur-réseau. L’étude de l’évolution du design de la bicyclette, par Pinch et Bijker, constitue l’archétype de la théorie de la construction sociale des technologies. Dans ces deux exemples, ce statut de cas-paradigme n’a pas été attribué rétrospectivement mais bien par les auteurs eux-mêmes, comme l’indiquent les titres de leurs articles. Ils devaient ainsi établir une tradition intellectuelle largement suivie par la suite, consistant à articuler la production de nouveaux concepts et l’énonciation de principes généraux à l’analyse fine d’une controverse technoscientifique, souvent liée à la genèse (réussie ou non) d’un artefact ou d’un dispositif.

3On retrouve deux visions distinctes de l’étude de cas dans la littérature scientifique. Celle de Hammersley et Gomm, qui l’associent étroitement à l’ethnographie et à la recherche qualitative en général, et celle de Yin, qui insiste au contraire pour la démarquer des méthodes purement qualitatives et inductives. C’est surtout la première approche que l’on retrouve en STS, plusieurs traditions de recherche (dont celles mentionnées plus haut) accordant une place importante à l’ethnographie dans leur démarche d’enquête. Cela se traduit notamment par le souci d’une « description dense » du terrain – dans le menu détail et l’épaisseur de ses différentes couches – telle que prônée par l’anthropologue Clifford Geertz.

4Par-delà leurs divergences, ces spécialistes s’accordent à voir dans l’étude de cas bien plus qu’une méthode de collecte de données. Pour Yin, il s’agirait plutôt d’une stratégie de recherche globale recouvrant « une logique de conception de la recherche, des techniques de collecte de données et des approches spécifiques en regard de l’analyse des données » (2009, p. 18). Hammersley et Gomm notent que certains auteurs considèrent même l’étude de cas comme un paradigme de recherche à part entière. Quoi qu’il en soit, l’appellation « étude de cas » recouvre un arc-en-ciel de variantes, selon le niveau de détail de l’étude, l’ampleur et le nombre de cas (aspect comparatif), le degré de prise en compte du contexte sociohistorique, ainsi que la posture du chercheur dans un continuum qui va de la description/explication à la prescription/évaluation et jusqu’à l’intervention.

5Si l’on se réfère à Yin, une étude de cas est une recherche empirique qui traite d’un phénomène contemporain en le rapportant à son contexte. Cependant, Michel Wieviorka estime qu’une étude de cas à caractère historique peut être utile au sociologue pour isoler un phénomène, ou encore pour élaborer de nouveaux concepts et outils théoriques (voir Sociologie des sciences). Et c’est son inscription dans un double contexte théorique et historique qui définirait et constituerait la singularité d’un cas.

6Nous retrouvons ces divergences chez les chercheurs en STS. Ainsi, certains sont, de par leur formation, des historiens des sciences et des techniques (comme Thomas Hughes) et ont recours à des méthodes historiques. En revanche, la théorie de l’acteur-réseau, défendue par Latour et Woolgar, préconise l’étude de la science « en train de se faire » et l’étude des objets techniques « à l’état naissant » (voire à l’état de projet), par opposition aux études rétrospectives. Elle privilégie donc les méthodes ethnographiques. Quant à l’approche SCOT, qui affectionne l’étude d’artefacts déjà stabilisés, elle recourt largement à l’analyse de documents d’archives. Enfin, signalons que l’accès que permet le Web à des traces de conversations électroniques ouvre la voie à une ethnographie « asynchrone » et tend ainsi à brouiller la ligne de démarcation entre études de cas contemporaines et historiques.

Bibliographie

Bowden, G. (1995), «Coming of Age in STS: Some Methodological Musings», dans S. Jasanoff, G. E. Markle, J. C. Petersen et T. Pinch (dir.), Handbook of Science and Technology Studies, Thousand Oaks (CA), Sage Publications, p 64-79.

Callon, M. (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, vol. 36, p. 170-208.

Hammersley, M. et R. Gomm (2000), «Introduction», dans R. Gomm, M. Hammersley et P. Foster (dir.), Case Study Method. Key Isssues, Key Texts, Londres, Sage Publications, p. 1-16.

Hess, D. (2002), «Ethnography and the Development of Science and Technology Studies», dans P. A. Atkinson, A. J. Coffey, S. Delamont, J. Lofland et L. H. Lofland (dir.), Handbook of Ethnography, Londres, Sage Publications, p. 234-245.

Latour, B. et S. Woolgar (1988 [1979]), La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

Pinch, T. et W. E. Bijker (1987), «The Social Construction of Facts and Artifacts: Or How the Sociology of Science and the Sociology of Technology Might Benefit Each Other», dans W. E. Bijker, T. P. Hughes et T. Pinch (dir.), The Social Construction of Technological Systems: New Directions in the Sociology and History of Technology, Cambridge (MA), MIT Press, p. 17-50.

Wieviorka, M. (1992), «Case studies: history or sociology?», dans C. C. Ragin et H. S. Becker (dir.), What Is a Case? Exploring the Foundations of Social Inquiry, New York, Cambridge University Press, p. 159-172.

Woolgar, S. (1997), «Science and Technology Studies and the Renewal of Social Theory», dans S. P. Turner (dir.), Social Theory and Sociology. The Classics and Beyond, Cambridge (MA), Blackwell, p. 235-255.

Yin, R. K. (2009), Case Study Research: Design and Methods, 4e édition, Thousand Oaks (CA), Sage Publications.

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search