Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

Éthique et déontologie

Bryn Williams-Jones et Marie-Josée Potvin

Texte intégral

1La déontologie et l’éthique sont habituellement considérées comme étant en opposition. La première, de nature légale, se présente sous la forme de règlements et de directives régissant, par exemple, les comportements des membres d’une profession. La deuxième, plus réflexive, invite à un effort d’analyse prenant en compte les particularités de chacune des situations (contexte, partenaires, ressources) afin de déterminer les meilleures manières d’agir (incluant la non-action).

2La déontologie impose donc le respect par l’agent de règles et de normes adoptées par un groupe partageant des intérêts communs et colligées sous forme de codes d’éthique comme c’est le cas chez les professionnels de la santé, les ingénieurs, les professionnels en technologie de l’information, les directeurs administratifs et même les robots ! Ces codes mettent en lumière les valeurs et les principes que partagent les membres d’une profession ou d’un groupe d’intérêt, déterminent les frontières éthiques (responsabilités, prohibitions) de la pratique. Ils sont donc des incontournables pour soutenir la réflexion sur ce qui doit ou devrait être fait à l’égard de situations particulières (voir Normes et standards).

3Des situations d’extrême complexité impliquant une multitude de partenaires aux intérêts variés et souvent conflictuels (par exemple, acteurs de l’industrie pharmaceutique, gouvernements, chercheurs-cliniciens, participants de la recherche, consommateurs), y compris dans la recherche et le développement de sciences et de technologies (par exemple, stimulation cérébrale, nano-pharmacologie, génétique), peuvent présenter un risque significatif d’abus et de préjudices pour les individus et la société. Or, les repères déontologiques de ces différents acteurs varient d’une profession ou d’un groupe à l’autre (certains, comme les chercheurs et les techniciens médicaux, n’étant d’ailleurs pas régis par des codes d’éthique formels). Cette situation complexifie les processus décisionnels et peut éventuellement générer des conflits éthiques interprofessionnels. Il existe néanmoins des dénominateurs communs à l’ensemble de ces codes, comme le respect de la dignité humaine et l’obligation d’agir en regard du bien commun ou de l’intérêt public.

4L’éthique, impératif réflexif et analytique, implique à la fois une analyse externe (comment les personnes agissent-elles ? Pourquoi une situation est-elle problématique ?) et une réflexivité interne (comment mieux faire ?) pour prendre en compte la singularité des situations. L’analyse éthique des innovations, des pratiques et des politiques scientifiques et technologiques suppose donc une réflexion critique qui s’amorce dans une description de la situation (quoi ?) et qui évolue ensuite vers le développement d’arguments prescriptifs en faveur de ce qui doit être et du comment bien faire dans des situations spécifiques. Cette dimension prescriptive ou normative s’enracine dans une argumentation rationnelle inspirée par des théories, principes ou valeurs, partagés ou non : l’éthique est inévitablement un lieu de dialogue et de débat (voir Controverse et Scientisme et politique).

5L’éthique des sciences et technologies s’intéresse à des questions particulières soulevées par l’innovation elle-même, par sa nature et par le contexte dans laquelle elle s’inscrit. Ces objets de réflexion peuvent inclure : des risques pour les utilisateurs et la société ; la gestion de l’incertitude scientifique ; l’analyse à l’égard des coûts (sociaux, économiques) pour les utilisateurs et la société ; la distribution (inéquitable) des bénéfices du développement technologique. L’éthique suppose aussi une réflexion sur le réseau des acteurs impliqués et, plus spécifiquement, une analyse des valeurs, des intérêts, des obligations et des responsabilités que ces acteurs contestent ou tentent d’imposer à travers l’innovation. Il est donc nécessaire de cerner et d’analyser, en tenant compte de la spécificité des contextes, les questions et défis propres au processus d’innovation (voir Gestion de la technologie).

6Malgré le fait que la déontologie et l’éthique sont généralement considérées comme étant en opposition l’une par rapport à l’autre, certains auteurs contemporains, comme Paul Ricoeur, proposent des théories éthiques qui intègrent les deux approches et offrent des repères utiles à l’analyse de ce qui est et à la réflexion sur ce qui devrait être au sein de contextes particulièrement complexes comme ceux que l’on retrouve en sciences et technologies. À la lumière de cette approche intégrative et dans le contexte de la recherche et de l’innovation, la déontologie est incontournable pour régir les comportements et réduire les préjudices potentiels pour les patients/participants à la recherche, et pour la société. L’éthique, pour sa part, offre des outils réflexifs qui permettent de considérer la particularité des situations afin de proposer des solutions qui respecteront à la fois les demandes imposées par la déontologie et les impératifs au respect de la dignité humaine (voir Fraude et Risques technologiques).

7Finalement, l’éthique et la déontologie sont toutes deux au service d’une meilleure compréhension et gestion de la complexité des situations propres au contexte de l’innovation, et s’inscrivent dans une perspective de réflexion globale pour participer au développement des politiques, des processus et des structures tout en créant un espace plus éthique (transparent, équitable, démocratique et sécuritaire) dans le secteur des ST.

Bibliographie

Canada’s Association of Information Technology Professionals, Code of Ethics, www.cips.ca/ethics.

Davis, M. (1991), «Thinking like an engineer: The place of a code of ethics in the practice of a profession» Philosophy and Public Affairs, vol. 20, n° 2, p. 150-167.

Davis, M. et A. Stark (dir.) (2001), Conflict of Interest in the Professions, New York (NY), Oxford University Press.

Potvin, M.-J. (2010), « Ricoeur’s “Petite éthique” : An Ethical Epistemological Perspective for Clinician-Bioethicists », HEC Forum, vol. 22, n° 4, p. 311-326.

Ricoeur, P. (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points ».

Smith, E., C. Martin, J. Behrmann et B. Williams-Jones (2010), «Reproductive Tourism in Argentina: Accreditation and its Implications for Consumers and Policy Makers», Developing World Bioethics, vol. 10, n° 2, p. 59-69.

Williams-Jones B. et J. E. Graham (2003), «Actor-network theory: A tool to support ethical analysis of commercial genetic testing», New Genetics & Society, vol. 22, n° 3, p. 271-296.

Auteurs

Professeur au département de médecine sociale et préventive, Université de Montréal

Doctorante en bioéthique au département de médecine sociale et préventive, Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search