Version classiqueVersion mobile

Sciences, technologies et sociétés de A à Z

 | 
Frédéric Bouchard
, 
Pierre Doray
, 
Julien Prud’homme

État, pouvoir et science

Stéphane Castonguay

Texte intégral

1Source de prestige pour les princes de la Renaissance, la science est devenue avec le développement des États-nations source de pouvoirs multiples, touchant à la fois les sphères militaires, économiques et sociales. Si les historiens se plaisent à retracer dans les machines de guerre d’Archimède pour le roi Hiéron une première alliance entre science et pouvoir, tandis que les philosophes récitent les aphorismes de Francis Bacon et René Descartes qui ont, chacun à leur façon, envisagé le pouvoir de la connaissance comme outil de contrôle et de domination de la nature, les rapprochements systématiques entre science et pouvoir sont beaucoup plus récents et ont été conditionnés par les développements historiques mêmes de ces deux entités et de leurs institutions.

2La mise en place des académies a certes permis au Prince, par-delà la notoriété du patronage, d’acquérir des connaissances pratiques pour la balistique et les fortifications et de se doter d’une expertise pour attaquer des problèmes tantôt techniques, tantôt sociaux, de son royaume. Cette alliance trouve une autre manifestation dans la participation des naturalistes et autres savants aux expéditions et aux conquêtes européennes. En même temps que les puissances impériales augmentent leur pouvoir par leur maîtrise des mers et des mondes, ainsi que par les découvertes minérales et botaniques de leurs savants, ces derniers occupent occasionnellement une place privilégiée au sein des chaînes de commandement. Une rupture apparaît toutefois au cours du 18e siècle, quand l’alliance entre le pouvoir et la science devient irréversible, dans ses institutions comme dans ses applications. Le cas de la France napoléonienne l’illustre parfaitement, alors que l’effort scientifique est mobilisé pour contrer la menace extérieure, pour développer des armements, bien sûr, mais aussi pour alimenter la population et les troupes ainsi que pour servir le commerce et l’industrie. Parallèle ment, la création et la multiplication des institutions pour la production des connaissances et la formation des savants mènent à la professionnalisation des scientifiques qui, en dehors de leurs établissements traditionnels, parviennent également à occuper des postes-clés dans l’administration militaire et politique.

3L’avènement du laboratoire industriel fait ensuite du savoir un puissant outil de domination économique, puis militaire, comme en témoigne le succès de l’industrie chimique allemande à la fin du 19e siècle. Succès que les États-Unis ont tôt fait d’imiter, une fois mises en place les grandes universités de recherche et les grandes corporations qui se dotent parallèlement de marchés en constante expansion, de départements de recherche et de développement. Les liens se solidifient ensuite entre ces universités de recherche et les agences technoscientifiques qu’établissent les gouvernements à la charnière du 19e et du 20e siècle (voir Université et Invention et innovation).

4La mobilisation de la science, qui sert la guerre commerciale que se livrent les puissances occidentales et les entreprises transnationales à cette époque, est transposée de nouveau sur le terrain militaire après le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Des pays comme la Grande-Bretagne, les États-Unis, l’Australie et le Canada mettent en place des conseils nationaux de la recherche pour intégrer l’entreprise scientifique à l’effort de guerre totale. Devant les succès obtenus par les chimistes durant la Grande Guerre, ces pays sont suivis par les autres nations industrielles durant l’entre-deux-guerres et fondent en partie l’effort de remilitarisation sur la recherche scientifique. D’ailleurs, durant la Seconde Guerre mondiale, ce sont les sciences physiques qui deviennent le moteur de l’innovation et de la stratégie militaires (voir Guerre, science et technologie). Pendant les Trente Glorieuses, en même temps que l’État se fait de plus en plus interventionniste, la science connaît elle aussi une période faste dans les universités, les instituts privés de recherche et les laboratoires gouvernementaux et industriels. De grands programmes de recherche, pour conquérir l’espace ou vaincre le cancer, jouxtent la mobilisation technoscientifique en contexte de Guerre froide, pour situer la science au cœur d’une administration publique et militaire en pleine expansion (voir Politique des sciences et des technologies et Territoires et sciences).

5Articulée avec force aux États-Unis sous l’égide du conseiller scientifique Vannevar Bush dans Science : The Endless Frontier (1945), et institutionnalisée dans la National Science Foundation, la politique de la recherche et la mise en forme du modèle linéaire – qui fait de la recherche fondamentale la condition essentielle du développement technologique – témoignent de la prépondérance de la science comme source de pouvoir militaire et économique dans la seconde moitié du 20e siècle. Elle devient aussi un outil de pouvoir social avec la montée en puissance de l’État-providence et l’élargissement des grandes corporations. Les spécialistes des sciences sociales sont alors appelés à générer des connaissances pour trouver des solutions aux enjeux sociétaux et managériaux auxquels font face les gouvernements et les entreprises privées. Soulignons toutefois que, comme dans le cas des sciences naturelles, ces développements trouvent leurs origines dans la fin du 18e siècle et l’apparition du libéralisme comme mode de gouvernement des sociétés. Les connaissances sur la population – notamment la statistique sociale – donnent lieu à la constitution d’espaces de liberté encadrant les comportements individuels dans une perspective de gestion rationnelle du social (voir Système statistique national et Sciences sociales). Sans émaner précisément d’un corps organisé comme l’administration publique, le pouvoir relationnel mis en forme par cette biopolitique trouve sa puissance dans les catégories savantes et les sujets humains que produisent les sciences dans les domaines sociaux et vitaux.

6Si l’avènement du néolibéralisme et la fin de la Guerre froide entraînent une démobilisation de l’entreprise scientifique publique au cours des années 1980, de nouveaux sites de pouvoir fondés sur la science prolifèrent dans les institutions internationales, gouvernementales ou non. Déjà, les corporations multinationales et certaines institutions multilatérales à la fin du 19e siècle ont recours à la connaissance scientifique pour asseoir leur autorité, centraliser l’information, et élaborer des règlements ou des conventions internationales. La globalisation des échanges économiques et la mondialisation des enjeux environnementaux encouragent la mise en forme de forums internationaux et d’organismes multilatéraux qui recourent à la science pour cerner les problèmes et trouver des pistes de solution. En définissant concurremment les conduites des États, des entreprises et des populations, ces institutions et leurs scientifiques reprennent à une nouvelle échelle un travail de mise en ordre orchestré par les « savants de l’Empire » dès le 16e siècle (voir Scientisme et politique).

Bibliographie

Anderson, Warwick (2006), Colonial Pathologies, American Tropical Medicine, Race, and Hygiene in the Philippines, Durham, Duke University Press.

Bret, Patrice (2002), L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot ».

Desrosières, Alain (2000), La politique des grands nombres, Paris, La Découverte.

Foucault, Michel (2004), Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, Paris, Gallimard/Seuil, coll. « Hautes Études ».

Gillespie. C. C. (1980), Science and Polity in France at the end of the Old Regime, Princeton University Press.

Mukerji, Chandra (1989), Fragile Power: Scientists and the State, Princeton University Press.

Pestre, Dominique (2003), Science, argent et politique, Paris, INRA Éditions.

Salomon, Jean-Jacques (1970), Science et politique, Paris, Seuil.

Scott, James C. (1998), Seeing like a State. How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed, New Haven, Yale University Press.

Toulmin, Stephen (1990), Cosmopolis, the Hidden Agenda of Modernity, University of Chicago Press.

Auteur

Professeur au département des sciences humaines de l’Université du Québec à Trois-Rivières, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire environnementale du Québec

© Presses de l’Université de Montréal, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search